Ile de Riou **

"le mauvais pays"

RiouFaceNord

Principale île de l'archipel de 160 hectares qui porte son nom, à 3 kilomètres de large des côtes de Marseille, RIOU est la reine de cet archipel. 3 kilomètres de long sur une largeur maximale de 750 mètres pour un total de 90 hectares, cette île a longtemps été surnommée "le mauvais pays" malgré sa petitesse. Précipices, gouffres, falaises en rendent pourtant ce monde encore plus fantastique et superbe pour tous ceux qui ont pù y aborder ou en faire le tour en bateau. Les tours de Riou sont autant de falaises plongeant à pleine mer, et exceptionnel pour cette île compte tenu de sa taille: un sommet à 190 m d'altitude, avec son ancienne vigie tout en haut sur une minuscule surface.

Coté Nord de Riou et d'Ouest en Est, une côte abritée des vents sauf du mistral, La Pointe Fontagne, puis une première calanque: Fontagne, une merveille, avec au dessus la cabane des gardes du conservatoire du littoral (propriétaire depuis 1992). Toujours vers l'Est, après les Baou Cassière et Baous Rouge (Baù en Provençal, le rocher, le roc, ou le sommet dénudé), un long toboggan de pierres sèches restauré il y a quelques années par un chantier de jeunes, qui permettait dans le temps de charger les tartanes du sable de Riou pour paver les rues de Marseille (XIXème).Puis la calanque de Monastério, et sa plage de sable, avec une digue naturelle à l'entrée Ouest de cette calanque. Jusqu'à la pointe Est après une longue côte faite de rochers inabordables, à l'extrémité sous la Plaine des Gabians (qui porte bien son nom !) la pointe Caramassane.

Coté Sud de Riou, une fois cette pointe contournée et vers l'Ouest, ce ne sont que d'abruptes et lisses falaises rarement entrecoupées par des calanques ou criques: l'anse du Fer à Cheval, puis après le Cap Nègre: la calanque des Anglais (ou des Contrebandiers) qui permet dans sa première partie l'accès à de grands bateaux, avec en son fonds une longue échancrure réservée au tous petits bateaux qui y trouveront là un minuscule port naturel. Toujours vers l'Ouest la calanque de la Culate, et enfin à l'extrémité et en face de l'île Moyade, le Doigt de Riou.

Riou est entourée d'autres minuscules îles, paradis des plongeurs et autres pécheurs: Moyade à l'extrémité Ouest, coté Sud les Empereurs et à l'est le Grand Congloué, avdec iun peu plus au Nord le Petit Congloué.

Un peu d'histoire: Dans l'antiquité Riou constituait un bon campement pour les marins Etrusques et Grecs qui y trouvaient de l'eau au puit des Chèvres. De par sa position géographique, Riou ("RIEU" 1311) a trés tôt constitué pour Marseille un poste avancé, avec pour lutter et prévenir contre les raids des pirates, notamment Barbaresques, avec la création d'une vigie dès le XIII ème s. (reliée à celle du sommet de Marseilleveyre avec qui elle communiquait par un système de voiles sur un mât). On trouve mention de la vigie de Riou dans un rapport de la cour des comptes en 1295. A de nombreuses reprises cette vigie a été attaquée et les guetteurs enlevés. Les farots de Riou sont renforcés avec en parallèle les prémices du phare de Planier (ordonnance de Robert d'Anjou en 1319). Puis il y a construction d'autres vigies plus à l'Est sur la côte (fortin du cap de Morgiou). Malgré cela en 1661 des pirates Algériens sement la terreur dans ces îles et jusqu'à Callelongue, arrêtés heureusment par des galères Napolitaines qui sauvent certainement tout Marseille d'un pillage en règle. Louis XIV renforce encore la protection de tout le littoral. A partir de 1850 Riou va voir exploiter ses sablières.

Les légendes de Riou: (rapidement résumées)

  • Le trésor de Riou, des milliers de pièces d'or cachées içi par des pirates turcs. Cette fortune serait restée introuvable compte -tenu de du relief si tourmenté de l'île. Alles avoir si Alexandre Dumas ne s'est pas inspiré de cette légende pour l'île au trésor d'edmond Dantes (monte cristo).
  • La chapelle de Monastério (plus aucune ruine) aurait été construite dans l'antiquité, par un marin Grec échappant à une tempête grâce à cette île. Le ciment aurait alors été mélagné au vin de sa cargaison, comme il l'avait promis dans ses prières de sauvetage.
  • On raconte aussi à Marsaille cette histoire d'une petite fille née sur l'île lorsque des gens s'y étaient réfugiés pour échapper à la peste de 1720.
  • Les silex Egyptiens de Riou: début XXème , une galéjade marseillaise qui trompa les membres les plus éminents de l'Académie, avec de vrais silex egyptiens déposés dans l'île pour tromper les archéologues ! Quelques temps après la même blague était réitérée avec la découverte d'un petit cheval en céramique (en fait un vrai santon de marseille !)
GPS (Lat N/Long E) : 43.176641 / 5.384674
Marseille


Texte : stokofish / Photos : bakka-ohka, chris3