Accueil > City guide > L'Estaque > Les courées de l'Estaque.

Les courées de l'Estaque. **

La construction des courées s"échelonne sur un peu moins d'un siècle (milieu 19°/guerre 14/18). C'est une forme d'habitat très particulier que l'on ne retrouve que dans les cités ouvrières telles que Lille ou Roubaix. Très rare dans le Sud, nous avons à l'Estaque un petit trésor que l'on ignore !

Une courée à l'estaque

L'installation des tuileries dans les années 1860 puis celle des usines de pyrometallurgie dans les années 1880 voient l'arrivée de nombreux travailleurs principalement venus d'Italie et d'Espagne. Des constructeurs locaux issus de la petite bourgeoisie voyent là l'occasion de réaliser des opérations d'investissement immobilier destinées à la location pour ces nouveaux arrivants aux revenus très modestes.

La courée s'organise autour d'un espace commun : la cour. On y trouve également le "cabinet" commun et l'arrivée d'eau. Cette cour est l'élément fondamental de la courée. Les batiments forment cloture tout autour : les maisons sont mitoyennes, petites, aux cloisons minces. C'est une architecture avant tout fonctionnelle, fondée sur un principe d'économie. Il existe une proximité visuelle et sonore entre les voisins et il se developpe donc un art de vivre spécifique que l'on peut regretter : échange de services entre voisins, surveillance réciproque en cas d'absence, arrosage des fleurs. Ici, l'entraide était un principe de vie. Une mémé estaquéenne interrogée nous dit : "Ici, on n'est ni chez l'un, ni chez l'autre ... on est ENSEMBLE." ... C'est touchant.

Il y a plusieurs courées à l'Estaque, il faut les identifier car ce sont aujourd'hui souvent des voies sans issues, des impasses : la plus vieille courée est celle des Oursins, elle date de 1863.

GPS (Lat N/Long E) : 43.363215 / 5.306278
Marseille

Webhttp://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/courees/entre1.htm
Texte : CocoB / Photos : darcussia