Le Cours Belsunce **

Le carrefour de la Canebière, du cours Belsunce et du cours Saint-Louis marque le point zéro de la nomenclature des rues de Marseille.

On aurait peine bien sûr à imaginer aujourd'hui ce que fut la splendeur du cours de Marseille rebaptisé cours de Belsunce en 1852.

Cours Belsunce, une belle façade

Pourtant, il avait fière allure lorsqu'il fut créé en 1670 sur les lices extérieures des anciens remparts, ce cours Belsunce imaginé par Pierre Puget et construit avant la Canebière.

Il traversait alors les nouveaux quartiers issus de l'agrandissement de 1666 et s'étendait sur l'ensemble des cours Belsunce et Saint-Louis actuels.

Large de 36 mètres, le cours était constitué d'une allée centrale bordée de micocouliers pour abriter les promeneurs d'un soleil réputé ardent par chez nous et d'un passage réservé à la circulation des carrosses dans les contre-allées.

Les immeubles de deux ou trois fenêtres furent tous construits d'égale hauteur afin d'accentuer l'effet de perspective. Ils se distinguaient par les ornements de leur façade. Au n° 14, une maison type du 17ème siècle flanqué d'un pilastre corinthien d'angle est encore visible : une boutique élevée et un entresol bas traité en mur de refends forment un premier niveau, et un second niveau est constitué de deux étages d'appartements de hauteur décroissante.

Au 19ème siècle, l'aménagement d'une chaussée centrale permet la circulation des voitures et des charrettes.

Cette métamorphose, à laquelle s'ajoute le départ des négociants et des notables vers les habitations des quartiers sud transforme l'ancienne promenade aristocratique en zone de transit proche du port et de la gare Saint Charles et le quartier devient un lieu de prédilection pour les immigrés de tout pays.

Aujourd'hui, la mairie, consciente du patrimoine architectural, a décidé d'instaurer un périmètre de restauration immobilière (PRI) sur une grande partie du quartier de Belsune, pour faciliter la rénovation des bâtiments.

GPS (Lat N/Long E) : 43.298089 / 5.376874
13001 Marseille


Texte : Coco / Photos : Coco