Accueil > City guide > Castellane et Préfecture > Palais de la Préfecture

Palais de la Préfecture ***

En 1860, le Préfet Charlemagne-Emile de Maupas, personnage énergique, très proche de Napoléon III, commande avec l'accord du Conseil Général de l'époque, la construction du palais Départemental, dans le but de réunir en un même lieu tous les services de l'Etat éparpillés jusque là en cinq points différents.

Façade du palais de la Préfecture

La réalisation de la Préfecture est confiée à l'architecte Auguste Martin, remplacé en 1864 par François-Joseph Nolan. Après sept ans de travaux, et un dépassement de budget qui vaudra au Préfet de Maupas d'être brutalement congédié par l'Empereur, l'édifice est inauguré le 1er janvier 1867.

Les façades : Illustrant la richesse sculpturale et picturale des monuments du Second Empire, on peut apercevoir de magnifiques sculptures qui sont l'œuvre de quatre artistes : GUILLAUME, TRAVAUX, GUMERY, LEQUESNE. La place d'honneur fut réservée aux grands administrateurs de Provence et à l'Empereur car figurait la statue équestre de Napoléon III (elle fut supprimée après la chute de l'Empire) et les personnages particulièrement liés à l'histoire de chacune des sous-préfectures sont présents :

  • le roi René et Palamède de Forbin, gouverneur de Provence, pour Aix ;
  • l'empereur constantin et Saint-Trophisme pour Arles.

Monseigneur de Belsunce et le Chevalier Roze ont été choisi pour les médaillons des façades latérales en raison de leur dévouement lors de l'épidémie de peste de 1720. La façade de la cour d'honneur est ornée de quatre statues, oeuvres de Jean-Esprit Marcellin : Pierre Puget, le Bailli de Suffren, le Maréchal de Villars et Mirabeau. Enfin, l'on peut voir l'ingénieur Adam de Craponne ou l'abbé Barthélémy aux cotés des échevins qui se illustrés pendant les épidémies de peste.

A ce décor extérieur, répond une ornementation intérieure abondante confiée à Magaud, directeur de l'école des Beaux-Arts.

L'escalier d'honneur : L'escalier d'honneur est l'un des plus majestueux de tous les bâtiments préfectoraux. Deux doubles révolutions, l'une pour les appartements d'honneur, l'autre pour le Conseil Général de l'époque, lui donne ampleur et solennité. La très belle statue de la République, marbre de Constant Roux (1903) accueille désormais le visiteur.

Le salon de l'horloge : Le premier salon est dénommé "salon de l'horloge" en raison du bronze de Languereau, pendule ornée de sphinges (sphinx de sexe féminin). Le plafond représente le Génie de la France éclairant le monde et les médaillons évoquent les quatre parties du monde avec chacune leurs richesses :

  • l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud,
  • l'Egypte et l'Afrique,
  • le Moyen Orient et l'Extrême Orient,
  • l'Europe du Nord et la France.

Le salon d'angle : Le plafond du salon d'angle, lui, est une vaste représentation allégorique représentant le triomphe de la Paix. Les médaillons octogonaux, eux, évoquent l'instruction, le travail, le mariage et la famille.

La Salle de bal : La Salle de bal est le lieu prestigieux de la préfecture : à l'époque de Napoléon III, ce grand salon est le lieu de rencontre de la Préfecture ; c'est là que la portée du discours politique est la plus forte. Ce salon se prête à l'illustration des Arts et des Sciences. Son décor est dominé par l'allégorie de la France recevant les présents des Arts sous les traits de l'Impératrice Eugénie. Les cimaises représentent elles, Napoléon III et l'impératrice Eugénie ; le départ pour la guerre d'Italie ; l'Empereur visitant Tarascon pendant les inondations de 1856 ; et Napoléon III inspectant les travaux de la préfecture en 1864.

La Salle à Manger d'honneur : L'ensemble du plafond de la salle à manger d'honneur représente la France sous les traits de l'impératrice protégeant l'Agriculture. Magaud joue ici des contrastes entre la solennité d'Eugénie, le sceptre impérial à la main, qui contemple à ses pieds l'Agriculture, la poitrine nue courbée sur sa charrue. Sont aussi représentées les figures allégoriques des quatre saisons : le Printemps cueille des fleurs et protège un enfant, l'Automne tient une grappe de raisins, l'Eté offre quelques épis de blé et l'Hiver s'enveloppe dans son manteau marron. Cette décoration plafonnante fut pour Magaud le travail le plus important de sa carrière.

La chambre de l'Empereur : Le sculpteur Hardouin s'inspira en 1865 de la décoration réalisée par Louis XIV à Versailles. Si de nombreux chefs d'Etat y ont trouvé le repos, comme le Général de Gaulle par exemple, le couple impérial, en revanche, n'y fut jamais reçu.

Le rez de chaussée : Les appartements sont composés du salon du billard et du salon rouge, pièce charnière entre le cabinet du Préfet et les appartements privés. On peut y admirer une copie de la commode faite par Riesener pour Marie-Antoinette à Versailles, ainsi qu'un ensemble de salon Louis XIV, couvert de tapisseries représentant les fables de la Fontaine.

Le bureau du Préfet : Le bureau du Préfet est la copie unique du meuble original créé par Henri Dasson pour le Président de la République au Palais de l'Elysée. Sur la cheminée, une pendule appelée l'Etude (1806), faisait partie des œuvres les plus belles de l'ancienne préfecture. Dans le cabinet, Magaud a choisi de représenter l'industrie guidée par la Science et au-dessus des portes, il a réalisé deux médaillons illustrant l'Afrique et l'Amérique.

La Galerie des appartements privés : La Galerie des appartements privés est ornée de quatre médaillons du peintre Raphaël Ponson : le Palais Longchamp, le parc Borely, la Rue Impériale (aujourd'hui rue de la République), et le Palais du Pharo qui devait être la résidence impériale, mais où, en réalité, le couple impérial ne vint jamais.

GPS (Lat N/Long E) : 43.290241 / 5.380018
Adresse/AddressPlace Félix-Baret 13006 Marseille
Metro/UndergroundM1-Préfecture

Texte : Coco / Photos : Mildiou