Accueil > City guide > L'Estaque > Les tuileries de l'Estaque

Les tuileries de l'Estaque. **

Le paysage actuel ne revele pas que l'Estaque a été un grand producteur de tuiles et briques exportées dans le monde entier des années 1880 jusque dans les années 1960... Il ne reste pas de traces si ce n'est des rues portant le nom d'anciens exploitants ou faisant référence à l'activité : les allées "Sacoman" ... la fontaine "aux tuiles" ...

Un mur de tuiles à l'Estaque

Cette activité était concentrée sur un territoire assez restreint à l'Est du village. Il s'agissait là d'un territoire peu construit et à l'écart de la grande ville, idéal pour une activité extractive. Le gisement d'argile était exceptionnel tant par sa qualité que par sa quantité.

Les tuileries employaient beaucoup de monde : les hommes travaillaient au "creux" pour extraire l'argile, à la presse ou au four ou chargeaient les charrettes qui apportaient les tuiles aux tartanes, sur le port. Les femmes travaillaient dans les étages des tuileries où l'on faisait sécher les tuiles au dessus de l'air chaud du four qui se trouvait donc au rez-de-chaussée. A l'origine, la tuile canal était moulée sur la cuisse de nos chères aïeules. Le contremaitre était choisi pour sa parfaite connaissance des vents : seul homme habilité à monter aux étages pour régler l'ouverture et la fermeture des fenêtres en fonction de l'intensité des vents et du degré d'avancement du séchage des tuiles.

Les tuileries fabriquaient également des "produits fins" : décorations en argile très rouge que l'on retrouve sur les toits, faitières, acrotères ... On en voit encore quelques unes mais cela devient rare car les antiquaires s'y intéressent depuis peu ...

Il existait cent-cinquante tuileries sous le Second-Empire et elles ont largement contribué à la prospérité de Marseille. Les navires sortant du port ont longtemps été lestés de tuiles qui représentaient de loin le plus fort tonnage de produits marseillais exportés. Ces tuiles ont protégé d'innombrables toitures aux quatre coins du monde et ont très largement contribué aussi à la renommée de la ville. La production en 1910-1911 a atteint 345 000 tonnes !

GPS (Lat N/Long E) : 43.360258 / 5.335407
Marseille


Texte : CocoB, darcussia / Photos : darcussia