Marseille Forum

Le Bar de Marius => Actualité locale => Discussion démarrée par: caramentran le 29 mai 2012 à 21:01:20

Titre: Microcosme
Posté par: caramentran le 29 mai 2012 à 21:01:20
Ouverture du microcosme. (1)

Le trolley N° 26 arrivait calmement dans un léger grésillement du moteur électrique. Nous étions au mois de novembre et à cette heure matinale un petit vent aigrelet balayait le plateau de la Viste.
Quand je montais sur la plateforme arrière je le vis. Banalement mon regard croisa celui du garçon et il y eut un petit déclic.
Dzzibbb.
Oui oui, vous connaissez très bien ce phénomène inexpliqué : votre cœur semble rater un battement ou deux et le regard se fait plus persistant, plus aigu comme s’il cherchait en une fraction de temps à sonder les tréfonds de votre âme.
C’est ce que j’appelle l’ouverture d’un microcosme.
Puis ce contact visuel éphémère et tenu fut rompu mais pas de mon fait.
Cette victoire inattendue m’apporta un petit plaisir intellectuel : eh eh on pliait sous mon regard de braise ; bon j’exagère sans doute un peu car j’ai les yeux bleus et doux.
Oh ! ne croyez pas que je sois une cagole, une de ces filles dévergondées qui aguiche les garçons. Non, non je suis bien sage, trop sage peut être. Je n’ai même pas un petit ami en titre. Je pense qu’il me faudrait un prince charmant pour me donner confiance en moi et asseoir ma féminité. S’il n’est pas prince ce n’est pas trop grave du moment qu’il me plaise.

L’arrivée des autres passagers m’obligea à sortir de ma réflexion et à avancer vers l’avant du véhicule. Puis le bus démarra tout en souplesse et s’engagea dans la terrible descente de la Viste. Je dis terrible car à chaque fois me revenait en mémoire l’horrible tragédie de ce camion fou rempli de gazole qui était venu s’exploser sur une maison en bas de la côte.
Un frisson désagréable me parcourut le dos
Et si les freins lâchaient ?
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 30 mai 2012 à 16:45:33
2
Je suis resté sur le plateforme arrière du trolleybus car c’est la place rêvée pour observer les voyageuses. Ne croyez pas que je sois un obsédé de la gent féminine mais simplement on m’a collé dans un lycée de garçons où par définition il n’y a que des garçons. Il y a bien le prof de latin mais vous savez qu’à Marseille une telle relation est toujours mal vue.
Hop, le bus marque l’arrêt, chuintement de portes qui s’ouvrent et livrent le passage aux voyageuses qui montent à l’assaut.
Pas terrible today : Trop petite. Trop grasse Trop typée …
J’ai dans la tête un type de femme idéal (j’ai dit de femmes pas de jeunes filles) : brune, très brune avec des yeux noirs, très noirs. Vous savez, des yeux où on ne peut pas distinguer l’iris de la pupille.
Cet été, je suis allé au Royaume Uni et on m’avait chanté mille louanges sur la beauté diaphane des belles saxonnes. Peau laiteuse beuuuh, cheveux filasse, pfftt, yeux bleus délavés, tiens comme celle qui ar…
Dzibbb
… rive.
Houlà ! Vous avez vu l’éclair bleu ?
Non ? Pas d’éclair. Effectivement le ciel bleu.
Je viens d’avoir la curieuse et oppressante sensation de tomber dans un gouffre, bleu, sans fond.
Bon reprenons le sujet… Je parlais de freins n’est ce pas ?
Les freins qui lâchent ? D’où sort cette idée loufoque ? Le moteur électrique fait office de ralentisseur qui stabilise la vitesse du bus.
Ah ! La grande bleue. En arrivant en bas de la Viste, pendant un instant vous avez une échappée magnifique sur la méditerranée d’un bleu foncé qui vous fait comme un clin d’œil … bleu.
Tiens, à coté de l’homme en bleu de travail on retrouve le modèle de la comtesse … 
Dzzibbb … Dzzibbb
de Ségur…
Houlà là ! Voila que ça recommence. Ca se manifeste chaque fois que je croise son regard. Mais là je ne me suis pas fait avoir comme un bleu c’est elle qui a tourné la tête cette fois.
J’en profite pour mater le modèle Ségur à loisir. Ca confirme mon premier coup d’œil : devant, aussi plate qu’une planche à pain ; derrière, aussi plate qu’une planche à repasser et le tout monter sur deux gressins. En revanche la figure est fine et joliette … comme me souffle le panneau indicateur.
Bon dans deux ou trois ans elle sera baisable.
Comment ça ne se dit pas ? ?
Mais vous ne croyez tout de même pas que quand je me parle à moi-même, in petto,   j’utilise le langage châtié et ampoulé de la comtesse de Ségur ? (normal pour une sang-bleu)
Ca ressemble plutôt à du Faulkner dans j’irai cracher sur vos tombes.
Allons, je corrige : Dans deux ou trois ans elle sera bien.
« Hypocrite lecteur, - mon semblable – mon frère »

Hop le feu vient de passer au bleu et nous arrivons à la porte d’Aix.
Sacrebleu ! Ce trajet m’a paru très court voire coloré.
Et maintenant, me voilà parti pour deux heures de pitreries avec l’étude vibrionnante des Voyelles de Rimbaud (mort à la Conception) qui passe pour un sonnet diablement érotique dixit le pitre qui fait cours :
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu …
Bleu … bleu …bleu
Zut (comme l’album) je ne me souviens plus de la suite …
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 30 mai 2012 à 21:18:15
3
Ouf j’ai atteint le bas de la cote saine et sauve.
Pour passer le temps je regarde et j’écoute les gens qui partagent mon bus. A ma droite une petite dame en Loden raconte son intervention chirurgicale à sa collègue qui n’a de cesse de demander moult détails dégoulinants de sanies.
Je sens que je vais tourner de l’œil si elles continuent.
Pardon, pardon laissez-moi passer.
Je sors de l’hôpital pour tomber chez les tifosi de l’OM qui refont le match dominical. Normal on est lundi et à défaut d’y porter un grand intérêt je me sens plus à mon aise.

En changeant de place j’ai aussi changé mon angle de vision et le garçon brun (vous vous souvenez celui du début) m’est réapparu.
Je vais faire appel à tous mes talents de déduction d’une vraie Sherlock Holmes en jupons. Voyons calmement si mon petit cœur ne m’a pas trompé ; car parfois il s’emballe pour rien, enfin pour pas grand-chose.
Mouiii, il est assez mignon, bon disons qu’il ne casse pas trois pattes à un canard mais assez migon puis il parait sérieux.
C’est un lycéen, cartable sous le bras et petites lunettes intello. Lui aussi va en centre ville au lieu d’aller au lycée nord. A moins qu’il ne soit en fac. Humm le cartable est bien trop gros pour la fac et il me semble un peu jeune, comme moi il doit avoir ...
Dzzibbb … Dzzibbb
Ouch ! Cette fois c’est moi qui aie tourné la tête la première.
C’est bien ce que je vous avais dit au début. Un microcosme a été ouvert. Je m’en vais vous expliquer ce qu’est un microsome…
 Porte d’Aix … Terminus !
Comment ? c’est déjà le terminus ?
Un effet du microcosme sans doute.
C’est un peu compliqué et je vous en dirai plus sous peu ; pour le moment je vais rejoindre le lycée *** pour y retrouver mon fol ami Nerval.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 31 mai 2012 à 17:05:58

Me voici donc en cours de français. Pas plutôt assis que le prof-pitre juché comme une grenouille sur le dossier de la chaise m’interpelle :
«Et M. Caramentran se propulse d’un pas léger au tableau pour nous réciter de sa belle voix de basse, Voyelles»
Et ce poncif éculé fait encore rire les moutons de la classe !
Je commence en ânonnant :
VOYELLES d’Arthur Rimbaud (mort à Marseille).
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu …
Un trou bleu vient de s’ouvrir à nouveau. Impossible de me souvenir de la suite.
Peut être Y jaune …
Et j’entends le pitre qui se tape la tête contre le tableau, s’affliger : « même pas capable de retenir le premier vers »
Quant aux moutons, au lieu de m’aider ils bêlent doucement «voyelles … voyelles».
Bon sang mais c’est bien sûr
… Voyelles et ça repart de plus belle
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Et on a droit à des explications : le quatrain serait scatologique à mon grand étonnement.
J’en profite pour jeter un œil sur la bergerie. Si le premier rang, disons le premier cercle, a l’air de gratter sur le sujet c’est de moins en moins vrai au fur et à mesure que l’on plonge vers les autres cercles infernaux : activités variées, l’un lit le journal, l’autre dort, d’autres s’occupent comme ils peuvent. Effectivement vu d’ici le spectacle est assez affligeant et j’imagine très bien, gravé au fronton de la classe, ces mots de l’Enfer de Dante:
«Lasciate ogni speranza voi ch'entrate» à l’intention des profs de français exilés dans des classes scientifiques.

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

L’avant dernier vers serait atrocement érotique.
Et hop un bon quart d’heure d’explications aussi absconses d’abtruses qui oscillent entre le I phallique tumescent et le I féminin barbouillé de menstrues.
A mon avis cet homme s’est échappé du Bd Baille et on nous l’a collé comme prof de français à nous pauvres potaches au cursus scientifique.

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

Nouvelle interruption pour des explications toujours aussi loufoques et une question pour clouer le bec des agités : que signifie viride ?
Debout sur la chaise il scrute la mer moutonnante des potaches qui ont tous piqués du nez de peur d’avoir à répondre.  Je lui smashe : du latin viridis : vert. Et toc.
Il en tombe presque de la chaise ,l’air mauvais, il siffle «c’est vrai que certains font du latin ici.» Et du latin avec sculpturale Micheline siou plait !
Je signale à tout hasard qu’un pâti n’est pas un merdier marseillais mais un pré où paissent les troupeaux.

Bon, je termine sur les chapeaux de roue car ça fait bientôt une heure que je fais le pied de grue et le faire valoir sur l’estrade.

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon BLEU de Ses Yeux !

Violet , violet ! Stridule le pitre qui a mis un livre sur la tête.
Violez ?!  ah violet,  bien sûr ! pourquoi ai je dit bleu ?

Couché sur la table simulant les affres d’une petite mort, il énonce ex cathedra :
«Yeux bleus, yeux amoureux» (c’est un vrai proverbe ça ?) et pendant l’orgasme, les yeux de l’être aimé virent au violet (couleur de la mort).

Un silence de mort tombe sur la géhenne.
Je suppose que chacun de nous grave ce précieux avis dans un coin de sa mémoire et qu’il est en droit d’attendre l’apparition fugace d’un rayon violet tout comme il attend que le bleu de bromothymol vire au rouge en milieu acide.
J’ai bien envie de lui demander à quelle couleur virent des yeux noirs.
Plus noir que noir ? au gris ? Au blanc ? Révulsant !

L’œil était dans la classe et regardait Caram’ …
Mais il n’était pas noir ni violet mais bleu …bien entendu !

Pour terminer cette première partie  le pitre déclame pour me congédier :
«Nous remercions Caramentran qui retourne dans ses pénates sous un tonnerre d’applaudissements de la classe en délire.»
Tel Galileo, descendant du pilori j’ai encore la force de maugréer
« E pur’ sono blu »

Inutile de s’appesantir sur la seconde partie du spectacle.
On peut donc résumer ce cours de français
1) yeux bleus = yeux amoureux, qui virent au violet.
2) ce n’est pas Pascal Danel qui a écrit les Neiges du Kilimandjaro mais E. Hemingway. Et là je dois dire que ça m’en bouche un coin.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 03 juin 2012 à 14:23:36
Jeudi, j’ai cours à 9h et le jeudi c’est le jour de Martine. Je ne vous ai pas encore parlé de Martine. Donc Martine est brune, comme la nuit du tombeau avec des yeux pétillants comme du champagne et noirs comme des perles de jais. Pour ne rien gâcher elle n’est pas mal roulée.
Vous vous en seriez douté ; bref rien à voir avec la fille du 26.
Juste un petit détail, trois fois rien : elle zozote. Elle a un cheveu sur la langue, enfin un gros cheveu voire une touffe de cheveux.
Elle en est totalement consciente et assure parfaitement: « jlai un pletit dléfaut de plononcliation » Mais cela ne l’empêche pas de parler tout le temps et si elle s’arrête c’est pour rire alors même son rire zozote.
Elle est pire que le tambour de Cassis ; 2 sous pour le mettre en marche et 20 pour l’arrêter. Durant les 3 ou 4 arrêts que nous faisons ensemble j’ai droit à tous les potins de Marseille et même au-delà ainsi que le résumé de tous les films qu’elle n’a pas encore vus mais qu’elle ne va pas tarder à aller voir. Quand elle descend pour aller à son cours de dactylo j’en ai pour deux plombes pour remettre de l’ordre dans mes idées et décloder les inflormations.
C’est une fille simple, gaie, exubérante, répondant parfaitement à mes canons de beauté personnels, une vraie bombasse !
Je l’aime bien.
Tout le problème est dans le «bien»
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 04 juin 2012 à 12:17:03
6)  Fermeture du microsome.

ELLE
Hier, j’ai apprécié le cours sur Nerval. Pauvre homme, sentir la folie le gagner sans pouvoir rien faire.
J’ai lu plusieurs fois El desdicado. J’aime ce poème, sans trop savoir pourquoi mais justement la poésie pour moi c’est inspirer un sentiment sans qu’il soit besoin de le disséquer. Il me déplait d’essayer de faire dire au poète quelque chose qu’il n’a peut-être même pas envisager.
Quand vous voyez un coucher de soleil vous ne pensez pas que le soleil a revêtu une belle robe rouge parce qu’il va mourir. Ce sont VOS sentiments qui prêtent au soleil déclinant ces idées de mort, de sang et de beauté. Eh bien en poésie c’est pareil. Au départ il y a des mots et vous allez habiller ces mots de VOS sentiments du moment.

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie …

Je sais encore moins pourquoi ce poème me fait penser au garçon que j’ai vu hier. Sans doute parce que je me l’imagine mélancolique tant qu’il n’a pas reçu le baiser rouge de la Reine (moi)

Mais il est là ! IL EST LA.
Allez ma fille, courage si tu veux qu’il te parle il faut au moins que tu sois dans son champ visuel. Il y a justement une place en face de lui…

LUI
L’avantage des longs trajets c’est qu’on peut réviser les cours du jour «The secret life of Walter Mitty» est au programme de ce début de journée.
Ah ! Zut il y a quelqu’un qui vient et qui va vouloir s’asseoir alors que la moitié du bus est vide ! Pas croyable. J’aime avoir mon espace vital et maintenant je vais être obligé de replier mes guiboles.
Vraiment gonflant !

Dzzibbb Dzzibbb
Glanck
Glanck

Houlà encore ces palpitations ! Il faut que je cesse de boire du café.
Tiens mais c’est le modèle Ségur.

ELLE
Ouch ! Mon petit cœur bat toujours autant la chamade dès que nos regards se croisent.
J’ai lu dans «Divagations et chemins de traverse», une publication hautement scientifique, que 90% de la communication émotionnelle est non verbale. Je confirme.
Je suis sure qu’il a fait attention à moi cette fois : il est resté au moins 20 secondes à bader, les yeux ahuris. Hi hi
D’ailleurs vous avez entendu comme moi le double glanck qui signifie la fermeture du microcosme.
Comme je vous l’avais promis je m’en vais vous donner un éclairage sur le concept de microcosme.
En gros et comme son nom l’indique un microcosme est un monde réduit, voire très réduit, doté de certaines lois et propriétés bien précises.
Un microcosme comporte :
 - Deux personnes A et B (peu importe le sexe, la religion ou la couleur de peau)
 - Une relation binaire <r>
 - Un espace-temps clos plus ou moins vaste où la relation [ A < r> B ] est vraie.
Propriétés :
Vous remarquerez que la <r> n’est pas réflexive (A <r> A est fausse ou bien on a un cas pathologique de narcissisme) ;
Elle n’est pas transitive (manquerait plus que ça)
En revanche elle est symétrique dans le cas d’un microcosme fermé. A < r> B et B < r> A sont vraies.
C’est simple et clair n’est ce pas ?

Quant aux lois qui en découlent elles sont nombreuses et pas toujours bien connues. Les trois plus évidentes sont :
- La contraction du temps (je vous l’ai déjà fait remarquer hier)
- La dissolution progressive de l’espace environnant extérieur et de son contenu.
- La modification progressives des personnalités de A et de B.

Il ne lui reste plus qu’à me dire quelques mots gentils et à titre d’encouragement je vais lui offrir mon plus beau sourire.

Ca ne marche pas ! Je n’arrive pas à sourire
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 05 juin 2012 à 13:01:22
7) Propos sur la conscience.

JIMMY
Ferme la bouche ! Tu vas avaler des mouches.
Tu te mens à toi-même ! Tu sais très bien que ce n’est pas le café.

LUI
Qui me parle ?
Ah oui c’est Jimmy.
j’avais oublié de vous prévenir ; je ne suis pas sujet à entendre des voix célestes mais disons que j’ai une conscience bavarde, amicalement baptisée Jimmy.
Voilà, comme le Jeminy criquet de Disney.
«Il voit le bien, nous l’approuvons et je fais le mal» pour paraphraser Médée du bon Ovide.

JIMMY
Tu es amoureux voilà tout !

LUI
Baste. Je te dis que j’ai la boule  quand je vois les yeux de cette nana.
Un bleu/gris pastel et au centre un trou noir dans lequel je pourrais m’engloutir à jamais.
 D’ailleurs rappelle toi ce que dit Romuald dans la Morte amoureuse de Théophile Gauthier
"Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité."

JIMMY
Tu veux rire ! Que peut connaitre un vieux capelan au sujet des yeux d’une femme. Tu as eu un violent coup de foudre que ton orgueil cherche à nier.
LUI
Baste ! Laisse moi lire mon anglais.
JIMMY
Tu n’en aura pas eu le temps car ton esprit est occupé à autre chose. Bientôt il sera trop tard et toi aussi, tu iras écrire dans la rubrique «introuvable ou non» du forum marseillais.
Sous rubrique : «amours de jeunesse raté»
« Recherche JF, jolie comme un cœur, qui prenait le 26 avec moi »
Avec ces renseignements ultra précis , tu risques d’avoir de nombreuses réponses à l’an qé vin. Alors profite dès aujourd’hui …
LUI
Carpe diem.
Dieu, si vous m’entendez (ce dont je doute, vu ma propension à l’agnosticisme) pensez à équiper les prochains modules de conscience d’un bouton marche/arrêt)

JIMMY
Je te donne toujours de bons conseils.

LUI
Parlons en de tes conseils : « En ce vendredi 13, va acheter un billet de tombola à ce petit monsieur qui se déplace sur la Canebière avec des fers à repasser, il sera gagnant »
Je me suis agenouillé à coté de lui, j’ai choisi ma terminaison fétiche, le 7, j’ai dépensé tout mon argent de poche et j’ai tout perdu ; même plus de quoi à m’acheter un paquet de Fontenoy (des brunes).
«il sera gagnant» … de nèfles !

JIMMY
Quand j’ai dit «il sera gagnant » je parlai du vendeur.

LUI
Ah ! Non seulement gonflante et bazarette cette conscience, mais de plus un escobar de choix.

JIMMY
C’est quoi un escobar ?
LUI
Tu sais très bien de quoi je cause car nous partageons la même mémoire, hélas.
JIMMY
Alors si nous partageons les mêmes informations tu sais fort bien que ça lui a fait plaisir que tu courbes ta superbe pour lui acheter un dixième, d’autant plus que tu t’es fendu pour cette fois de lui souhaiter de bonnes ventes.
LUI
«Courbe ta superbe» Mais où va tu chercher des phrases pareilles ? Inutile de me raconter que c’est moi, enfant des quartiers nord, qui ait pu t’apprendre ce galimatias insensé. Ca signifie quoi en plus ?
JIMMY
Que tu es bouffi d’orgueil ! Ta soi disante timidité n’est simplement que de l’orgueil mal placé. Alors cesse de procrastiner et dis lui bonjour

LUI
Arrête tes fariboles. Si nous partageons les mêmes infos comment se fait il que tu fasses allusions à des choses que j’ignore. C’est quoi ce forum marseillais ?
JIMMY
Un espace convivial central relié aux ordinateurs des gens.
LUI
Tu délires ! La vraie folle du logis.
Tu as vu comme moi la taille de l’ordinateur de St Jérome alors les pékins n’auront jamais de telles machines chez eux.
JIMMY
Nous voyons les mêmes choses mais tu es incapable de te projeter deux pas dans le futur. C’est exactement comme pour cette fille, jolie, sérieuse, calme et tu fais semblant de l’ignorer. Heureusement que je là pour faire un peu de maieutique avec toi.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 06 juin 2012 à 13:26:16
8) "l’espoir est un pays sans hiver"

LUI
Va caguer à Endoume et laisse moi  lire mon anglais en paix.
C’est intolérable cette vie : non seulement on vous vole votre espace vital ; on vous torpille la rétine avec des rayons bleus sans doute radio actifs mais en plus vous affuble d’une conscience gonflante.
 "Not so fast! You're driving too fast!" said Mrs. Mitty. "What are you driving so fast for?"
    "Hmm?" said Walter Mitty. He looked at his wife, in the seat beside him, with shocked astonishment… She was so pretty with her blue ice eyes…
Quoi ? mais c’est quoi ce texte ? Mrs Mitty a les yeux bleus maintenant ?
Je recommence…
 "Not so fast! You're driving too fast!" …

ELLE
Et alors il ne me dit rien ?
Allez un petit mot, juste un petit mot idiot comme vous, les garçons, savaient si bien en dire.
Vous habitez chez vos parents ? Vous allez au lycée ?
Non, j’habite sous les ponts et je vais faire mon marché. Hi hi
Enfin, ce n’est pas grave le principal c’est que vous nous fassiez rire. J’adore.
Au fait, je n’arrive toujours pas à esquisser le moindre sourire. On dirait que je transforme en statue marmoréenne dès que je suis en sa présence.
Que fait il, mon beau ténébreux ? De l’anglais.
Eh eh! C’est bien un lycéen comme je l’avais très justement déduit dès hier. Je suis vraiment très douée en logique ! Et dans quel lycée va-t-il ? Je vais demander à ma copine qui doit connaitre tous les lycées de garçons de Marseille vue la ribambelle de soupirants qu’elle dit avoir.
Pas l’air bien doué en anglais ! Ça fait une demi-heure qu’il a le doigt empégué sur la même ligne. Peux être veut-il des cours particuliers donnés par une charmante répétitrice ?

*** Terminus ! Place d’Aix. Tout le monde descend.

Le petit mot n’est pas pour aujourd’hui.
Demain sans doute. Comme disent les russes « l’espoir est un pays sans hiver »
Avec les garçon c’est ça.
Ou vous n’en voulez pas et ils vous collent ; ou ils vous plaisent et ne font pas attention à vous ?
Il n’aime pas les filles ?
Allons, allons vous oubliez que somme dans le microcosme a été verrouillé.
Mais peut être ne sait il pas d’où ce cœur sombre et ce regard perdu.

Ne vous plaignez pas trop d’avoir un cœur très sombre,
Vos yeux seront plus beaux quand vous aurez pleuré.
Il naîtra de vos pleurs, il va croître à votre ombre
Quelque lys inconnu qu’on n’a pas respiré.


Ces quelques vers qui émergent de ma mémoire sont de Gérard d’Houville dont D’Annunzio et Pierre Louÿs furent les amants. Mais prenez donc votre dictionnaire pour mieux découvrir cet auteur qui vous étonnera.
Signé : votre lys inconnu

LUI
Blue eyes … blue eyes …Mrs Mitty
 "Not so fast! You're driving too fast!" …
Quoi ? Déjà arrivé ?!
Effectivement ce chauffeur de bus  conduit beaucoup trop vite je n’ai même pas eu le temps de lire un paragraphe.

JIMMY
Alors, tu as rien lu comme je l’avais prévu. J’ai raison comme toujours. Je ne veux pas jouer les Cassandre mais nier la réalité amoureuse ne peut conduire qu’immanquablement à la folie.

LUI
Eh bien vivons jusqu’à la folie alors mais ce soir c’est Micheline qui occupera nos esprits. 
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 07 juin 2012 à 13:24:03
MICHELINE et LES MAITRES DU MONDES

- « Ave mes chéris, votre prof de math ne vous traumatise pas trop ? Sinon j’irai lui tirer les oreilles … ou autre chose. »
Le ton est donné ; vous êtes en cours de latin de Micheline.
Je ne pense pas que Micheline soit son vrai prénom, plutôt un surnom dont l’origine est fort controversée.
Certains affirment que c’est en relation avec le bonhomme Michelin aux formes rebondies (je n’ai pas dit qu’elle était grosse !) et d’autres c’est parce qu’elle est montée sur pneumatiques. Bref tout cela n’est pas très clair.
Assister à un cours de Micheline c’est la garantie d’avoir une pêche d’enfer pendant une paire de jours.
D’abord nous sommes peu nombreux (une douzaine) donc nous avons droit à un traitement individualisé permanent car Micheline ne professe pas ex cathedra mais au milieu de ses élèves qui profitent allégrement des gorges pigeonnantes et des croupes rebondies.
Ca c’est pour le dopage physique.
Et l’intellect n’est pas oublié pour autant.
- « Mes chéris vous faites vingt heures de math par semaine (elle se trompe un peu mais pourquoi la contredire) et vous trouver encore le temps de venir suivre mon petit cours de latin qu’on vous a placé de 17 à 18 juste pour vous ennuyer. Soyez en remercier. Vous êtes la future l’élite de la nation.»
Si après une telle déclaration vous ne vous sentez pas le profil d’un futur maitre du monde c’est que vous êtes vachement dépressif.
Donc ici tout le monde fait du latin dans la joie et que du latin.
Les textes sont d’ailleurs choisis avec soin tout particulier. Foin des de bello gallico narcissiques et autres catilinaires vengeurs ; ici on s’attaque directement l’Art d’aimer d’Ovide qui est nettement plus expressif et direct qu’Arthur et ses yeux bleus euh violets.
Qu’on juge sur pièce :

Mais, si tu as à coeur de conserver l'amour de ta maîtresse, fais en sorte qu'elle te croie émerveillé de ses charmes. Est-elle revêtue de la pourpre de Tyr ? vante la pourpre de Tyr. Sa robe est-elle d'un tissu de Cos ? dis que les robes de Cos lui vont à ravir. Est-elle brillante d'or ? dis-lui qu'à tes yeux l'or a moins d'éclat que ses charmes. Si elle endosse les fourrures d'hiver, approuve ces fourrures ; si elle s'offre à tes yeux vêtue d'une légère tunique : «Vous m'enflammez», crieras-tu ; mais prie-la, d'une voix timide, de prendre garde au froid. Si ses cheveux sont séparés avec art sur son front, loue ce genre de coiffure ; s'ils sont frisés avec le fer : «La charmante frisure !» diras-tu. Admire ses bras quand elle danse, sa voix quand elle chante, et quand elle cesse, plains-toi qu'elle ait fini si tôt.
Admis à partager sa couche, tu pourras adorer ce qui fait ton bonheur, et, d'une voix tremblante de plaisir, exprimer ton ravissement. Oui, fût-elle plus farouche que l'effrayante Méduse, elle deviendra douce et traitable pour son amant. Surtout sache dissimuler avec adresse et sans qu'elle puisse s'en apercevoir, et que ton visage ne démente point tes paroles. L'artifice est utile lorsqu'il se cache ; s'il se montre, la honte en est le prix ; et, par un juste châtiment, il détruit pour toujours la confiance (Art d’aimer Livre II)

Le tout est émaillé de conseils pratiques et de précisions historiques.
- Savez vous avec quel produit les romaines utilisaient pour décolorer leurs cheveux en blond.
- de l’urine fermentée pour obtenir de l’ammoniac
- Savez-vous de quelle couleur étaient les cheveux des péripatéticiennes ?
« Mon petit Christian tu ne sais pas ce que «péripatéticienne» signifie ? Alors en sortant tout à l’heure tu feras attention aux dames, pas obligatoirement philosophes, qui se trouvent autour du lycée.»
Et mon Christian devient rouge comme les cheveux de ces lupa antiques et si Micheline continue à onduler devant lui il va nous pêter une durite.

Alors pourquoi faire du latin de direz vous ?
Pour être bichonné par Micheline bien entendu et puis il serait dommage d’avoir trainé ce boulet pendant si longtemps pour ne pas espèrer profiter d’un petit bonus au bac.
Surtout que le travail demandé est limité : pas de leçon, une version de temps en temps où le plus difficile est de se propulser à la bibliothèque municipale (juste à coté) et de retrouver le passage à traduire.
Qui vous parle de copiage ? C’est un simple garde fou pour éviter le contresens absurde.

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 08 juin 2012 à 12:59:48
Laide et moche

C’est incompréhensible. J’ai beau retourné cette histoire dans tous les sens dans ma petite tête, ce n’est pas possible que ce garçon du 26 ne fasse aucunement attention à moi.
Si je ne lui plais pas c’est peut-être parce que je suis affreusement moche.
Ce matin je me suis regardée «objectivement» dans la glace de la salle de bain.
Je suis affreuse ! Moche comme un pou.
C’est normal qu’il ne fasse pas attention à moi.
J’ai un rapport taille / hanches nettement inférieur à 0,7 (cf. divagations)
J’ai peu de poitrine, pas de fesses bref il manque tout ce que les garçons adorent.
J’ai un bouton derrière l’oreille, un ongle cassé, et des épis dans les cheveux.
Je suis malheureuse comme les pierres.
J’étais si désespérée que ma mère m’en a demandé la raison.
Puis elle m’a dit que j’étais la plus belle mais aussi la plus sotte.
J’ai demandé à mes copines qui ont été plus restrictives sur ma beauté mais je connais leur jalousie innée.
Pour en être sure j’ai décidé de tenter une petite expérience.
Demain comme il n’est pas là, je vais voir comment les gens réagissent à un gentil petit sourire limpide et pas effronté du tout.

Le premier cobaye fut un homme jeune qui s’apprêtait à descendre du bus. Je lui ai fait un petit sourire (vous voyez que je peux sourire en temps normal) et il s’est estramassé en descendant les marches. Restez zen, vous êtes à Marseille.
Non je ne me suis pas estrassée je suis sérieuse et  je n’ai pas un poil de méchanceté.

Le second fut un vieux, la quarantaine.
Hop un petit sourire sympa ; Et ne voila t il pas que son visage devient érubescent et qu’il passe sa langue chargée sur ses lèvres épaisses en me faisant d’horribles clins d’œil.
Stop Nabokov ! Je ne suis pas votre Lolita.
J’ai eu tellement peur que je suis allée me réfugier près du chauffeur.

Donc je suis sans doute jolie en tous les cas je plais à 100% des mâles sondés. C’est mieux que dans l’enquête que j’ai lu dans «Divagations et chemins de traverse», une publication hautement scientifique où seulement 75 % des étudiants répondaient favorablement à une invite féminine.
En revanche le 0% des étudiantes m’étonne un peu car certaines de mes copines ne rêvent que de ça.
Dans ce texte il y a des éléments que je n’ai pas bien compris : c’est quoi ces pratiques buccales auxquelles les femmes instruites s’adonnent ? Des baisers ?

Revenons à notre garçon du 26 ; il doit être mélancolique et fort timide ; il faut que je trouve un moyen pour qu’il me parle après tout viendra naturellement.
Je vais demander à mes copines comment faire.
J’ai eu droit à des réponses aussi éclectiques que surprenantes
- souris lui (Je ne peux pas !)
- laisse tomber ton mouchoir (va-t-il ramasser un mouchoir en papier ?)
- laisse tomber un objet
- laisse tomber tout court
- tombe lui dessus ;
- mords le (Y a des affamées !)
- mets un décolleté plongeant (il risque de rester coi)
- demande-lui du feu (je ne fume pas)
- demande-lui l’heure (j’ai une montre)
- fais semblant de pleurer (pour bofir les yeux ? non !)
- offre lui un bonbon, une galette, une brioche, un sandwich … (gourmandes, va)
- parle-lui
Pas question que je sois la première à lui parler ! Ca ne se fait pas !
Vous ne connaissez pas l’histoire d’Izanami (celle qui invite) et Izanagi (celui qui invite), deux divinités primordiales du panthéon shinto japonais ?
Je vais vous la conter.
Izanami, la fille, invite Izanagi à barater la mer avec une lance et de cette action naquis un horrible avorton, Hiruko, "Enfant Sangsue".
Déçus, ils recommencent le rituel mais cette fois c’est Izanagi, le garçon, qui parle le premier et ainsi ils eurent de nombreux et beaux enfants.

Donc vous voyez bien qu’il est impérieux de ne pas parler la première si je ne veux pas mettre au monde d’horribles sangsues !

Pourtant dans les temps reculés, la femme pouvait parler la première et dire son choix.
Vous connaissez l’histoire de Gyptis et Protis si vous êtes de Marseille. Les deux jeunes gens ont été victime d’un puissant coup de foudre comme nous.
Sans doute vous vous souvenez que la page de couverture des cahiers de la communale représentait une jeune femme, Gyptis, princesse ségobrige, offrant une coupe à un navigateur grec, Protis, venant de Phocée et désigna ainsi son futur époux.
Nous commémorons toujours ces fiançailles mythiques  avec le colombier, gâteau de la Pentecôte, qui contient un sujet en forme de colombe
"Qui la colombe aura, dans l'année se mariera"


Au fait j’ai le résultat de mon enquête : il doit fréquenter le lycée Thiers.

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 09 juin 2012 à 18:24:16
Choix 4

LUI
Cette fille est inhumaine pas un sourire n’éclaire son visage de marbre.
J’aurais en face de moi la statue statufiante du marché des capucins ça serait pareil.
(http://andani.fr/foto/capucins.jpg)
(ça ne vous donne pas envie d'accoster,  n'est ce pas ?)

Vous avez tous bien noté que le marché (non pas celui des capucins !) est parfaitement équitable :
Un sourire et je lui parle immédiatement.
Pas de sourire, je lui parlerai plus tard vers la St Glinglin, quand elle sera plus âgée.
 
Donc j’ai décidé de faire réagir cette encroyeuse.
Quand elle viendra pour s’asseoir je ne bougerai pas mes cannes et je verrai bien sa réaction
1) elle me dit : « pardon, puis je m’asseoir » ce qu’elle ne dit jamais d’ailleurs et hop j’enchaîne et hop la glace (la sienne , bien entendu) est brisée
2) elle se tanque à coté de moi, l’air boudeur, alors je lui dirai « gente demoiselle j’avais gardé ce siège spécialement pour vous, faites moi le plaisir de prendre place » enfin peut –etre un peu moins ampoulé le genre «assieds toi, Nine»
3) Elle va se mettre de l’autre côté, l’air méchant et d’un geste royal, je l’inviterai à s’asseoir à sa place habituelle et convenue.

JIMMY
C’est absolument n’importe quoi ! Ce mec est un génie de l’embrouille ; de plus c’est un jeu totalement idiot. Méfi, elle risque de se lasser de ta bêtise et de ton orgueil.

LUI
 Ignorons les commentaires toqués.
A votre avis elle va prendre quelle option ?
Humm, 1 , 2 ou 3 ?

La quatrième bien entendu !
Donc elle s’est assise en travers, dos contre la vitre, sans mot dire
Moi, je la maudis et je range rapidement mes pieds sous le siège.
Honteux comme un renard qu’une galine aurait pris.
Elle doit jubiler dans son for intérieur en ce moment après m’avoir fait prendre un boque pareil. Tout le bus, à moitié vide, doit s’estrasser.

ELLE
Humm, j’ai presque cru qu’il ne voulait pas que je m’assois en face de lui.
Mais non, il à l’air tellement effaré ; il devais rêver de moi, hi hi.
C’est curieux cette tristesse dans son regard et c’est aussi curieux la gêne qu’il éprouve quand je le regarde.
Vous avez tous bien noté que le marché (des capucins ?) est parfaitement équitable :
Un simple petit bonjour et je le lui retourne avec un sourire dont il se souviendra même le jour dernier où la faucheuse viendra le cueillir.
Pas de bonjour ,  alors j’espère,  mais pas trop longtemps, je ne veux pas coiffer les catherinettes.
Ce n’est pas bien compliqué de dire «bonjour».
Il n’est pas muet tout de même.

Hop un petit coup d’œil …
Eh eh,  il fait semblant de farfouiller dans son sac pour cacher sa gêne. C’est là que je le trouve le plus craquant avec sa tête toute espéloufide

LUI
Elle se moque de moi cette minotte !
Je ne peux pas rester sur une défaite aussi cuisante
C’est décidé demain je lui parle et  je lui dirai qu’elle est trop petite pour qu’on ait une relation sérieuse.
Non, je ne peux pas le faire maintenant car je suis tout dévarié.

JIMMY
Procrastinateur,  menteur à lui-même et aveugle par-dessus le marché. Cette fille a environ ton âge. Elle est simplement plus fifi que les mangiapans que tu fréquentes.

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 10 juin 2012 à 18:12:23
Voyage en pays étrange(r).

Comme le dernier cours a sauté j’en ai profité pour aller faire quelques courses sur la Canebière car Noël approche. J’aime bien me promener sur le Canebière avec ses riches devantures, son animation, ses vendeurs de billets de tombola, et de brousses chaudes.
Je suis allée à la librairie Maupetit mais ils n’avaient l’ouvrage voulu. Je suis donc redescendue vers la librairie Flammarion située un peu plus bas.
En descendant je passe devant le théâtre du Gymnase et je vois une pancarte indiquant lycée Thiers (homme politique dont on n’indique jamais le prénom). Pourquoi ne pas aller y faire un tour ; juste pour voir où il (le garçon du 26 vous vous en souvenez ?) travaille.
Petite place minable, hauts murs, fenêtres barreaudées, grande porte de fer …
(http://andani.fr/foto/thiers.jpg)
Bref les Baumettes pour lycéens. Il y a quelques petits groupes qui fument et discutent mais personne ne fait attention à moi. Décidément je ne sais pas si le fait que ce lycée soit installé dans un ancien couvent des bernardines mais les garçons ne semblent pas très entreprenants. Rien à voir quand je passe (j’évite) devant Victor Hugo.
Je vais rapidement en me disant que si par hasard je tombais sur lui, il pourrait croire que je l’espionne.
Ou non il me dirait : « ah toi ! Mon rayon de soleil par ce froid soir de décembre, tu es venue me chercher ! Quel bonheur !»
Bref, je tourne dans une petite rue parallèle à la Canebière.
«Bonsoir, fifille»
Qui est cette dame qui me tutoie dans un style hypocoristique et un look terriblement sexy avec ses cheveux platine et sa jupe à mi cuisses ?
Tranquillement, je continue.
Venant vers moi je vois une jeune fille ; elle est plus âgée que moi c’est certain mais pas de beaucoup en revanche elle est très maquillée avec un look très sombre.
« Bonsoir, amour, tentée par Sapho ?»
J’en reste baba.
Je suis absolument terrifiée non par la situation que je vis mais par la pensée que je viens d’avoir.
 Elle est mignonne, ai-je pensé, avec ses cheveux noir et ses yeux noirs tristes qui tranchent sur la paleur de son visage. La seule touche de couleur est son rouge à lèvres. Curieuse, cette attirance soudaine vers ces êtres gothiques que je n’avais pas jusqu’à présent.
(http://andani.fr/foto/gothic.jpg)
Non, ne croyez pas que je suis une petite sainte Nitouche je sais que des femmes vendent leur charmes depuis la nuit des temps et qu’il existe des amours féminines. Mais qu’on me fasse une telle proposition en life me gène ou du moins me surprend.
Je me réfugie au milieu de la chaussée et je cours vers le bout de la rue.
Arrivée sous les lumières de la Canebière, je ris (vous savez que je suis très rieuse sauf dans un cas). Quelle sotte je fais ! Personne ne veut m’attaquer. J’étais à 50 m de la Canebière. Pas du tout dans les quartiers chauds et interlopes de Marseille.
En revanche je comprends pourquoi les garçons de ce lycée ont un comportement curieux avec les filles sages (comme moi).
Je sais ce qu’il me reste à faire pour un jour prochain.
Je mets mes bottes (désolée mais je n’ai pas de cuissardes), une bonne couche de rimmel bleu océan, les lèvres enduites d’un rouge Ferrari. Inutile de me proposer du rose à joues, je rosis naturellement.
Je mettrai sans doute une paire de mouchoir pour me rehausser la poitrine.
« Alors beau brun ténébreux, tu causes ?»
J’éclate de rire cette fois sous le regard ahuri des passants.
Peu m'en chaut, je suis heureuse sans trop savoir pourquoi.
Voilà Flammarion, j’achète mon bouquin et je déambule un peu dans les allées.
Tiens, le fameux Kama Sutra dont me parlait ma copine. Voyons ce qu’il dit.
Bé c’est normal qu’une jeune fille s’instruise tout de même. Car ce n’est pas avec la sexualité des moules et la reproduction des petits pois que j’ai appris quelque chose de la vie.
Ah ! Une échelle de l’intensité amoureuse d’un homme :
1. Amour de l'oeil. (C’est quand ça fait Dzzibbb
2. Attachement de l'esprit. (Il pense quelquefois à moi)
3. Réflexion constante. (Il pense très souvent à moi)
4. Absence de sommeil. (Je hante ses rêves
5. Emaciation du corps. (Il pense tellement à moi qu’il en oublie le manger)
6. Dégoût des plaisirs et divertissements.
7. Mise à l'écart de la pudeur.
8. Folie.
9. Défaillance.
10. Mort.
Humm il doit en être au stade 2 vu qu’il semble parfois absorbé par ses pensées.

N’y aurait il pas des recommandations pour attirer un amoureux timide dans ce livre sulfureux ?
Il y a un chapitre entier sur les morsures !
Et un autre sur les coups d’ongles !
Ca alors !!!
Ce livre semble codé on y parle de lingam , de femme-cheval et de congrès. Je n’y comprends rien.
Ouch il me semble qu’il y a beaucoup de gens qui me regardent d’un air sévère, passons ailleurs.
Allez hop, la porte d’Aix et mon 26, puis direction le plateau de la Viste.
Sur le cours Belsunce, je m’achète un cornet de marrons chauds.
«Tu en veux un ?»
«Merci» dit-il en posant sur moi un regard aussi chaud que ces marrons.
Moi, je crois que je suis au stade 8.
S'acò's pas vuei, sara deman.
Et je ris encore.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 11 juin 2012 à 13:49:58
Alchimie de l’absence.

LUI
Super, les vacances de Noël.
Je vais pouvoir me reposer de ce difficile premier trimestre.
Bla bla bla

2er jour
Il me manque quelque chose, un je-ne-sais-quoi ... qui fait que la vie semble vide

JIMMY
Disons plutôt «je-ne-sais-qui» tout en sachant parfaitement qui.

LUI
M’enfin, Jimmy sois impartial !
Je vois cette fille du 26 au grand maximum 1 à 2 fois par semaine sans doute à cause des fluctuations des horaires des trolleybus, ou des différences des heures des rentrées de chacun de nous. Force est de constater qu’elle ne m’a jamais adressé le moindre sourire.

JIMMY
Et toi le moindre bonjour alors qu’elle vient systématiquement s’asseoir en face de toi.

3ieme jour
Bonjour, fille du 26

4ieme jour
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
 
8 ième jour
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26

On vous fait grâce des autres jours, mais ça empire de jour en jour.

SA MERE
Qu’as-tu, mon grand, à tourner en rond ?
Tu n’as plus d’appétit
Quelque chose ne va pas ?
Tu devrais sortir un peu, tu vas devenir neurasthénique

LUI
J’ai pas envie, m’en fous.

JIMMY
Et voilà nous avons atteint un stade 6.
Il va falloir le sortir de là rapidement.
C’est vrai, tu devrais sortir
Bessaï qu’elle sera dans le trolleybus ?
Va savoir.
Au moins tu pourras lui demander son prénom au lieu de dire «fille du 26»

LUI
Ah oui …
Je sors … à ce soir.
Je ne vous dis pas l’expédition pour aller en centre ville.
J’habite chemin du moulin du diable !
Quand tu donnes ton adresse, ton interlocuteur se signe.

Pour le trolley deux possibilités
Soit le 26 ou le 26 barré qui part directement de St Antoine aux heures de pointe.
Ahhhh …    C’est sans doute à cause de cela que je la loupe.

JIMMY
Et voilà les fonctions cérébrales sont en voie de rétablissement, malheureusement on risque une rechute au passage du plateau de la Viste.
 
LUI
Zut elle n’est pas là !
Elle est si mignonne, douce, calme, svelte, jolie … (20 lignes de cet acabit)

JIMMY
Un peu babalu le mec !
Je croyais que c’était une minotte plate comme un estoquefiche.

LUI
Quoi ? Je n’ai jamais dit cela, jamais !

JIMMY
Pôvre gàrri, il a une favouille qui lui ronge le jugement !


ELLE (dans sa maison)
(Reine plus sereine, elle lit des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore en identifiant le garçon du 26 à un oreiller)

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,
Plein de plume choisie, et blanc ! et fait pour moi !
Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,
Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 12 juin 2012 à 13:56:29

Elle (dans sa chambre)

Et si j’écrivais un petit poème ?
Oh je sais, je suis une bien modeste poétesse
Je n’ai rien à voir avec Anna, Lucie, Marcelline ou les autres.

Voilà donc un petit sonnet irrégulier
De moi à lui
Ou peut être aussi de moi à nous.


*** Orgueil et Modestie ***

J’aimerais t’écouter,
Je suis si près de toi ;
Mais à quoi bon rêver,
Tu es si loin de moi.

Je n’aurai qu’à sourire
Pour entendre ton rire ;
Tu n’auras qu’à parler
Pour me voir chanter.

Mais aucun n’osera
Dans sa tour d’ivoire
Faire le premier pas.

Bien triste est un amour
Qui finit, et noire,
Une vie sans amour.


Moi.


Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 13 juin 2012 à 20:11:17
Peinture 1

LUI (dans sa chambre)
Mais Jimmy d’où sort cette idée d’écrire un poème ? Tu sais très bien que je ne suis nul en français. En revanche je pourrais faire un dessin.
JIMMY
Excellent
LUI
Et voilà
(http://andani.fr/foto/olg01.jpg)
JIMMY
Mais c’est quoi cette horreur !
C’est l’idée que tu te fais de ton égérie ?
C’est bourré d’erreurs
Elle a les cheveux d’un joli châtain et non d’un orange citrouille.
La coupe n’est pas bonne
Les yeux sont trop bleus, ils sont plus limpides, plus innocents, plus jolis
Elle a des gaouto gounfle comme aco
On dirait boufaréou !!
Sans parler du front, hydrocéphale sans doute ?
LUI
Tu vas t’aganter une panisse si tu continues !
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 14 juin 2012 à 20:17:34
Peinture 2

LUI
Et comme ça c'est mieux ?
(http://andani.fr/foto/olgp28sun.jpg)

Jimmy
La coupe de cheveux va mieux,
le visage aussi
En revanche, le bleu des yeux est trop foncé
et l'imitation de Van Gogh n'est pas judicieuse pour un portrait
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 15 juin 2012 à 20:10:49
LOGIQUES

ELLE
Ce soir pas de poème, je suis couchée sur mon lit, un roman à la main.
(Pourquoi m’imaginez-vous, nue, en train de lire Monsieur Audiberti qui me parle d’inconnu ? Je ne vois pas l’allusion)
Je suis en train de lire le monde des non-A de van Vogt car le titre m’a intrigué.
Le récit, assez banal en science fiction, développe en outre une thèse philosophique qui porte sur l'identité, et sur l'attitude psychologique de l'homme face à son environnement.
Et c’est ainsi que je suis en train de découvrir la logique non aristotélicienne (ou non A) que van Vogt a puisé dans les idées énoncées en 1933 et contenues dans un livre assez obscur, par le polonais Korzybski auteur de l’aphorisme : « une carte n'est pas le territoire. ».
Je me suis fait une petite fiche de lecture sur les différences entre les deux logiques.

Logique aristotélicienne
1. A est A (principe d’identité)
2. A n’est pas non-A (principe de contradiction)
3. Il n’y a rien entre A et Non-A, (principe du tiers exclu)

Logique non aristotélicienne ou non-A
1. Deux évènement ne sont jamais parfaitement identiques, (principe de non-identité).
2. Un événement change constamment. A peut être aussi non-A, (principe de fluidité)
3. A peut être un grand nombre de choses différentes (principe de complexité)

Je me demande à quelle logique répond le microcosme ?
Je vais y réfléchir.

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 16 juin 2012 à 20:31:54
17)  Des femmes.


LUI
Dis moi Jimmy la fille du 26 doit avoir une conscience comme toi n’est ce pas ?
Donc toi qui a accès aux hautes sphères célestes, tu pourrais suggérer à cette conscience que la fille du 26 m’offre un joli petit sourire pour débloquer l’histoire.

JIMMY
Impossible !
D’abord c’est à toi de faire le premier pas.
Deuxio les filles n’ont pas de conscience.

LUI
Pas de conscience ??

JIMMY
Effectivement, le concile de Mâcon ou celui de Trente, selon les légendes, leur ont donné une âme mais pas une conscience.

LUI
Ah. Et c’est quoi la différence ?

JIMMY
Disons qu’on parle à son âme et qu’on écoute (entend) sa conscience.

LUI
Diable! Le distingo est fort mince.
Que n’ai-je été cette «enfant malade et douze fois impur » pour m’éviter cette logorrhée permanente de bêtises insignifiantes dont tu m’inondes. Heureusement que quand je dors, tu ne parles plus.

JIMMY
Puisqu’on parle de femmes, elles vont faire leur entrée à la Bourse malgré l’opinion de Mme de Staël qui disait qu’on avait «raison d'exclure les femmes des affaires publiques et civiles».

LUI
Eh bien en voilà au moins une qui n’avait pas des peaux de saucisson sur les yeux.
Le vicomte de Ségur quant à lui affirmait que «les femmes acceptent aisément les idées nouvelles, car elles sont ignorantes ; elles les répandent facilement, parce qu'elles sont légères ; elles les soutiennent longtemps, parce qu'elles sont têtues.»

JIMMY
Puisqu’on est en train de piller ton dico Marabout des citations du monde entier de Karl Petit (que tu devrais éviter de sortir pendant les DS de français) on peut rajouter cette citation là de Faulkner : «Les femmes ne sont que des organes génitaux articulés et doués de la faculté de dépenser tout l'argent qu'on possède.»

LUI
Ah ah ah ! (gros rire bien gras)

JIMMY (en aparté subliminale)
Notez bien qu’il est en train de dessiner sa dulcinée et de baver sur les femmes.
Non, pas moi.
Parce que je suis non sexué et  je ne fais qu’utiliser les informations disponibles.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 17 juin 2012 à 22:28:34
Amour quantique

Elle (toujours dans sa chambrette à écouter le canadien Léonard Cohen)

Il serait absurde de dire que je te plais,
Puisque tu ne me parles pas.
Autant qu’il est absurde de dire que tu me plais,
Si je ne te réponds pas.
C’est d'ailleurs absurde qu’on se ne parle pas,
Et c’est logique puisque je ne te plais pas.
Mais c’est absurde si tu me plais.
...

Et c’est là qu’arrive le premier incident de logique
Lui plais-je ?
Ne lui plais-je pas ?
Ou bien existe-il un troisième état ?

Dans ce cas  nous allons directement vers une logique non-A avec un état tiers indéterminé.

Cette indétermination me rappelle cette abominable expérience du chat de Schrödinger.
Je dis abominable car j’aime les minous
Dans cette terrible expérience, un pauvre chat est enfermé dans une boite avec un flacon de gaz mortel qui sera brisé lors de la détection d’une désintégration d'un atome d'un corps radioactif. (état quantique aléatoire)

Le chat est il mort ? ou vivant ? ou bien ???
Tant que la boite n’est pas ouverte on peut considérer que ce chat quantique est dans un état mort/vif (interprétation de Copenhague)

Vous n’avez rien compris ?
Bé pour  moi c’est pareil en amour !
Vous avez noté que c’est une des rares fois où j’ai prononcé ce mot.

Ah! il faudra que je vous parle de la chanson "le partisan" de L. Cohen
Bonne nuit
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 18 juin 2012 à 22:34:30
Stases amoureuses


LUI (dans sa chambre-atelier)
Et voilà c’est fini
C’est bien non ?
(http://andani.fr/foto/mart.jpg)
JIMMY
C’est une nouvelle conquête ?

LUI
Pas du tout c’est Martine

JIMMY
Ah !
Drôle de trogne ; on la reconnait pas très bien.
Elle a quoi sur la tête ?
Elle a de magnifique cheveux longs d'habitude.

Celle-qui-n’a-pas-de-nom a disparu de ton horizon sentimental ?

LUI
Loin des yeux, loin du cœur.
Tu as remarqué que depuis cet éloignement je suis plus calme, équilibré et serein.
J’étais sûr que ça n’allait pas durer bien longtemps.
3 ou 4 rencontres sans paroles sur les sièges d’un bus.
C’est d’un romantisme…
Et hop c’est fini avant de commencer.
Triste fin pour un si grand amour.

JIMMY
Tu devrais éviter de blasphémer.
Simple arrêt sur image.

LUI
Blasphémer ?
Demain, le lycée recommence.
Et tu verras ma grande sérénité durant la transhumance.
Titre: Penser, c’est dire NON
Posté par: caramentran le 19 juin 2012 à 16:30:38

ELLE (écoutant un microsillon)

J’avais dit que je causerai de la chanson «The partisan» actuellement très en vogue, du chanteur Léonard Cohen.
Il a fallu presque me battre avec mes copines et la prof d’anglais pour essayer leur faire entendre que c’est certainement une chanson française et le petit couplet en français n’est pas un quelconque hommage aux résistants mais simplement la chanson originale.

Elles ont ramené la pochette du disque.
Effectivement, il est écrit :
Parols : Hy Zaret, américain, qui est le détenteur du brevet.

« Et tu vois que tu as tort, reconnais le pour une fois.
Tu confonds avec le chant de partisans de Druon et Kessel ;
Tu es blonde et seule, 
nous sommes beaucoup et brunes comme la nuit,
Donc nous avons raison.»

J’allais battre ma coulpe devant tant d’arguments percutants.
Puis j’ai dit NON
Je me suis souvenue juste à temps de la phrase d’Alain (Non, pas le garçon du 26 (dont le prénom doit aussi commencer par A d’après sa chevalière) mais le philosophe) qui a dit
«Penser, c’est dire NON»

Le pouvoir de nier ne donne-t-il pas de la liberté une définition bien négative ?
Je n’ai pas parlé de liberté. J’ai dit : P E N S E R.
Alors j’ai dépensé mon temps à penser.

Je vais reprendre à mon compte ce que dit Bachelard :
«La philosophie du non n'est pas une volonté de négation. Elle ne procède pas d'un esprit de contradiction qui contredit sans preuves.»
Ai-je contredit sans preuves en niant la preuve irréfutable qui m’est présentée ?
Selon une logique strictement aristotélicienne, sans doute.
Mais l’évènement « écrire une chanson» est il unique ? (principe de complexité)
Pourquoi cette interrogation ?
Parce qu’il peut y avoir plusieurs versions et parce que j’en ai l’«intuition»

Intuition féminine bien entendu, histoire de faire rire les garçons.
Et c’est quoi cette fameuse intuition ?
C’est la faculté de prendre en compte de façon non consciente des phénomènes les plus subtils, les plus infimes, d’agglomérer par analogie ces éléments dissemblables pour en tirer une hypothèse de vérité, voire une vérité.
Bref de faire tout ce que la brutale raison va chercher à séparer, à nier parce qu’elle n’a pas de preuve irréfutable pour l’intégrer dans son analyse.
Voilà pourquoi les garçons perdent très rapidement cette merveilleuse faculté de traiter l’impondérable en la remplaçant par la froide et insipide raison raisonnante.

Un exemple ?
Le garçon du 26 a détecté brièvement qu’il se trouvait dans un microcosme (qu’il appelle cela coup de foudre s’il veut).
Puis il a commencé à nier, parce qu’il ne comprend pas cette force qui nous attire (non non je ne l’ai pas dragué je n’ai absolument rien fait, juste me mettre dans son champ de vision pour lui simplifier la tâche.)
Il se sent piégé par quelque chose qui le dépasse.
Il a peur parce qu’il n’est pas à l’origine de l’action,
J’ai les mêmes angoisses sauf que moi je laisse mon intuition gouverner tandis que lui essaye de ratiociner.
Hum ? où suis-je allée chercher un mot pareil ? J’ai noté la propension (encore un !) à utiliser des mots rares, à faire du gongorisme (encore !). Un effet du microcosme peut être.

Pour en revenir à la chanson, peut être l’ai-je déjà entendue.
Je ne sais pas où, je ne sais pas quand, je ne sais pas par qui. Je ne sais rien.

J’ai interrogé mes parents.
La réponse ne se fait pas attendre :
André Malraux en a parlé en 1964 lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon.

Une musique d’Anna Marly sur des paroles d’Emmanuel d'Astier de la Vigerie dit "Bernard"
Bien entendu je ne peux pas fournir cette preuve parentale à mes copines.
Alors je « rentrerai dans l’ombre » comme le dit l’orignal (Cohen chante l’inverse) de cette très belle chanson.

 http://www.youtube.com/watch?v=uTMe6-6VSuQ (http://www.youtube.com/watch?v=uTMe6-6VSuQ)

Demain je retourne au lycée avec la naissance de cette nouvelle année
Et j’en suis heureuse.
Allez savoir pourquoi...
Titre: Nessun dorma
Posté par: caramentran le 20 juin 2012 à 19:58:00
LUI
Dernier jour de vacances.

Je me suis finalement débarrassé de tous ces soucis qui m’encombraient la tête. 
Je suis à jour de mon travail, à jour de mes sentiments : plus d’œil bleu qui me poursuit comme Caïn.
Bref une grande sérénité et pour parachever je vais m’écouter un petit opéra à fond les tubes comme il n’y a personne à la maison.
Turandot, de Puccini avec Birgit Nilsson & Franco Corelli.  C’est pas beau ça ?
Au début je croyais que Turandot était le nom du prince mais non c’est le nom peu seyant de la princesse.
En deux mots :
Turandot, donc la princesse pékinoise, (exact, ce nom n’est ni beau ni chinois mais je n’y suis pour rien) se débarrasse de ses prétendants en leur posant trois questions. S’ils ne trouvent pas, ils sont mis à mort.
Et pourquoi la garce fait-elle cela ? Parce qu’une de ses ancêtres a été rendue muette par son mari qui devait en avoir marre de l’entendre jacasser.
Arrive à la cour un prince inconnu (Calaf) ; il retrouve par hasard son vieux père aveugle accompagnée de sa jeune guide, Liù, qui tombe immédiatement amoureuse de lui.
Ils assistent à la mise à mort, ordonnée par Turandot toujours aussi belle mais toujours aussi impitoyable garce.
Et que croyez vous que ce crétin de prince fît ? Il en tombe amoureux et se précipite, au mépris des imprécations de son père et des larmes de Liù, pour répondre aux trois questions. Mêmes les propres ministres de la princesse, aux noms tout aussi ridicules, essayent de l’en dissuader.
Bien entendu Calaf trouve les trois réponses que je vous livre si jamais vous tombiez vous aussi sur une Turandot locale : espoir, sang et Turandot.
Alors qu’il a gagné et de façon tout à fait incompréhensible il propose à la princesse déconfite, son jeu à lui. Si elle trouve son nom avant l’aube elle sera déliée de son engagement.
Turandot retourne ciel et terre pour trouver son nom et Liù préfère se donner la mort que de trahir son prince (charmant)
Et c’est là que se situe le fameux «Nessun dorma» que je vais vous faire écouter
Vous fermez les yeux et vous vous laissez happer par la puissance de cette voix…
http://www.youtube.com/watch?v=5R8LqdX4KlY (http://www.youtube.com/watch?v=5R8LqdX4KlY)

(Info du scribe accroupi : si personne ne dort là-bas, il en est un, ici, qui roupille !)

A la fin de l’aria, il se réveille et demande à Jimmy d’où sort cette voix de soprano alors qu’il attendait celle d’un ténor. Manifestement ce n’est pas Corelli qui chante.

JIMMY
Je ne sais pas qui chante car c’est un disque qui n’existe pas.
LUI
J’écoute un microsillon qui n’existe pas ? Tu devrais te reposer !
JIMMY
Pendant ton sommeil tu as, sans doute, dû accéder à un avenir plus ou moins proche ou à un univers parallèle.
LUI
Peuplé de petits hommes verts bien entendu !
Et dire que je me targue de recevoir un enseignement scientifique !
Enfin je dois dire que cette voix est curieuse :
la tessiture d’une voix de femme et la puissance d’une voix d’homme.
Vous avez entendu ce Vincero, vincero  du final ?

Pour en finir avec mon histoire Calaf qui a décidément un comportement totalement illogique confie son nom à Turandot et celle-ci encore plus déjantée affirme, devant l'empereur, et tout son peuple rassemblé, qu'elle connaît le nom de l'inconnu : il s'appelle « Amour ».
Bon je pense que je vais me replonger dans mes équa diff’
Titre: Bono annado
Posté par: caramentran le 21 juin 2012 à 18:24:21


LUI
Et me voilà sur la petite place de St Antoine où Marinette, la vendeuse des quatre saisons, et quelques autres partisanes ont installé leurs tréteaux très tôt.
Le trolleybus 26 barré est à son point de retournement.
Je composte mon ticket et je m’installe tranquillement à l’avant comme d’habitude.
Je signale à Jimmy et au monde entier que je suis d’excellente humeur au seuil de cette nouvelle année ;
A l'an que ven ! Se sian pas maï, que siguen pas men ;
Et que rien ne pourrait venir perturber mon équanimité car j’ai pris de bonnes résolutions pour ne plus de faire déstabiliser par une quelconque oeillade.

Je sors de mon cartable le livre que Bernadette m’avait prêté avant les vacances et que je souhaite terminer avant de le lui restituer.

Je ne vous ai pas encore parlé de Bernadette ?
C’est un oubli que je m’en vais réparer immédiatement tandis que le bus vient de quitter son terminus et que le chauffeur avoine gentiment le taxi qui gène la manoeuvre.
Comme vous ne vous y attendiez pas Bernadette est un garçon ce qui semble normal dans un lycée de garçons mais un garçon avec une sensibilité de fille.
C’est le seul qui viendra vous demander si vous ne vous êtes pas fait mal quand vous vous êtes esprofondé sur le cheval d’arçon alors que tous les autres s’estrassent de rire.
C’est le seul qui vous demande ce qui ça ne va pas quand vous avez l’air triste et estransiné.
C’est une esprit-fille dans un corps de garçon.

ELLE (à son arrêt de bus du plateau de la Viste)

«Sois sage, ô mon p’tit cœur et tiens plus tranquille,
Tu réclamais le Bus ; il arrive ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci»
*

Toute pimpante, elle monte dans le bus et vient de s’installer à sa place habituelle.

Chouette ! Il est là.
Chut mon petit cœur.

LUI
Bref c’est un gentil garçon et pas du tout un mignon comme certains le prétendent.
Il est gentil

Elle est gentille
Elle est gentille et mignonne
Qu’elle est mignonne…

ELLE
J’espère qu’il a pris de bonnes résolutions et qu’il va finalement oser m’aborder.
En fait ce matin j’ai l’intuition (je vous ai déjà parlé) qu’il va me souhaiter une bonne année. On va finalement se parler.

LUI
Mais qu’elle est mignonne
Elle est super mignonne...
Mimi
Mi…

ELLE (inquiète)
Mais... il n’a pas l’air bien ... pas bien du tout !
Il est tout banc comme un linge, la bouche ouverte comme un gobi hors de l’eau ; il va se trouver mal !
Il comate ! Que dois-je faire ?
Madame, madame, ce jeune homme est fatigué !
Monsieur aidez-le !
Aidez-moi !!
Aidez-nous

Zut, c’est vrai, le microcosme est totalement hermétique ; nous sommes que tous les deux,
le monde extérieur n’est qu’une espèce de toile de fond sur laquelle se déplace des ombres ectoplasmiques.

JIMMY
Eh ? Que se passe-t-il, tu ne te sens …


* selon Baudelaire
Titre: Chaos cérébral (1)
Posté par: caramentran le 22 juin 2012 à 16:58:01
...

Tûûûûût Tûûûûût Tûûûûût

CERVEAU PRINCIPAL UNIFIE (CPU)
Alerte, Alerte orange
Unité protoplasmique en détresse
Déconnection immédiatement de la conscience.
Sauvegarde de la mémoire de travail
Rapport détaillé demandé d’urgence.

RAPPORTEUR URGENTISTE
Taux de glucose : 0,95 gramme
Pression artérielle : basse
Tachycardie : importante
Présence de morphine dans les récepteurs sensoriels

CERVEAU REPTILIEN
Fan de chichourle qu’elle est belle , la nine !

RAPPORTEUR BASIQUE
Sexe à pile : 100 volts, en augmentation hyperbolique due à une injection importante de testostérone
Mydriase importante (Dilatation de la pupille)
Euh, afflux massif de sang dans les corps caverneux.

CERVEAU REPTILIEN (rubicond et le franchissant)
Fan des pieds mais qu’elle est belle cette gonze !
Je veux me la faire.

CPU
Fermeture immédiate des récepteurs de vision
Réduction de la sécrétion d’endomorphine.
Est-il possible de déconnecter temporairement le cerveau reptilien ?
Non ?
Ah, ça entraine la mort. Ok !

CERVEAU REPTILIEN (au bord de la congestion)
Fan de pute mais ça sent la pachole fraiche.

CPU
Quel rustre ce cerveau reptilien  mais que voulez-vous c’est lui qui commande toutes les fonctions de base.
Alors on ne peut pas s’en passer. On fait avec.
Si on ne peut pas fermer les sondes renifleuses injectez d’un cocktail de marjolaine, de nénuphar, d’œstrogène, de bromure, sur un lit de laitue et avec un zest de progestérone.
Titre: Reboot universe ?
Posté par: caramentran le 23 juin 2012 à 19:50:14

CPU
Bien, maintenant que l’obsédé sexuel est calmé on va pouvoir y voir plus clair et relancer l’entité protoplasmique dont l’atonie commence à inquiéter le voisinage.
Merci de fournir une analyse détaillée de l’incident

RAPPORTEUR ANALISTE
Les paramètres vitaux ont repris leurs valeurs usuelles exception faite pour le sexe à pile qui est totalement déchargé. Mais il lui suffira de passer par la rue Mazagran pour recharger.

Analyse : Très violent séisme cérébral dû à un perturbateur extérieur en conflit avec une résolution personnelle du cerveau limbique imperméable à toute logique.
Ce conflit a généré de plus des pulsions sexuelles auto-incrémentées et pour lesquelles il ne sera pas possible de maintenir le sujet sous anaphrodisiaques sans crainte de séquelles physiques et psychologiques graves.

Préconisations : éliminer la résolution interne et détecter le perturbateur externe pour l’annihiler.

CPU
Quel charabia pour dire ne rien dire ! Quelle solutions géniales !
Résolutions internes annulées ; retour au programme plan-plan de base.
Reboot de l’entité protoplasmique immédiat.
Ouverture des capteurs sensoriels.

Tûûûûût Tûûûûût
Alerte orange maintenue : saturation des capteurs visuels due à la présence continue du perturbateur extérieur.

 (Note du scribe accroupi : les différentes zone du cerveau maintenant vont dialoguer pour rechercher une solution idoine et afin d’éviter une complexification trop grande et somme toute très technique du multilogue seules les saillies les plus percutantes seront reportées sans mention de l’émetteur.)

-  chef, chef c’est l’unité protoplasmique féminine assise en face qui fout la m***e.
- détruisez là
- impossible sans l’accord de la conscience actuellement déconnectée.
- chef chef, la greluche d’en face est en train de faire un ramdam du tonnerre pour avoir de l’aide.
De plus elle vient de nous envoyer une sonde infra-psychique de renseignement.
- chef, on vient d’avoir une tentative de syntonisation de la cervelle sur le cerveau.
- quoi ? Une cervelle c’est quoi ?
- bé c’est un cerveau mais pour une entité femelle.
- ah ! Et c’est quoi une cervelle de bœuf ? Le cerveau d’une vache male ?
- méfie, le couplage cerveau / cervelle va devenir effectif.
- mais c’est totalement impossible, les deux entités vont avoir un cerveau unique c’est contraire aux lois les plus élémentaires puisque on aura au même moment deux conceptions fondamentalement opposées de la vie puisque l’une est F et l’autre M.
Ca ne peut pas marcher, on risque une panne génér…

> Reality.sys is corrupted.
> Universe halted.


(Note du scribe avachi : il n’est plus possible dans l’état actuel de transcrire ce qui se passe car comme vous l’avait parfaitement compris l’univers tout entier a été arrêté à cause de la corruption … euh de l’endommagement du driver de réalité.

Tout l’univers ? Certes non ! Au diable vauvert, quatre neurones (deux aux yeux marron et deux aux yeux bleus (allez savoir pourquoi)) ont organisé une résistance héroïque.
La seule soluce envisagée est de passer en «universe reloaded» avec tout ce que cela implique : perte de données personnelles, disparition de dinosaures, apparition de vierges et patin couffin.
Voilà nous en sommes au moment crucial où avec leurs petites dendrites ils vont réaliser cette opération insensée)

> Reboot universe ?
(Yes / No)
> .
Titre: Ouragan sous le crane.
Posté par: caramentran le 24 juin 2012 à 09:05:33
> Reboot universe

> Yes
Cervelle
> Choose sex : M
> Choose location : Marseilles
> Choose language : Marseillais
>
Cerveau
> Choose sex : F
> Choose location : Marseilles
> Choose language : Marseillais
>

Reload universe takes a while
Be patient.


...
...
...
...
La diligence 26 reprit le chemin vers Marseille …

ELLE
Désagréable impression ! on dirait que je sors d’une mélée ouverte.

LUI
Impression désagréable ! on dirait que je sors d’un cours de couture.

ELLE
Aaaaaahhhhh ! mais  j’ai d’horribles poils noirs sur les mains !!!

LUI
Houla !  il faut que j’arrête de manger du poulet aux hormones, je commence à avoir de la poitrine maintenant !

CERVEAU et CERVELLE
Arrêtez tout y a une erreur dans la programmation !
et l'horloge est mal réglée !!

(Scribe assis : On va vous éviter cette séquence pénible où les deux fois deux protagonistes écervelés vont s’étriper pour savoir où se situe l’erreur (mais vous l’aviez déjà remarquée) et qui l’a commise ?  les quatre bien entendu.)
Titre: conférence d'Eros (1)
Posté par: caramentran le 24 juin 2012 à 20:59:43
Marseillaises, Marseillais, adieu,

Aujourd’hui vous ne retrouverez pas vos héros préférés encore que j’aimerais mieux dire vos zéros préférés. Ils sont mûrs pour le prix citron ces deux là.

D’abord permettez-moi de présenter, Eros, dieu de l’Amour. En fait c’est moi qui gouverne le monde. Je suis issu directement du Chaos et je règne sur tous les êtres vivants, Dieux, Hommes et Bêtes, depuis des siècles de siècles et pour des siècles de siècles.
Zeus, me direz-vous ? Simple potiche qu’on mène par le bout du nez.
Il s’est même emmouracher d’une vache … grâce à moi !

Voyons les problèmes à résoudre :
D’abord rétablir le statut ante car ces ânes d’esprits chausseurs * ont refait le monde mais ils ont interverti les personnalités.
Vous qui êtes intelligents avez parfaitement compris qu’ils ne refont que leur mini monde constitué pour le moment de deux places de bus. Quant aux souvenirs qu’ils pourraient perdre, pas de risque : ils n’en ont pas.
C’est très spartiate comme on dit chez moi.

Donc pendant qu’on refait une nouvelle fois leur monde, je vous explique mon boulot.
J’ai un arc et deux sortes de flèches :
Les unes en plomb qui provoquent un désamour
Et les autres en or qui déclenchent le grand amour.
Donc pour ces deux là, pas de problème, ils ont bien reçu une flèche en or et même une deuxième à titre de rappel (oui, ça marche comme pour les vaccins)
Ordinairement ça marche très bien. Jugez de mon excellent travail à Vérone.
Comment ça ? Les amants de Vérone n’ont pas existé ?
Eh marseillais vous galéjez ! Je suis moi-même allé à Vérone, j’ai vu le balcon, j’ai lu les milliers de déclarations qui ornent le porche. Allez y voir au lieu de raconter des fadaises !
Ici vous irez jeter un coup d’oreille à cette aria du Romeo & Juliette
http://www.youtube.com/watch?v=46jpmr6FZ_8 (http://www.youtube.com/watch?v=46jpmr6FZ_8)
Comme on ne voit pas bien l’artiste vous pronostiquerez l’âge de cette soprano.
Avec un coefficient d’un tiers ou de moitié vous serez dans le bon créneau.

A Marseille en revanche c’est le bide : d’un coté nous avons un grand dadais qui n’est même pas foutu de dire un simple «bonjour» et de l’autre une nunuche qui ne sait même pas faire un sourire.

Ah ! Ne commencez pas à me rebattre les oreilles avec votre histoire débile de préséance sexuelle. Vous n’êtes pas shintoïstes ?
Même les japonaises ont changé d’avis : désormais c’est elles qui offrent des chocolats pour la St Valentin à leurs amoureux transis ou pas.

En amour il y a une seule et unique règle :
Tout est permis à condition que les deux y trouvent leur compte.
Omnia vincit amor. (vous traduirez vous-même car je n’ai pas fait de latin)

En général après le traitement le garçon est un peu (plus) idiot et la fille un peu plus madrée.
Là, on a affaire deux coucourdes décérébrés.

Enfin pour eux il n’est nullement question d’aller aux enfers comme le fit ma chère Psyché dont je vous parlerai un jour, mais juste de prendre un bus en se souriant et en se parlant.

* Eros n’est pas bien au courant de l’informatique psychique : ce qui appelle esprit-chausseur est en fait le bootstrap anglo-saxon qui permet à deux neurones de recharger la totalité des programmes du cerveau/cervelle en cas de plantage.
Titre: Eros vous répond
Posté par: caramentran le 25 juin 2012 à 20:04:06

Je vais répondre maintenant à vos pertinentes questions

Oui, une question d’un poisson
Ah ! Pardon madame, pardon ; une question d’une habitante du quartier du Merlan.
Oui.  La durée de la vaccination est de 99 ans
Ils seront morts ?
Et alors ?
Ils sortiront du tombeau le cas échéant comme dans la Morte amoureuse de Théophile Gauthier.
Ou comme dans ces vers nécrophiles pleins de vers nécrophages (pas les mêmes vers) de Henrich Heine
« Mon amour, quand ton cher corps sera au tombeau
Etendu sur sa couche de glace
Je viendrai, triomphant de la nuit sans flambeau ;
Près de toi m’emparer de ma place.
»

De toutes les façons il n’y pas d’âge pour l’amour et comme le dit si bien Clémenceau qui ne l’était pas, sot :
«Il n'y a pas de vieux messieurs, il n'y a que des femmes maladroites.»
Bien entendu vous pouvez inverser les genres.

Bon maintenant la question d’un chien
Pardon vous êtes un habitant du quartier Cabot.
(Tu parles d’une ville ! je ne laisserai plus avoir)
Qui vous a parlé d’amour exclusif ? Unique ? N’importe quoi
Non non pas du tout ils peuvent tomber amoureux d’autres personnes.
Être heureux, avoir une vie normale et équilibrée mais ils ne pourront JAMAIS oublier qu’ils sont liés par l’Amour de leur vie.

Allez dernière question d’un habitant du quartier Hector .
Ah, Hector est votre nom (je ne m’en sortirai pas !)
J’ai connu un Hector … de Troie
Bien entendu que c’est une histoire VRAIE, à quelques détails mineurs près, comme s’il eut été possible d’inventer une histoire aussi fantastique et nunuche à la fois
Moi, je suis l’instigateur, l’initiateur de l’affaire, je plante mes flèches et à dieu vat.
Je vous rappellerai cette phrase de l’auteur Maurice Donnay
«En amour, il n'y a que la conquête et la rupture qui soient intéressantes ; le reste n'est que du remplissage.»
Et je ne m’occupe pas de rupture en plus exactement je m’occupe de ce qui vient après la rupture : la naissance d’un nouvel amour.

Je vous remercie de votre attention et pour vous le témoigner je vous offre le chef d’œuvre des amours maudites : Roméo et Juliette.
Vous n’avez pas apprécié Jackie ? Allons, cette fille de 11 ans à une voix fabuleuse.

Au fait, quel âge à Juliette ?
14 ans dit William
Alors inutile de me parler des grimaces de l’autre grand benêt.
« Das geht mir auf den Sack »
La fin de l’histoire est lamentable mais je ne suis pas responsable des parents terribles.

Regardez bien la tête d’ahuri de Roméo au début.
http://www.youtube.com/watch?v=4FHpmn-KYec (http://www.youtube.com/watch?v=4FHpmn-KYec)

Adieu, Marseillaises, Marseillais.
Conservez-vous bien.
Et si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas ... en MP
Et n'oubliez pas de répondre au sondage.
Titre: Universe reloaded V1.3
Posté par: caramentran le 26 juin 2012 à 20:13:29
LUI
Ouch, y a eu comme un blanc , un instant d’absence.
Revenons notre livre que je n’ai même pas ouvert.

ELLE
Ouch, y a eu comme une absence durant un instant.
Ah ! Il a repris des couleurs, il n’avait peut-être pas assez déjeuné.
Ou trop bu pendant les fêtes
Ou alors il avait pris de la plante qui rend fada.

Alors ?
Qu’attend t il pour me souhaiter une bonne année ?
Il peut même m’embrasser sur la joue s’il le veut, je ne débattrai pas. Hi hi
Enfin, de toute façon, moi je lui souhaite une merveilleuse année avec une gentille petite amie aux yeux bleus.

Bonne année à toutes les choses :
Au monde ! A la mer ! Aux forêts !
Bonne année à toutes les roses
Que l'hiver prépare en secret.
Bonne année à tous ceux qui m'aiment
Et qui m'entendent ici-bas...
Et bonne année aussi, quand même,
A tous ceux qui ne m'aiment pas !
*

LUI
J’ai dû mal digérer mon petit dej’ car j’ai une migraine comme j’avais une grosse bouffigue.
En plus j’ai des phrases idiotes qui me trottent dans la tête ;
En cette bonne année, l’hiver prépare en catimini des roses qui m’aiment.
Ca ne veut rien dire.
Tiens que fait-elle à se tournicoter la tête.
Elle veut connaitre le titre du livre. Et hop on le retourne.
Je l’avais un peu oublié ces derniers temps mais je trouve qu’elle est de plus en plus mignonne.
Toujours pas de sourire mais je dois concéder que je n’ai pas le sourire facile, plutôt taciturne comme le garçon.

ELLE
Que lit-il comme livre.
Zut il l’a retourné. Il l’a fait exprès j’en suis sure.
Plutôt taciturne le garçon muet.

LUI
Allez hop un peu de courage je lui souhaite une bonne année c’est le jour ou jamais
Pour bonjour il fallait un sourire pas je n’ai rien dit sur la bonne année.
Bonne année
Bonne année
Bonne année
C’est curieux ou bien elle est sourde ou bien c’est moi qui ne parle pas assez fort ?

> SYNTAX ERROR
> péripherique vocal inopérant


MASTER BRAIN
Le potar est à zero,
Balancer la sauce

LUI
BONN…

MASTER BRAIN
Moins fort réduisez le volume

ELLE
Il a parlé !
Alléluia !
Enfin il a éructé quelque chose
Qu’a-t dit-il ?
Redo please

LUI
Mais quelle honte !
J’ai hurlé

ELLE
J’ai vu le titre : «De l’autre côté du miroir» ?
C’est un livre pour un ado ça !?
Je crois rêver ! Ce garçon est de plus en plus curieux.

- Et s'il cessait de rêver de toi, où crois-tu que tu serais?
- Ici.
- Non, tu serais nulle part car tu n'es qu'une espèce d'idée dans son rêve.
**

J’entends des voix maintenant! Mais qui me parle ?
Inquiétante cette phrase. Je ne serais qu'une simple idée ??

Ce n’est pas possible nous arrivons à la place socialiste et normale Jules Guesde et toujours rien. Pas la plus petite bonne année
Suis déçue, dommage car l'aurore aux doigts de rose à céder la place à un radieux soleil qui se lève sur la ville.
Vous vous rendez compte ! ce garçon est capable de modifier l’avenir et mettre ainsi mon intuition féminine en défaut.
Incroyable.


* Rosemonde Gérard
** Lewis Caroll
Titre: Débacle
Posté par: caramentran le 27 juin 2012 à 20:01:44
LUI
(Dans sa chambre à faire semblant de travailler mais en fait bien d’autres choses le travaillent. Il dialogue avec son âme damnée, Jimmy, sa conscience)

Je n’y comprends plus rien
Soit je suis totalement aphone, incapable de lui dire un seul mot.
Soit comme l’autre matin j’éructe d’affreux borborygmes qui l’ont effrayée et ont fait ricaner tout le bus. Shame on me.
Inutile de continuer, je suis totalement ridicule ; elle est perdue pour toujours. Voilà une histoire qui est finie mal avant même d’avoir commencé.
D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi une fille aussi mignonne que sage puisse s’intéresser à moi, mal coiffé, mal rasé, vêtu comme l’as de pique, un vrai caramentran.

Le second problème est que je suis devenu impuissant.

JIMMY
Impuissant ? Tu déparles ! D’où sors-tu une ânerie pareille ?

LUI
Tu devrais le crier plus fort ; au moins tout Marseille et le chien de Philippe sauraient qu’en plus d’être débile, je suis aussi impuissant.
Le matin, plus de gourdin !
Et ça date du fameux jour où j’ai eu comme une sorte syncope dans le bus.
Ou plus exactement comme si une Shambleau m’avait court-circuité le cerveau.
Wouai , une Shambleau.

Tiens ce soir je suis passé par la rue Mazagran, bé, rien, une libido en berne.
Je vais tout de même préciser ici le cadre géographique exact dans le cas où mes parents viendraient à lire ce récit et pensent à tort que leur fils chéri se livre au stupre et à la débauche fornicatrice en sortant du bahut.

Donc pour arriver à la place du lycée il y a trois chemins
Deux autres rues totalement inintéressantes dont une avec commissariat et l’autre avec un théâtre.
Et la rue Mazagran.
Dans cette rue Mazagran, à 20 mètres de la porte du lycée, il y a une espèce de cave à vin où le taulier vend aussi des boissons bien moins chères que dans n’importe quel troquet.
D’accord il faut boire debout et à la bouteille. Mais il est aussi possible d’assister un spectacle gratuit et haut en couleurs où l'on regarde sans toucher.
Un spectacle spécial pour des ados boutonneux, où paradent ce que Micheline appelle les péripatéticiennes (pas obligatoirement philosophes qu’elle rajoute).
Par exemple il y a Tania, tout juste majeure, 22 ans à tout cassé, blonde peroxydée, habillée, si on peut dire, d’un short, et d’un polo fortement échancré qui a de la conversation.
L’hiver, le tout est recouvert d’un manteau en peau de lapin qui une tendance folle à s’entrouvrir sur les jambes gainées de bas résilles.
Parfois elle vient discuter, elle nous à même payer à boire une fois, avec son petit accent yougoslave. En gros elle nous dit de travailler au bahut si on ne veut pas finir comme elle.
Je me vois mal avec une peau de lapin sur le dos.
Certains n’ont pas voulu de boisson sous prétexte qu’ils risquaient de choper la tchouille. Il va vraiment falloir faire un effort sur l’éducation sexuelle !

JIMMY
Ca va être pire dans peu de temps car le gouvernement va supprimer les prostituées.

LUI
Ah bon ? Marthe a repris du boulot à son âge ?
Ils n’ont qu’à supprimer les trottoirs c’est encore la solution la plus efficace.
Bé, j’irai dans les musées voir les statues antiques.
Car vous prenez une heure de Micheline plus 20 mn de Mazagran et votre oreiller en gardera une marque profonde.

«Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !»

Quoi ? De quel trou ce ver alexandrin sort-il ?
En plus j’entends des voix !!!

Pour résumé
Je ne parle plus
Je ne bande plus
J’entends des acouphènes idiots
Autant prendre tout de suite le 54.

JIMMY
Le toubib avait déjà donné son diagnostic sur le problème des acouphènes en le traitant d’hallucinations auditives dus au grand mal, au mal sacré, à l’épilepsie qui menaçait ta santé mentale chancelante.

LUI
Ah ! je le retiens celui-là. Ce n’est pas parce qu’il m’a mis au monde et m’a donné un prénom
Mes parents n’avaient choisi que des prénoms féminins et une garde robe rose que j’ai portée pendant les premières années de ma vie.
Je montrerai bien la photo prise sur la Canebière mais vous risqueriez de ne pas vous en remettre en voyant la « petite fille » ravissante que j’étais avec de grandes boucles brunes qui me tombaient sur les épaules et ma petite robe de satin bleu nuit spécialement dessinée et confectionnée par ma modiste de marraine.
Je me souviens même très bien qu’il avait réconforté mes parents alarmés en leur disant que tous les grands hommes, Alexandre le grand, César, Jeanne d’Arc (bon, c’est une grande femme), Lénine, Dostoïevski, Napoléon …) étaient sujet à de telles crises.
Donc, il ne me reste plus qu’à me promener avec un bout de bois entre les dents en attendant de me rouler aux pieds de ma belle sur le plancher du trolleybus.
Je suis sûr qu’elle va faire attention à moi !
Titre: La photo !!!
Posté par: caramentran le 28 juin 2012 à 08:49:41
Cette photo a été obtenue grâce à la sagacité et à la pugnacité d’un paparazzo psychique et ne saurait être criante de vérité sans toutefois trop s’éloigner d’une certaine réalité subjective.
(http://andani.fr/foto/guesde2.jpg)
Elle les représente tous les deux à la porte d’Aix, descendant de leur trolleybus N°26.

Vous noterez le sourire strictement intérieur des deux zozos et vous comprendrez facilement le mal qu’ils ont à faire passer un message non verbal.
Quant à verbal ...
Titre: Rêve
Posté par: caramentran le 28 juin 2012 à 20:29:14
ELLE (seulette dans le bus)


Pas de chance, ce matin, il n’est pas là.
C’est vrai que finalement nous ne voyons pas souvent.
Je ferme les yeux et je vais penser (rêver) à lui.

Au fait, c’est quoi cette phrase qui m’est venue à l’esprit la dernière fois ?
Je ne serai qu’une «espèce d’idée dans son esprit» ?
Mais ça vous fait froid dans le dos une réflexion pareille.
Une «espèce» d’idée en plus ; même pas une vraie idée !
C’est du même tabac que Tchouang-Tseu (ou Zhuangzi) et son histoire de papillon.
Le sage rêve qu’il est un papillon et lorsqu’il se réveille il se demande s’il n'est pas plutôt un papillon qui rêve être un homme.
En fait je suis très sérieusement en train de me demander si je ne suis pas dans un rêve quand nous sommes «ensemble»
Je n’ai qu’à me pincer …
Non, ce n’est pas une preuve car en fait, je serai simplement en train de rêver que je me pince.
 
Et le fait que nous soyons dans un rêve expliquerait ainsi l’impossibilité de se parler, de sourire à cause de l’atonie musculaire du sommeil paradoxal, période privilégiée des rêves.
Alors ce n’est qu’un simple rêve.
Jung a dit que «la fonction générale des rêves est d'essayer de rétablir l’équilibre psychologique à l'aide d'un matériel onirique».
J’ai besoin qu’on s’occupe de moi pour me faire accéder à mon statut de femme. J’ai besoin d’un petit ami qui me parle, qui me fasse exister afin que je sois plus une «espèce d’idée »
Non, ce n’est pas sexuel pour le moment mais ça le deviendra quand il m’aura apprivoisée.

Dommage.
Ce n’est qu’un rêve...

Eh bien NON.
Je ne vais pas revenir sur la « philosophie du non »
Souvenez-vous, la dernière fois où il essayait de parler j’ai dit « l’aurore aux doigts de rose (C’est d’Homère) a cédé sa place au soleil»
Or,
«Chacun sait que dans les rêves on ne voit jamais le soleil, bien qu'on ait souvent la perception d'une clarté beaucoup plus vive. Les objets et les corps sont lumineux par eux-mêmes.» comme l’avait remarqué Gérard de Nerval dans Aurélia je pense.
On voit une représentation du soleil mais pas l’astre lui-même tout comme on ne regarde jamais le soleil dans les yeux sous peine de perdre les vôtres.

Donc ce n’est pas un rêve.
Brillant n’est il pas ?
Comme le soleil. Hi hi
Ne vous ai-je jamais dit que j’étais futée ?

Autre mot, sorti d’où je ne sais où, qui est apparu soudainement dans l’esprit :
Chamblo.
Je ne connait ni son orthographe ni sa signification
Peut-être Shambleau ?
Je vais me renseigner. J’ai horreur de ne pas savoir.
Titre: Cervelle
Posté par: caramentran le 29 juin 2012 à 17:26:07
Ah ah ah
(Gros rire bien gras et teutonique)
[Nous sommes dans l’Asgard, le domaine des dieux germano-nordiques.
Odin, assis sur son trône de pierre boit en compagnies des autres dieux, de l’hydromel dans les crânes des guerriers morts au combat. Dans la salle de la grande Walhalla les blondes valkyries assurent le spectacle.]

- Vous vous rendez compte, chers Ases, que le grand Zeus et ses mignons ont des problèmes ! lance Odin en lançant par la même occasion un os à deux loups préférés Freki et Géri.

- C’est normal qu’ils aient des problèmes reprend Tyr le manchot depuis que Fenris, le redoutable loup qui avalera la lune et le soleil lors du crépuscule des dieux, lui a tranché la main, ils ne payent pas d’impôts.

- Et ils ne travaillent que 35h ajoute Heimdall qui surveille jour et nuit le pont de l’Enfer qui conduit dans le domaine de Hel, la redoutable déesse des mondes souterrains.

- Le problème est bien plus trivial que ça ; ils n’arrivent pas à accorder deux amoureux transis. Ah ah ah.

- Ah bon ! dit Idunn en distribuant ses pommes anti vieillissement, avec moi les hommes ne lambinent guère.

Siofn, la déesse inspiratrice des passions humaines veut prendre la parole mais à cet instant, Loki, l’archétype du Trickster parfait, fait une entrée remarquée car il s’est attaché les testicules aux cornes d’une chèvre, la mère Kel.
Bref on s’amuse follement jusqu’à ce que Thor donne un grand coup de Miollnir, son marteau magique, pour ramener un peu de calme dans la grande halle.
- Par Thor, montrons à ces a(r)mateurs grecs, ce que les ases germains savent faire.

Braggi qui n’a pas bien digéré les allusions de sa femme Idunn et qui ne tient pas à passer pour un cocu imbécile car c’est un dieu sage et éloquent (peut être un peu trop versé dans les runes et un peu moins dans le giron d’Idunn) déclare à son tour :
- Nous aurons d’excellents psychanalystes dans quelques siècles mais nous pouvons dès à présent examiner les cerveaux de ses deux ados.

Aussi dit aussitôt exfiltrés, le garçon26 et la fille 26 (on aurait pu leur donner des prénoms comme Gertrude et Enguerrand c’était plus romantique.)
Le docteur Frankenstein les opère. Il leur ouvre la boite crânienne d’un grand coup de hache.
Il a assuré qu’avec quelques points de croix il refermerait convenablement la boite car il n’est pas question de les transformer ces jeunes gens en hideuses créatures après l’opération.

Et là immédiatement on voit les différences énormes qui existent entre un cerveau et une cervelle (on vous rappelle cerveau = homme, cervelle = femme).
Tout d’abord le poids. Chacun sait que le cerveau moyen d’un homme pèse 1400 grammes alors qu’une cervelle moyenne atteint tout juste 1,4 kg.
Mais les différences les plus profondes se situent dans l’affectation des lobes pariétaux.
On vous a fait des crobars
Trois zones les plus importantes sont à considérer :
- La zone rouge « sexe » hyper développée chez le male et bien plus réduite chez la femelle.
- La zone violette intitulée «Orgueil» chez le M et «Préjugés» chez la F est en fait la même chose ; dans les deux cas c’est un centre de pulsions négatives qui empêchent toujours de faire quelque chose de positif.
- La zone rose est cette fois-ci surdéveloppée chez la F. et quasi inexistante chez le M. C’est la zone de serments de fidélité éternelle.
Toutefois le cerveau et la cervelle sont des organes hautement reconfigurables et il est très possible que des zones grossissent par rapport à d’autres qui périclitent.

Nous avons affaire ici à deux spécimens parfaitement normaux, bien équilibrés avec toutefois des zones Orgueil et Préjugés un peu trop présentes qui peuvent d’inhiber leurs tentatives de contact.
En revanche j’ai rarement vu des binômes de neurones booteurs aussi gros, dont une paire avec des yeux bleus.

- A quoi servent ils, questionne Odin qui fait mumuse avec ses deux corbeaux ?
- Cette paire de neurones au langage très primaire et binaire (l’un ne sait dire que oui ou 1 et l’autre que non ou 0) sert uniquement à la naissance. Les Nornes les utilisent pour installer la séquence du destin personnel.
(Note du scribe allongé : les Nornes chez les nordiques sont comme les Moires chez les grecs ou les Parques chez les romains, elles tissent la destinée de chacun. Et si les mythologies vous intéressent vous pouvez toujours aller voir sur http://mythologica.fr (http://mythologica.fr) , ça fera plaisir au scribe))

En conclusion, je préconise qu’ils boivent chacun un plein crâne d’hydromel avant de monter dans leur char N° 26 et ainsi toute inhibition sera totalement levée.
Donc pendant que je les recouds on peut leur perfuser un galon d’hydromel et demain ils péteront le feu.
Ainsi fut fait.



Edité le : 29 Juin 2012 à 17:25:11
(http://andani.fr/foto/cerveau.gif)

Edité le : 29 Juin 2012 à 17:26:07
(http://andani.fr/foto/cervelle.gif)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 30 juin 2012 à 17:47:56
Lors de l’opération de couturage, les nains qui furent de grands inventeurs et de grands artisans vinrent présenter leurs dernières trouvailles aux Ases.
On se souvient qu’ils avaient fabriqué la lance magique d’Odin, le drakkar de Freyr, le redoutable marteau de Thor sans oublier le merveilleux collier de Freyja (en échange d’une nuit avec la déesse) ou les splendides cheveux d’or de Sif saccagés par Loki.
Cette nuit, les nains craignent la lumière du soleil, ils avait apporté avec un bien curieuse boite noire munie d’un gros bouton rotatif.
Ils présentèrent leur découverte : un rhéostat d’improbabilité.
Et ils en firent une étonnante présentation.
Ils demandèrent à l’assemblée de parier sur pile ou face.
Le nain en chef régla le rhéostat sur 96 (on ne peut aller au-delà à cause du principe d’incertitude d’Heisenberg) et demanda à la belle et blonde Nanna épouse de Balder de lancer une pièce.
La pièce bondit dans les airs et retomba sur la table encombrée des reliefs du repas. Mais au lieu de se coucher sur l’une des deux faces elle demeura sur la tranche.
Stupeur et tremblements.
Une stupeur indicible se lut sur les têtes germaines car si personne n’avait gagné au jeu, ils venaient tous de perdre le gentil Balder percé en plein cœur par une branchette de gui lancée par un aveugle.
Tremblements, car les nains furent accusés d’en être la cause mais profitèrent de la foire d’empoigne qui régnait pour s’éclipser sauf le pauvre Lit qui se trouvait sur le passage d’Odin et qui fut envoyer se faire rôtir sur le bucher préparé pour les funérailles de Balder.
Toutefois avant de partir ils décidèrent de faire bénéficier les deux couturés de leur rhéostat d’improbabilité qu’ils avaient rapidement modifié en y rajoutant un bouton RàZ

Comme vous l’avez constaté le rhéostat d’improbabilité fait se réaliser deux évènement (un positif et un négatif) qui ont une chance infime mais non nulle de se produire.
Pourquoi deux ? Pour que la somme soit nulle et ainsi les lois du hasard, qui n’ont jamais été abolies par un coup de dé, ne seront pas modifiées.
C’est ainsi que nos deux héros se retrouvèrent ensemble (mais toujours aussi peu souriants) au Pharo et corrélativement la charpente rouillée et déglinguée du pont transbordeur, disparu en 45, relia à nouveau les deux rives du Lacydon, like a bridge over troubled water.
http://www.youtube.com/watch?v=GYKJuDxYr3I (http://www.youtube.com/watch?v=GYKJuDxYr3I)
Your time has come to shine.
All your dreams are on their way.
See how they shine.

Dans cette chanson de cette année 69 et vous remarquerez la relation, ténue, qu’il existe avec la borne max du rhéostat d’improbabilité. Peut-être qu’il n’y a plus rien au-delà de 69.

Devant les problèmes qu’une telle réapparition ne manquerait pas de susciter, les nains préférèrent appuyer sur RàZ et nos deux héros se retrouvèrent au lit.
Non ! Chacun dans son petit lit à soi.
Et le temps fut rallongé d’une seconde à cause de la RàZ perturbatrice.
(http://andani.fr/foto/transbordeur.jpg)
Le fond de ce magnifique tableau a été exécuté par Vincent Honnoré.
Titre: Shambleau
Posté par: caramentran le 01 juillet 2012 à 19:35:45
ELLE (Seulette dans un bus 26)

C’est inquiétant car ça fait longtemps que le trolleybus est vide quand je monte à l’arrêt du plateau de la Viste.
Enfin vide de lui.
J’espère qu’il n’est pas malade ou qu’il ne s’est pas offusqué de mon regard velouté de la dernière fois. Je l’ai regardé droit dans les yeux et il a détourné rapidement le regard comme s’il avait vu quelque bête odieuse et malfaisante.
Néanmoins j’ai gagné ! hi hi.
Et cela m’a fait sourire. Hi hi.
Vous voyez que je peux sourire, il suffit qu’il ne me regarde pas.
J’ai un mal de tête ce matin c’est abominable, on dirait qu’on m’a ouvert le crâne avec une hache.

LUI (seulet dans un autre bus 26)
Quel mal de tronche ! on dirait qu’on m’a ouvert le ciboulot avec une hache.
Nous sommes déjà début mars il faut que je m’inscrive pour l’Angleterre.
C’est énervant car ça fait des lustres que je ne la vois plus.
Pourtant je lui réserve sa place tous les jours :  j’étends mes jambes sur la place opposée et je prends un air renfrogné (pas dur). Ca décourage n’importe qui de venir sur mes terres.
Passé l’arrêt du plateau de la Viste cette comédie n’a plus d’intérêt.
En revanche quand elle arrive (je la vois arriver dans la vitre derrière le chauffeur) je gare mes pieds et prends un air heureux (enfin intérieurement du moins).
L’autre fois, elle m’a planté son regard bleu de glace dans les tréfonds des orbites. A la fois désagréable et ravissant comme une Shambleau.

JIMMY
Elle ?
Tu parles de la petite brune qui vient de s’asseoir ou de quelqu’un d’autre ?

LUI
Atchedeu, qu’il est lourd celui-là !
Alors c’est quoi cette cagole qui vient s’installer sans vergogne à sa place ?
 (Il regarde la fille brune, s’aperçoit qu’elle a les yeux de Fausti, immédiatement il sourit et la brunette lui retourne son sourire)
Té, Jimmy, je vais te montrer que tout le problème vient uniquement de la fille du 26.
- Bonjour, tu vas au lycée ?

BRUNETTE

- Hi ! bonjour
- Non je suis en école d’infirmière. Bla bla bla.

LUI (à Jimmy, tout en meublant la conversation avec la brunette)
Alors tu vois je n’ai fait pas macari et ça marche du premier coup (sauf avec celles, au gout douteux, qui rêvent de grands blonds aux yeux bleus bien sûr). Je te l’ai déjà dit la fille du 26 pose un problème, une masque, une espèce de Shambleau sans aucun doute.

JIMMY
Arrête de faire ton gandin, tu as triché. Elle a les yeux de Fausti. Et dès que tu en vois, tu arbores ton sourire carnassier et elles (enfin quelques unes) fondent comme neige au soleil.
Il faut vous dire que Faustina était sa sœur et il a obligé ses parents à donner les yeux pour qu’elle continue à vivre au-delà de la mort.
Bref un truc de barge, comme d’hab’.
Maintenant il croit que tous ces yeux noirs où l’iris est indiscernable de la pupille sont les yeux de Fauti…

LUI
Ta gueule !

BRUNETTE
Pardon ?

ELLE
Shambleau … Voilà encore ce nom qui surgit dans ma mémoire.
Mais j’ai trouvé ; c’est un livre de SF de Catherine Moore. La bibliothèque du lycée n’a que la version anglaise mais ça se lit sans difficulté, texte court et assez prenant. Je vous le résume et éventuellement je peux vous le prêter.
Smith, un aventurier galactique sauve une «jeune femme» enturbannée qui va être lynchée par la foule. Malgré les avertissements de passants qui lui disent de la tuer, il la ramène chez lui.
(http://andani.fr/foto/shambleau.jpg)
Il lui offre à manger mais elle refuse disant se nourrir d’autre chose. Puis émoustillé par le corps dorée de la «jeune femme» manifestement non humaine il veut la peloter mais y renonce rapidement peut être à cause des yeux bleus euh non verts.
«Elle soutenait son regard, l’air innocent, ses grands yeux verts aux pupilles palpitantes rencontrant les siens sans un écart.»
Pendant la nuit, il la voit défaire son turban et une masse grouillante de tentacules s’attaque à son esprit partagé entre horreur et plaisir.
«Pendant un moment, j’en ai fait partie, littéralement, partageant ses pensées et ses souvenirs, ses émotions et ses besoins, et — bon, c’est fini maintenant et je ne me souviens plus très nettement. La seule part de moi qui restait libre, était celle qui était presque folle d’horreur. Néanmoins c’était un tel plaisir !»

Heureusement, son ami arrive, tue la Shambleau qui est une sorte de vampire de l’esprit et lui fait jurer de la tuer dès qu’il en verra une.
Smith répond qu’il essaiera car quand on a gouté aux délices d’une Shambleau qu’on ne peut plus jamais l’oublier.
Titre: Miroir, mon beau miroir
Posté par: caramentran le 02 juillet 2012 à 16:33:27
LUI
Nos rencontres silencieuses continuent mais de plus en plus espacées. Je voudrais bien l’observer un peu mieux pour mieux la mémoriser cependant les décharges électriques que j’endure à chaque croisement de regards m’en dissuadent.
Déjà que je me suis fait étriller lors du dernier match de rugby contre le prytanée militaire d’Aix je ne tiens pas maintenant à me faire griller les yeux et le cœur.
A force de réfléchir (wouaff)  j’ai découvert que je pouvais la voir sans problème de chocs en regardant son reflet dans la vitre tout comme Persée le fit pour la Gorgone.

ELLE
Nos rencontres silencieuses ne s’arrangent pas. Pas un mot, pas un regard. Au début j’avais droit à quelques regards furtifs. Maintenant plus rien. Nada. Il est vrai que je n’arrive toujours pas à lui grimacer le plus maigre des sourires.
Il fixe continuellement la rue comme un enfant idiot. Je suis à ce point déçue que la prochaine fois je resterai au fond. Inutile de venir à coté de lui  si je n’ai même pas droit à un petit regard, rayon de soleil de ma journée.
Enfin mais que diable regarde t il ?
Poubelles vides, trottoirs sales, vitres sales…
La vitre , LA VITRE ! J’ai failli crier. Il regarde dans mon reflet dans la vitre.
Comme je suis heureuse d’exister par lui.
Cela me rappelle l’histoire d’Elaine, la dame de Shalot, qui aime Lancelot d’un amour non partagé et qui voit le monde par le truchement d’un miroir (on sait pas trop pourquoi). Elle décide de mourir (mourir d’aimer, édition médiévale) et donne sa dernière lettre d’amour à sa reine. Voici ce que lui fait écrire Tennyson

Très-noble seigneur, Sire Lancelot du Lac,
Moi qu'on appelait quelquefois la vierge d'Astolat,
Je viens ici, car vous m'avez quittée sans prendre congé de moi ;
Je viens ici afin de prendre pour la dernière fois congé de vous.
Je vous aimais, et mon amour n'a point eu de retour.
C'est pourquoi mon fidèle amour a été ma mort.
C'est pourquoi, devant notre dame Guenièvre
Et devant toutes les autres dames, je fais ma plainte.
Priez pour mon âme et accordez-moi la sépulture.
Prie pour mon âme, Toi aussi, sire Lancelot,
Car Tu es un chevalier sans égal.


C’est triste non ?
Notez que je ne demande pas une déclaration d’amour. Je n’ai jamais parlé d’amour.
Je serai une parfaite idiote si je jugeai un amour potentiel au seul aspect physique.
Lord Byron dit que « l’amitié n’est qu’un amour sans aile » alors pour commencer je souhaite une sincère petite amitié et comme une amitié entre une fille et un garçon ça n’existe pas, on tombera amoureux. Pas plus compliqué que ça.
C’est pour cela qu’il doit me parler sans attendre.

LUI
Quel estassi !  je me suis fait prendre comme un collégien. La futée a compris que je l’espinchais dans la vitre.
Encore ce Byron qui me casse les c**illes

JIMMY
Justement parlons en.
Non pas de Byron car ça tombe sous le coupe d’un tabou il est donc interdit d'en causer.

C'est un neurone qui se réveille dans un cerveau (masculin). Tout est noir, vide, personne...
"Hou, hou!" dit le neurone. Pas de réponse...
"Hou, hou !" répète le neurone angoissé.
Tout d'un coup, arrive un autre neurone qui lui dit : "Mais qu'est-ce que tu fais tout seul ici, on est tous en bas dans les c**illes !"
Toujours un peu juste des neurones, ce mec, alors qu’il suffirait de dire un simple mot.

LUI (plus tard dans la soirée)
Et voilà suite à mon observation matinale
(http://andani.fr/foto/olgwet.jpg)

JIMMY
Y a de ça…
Mais, IMHO, tu devrais soit nettoyer la vitre, soit changer de lunettes car c’est flou.
En plus y a une grosse tâche à droite.
Ou plus simplement la regarder en face.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 02 juillet 2012 à 18:29:54
Hum...  :-k J'espère bien n'offenser personne mais ma longue absence a dû me faire rater bien des fils de discussion et j'ai du mal à retrouver nos habitudes...  :smt102
Du coup, je n'ai pas encore lu en détail les deux pages de ce post, mais blonditude première revient au galop, j'ai une question tout de même, c'est un fil privé ici ou je peux poster et rompre le monologue ?
Et de là, je vais abuser mais je pose une deuxième question : c'est le feuilleton de l'été sur MF ? Amusant !!! :smt045
Titre: Microcosme
Posté par: p.jojo le 02 juillet 2012 à 18:51:10

Puisque le monologue est rompu ... 8-[



On dirait presque  Michelle et Hector ...  :roll:

https://www.marseilleforum.com/forum/index.php/topic,29293.msg513105.html#msg513105
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 03 juillet 2012 à 17:28:09


On dirait presque  Michelle et Hector ...  :roll:

https://www.marseilleforum.com/forum/index.php/topic,29293.msg513105.html#msg513105

Voui.....mais comme je l'ai dit dans "mon" fil que tu cites......j'étais trop prude à l'époque pour avoir quelque "vues" (comme l'on disait à l'époque) sur la fort jolie Michelle  :cache:

Je ne sais point comment se concluront les z'amours de Caramentran (histoire véridique aussi, m'a-t-il dit) :?:

=> En tous cas....moi ... j'ai hérité de Roxy...pour mon karma sur cette terre  :smt005  :smt082  :smt005
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 03 juillet 2012 à 17:40:17
Bien... :-k  Il m'est totalement impossible de répondre à un message privé, ce n'est pas dans ma nature, je suis bien trop bavarde pour refuser le "public"...  :mrgreen: Et sans aucun doute un brin sauvage...  :-''

Cela dit, amis forumeurs, soyons sages et laissons Caramentran poursuivre cette belle histoire sans trop intervenir... Si c'est possible ?  :-#

Toutefois, pour toi, Caramentran : tu seras obligé, et j'espère que tu nous en excuses par avance, de subir nos coupures et diverses interventions.  :smt102 On est bavard par ici... Dis-toi que cela a le mérite de rendre encore plus vivant le récit. Et puis, on sait bien depuis le début car "Elle" nous l’a expliqué, que le microcosme est fermé et que nos "amoureux" sont seuls au monde et ne nous verront pas passer... :cache:

Et encore quelques mots puis je sors sur la pointe des pieds... Petit un, j'ai été obligée d'aller vérifier sur google la définition de microcosme, petit deux, je vais voter dans ton fil, mais j'hésite sur mon choix !!! :?

Zou, continues, j'ai hâte d'avoir la suite... ;)  
Titre: Course de côte
Posté par: caramentran le 04 juillet 2012 à 22:18:29


Peut-être n’en avez-vous jamais vu ?  Mais quel chassis ! Quelle machine ! Quel moteur !
Je me souviens de cette course de côte où le car d’Aix (flambant neuf car il venait en changement des vieux trolleys oranges) avait doublé très péniblement notre trolleybus à l’arrêt situé au milieu de la montée de la Viste. Cela n’a manifestement  pas plu à notre conducteur :
- Té ! regardez-moi ce grand couillon qui n’a rien dans les brailles et qui te double.

A Marseille, la plaque indiquant qu’il ne faut pas parler au conducteur a été remplacée par une autre qui stipule qu’il est interdit de lui répondre.
Avant, il y avait deux agents qui dialoguaient d’un bout à l’autre du bus : un à l’arrière qui tamponnait les tickets et l’autre à l’avant qui conduisait … à moins que ça ne soit l’inverse…
- eh Marcel tu as amené ton clebs que personne y veut avancer vers devant ?
- attends, je vais te faire de la place.
Et Marcel donnait un petit coup de frein impromptu qui avait pour effet d’expédier tout le monde vers l’avant dans une ambiance de manège des montagnes russes.
(http://andani.fr/foto/trolley26.jpg)
Encouragé par sa cour (il y a toujours une brochette de groupies épinglées sur la barre de fermeture de la porte avant) et à peine portes refermées, le conducteur humilié donne un grand coup d’accélérateur.
- Et en voiture Simone crie t il
Simone n’est sans doute pas le prénom de la JF que je viens de recevoir dans les bras et qui s’agrippe désespérément à moi car sous l’effet de l’accélération prodigieuse tout le monde a valdingué vers le fond.
- Sacrée puissance !  lui dis-je
- oh oui ! On se croirait transporté au ciel répond-elle, rosissante en prenant brutalement conscience de l’ambigüité de sa phrase.
Enfin, encore une qui n’a pas vu péter le loup dans la fiole.
Pratiquement à pleine charge, c’est le soir, le trolleybus double dans un vrombissement aigu de son moteur de 140 cv, le car aixois à fond les culbu, drivé par un conducteur totalement ahuri qui a toujours autant de difficultés à remonter la pente.
La manoeuvre est saluée par hourvari : les applaudissements des voyageurs assis se joignent aux hourra des autres qui ont toujours du mal à se tenir debout mais donnent de la voix ; une ambiance de stade vel’, les jours de grands matches règne dans la machine triomphante peinte en crème et bleu profond.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Miette le 05 juillet 2012 à 08:29:35
 :smt039 t'as pas vu??!! les copains...ils t'ont parlé
Titre: Grandes manœuvres
Posté par: caramentran le 05 juillet 2012 à 21:54:14


ELLE (assise en face de lui)
Nous voila début mai et où en sommes nous ?
Nulle part, comme si j’étais une espèce de rêve dans son esprit
J’ai bien retenu cette phrase qui sort de nulle part mais qui convient parfaitement à la situation. Je résume pour que personne n’en perde une miette.
1) Suis je moche ?
Ah non j’ai déjà fait l’expérience et ils étaient tous déchaînés !

2) Ne suis pas assez belle pour lui ?
Je l’ai cru par un moment, mais après l’épisode de la vitre ce n’est plus possible à envisager.
Je le regarde en direct, il me regarde dans la vitre.
Je le regarde dans la vitre (oui, moi aussi j’ai appris la combine) il me bade !
Le problème, le très gros problème c’est quand nous nous regardons l’un l’autre. Ca ne dure qu’une fraction de seconde avant que l’un ou l’autre détourne le regard.
Je ne gagne pas tout le temps car il a mis au point une technique redoutable : il me regarde mais il modifie son punctum proximum de telle manière que mon image soit floue (si vous êtes vieux ce n’est pas la peine de tenter l’expérience ca ne fonctionnera pas !) à volonté.

3) Une autre hypothèse m’a été soufflée par Bérénice : les garçons ont peur des filles (trop) belles. En regardant son visage ingrat je me suis dit qu’elle devait avoir un succès fou. Ce n’est peut être pas faux car je l’ai vue plusieurs fois avec charmants garçons.
Alors que moi, degun !
Puis elle a ajouté « les jolies filles ne servent que de bibelots »
Donc me voilà reléguée au statut de bibelot et je rajoute sexuel pour terminer le tableau.
Que dois-je faire ? Me mettre un sac sur la tête pour la prochaine fois ?
Il y a autre quelque chose qui cloche. Même si je me remémore un truc marrant je reste de marbre s’il est en face de moi comme maintenant.
Que fait-il en ce moment ? (je suis en position vitre) Il s’est extasié devant ma chemisette, lavée avec Bonux.

LUI

Mais quelle idée qu’elle a de boutonner sa chemisette jusqu’au raz du cou. Que diable ! nous ne sommes plus en avril pour ne plus se découvrir d’un fil. Elle a peur qu’on voit ses seins ? Ses œufs au plat !
Je plaisante !!!  curieusement ça ne me fait pas sourire. J’ai l’impression que dès que je suis en sa présence mon esprit se gèle.
Que fait-elle en ce moment ? Elle regarde la rue, comme si la Cabucelle (tu parles d’un nom de quartier qui serait le féminin de cabeceu, couvercle ou le nom d’une grande famille du coin) offrait un spectacle inoubliable.
Elle me regarde moi ? Supposition farfelue et totalement idiote. Cette fille jolie, très mignonne même, je le reconnais, trop jolie peut être pour moi sans doute, ne fait aucun cas de moi. C’est sûr !

JIMMY
Et pourquoi vient-elle s’asseoir gentiment en face de toi alors qu’il y a des places libres ailleurs ? Pour voir ta trogne renfrognée sans doute ? Sois honnête pour une fois !

ELLE
Bon, je vais être pratique et efficace comme toujours. Et je vais utiliser une ruse féminine veille comme le monde et que mes copines m’ont vivement recommandée : laisser tomber un objet.
Un mouchoir en papier : non
Mon petit foulard : un peu léger et puis je n’ai pas que mes habits trainent sur le sol.
Ma mascotte : j’ai un petit lion suspendu à ma sacoche, je vais le décrocher tout de suite et il tombera tout naturellement quand je me retournerai vers la porte de sortie.
Il va se précipiter pour me le ramasser
Il me tapera sur l’épaule en disant (je vais entendre sa voix pour la première fois !)
- «Mademoiselle, vous avez perdu votre gentil lion.»
Je me retournerai avec mon plus beau sourire
- «Ah merci, tu es gentil de me l’avoir ramassé»
Oui, il faut que j’utilise le «tu» pour le mettre à l’aise, un «vous» risque de le bloquer et ce n’est pas la peine d’en rajouter

Place d’Aix, terminus, tout le monde descend !


Toc, cling,  le lion vient de choir. Parfait.
Petite tape sur l’épaule ; parfait.
- «Eh nine, tu as perdu ton lion»
Ah ! je ne m’attendais pas à ce langage mais ça va toujours! Il est déjà à me tutoyer, je commence déjà à sourire, ravie que mon astuce fonctionne à merveille. Je me retourne lentement.
- «Ah merci …»
Rahhhhhh c’est un vieux qui me tend ma mascotte !!!
- «Ya pas de quoi ma beauté.»
Coquin de sort ! Mais d’où il sort celui là ! En plus il a au moins 40 ans !
Et l’autre estassi est resté assis !
Je suis emmasquée !

JIMMY
Tu as vu ! elle a laissé tomber son lion pour que tu puisses lui adresser la parole.

LUI
J’ai rien vu,  mais tu devrais me le dire avant.

JIMMY
Je suis ta conscience, pas la Sibylle et je ne peux réagir qu’après ta volition.

LUI
Je pense que tu te fourvoies ; je ne l’intéresse pas, il n’y a qu’à voir l’air méchant qu’elle a en ce moment.

JIMMY
Elle commence en avoir marre de toi. Méfi. Bientôt les vacances et vous ne vous verrez plus.
Là, je t’aurai bien prévenu avant.

LUI
Bon, promis, la prochaine je lui cause.

JIMMY
Comment croire un procrastinateur professionnel ?
Titre: Confidences
Posté par: caramentran le 06 juillet 2012 à 19:30:55
JIMMY
Je vais en profiter alors qu’il cuve son pastaga pour vous dire quelques mots hors de son contrôle strict.
Vous savez, c’est un très dur métier que celui de directeur de conscience. Il faut à la fois que je le contrôle dans ses actions inconsidérées et que je le pousse vers de nouvelles directions sinon il ne fait rien comme vous avez pu vous en rendre compte.
J’aurais mieux aimé qu’il soit fille ; c’est plus calme et dans ce cas je serai son âme.
On vous a déjà expliqué que les garçons ont un cerveau et une conscience et que les filles ont une cervelle et une âme.
C’est à peu près la même chose sauf que chez la fille mais ça ne sert strictement à rien puisque le tout est chapeauté par un truc bizarre : l’intuition féminine. L’intuition est un bidule totalement illogique et aléatoire qui à partir de données totalement fausses et invérifiées établit un diagnostic (parfois) juste. 
Alors pourquoi les avoir dotées d’une cervelle ? Simple raison d’égalité sinon on aurait eu des plaintes en n’en plus finir.
Les filles n’ont pas de cervelle ; et pourquoi ? C’est injuste, moi je veux ma cervelle, patin couffin, on ne s’en sortirait pas.
Pardon ? Les garçons auraient tout de même bien quelque chose en plus que les filles ? …  je ne vois pas bien quoi…

Profitant que le contrôle se relâche,  J’ai fait un dump memory et voilà ce que j’ai obtenu :
(http://andani.fr/foto/visage6.jpg)

La photo A montre la JF26 au naturel, issue de la mémoire primaire du cerveau reptilien. La photo est floue car ce cerveau très rustique voire rustre ne s’intéresse pas beaucoup au visage et focalise en générale ailleurs. Les autres photos sont traités par des filtres plus ou moins déformants qui vont former une sorte d’image simplifiée plus facilement mémorisable. D’où quelques différences de teintes, de volumes, etc. des détails !
Remarquez la bleuitude des yeux et la finesse des traits. Une beauté !

La photo B, elle regarde dans la vitre quand il la regarde en direct.
Vous avez observé que nul sourire n’égaye son joli minois et qu’elle est couverte comme st Georges.

Les photos C et D la montre quand leur regard se rencontre :
C) en début de rencontre + 20 millisecondes.
D) après les prolongations.
Carrément effrayant ! Mais avec un très léger sourire béat.
Enfin comme ils sont tous les deux dans cet état quasi comateux ils ne s’en rendent même plus compte.

L’image D est ce que nous appelons une DRP, a dream reality picture c'est-à-dire une photo réelle corrigé par le rêve. Vous voyez le petit sourire en plus, c’est le minimum attendu pour débloquer la situation, et euh, juste un bouton en moins.

La photo E est une RDP, a real dreamy picture c’est une photo sortie de abysses du subconscient; c’est l’image parfaite de la femme idéale dont il tombe follement amoureux dès le premier regard ; en fait c’est une photo largement empruntée à celle de sa défunte sœur Faustina…

LUI
De quoi tu causes là ?

JIMMY

Je soliloquais.
Titre: Il parle !!!
Posté par: caramentran le 07 juillet 2012 à 19:51:11
Aujourd’hui c’est lundi ; c’est le jour où j’ai le plus de chance de la rencontrer d’après mes statistiques. J’ai décidé de franchir le pas coute que coute car la fin mai approche ; il faut que je me rattrape de cette lamentable histoire de vitre ou de lion où je n’ai pas assuré et je suis passé pour un fangoule de première.
Quel boque !

Aqui n'y a proun !
J’ai passé une nuit blanche à ressasser ce que je pourrais lui bien dire de spirituel et d’amusant afin qu’elle oublie combien je suis longagne.
Finalement j’ai opté pour un simple petit bonjour : au moins je suis sûr de ne pas m’emberlificoter dans les mots.
Je m’installe confortablement dans le trolleybus N° 26 barré à la place habituelle et tel Bonaparte sur le pont d’Arcole je l’espère de pied ferme.

- Bonjour ! Dis-je de ma voix la plus suave et la moins niaise possible.
- Salut, putain ! ça fait des mois que j’attends que tu jactes. Tu bosses à Marseille ?
- euh oui et vous  euh toi ?
C’est la première fois que j’entends sa voix qui ressemble plus à celle de Marinette la maraichère du marché de St Antoine qu’à celle d’une romantique jeune fille aux yeux bleus.
Je suis déçu. Il va m’entendre le Jimmy.
A cette voix grasse, rocailleuse finalement je préfère les zozotements de Martine qui ont au moins l’avantage de me faire rire non pas par moquerie mais simplement parce c’est marrant, voire charmant.
- wouai, je suis assistante à la rue Thubanneau, tu connais ?
 
- Euh ? Oui, oui bien sûr. (Tout le monde connait et je n’ose pas lui demander de quelle assistance il s’agit)

- Tu bosses à la voirie toi ? reprend-elle en s’essuyant la bouche d’un revers de main.

- Euh non
C’est vrai que je ne suis pas spécialement ni bien sapé ni bien rasé mais de là à me confondre avec un poubellaïre vêtu de ravanilles il y a de la marge.
J’appelle Jimmy à la rescousse mais curieusement il ne répond pas.
Comme quoi il ne faut jamais se fier aux apparences. On s’imagine parler à une douce jeune fille bien proprette, poulido coumo un sou et on se découvre en compagnie d’une grosse tromblon bien crado.
En plus je ne vois plus bien son visage qui semble entouré d’une sorte de brume jaunâtre. Jimmy a raison il faut que je change mes binocles.

- Tu feras un beau novi toi !

Novi ? Mais elle s’y croit celle-là ! J’ai même pas passé mon bac et je me vois mal dire à mes vieux que je vais me marier. Tout laïques qu’ils sont, ils m’expédient directement chez les maristes.
-Tu veux te marier rapidement ?

- Bordel bien sûr ! J’suis toujours pas décapsulée et ça commence à me gratter.

Je note cette précieuse information : vierge = grattage. Au moins pour la prochaine fois,   je demanderai simplement à la manière du Dr Knock.: alors ça te grattouille ou ça te chatouille ?
Notez que  je ne fais pas de fixation spéciale sur la virginité de ma promise : il vaut mieux avoir été dix (dix c’est un peu beaucoup, disons deux) sur une bonne affaire que seul sur une mauvaise. Et ça semble le cas. Il faut que je m’en dépègue.

- Avec toi, j’ai vu tout de suite que j’avais le ticket, glousse-t-elle en me tapant sur l’épaule d’une grosse main aussi velue qu’une tataragne de Toulouse.
Ticket…
T i c k e t
Les tapes sur l’épaule redoublent
TICKET
Euh ?
«Votre ticket jeune homme» me demande un contrôleur en me tapant sur l’épaule de sa main poilue.
Je me réveille complètement éberlué et je lui tends mon titre de transport. En face de moi ce n’est pas la fille du 26 qui est assise mais une petite vieille avec un gros cabas plein de légumes qui me dit :
«Mon béou, il faut dormir la nuit sinon le matin, on est tout escagacé»
A Marseille, le simple fait de partager un moyen de transport en commun vous autorise à donner votre avis à la cantonade sur n’importe quel sujet, même personnel.

JIMMY
Et c’est gênant ?

LUI
Tiens, il est revenu celui-là !
Non, je note une coutume, je ne la juge pas.

JIMMY
Tu sais bien que quand tu dors, je sommeille aussi et malheureusement je n’ai pas accès à tes rêves si tu ne les racontes pas.

LUI
Alors je vais scotomiser ce rêve là !
Et puis je crois qu’il vaudrait cesser de poursuivre une idée inaccessible.

Allez, on ne va pas sur une note si négative
Je vous propose les trilles du diable de Tartini, musique elle aussi issue d'un rêve.

http://www.youtube.com/watch?v=pw_hMTk268A (http://www.youtube.com/watch?v=pw_hMTk268A)

et si musique du violon endiablé n’a pas l’heur de vous plaire
regardez donc la magnifique Vanessa (yx noirs, cheveux noirs , chapeau noir)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 08 juillet 2012 à 19:30:00
LUI (quelque part)

Voilà, la fin de l’année scolaire est en vue.
Attention, activité paranormale détectée.
Qui sait si ne nous sommes pas déjà vus pour la dernière fois ?
Caution : paranormal activty detected
0
1
Mais non, l’espérance, l’ignoble espérance dont Camus disait que tout le malheur des hommes venait d’elle, me susurre que demain, elle me sourira naturellement et que demain, naturellement je lui parlerai.
Demain.
Et rien n’est plus désespérant que de trouver une nouvelle raison d’espérer.
Aïe …
Achtung: paranormale Aktivität nachgewiesen
1
0

JIMMY
Tu ferais mieux fait de prendre exemple sur la très belle devise de Guillaume d’Orange, dit le taciturne (comme toi) « Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. » Puis tu devrais t’intéresser sérieusement à ton bac si tu tiens à partir sereinement en Angleterre comme les autres années.

Precaución: actividad paranormal detectada
Dum : 0 1
Dee : 1 0

LUI
Alors non seulement je ne suis pas en grande forme en ce moment mais en plus il y a un truc qui me taraude le cerveau avec une mèche de 10. Affreux !
Ailllle !

Attenzione: attività paranormala rilevata
Dum : 0001 0010 0011 0100 0101
Dee : 0110 0111 1000 1001 1010

SCRIBE
{Ici le scribe accroupi qui vous parle : 
Nous nous excusons de cette interruption momentanée de l’histoire mais nous sommes victime d’une panne orange en attendant d’avoir la méga rouge sur les réseaux comme cela est mathématiquement probable.
Il est nécessaire qu’à ce niveau une rapide mise au point soit faite pour la bonne compréhension du récit ultérieur par les entités lectrices extérieures. (Oui c’est de vous merlanais, cabucellois et autres paumés euh pardon pommais, dont on cause).
Bon pour faire bref vous avez vu que les deux entités protoplasmiques dirigées par un cerveau / cervelle sont complètement dans les choux (ici c’est une panne bleue) alors qu’il suffirait qu’ils se sautent dessus et cela serait fini depuis belle lurette.

Elles sont tellement nases qu’il a fallu rebooter l’univers, et là vous vous souvenez que ce boot a été fait par une double paire de neurones.

Et ils sont tombés amoureux
Oui les neurones sont tombés amoureux !
(Quoi ? Ils n’en ont pas le droit ? Et éviter de demander pourquoi ou comment, je l’ignore)

Je passe très rapidement sur les programmes, les subroutines, qu’ils ont développés pour arriver à dialoguer et vivre pleinement leur relation binaire.
Et nous venons d’assister à la première liaison trans-protoplasmique
Donc Dum (la paire qui a les yeux bruns) vient de compter jusqu’à cinq et Dee (la paire aux yeux bleus) a complété en comptant de 6 à 10.
Si vous voulez un traduction en langage humain plus compréhensible : ils viennent de se faire une soupe de langues pas piquée des hannetons. L’extase suprême pour des neurones.
 
Vous vous souvenez aussi que le Dr Frankenstein avait trouvé ces booteurs anormalement gros. 
Eh bien maintenant ils sont devenus énormes au détriment des autres zones du cerveau /cervelle. Alors déjà que les deux zozos n’étaient pas au top, ça va devenir extrêmement critique mais il est vrai qu’ils n’habitent pas bien loin de l’hôpital nord, ils iront donc se faire soigner là-bas).
A l’avenir et pour vous évitez de vous replonger avec délectation dans le code binaire à correction d’erreurs je vous donnerai une traduction aussi fidèle que possible de leur dialogue.}

- Ma chère Dee aux yeux bleus je vous aime tendrement
- Dum mon amour, immortalisons sur la gélatine ce bonheur ineffable
- Monsieur, oui vous monsieur, pouvez-vous nous prendre en photo ?
- Mais bien sûr que vous pouvez nous parler à nous qui ne sommes pas incarcérés dans le microcosme.

{Vous avez remarqué qu’ils ont les mêmes têtes que les deux zozos sauf qu’ils sourient, et que les traductions sont parfois hésitantes.}

- Dum mon amour, comment s’appelle cet endroit où ce superbe daguerréotype a été pris ?
- Dee ma chérie, je n’en sais rien. Posons la question à la cantonade.
(http://andani.fr/foto/deedum1.jpg)
- Dum, tu crois vraiment que Cantona sait où la photo a été prise ?
- Lui non, mais sa femme, la cantonade, le sait.
- Dum chéri j’aimerai tant voir Syracuse.
- Et le quai rouen aussi ?
- Oui et aller pêcher aux corps mourants
- Bien sûr lady  Di, et voir le palais du grand Lama je suppose.

Bien que vais-je t’offrir pour notre soirée dominicale en tête à tête ?
Ce collier de 12 petits bijoux que nous découvrirons un soir à Shanghai te fera plaisir.
http://www.youtube.com/watch?v=QkqYin7XWUE (http://www.youtube.com/watch?v=QkqYin7XWUE)

J’ai choisi à nouveau le thème de Nessun dorma dont vous connaissez maintenant l’air, mais cette fois vous aurez une interprétation, version chinoise, en instruments traditionnels. Il est nécessaire d’avoir un volume sonore assez important pour l’erhu (violon chinois à deux cordes avec table d’harmonie en peau de serpent) qui génère de curieux sons voisés.
Bien entendu les 12 artistes sont brunes aux yeux noirs et vêtues de rouge, détail qui avait été omis jusqu’à présent et qui n’est d’aucun intérêt dans la présente histoire.
Titre: Retour de plage
Posté par: caramentran le 09 juillet 2012 à 19:59:05
LUI
Et voilà la petite dernière ...
(http://andani.fr/foto/pres00c.jpg)

JIMMY
Elle n'est pas un peu trop cramée ?

LUI
Bé, elle est allée bronzer aux Catalans

JIMMY
Elle devrait mettre des lunettes de soleil
Le bleu des yeux a disparu.

Enfin il y a un beau cadre.
Note que si tu lui avais parlé tu l'aurais accompagnée...
Titre: Neurones amoureux
Posté par: caramentran le 10 juillet 2012 à 19:44:05
- Dum, mon amour, la cantonade n’a pas trouvé l’endroit où la photo a été prise.
- Bé, c’est que les gens connaissent mal leur ville, ils ont des yeux et ils ne voient pas.
- Oui et ils ont des bouches et ne parlent pas
- Exact mais bon on va éviter de réécrire le psaume 134 ; mais tu as raison, ma chère lady Dee, et ceci est très grave car il en va de notre propre vie.
Le jour où la relation (si cela mérite le nom de relation) qui unit nos deux entités protoplasmiques, disparaitra nous subirons le même sort.
- Mais mon chéri c’est horrible ce que tu annonces aussi froidement.
- Horrible mon petit bout de chou, mais totalement réaliste. Si pendant cet été il tombe amoureux d’une rouquine Déborah par exemple nous mourrons. Alors croisons les doigts.
- Mais on n’a pas de doigts !
- Bon les bras alors ?
- Pas de bras non plus
- Croiser le fer ?
- Non
- Croiser les jambes ?
- Non et puis c’est mauvais pour la circulation.
- Croiser le tableau Excel ?
- Dum, mon poussin tu dis n’importe quoi !
- Bon alors on va se croiser les dendrites.

- Tiens j’ai fait une nouvelle photo de nous deux, ma chérie en sucre.
(http://andani.fr/foto/deedum2.jpg)

- Hum, mon petit lapin, c’est une sombre grotte. L’entrée des Enfers ? C’est où ?
- La cantonade pourra peut-être nous renseigner cette fois.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 10 juillet 2012 à 22:38:16

La très jolie grande prairie ...

(http://nsm05.casimages.com/img/2012/07/10//12071010474215136410087619.jpg) (http://www.casimages.com/img.php?i=12071010474215136410087619.jpg)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 11 juillet 2012 à 06:14:24
Très jolie !!!  =D&gt; Mais...  :-s Mince... :shock:  Mais c'est où cette prairie ?  :-k C'est pas la Major tout de même ? :? Notre "bonne Mère peut-être ? :smt102  

Edité le : 11 Juillet 2012 à 06:14:24
Et bien non... J'ai cliqué sur la photo de Petit Jojo... Et on dirait bien que c'est... écrit en titre de sa superbe photo !!! O:)  
Titre: Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 11 juillet 2012 à 08:24:53
Si c'est très joli, c'est donc pas laid et une grande prairie c'est comme un long champ ...  :roll:
Titre: Re : Microcosme
Posté par: CocoB le 11 juillet 2012 à 08:27:19
 :smt005  :smt005  :smt005  :smt005  :smt005  :smt005  :smt005  :smt005
C'est un malade  !!! :smt082
Même la nuit il reflechit aux jeux de mots qu'il pourra nous sortir ! :mrgreen:
J'avoue que c'est pas mal ! :smt023
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: Rillette le 11 juillet 2012 à 11:21:38
Très jolie !!!  =D&gt; Mais...  :-s Mince... :shock:  Mais c'est où cette prairie ?  :-k C'est pas la Major tout de même ? :? Notre "bonne Mère peut-être ? :smt102  

Edité le : 11 Juillet 2012 à 06:14:24
Et bien non... J'ai cliqué sur la photo de Petit Jojo... Et on dirait bien que c'est... écrit en titre de sa superbe photo !!! O:)  

Autant je me suis dit cela ne peut-être qu'à Longchamp, autant je ne vois pas où précisément :-k

En même temps, je n'ai jamais visité les musées :cache:  :cache:  :oops:
Titre: photo 3
Posté par: caramentran le 11 juillet 2012 à 20:20:05
- Coquin de sort, Dum chéri, nous avons eu une bonne réponse ! La cantonade a trouvé.

- Ah oui, un qui trouve (normal, c’est un bon photographe) et dix qui répètent.
Bon, enfin c’est bien, au moins ils découvrent leur belle ville.

Toutefois nous attendons toujours une réponse pour la première photo avec la petite asiatique.
- Je croyais que c’était une photo que nous prendrons à Saigon.

- Non c’est bien pris à Marseille, mon susucre.

- Ils vont trouver, Dummy chéri, ils deviennent très forts.

-Tiens, pour ce soir nous allons poser devant cette beauté exotique et dénudée.
(http://andani.fr/foto/deedum3.jpg)

JIMMY
C'est qui ces deux là qui squattent le temps - cerveau uniquement pour eux ?
Ils commencent à énerver avec leurs mots hypocoristiques



Titre: Re : Re : Re : Microcosme
Posté par: CocoB le 11 juillet 2012 à 20:29:31
Très jolie !!!  =D&gt; Mais...  :-s Mince... :shock:  Mais c'est où cette prairie ?  :-k C'est pas la Major tout de même ? :? Notre "bonne Mère peut-être ? :smt102  

Edité le : 11 Juillet 2012 à 06:14:24
Et bien non... J'ai cliqué sur la photo de Petit Jojo... Et on dirait bien que c'est... écrit en titre de sa superbe photo !!! O:)  

Autant je me suis dit cela ne peut-être qu'à Longchamp, autant je ne vois pas où précisément :-k

En même temps, je n'ai jamais visité les musées :cache:  :cache:  :oops:
C'est derriere la "cascade", juste derriere. :-P Entre les 2 colonnades. Je crois que tout le monde evitait d'y passer car les oiseaux te caguaient allegrement dessus sans soucis ! :mrgreen: Y'avait plein de nids. :smt045
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 11 juillet 2012 à 21:12:31
Ha ! la photo 3, on dirait un tombeau, c'est peut-être à Saint-Pierre ? Même si je suis pas sure que le cimetière soit sur la ligne du trolley n°26 du départ mais bon, nos héros doivent bien sortir de leurs quartiers si ce n'est du microcosme !!! ;)
Titre: Tombeau inconnu
Posté par: caramentran le 12 juillet 2012 à 14:14:53

- Quoi ? Tu nous as pris devant un tombeau ?
Mais c’est absolument dégoutant ! Beurk ! Tous ces protoplasmes en putréfaction avancée.

- Mais non mon petit bouchon ce n’est pas un tombeau et encore moins au cimetière du Canet qui est un endroit tabou où jamais mon entité protoplasmique va.
 
- Tabou ? Y a des zombies ? Des vampires ? Des goules ? Des fantômes ?

- Non rien de tout cela, Fausti y est enterrée donc il ne faut pas aller la déranger.

- Moi j’en connais d’autres qui sont drôlement dérangés !

- Donc si tu regardes bien la photo 3, même si elle est un peu floue, tu vois une belle jeune femme aux traits africains.
La très-chère était nue, et, connaissant mon cœur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores. *

Bref comme tu le vois, ma petite cocotte, rien à voir avec une madone des sarcophages

-Pour les aider un peu puis-je ajouter que cette sculpture est le pendant de la sculpture de la photo 1 qui, je le rappelle, montrait partiellement une petite asiatique

- Et tu pourrais aussi dire que ce monument est classé monument historique
Eh eh, on ne vous donnera pas la date sinon ça serait trop simple.
En revanche on se prendra en photo devant un pylône pour vous aider.

Au fait, tous les deux ne faisons pas partie de cette galère de microcosme où tout est régit par des lois aussi sottes que grenues. Nous sommes des neurones liiiiiiiibres et pouvons faire des photos où bon nous semble, il suffit qu'un de nous y soit allé et parler à qui l'on veut.
Signé Dum & Dee

* Baudelaire
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 12 juillet 2012 à 15:36:08
L'Asie ! L'Afrique !!! Un monument dédié aux continents ?  :-k
Ok, classé MH mais il y en a presque une centaine à Marseille, Caramentran, tu parles si c'est facile comme indice, tu es pire que Petit Jojo, dans tes jeux !!! #-o
L'indice le plus sûr, c'est le pylone, mais tu vas pas me dire que tu as pris la photo dans une usine d'EDF ? :shock:  
Titre: Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 12 juillet 2012 à 17:21:35

J'étais en train de chercher alors gare aux erreurs pour que ça marche bien...  :-''


Juste en bas de part et d'autre ...  :mrgreen:
Titre: Pylône
Posté par: caramentran le 12 juillet 2012 à 18:05:25
Ben voilà Petit Jojo a pris le bon train sans passer par la case cimetière, ni usine électrique
Il va falloir lui trouver quelque chose de plus sérieux pour lui.

Mais comme on avait parlé du pylône je vais l’y mettre
Bon aller, ma petite Dee monte sur le pylône que je fasse la photo
-Non ! Je ne veux pas monter sur le pylône pour me faire électrocuter.
- Mais Dee Dee c’est un pylône d’architecture comme ceux que nous verrons en Egypte.
- Bon alors Dum tu grimpes sur l’arbre pour faire le singe car il me semble qu’il y en a un dans la sculpture.
(http://andani.fr/foto/deedum4.jpg)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hermine le 12 juillet 2012 à 19:04:06
Vé, j’y passe tellement souvent que pour moi aussi, ce n’était pas trop dur!  ;)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Coco le 12 juillet 2012 à 21:39:29
Ha ! :shock: J'ai pas pensé à ce genre de pylone !!! :smt102

Bravo, Petit Jojo, t'es le meilleur ! =D&gt;  
Titre: fin d'année
Posté par: caramentran le 12 juillet 2012 à 22:10:21
LUI

Voilà, l’année scolaire est terminée.
J’ai comme un abominable gout de fiel dans la bouche.
Sûr, je viens de recevoir la note du bac français. On se demande comment un prof peut me mettre une note si minable.
Bon je le sais, je ne suis pas bon en français voire mauvais. Je le reconnais humblement mais là je vais être sérieusement handicapé pour avoir le bac sans parler de l’accès en taupe car il faut une mention «bien» minimum.
Ce n’est pas une question de vocabulaire (le dico a longtemps été mon livre de chevet) ou d’idées mais plus basiquement d’orthographe.
Je n’arrive pas à écrire deux mots identiques de la même façon dans une même phrase. Le plus grave c’est que je ne m’en aperçois pas, même en relisant dix fois.
Curieusement je n’ai pas le même problème dans les autres langues.

Bien sûr mon absence de réussite avec la fille du 26 n’est pas étrangère à cette crise de mélancolie. Mais ce n’est pas totalement de ma faute sans le récuser pour autant. J’ai dit et redit les diverses raisons qui bloquent. J’en ai omis une.
Avant d’être en sa présence, tout est possible : je vais pouvoir lui parler, lui sourire ; dès qu’elle est là, c’est terminé, je deviens une estrasse, plus d’imagination, plus de volonté, le vide cérébral total.
C’est un blocage identique à celui d’une phobie ; cette année je vais en Angleterre en avion. Un de mes amis qui venait régulièrement avec moi s’est déclaré forfait dès qu’il a su que le voyage se faisait en avion.
Peur irraisonnée de monter dans un avion alors qu’il n’y a jamais mis les pieds. Nous avons essayé de le raisonner. Nous nous sommes moqués de lui, rien à faire, il ne montera jamais dans un avion.
Et bien moi je n’arriverai pas à établir un contact verbal avec cette fille ; comme de plus elle ne fait rien, la situation est complètement bloquée. Quand je ne dis rien ne croyez pas que je m’attende à ce qu’elle fasse le premier pas
Et pourtant…
J'aim'rais qu'elle fasse le premier pas.
Je sais que cela ne se fait pas.
Pourtant j'aim'rais
Que ce soit elle qui vienne à moi,
Car, voyez vous, je n'ose pas
Rechercher la manière
De la voir, de lui plaire,
L'approcher, lui parler…


Jimmy, c’est de qui ce poème ?

JIMMY
Je ne sais pas, ça doit être un poème qui n’existe pas. Maintenant si tu penses que venir s’asseoir en face de toi n’est pas une sorte de premier pas, que te faut-il de plus ?

LUI
Pffft, mais il y a des dizaines de filles que se sont assises en face de moi, jamais ce type de problème.
Le premier mot,
J'aim'rais qu'elle dise le premier mot.
La nuit j'en rêve et c'est idiot.
Si elle voulait
Seulement me faire signe tout bas,
Alors je ferais je crois
Le premier pas.


JIMMY
D’accord mais celle-là, c’est différent.

LUI
Oh, Oui c’est différent. Certes
Une paralysie complète et une aboulie totale me saisit dès qu’elle se trouve en face de moi.
Oui, exactement comme dans le sommeil paradoxal, là où se manifestent les rêves et où seuls les globes oculaires continuent à bouger alors que tous les autres muscles du corps sont immobilisés.
Ici, je ne bouge plus, seuls mes yeux cherchent à la voir et à l’éviter à la fois.
Et puis le plus étonnent c’est ce calme qui m’envahit. Un calme qui gomme tout, qui efface le monde extérieur, annule l’écoulement inexorable du temps.
Et avec ce calme arrive une joie ineffable, une béatitude, que pour rien au monde je ne voudrais troubler (d’où sans doute cela explique en partie mon inaction). Alors je ne bouge plus ; je tombe dans une sorte de catatonie qui se traduit par une catalepsie en sa présence puis une agitation désordonnée quand je ne la vois plus.

Et maintenant je ne la vois plus, voire plus jamais.
Même pas un souvenir d’elle, une voix, un prénom, un rire … rien.

Bon, je ne vais pas passer le réveillon sur cette non-réussite.
Dans trois jours je serai à London et à moi les petites anglaises.
Là-bas pas de prise de tête :
Hey, are you frenchy ?
Yesse (version marseillaise)
Kiss me, please

Bien en attendant et tant que j’ai son visage en mémoire je vais la croquer
(http://andani.fr/foto/olg11.jpg)

JIMMY
Elle n’est pas un peu boufareou ?
Enfin, elle est à croquer … dans tous les sens.
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 12 juillet 2012 à 22:34:12
Bravo, Petit Jojo, t'es le meilleur ! =D&gt;  

C'est ce je dis toujours à ma chère et tendre ...     :mrgreen:              et en plus, je bricole ...    :-'' 
Titre: Point0
Posté par: caramentran le 13 juillet 2012 à 07:01:34
Nous sommes allés nous promener et nous avons saisi ce cliché un peu vieillot certes mais représentatif d'un très célèbre et très utile bâtiment de Marseille
(http://andani.fr/foto/deedum5.jpg)
Dum chéri, ça sert à quoi ?
Ma petit Dee en sucre St louis, Petit Jojo va nous le dire sous peu car je ne pense pas que le site ait beaucoup changé.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 13 juillet 2012 à 17:43:31
Ca me fait marer c'truc là ...
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: hector le 13 juillet 2012 à 18:55:03
Ca me fait marer c'truc là ...

Ehhh vi...c'est bien le marégraphe de la Corniche Kennedy...le point zéro entre la terre et la mer, base des mesures géodésiques en France et dans le Monde.

Petit Jojo a été encore plus rapide que moi...sur ce coup  :lol:
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 13 juillet 2012 à 21:17:09
ELLE (dans sa chambrette)

Voilà juste un petit poème décasyllabique à acrostiche pour terminer une bluette qui n’a jamais commencé et donc jamais fini.


T u aurais dû me parler gentiment
O n aurait fait un bout de vie à deux
I l en eut été sans doute autrement.

M ais elle crut qu’il suffit d’attendre
O r le destin n’a pas voulu d’eux.
I l est bien trop tard pour entreprendre.
                                                  Moi.


Vous pensez que j’ai de la peine, une envie inextinguible de pleurer ?
Que nenni !
Comment regretter ce qui n’est pas et n’a pas été.
Je n’ai aucun souvenir tangible, ni prénom, ni voix, ni photo, ni bracelet brésilien à mettre à mon poignet, nada.
Juste une sensation, de quelque chose d’impalpable, de vaporeux, un étrange sentiment de bonheur éphémère quand j’étais en face lui.
Le Dharma a raison, nous ne sommes que des bulles au dessus d’un océan d’illusions.

Et toi, tu m’as déjà oublié ?
Pas encore ?
Je n’en saurai rien de toute façon, alors m’en fouti.

D’accord, nous méritons des patissons comme ceux que vous destinez à Mme de Bovary.
Bien sûr, si vous aviez été à notre place, la fin eut été différente.
Mais dites-vous bien que si vous aviez été Emma, ou moi l’histoire n’aurait pas existé.
On peut appeler cela le déterminisme de l’héroïne caractérisée par son caractère, son époque, le milieu dans lequel elle évolue etc. bref un tas de choses dont on ne tient pas compte pour commettre une nouvelle version.
Juste quelques fleurs roses sur de l’eau bleue.
Saviez-vous que le roman de Mme de Bovary a été classé en seconde position juste après Anna Karénine (son antithèse) par une pléiade d’écrivains anglo-saxons ?

Je n’ai plus le temps de vous en parler, pas plus que je n’ai le temps de vous parler d’autres sujets qui me tiennent à cœur comme du «traité des trois imposteurs» ou de Marguerite Porete condamnée pour avoir proclamé sa liberté de penser : « Etre libre c’est tout ce que je suis ». Sa pensée était si novatrice, si incompréhensible pour l’époque qu’ils ont préféré la bruler.

Au fait, juste pour finir.
«Toujours» et «jamais» sont des mots à sens relatif et non absolu comme nous le croyons.
Si, par exemple, je dis :
Je souviendrai toujours à toi
Il faut lire :
Demain il est possible que je pense encore à toi
Ou dans six mois…
Ou dans six ans…
Mais il est possible qu’un jour, si proche ou si lointain soit-il, ton souvenir soit effacé de ma mémoire.
Tu ne seras même plus une espèce d’idée dans mon rêve.

Ah oui, j’ai retrouvé l’origine de cette phrase.
C’est dans le livre « De l’autre côté du miroir» de Lewis Carroll
TweedleDum dort et TweedleDee dialogue avec Alice
- Et s'il cessait de rêver de toi, où crois-tu que tu serais?
- Ici. Répond Alice
- Non, tu serais nulle part car tu n'es qu'une espèce d'idée dans son rêve.



Adieu.

J’allais oublier … une presque marseillaise pas assez connue
http://www.youtube.com/watch?v=SLbz9ioyKI4 (http://www.youtube.com/watch?v=SLbz9ioyKI4)
Titre: Photo 6
Posté par: caramentran le 14 juillet 2012 à 12:35:28
- Zou, ils ont trouvé ; ma petite Dee

- Bé c’est normal tu avais mis un indice dans le titre !

- Non, personne n’y a fait attention, ils sont fortiches voilà tout
Alors cette fois on va cibler un bâtiment moins célèbre mais qui a une petite histoire.
Quand mon proto était petit, sa grand-mère l’amenait se promener dans ce quartier il voulait à tout prix changer de trottoir car il avait une peur bleue de ses habitants.

(http://andani.fr/foto/deedum6.jpg)

- C’est pour ça qu’on est sur le toit ?

- Non, mais le fronton indique la dédicace du bâtiment.

- Ah ! Bien sûr Dummy, et comme ils ne sont pas aveugles ils l’auraient lu.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 14 juillet 2012 à 19:32:47
Ahhhh !!!....la maison des poulagas avenue de la corse  :oops:  (tout proche de la caserne Audéoud où j'ai fait une partie de mon service militaire  :roll:
Titre: Valise
Posté par: caramentran le 14 juillet 2012 à 20:32:25
LUI (dans sa chambre)

Voilà la valise est fin prête : le jeu consiste à enlever discrètement de la valise une partie du linge que ma mère y fourre allégrement.
L’appareil photo est prêt c’est un Leica III mais comme la cellule photo est cassée je prends les diapos au pif .
Je vous montrerai les diapos de Cambridge à la rentrée.

Bon j’ai fait les nièmes portraits de la fille du 26

(http://andani.fr/foto/olg99.jpg)

je commence à même plus me souvenir de quel côté était la raie des cheveux...

Pour vous souhaitez de bonnes vacances je vais vous offrir une merveilleuse chanson de circonstance "Time to say goodbye" (qui est une curieuse traduction de Con te partirò) par deux merveilleux artistes en duo.
Vous me voyez venir : il va encore nous faire écouter Jackie Evancho !
D’abord je voudrais vous faire (re)découvrir Sarah Brightman.
Avec Jackie ?
Raté !
L’enregistrement Sarah / Jackie existe bien mais je préfère de loin le duo Sarah Brightman & Andrea Bocelli.
http://www.youtube.com/watch?v=Nl9WMIPzd6w (http://www.youtube.com/watch?v=Nl9WMIPzd6w)
Vous y verrez une Sarah très fawning.
Normal, il faut bien qu’elle se fasse « voir» par Andrea


Scribe to Hector
Va pour l'avenue de la Corse et la caserne dont je ne souviens plus du nom mais il n'y avait pas de poulagas dont je n'avais aucune peur
mais ça a pu changer depuis
Titre: Re : Photo 6
Posté par: hector le 15 juillet 2012 à 10:08:52


Scribe to Hector
Va pour l'avenue de la Corse et la caserne dont je ne souviens plus du nom mais il n'y avait pas de poulagas dont je n'avais aucune peur
mais ça a pu changer depuis


 :oops: mille excuses  :cache:

En effet, le commissariat de police est juste un peu plus loin, en direction des catalans

l'immeuble de la photo abrite un centre pour adultes handicapés, je crois 

Edité le : 15 Juillet 2012 à 10:08:52

- Ah ! Bien sûr Dummy, et comme ils ne sont pas aveugles ils l’auraient lu.

;)
Titre: Photo 7
Posté par: caramentran le 15 juillet 2012 à 11:53:01
- Effectivement, je trouvais bizarre que le proto ait photographié un poulailler même s’il photographie n’importe quoi.
Il avait une frousse bleue de passer devant car sa grand-mère l’obligeait à aider les aveugles (sur le fronton c’est bien écrit «aveugle» et non pas malvoyant ou je ne sais quoi) à traverser la rue. Donc un jour il avait fait sa BA et le monsieur l’avait remercié et demandait s’il pouvait toucher son visage car il ne voyait rien et il avait soulevé légèrement ses lunettes noires. Le proto avait vu deux yeux blancs révulsés et avait été pris d’une véritable peur panique. Donc pour aller au municipaux (c’est ainsi que sa GM appelait la plage des Catalans) il passait devant l’église St Georges (où il avait été baptisé, l’ancienne église bien sûr) puis devant la caserne.
Plus tard, pour conjurer cette aventure il avait insisté pour donner les yeux de sa sœur.

Dee, pas d’indice pour celle- là car elle est hyper simple même si c’est une toute petite partie d’un grand bidule.

- Dum, écarte-toi de cette statue poitrinaire, elle te regarde d’un curieux air.

(http://andani.fr/foto/deedum7.jpg)

- Dee, mais c’est uniquement pour boulot car c’est notre septième photo énigme.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: CocoB le 15 juillet 2012 à 14:23:12
Dum ? Ne serait-ce pas la statue de la Fontaine Cantini ? :-k
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: hector le 15 juillet 2012 à 17:03:05

Scribe to Hector
Va pour l'avenue de la Corse et la caserne dont je ne souviens plus du nom mais il n'y avait pas de poulagas dont je n'avais aucune peur
mais ça a pu changer depuis


A l'inverse de moi   :smt088
=> tout petit, quand je me rendais à l'école primaire de Gardanne, j'étais obligé de passer devant un commissariat
- et j'avais à chaque fois une sainte trouille que le planton de service, avec son gros pistolet à la ceinture, m'interpelle

=> pas que j'avais quoique ce soit à me reprocher  [-X .....mais - sait-on jamais ce qui peut se passer dans la tête de ces énergumènes -   :-k - un soulier mal lacé,  et hop !!! au trou (du moins, c'est l'idée que je m'en faisais, de l"ordre public" :-s )

Aussi, quand j'ai reconnu le bâtiment sur la photo, près de l'endroit où j'ai été encaserné pendant environ 15 mois je crois  :-& .......voilà certainement la source de ma  mistake  :smt005  :smt082  :smt005

Edité le : 15 Juillet 2012 à 17:03:05
Dum ? Ne serait-ce pas la statue de la Fontaine Cantini ? :-k
je crois bien que tu as trouvé la 7 ème énigme  :smt023  =D&gt;  =D&gt;
Titre: L'enigme à Dee
Posté par: caramentran le 15 juillet 2012 à 18:23:30
D’abord, la Cocob on ne parle pas sélectivement à Dum quand je suis là ! Je pourrais être jalouse.
Oui, c’est La fontaine de la place Castellane.
D’ailleurs je ne vois pas pourquoi elle s’appelle Cantini alors qu’elle a été aussi sculptée par André Allar qui était toulonnais. Ceci doit expliquer cela sans doute.
André avait un frère que ses parents avaient appelé … Gaudensi. C’était peut-être préférable que le docteur choisisse…
Moi, je voulais prendre une autre face moins visible représentant un beau torrent bien musclé. Il n’a pas voulu. Il voulait celle-ci pour d’obscures raisons de volumes ; pourtant la photo était évidente car elle est donnée dans les excellentes photos du forum.

Ce forum-photo m’a permis de retrouver le nom de la fontaine de l’écureuil : la fontaine de la place Estrangin représentant la ville de Marseille correctement vêtue.

Zou, c’est moi qui choisis la prochaine photo car les images de son proto sont toutes cochonnes ; il a dû mitrailler toutes les statues à poil de Marseille !
(http://andani.fr/foto/deedum8.jpg)
Pour vous aider je vais vous dire que c’est la statue représentant la Navigation sur la gauche du bâtiment.

Dum ? Pourquoi tu ne dis plus rien ?
Voilà, il fait la bèbe !

Pourquoi es tu si pale ?
Dum ?
Dummy ?!?
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 15 juillet 2012 à 20:12:56
C'est le Palais de la Bourse sur la Canebière.
Titre: photo 9
Posté par: caramentran le 15 juillet 2012 à 22:06:55
L’enfant prodige est de retour avec la bonne bourse.

J’ai trouvé une photo notre neuvième game.

(http://andani.fr/foto/deedum9.jpg)
On cherche le nom du jardin car celui de l’artiste qui est écrit sur la statue
Non ce n’est pas devant le collège éponyme.
Bon, la statue est un peu dénudée, mais chaste.
Dee, tu n’y vois rien de gênant ?
Dee ?
Pourquoi je ne te vois presque plus
Tu m’entends ?
Deeeeeeeeeeeeeeeeeeee ??
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 15 juillet 2012 à 23:25:23
Ch'uis en pleine procrastination (du moins ma cervelle :oops: )

=> on verra donc demain   8-) 
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 16 juillet 2012 à 00:26:07
C'est au palais Longchamp, jardin zoologique.
Titre: Oubliettes
Posté par: caramentran le 16 juillet 2012 à 12:38:45
Dum, ce n’est pas possible, ils ont déjà oublié ?
Ils ont déjà mis l’arnica sur leurs souvenirs faméliques.
Nous disparaissons, absorbés par le brouillard des limbes.
Et nous n’avons même pas vécu le temps d’une rose.
Dummy, ne me laisse pas, je ne sais pas vivre sans toi.
Dummyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy je suis avec toi pour toujours.

(http://andani.fr/foto/deedum0.jpg)
(vous savez où ils sont ?)

Dee,
Ils ont refermé les lourdes portes de l’oubli et nous sommes en train de disparaitre.
Je ne te vois plus, je ne t’entends plus, je ne sais plus où tu es.
On ne leur avait pourtant rien demandé d’extraordinaire :
Ni un amour éternel.
Ni serment inviolable.
Ni même une simple amitié (impossible ?).
Juste un petit sourire, une simple parole pour concrétiser leur relation R afin qu’ils aient au moins un souvenir en commun
Ainsi notre relation duale R’ aurait perduré pour des siècles de siècles.
Et bien non !
Ces bouffons, calfeutrés dans leur tour d’ivoire, ont préféré s’ignorer que de passer outre leur foutu orgueil imbécile.
Je t’aimeeeeee Deeeeeeeeeeeeeeeeeeeee, à jamais !

Comme dans une NDE* ils naviguent dans un tunnel.
Mais cette fois le tunnel est particulièrement noir, sombre et il ne conduit pas vers cette source de lumière ineffable, source d’un bonheur totalement indicible.
La vieille Pitalugue, menée d’une main de maitre par le nautonier qui connait son métier et le chemin, s’enfonce lentement dans les ténèbres à couper au couteau.

* NDE Near Death Experience , expérience de mort imminente (EMI) décrite par R. Moody

Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 16 juillet 2012 à 12:48:44
Le tunnel maritime du Rove.
Titre: Message hors je(u)
Posté par: caramentran le 16 juillet 2012 à 15:59:18

[Scribe dans la peau d’un channeler en écriture automatique ]

La stèle de Monticelli, peintre Marseillais, se trouve effectivement comme Fanny vous l’a dit dans les jardins du palais Longchamp là où se trouvait le parc zoologique avec ses fabriques carrelées pour abriter les animaux.
Quelle pitié d’avoir laissé un endroit, classé jardin remarquable, dans une telle misère.
Pauvres fabriques toutes déglinguées, cages rongées par la rouille… animaux qui viennent quémander une maigre pitance.
Bon, d’accord un petit bout de mon jambon à  toi minou pour m’avoir permis de squatter ton banc.
Et voila 5, 10 , 20 minous qui sortent des fourrés pour bénéficier de l’aubaine du voyageur temporel.
Vous vous souvenez de Poupoule ?
Lui au  moins était bien nourri par tous les gamins qui lui apportaient un morceau de pain.
Quand il est mort, le Provençal lui avait accordé la Une.

Toujours la même, Fanny n’y est pas allée par quatre chemins !
Le Rove qu’elle a dit !
Allez donc savoir par quelle démarche démente (c’est la démarche qui est démente!) elle arrive à voir ce qu’un cerveau embrumé a bien voulu représenté en gribouillant un carré noir
Ils sont effectivement dans le tunnel du canal maritime du Rove qui plonge directement vers les rayons infernaux du Samsara.

R.I.P

On ne va pas se quitter sans musique : au début j’avais choisi un arrangement perso et de circonstances : musique pour les funérailles de la reine Mary d’Henry Purcell mais il n’est pas au point à mon gout et je n’ai plus de temps de peaufiner.
Donc je me suis reporté sur du prêt à écouter.
J’avais longtemps cherché la musique du générique d’une émission de Claude Santelli.
J’ai finalement trouvé : c’est la musique des forains de Sauguet.
Vous allez en profiter, heureu(ses)x veinard(e)s, avec la magistrale interprétation d’Edith

http://www.youtube.com/watch?v=UhuLEsVsVUg (http://www.youtube.com/watch?v=UhuLEsVsVUg)

Avec la musique on retrouvera vite le nom de l’émission, mon ami.

… Qui vient tuer l'ennui,
Dans le cœur et la tête des gens,
Mais l'ombre se referme au détour du chemin
Et Dieu seul peut savoir où il sera demain …


Pour le moment on va arrêter le temps 812280.
C’est très simple : il suffit de mettre le magnétovie sur Pause.

CAUTION : Time is halted.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 17 juillet 2012 à 01:05:24
Livre mon ami. :smt045
Titre: magnésium fukushimé ?
Posté par: caramentran le 07 octobre 2012 à 11:38:14
On appuya sur le bouton "remarche"
l'appareil zozota et l'écran afficha péniblement
(http://andani.fr/foto/reveil.jpg)

En attendant que le réveil fut total on peut se poser la question de savoir quel additif alimentaire est donné à Montolivet pour avoir des réponses si pertinentes à tous les coups
- du magnésium fukushimé ou mg 237?

Bon je veux bien que les photos de Marseille ou la musique de "livre mon ami" soient identifiables mais comment arrive-t-on à mettre un titre juste sur les divagations alcooliques d'un cerveau usé qui a inspiré un espèce de carré noir vaguement ondulé ?
Et tout de go on vous répond : le tunnel du Rove
ben non ! c'est le tunnel de l'Estaque
Na!
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 07 octobre 2012 à 15:23:55
Et bien non c'est le tunnel maritime du Rove. Na

L'entrée sud du tunnel se situe à l'extrême nord de la commune de Marseille, dans le quartier de l'Estaque-Riaux, entre le port de la Lave et le site de Corbières. Le tunnel y attaque directement une paroi rocheuse de plusieurs dizaines de mètres de haut. La plus grande partie de son parcours souterrain se situe sur la commune du Rove —d'où son nom—, mais aussi sous celle de Gignac-la-Nerthe. L'extrémité nord se situe au sud de la commune de Marignane, dans une zone légèrement vallonnée, où le canal émerge dans une tranchée qui s'abaisse progressivement jusqu'à un port situé en bordure de l'étang de Bolmon, séparé de l'étang de Berre par le cordon du Jaï


Wikipédia
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 13 octobre 2012 à 16:57:06
Il avançait tout doucement dans le tunnel (du Rove bien sûr) et les dernières lueurs du monde de l’Estaque éclairaient le visage de la jolie blonde qui lui faisait face.
Un sourire répondit à son sourire et il engagea aussitôt la conversation. C’est tout de même simple d’accoster une JF!
-Vous êtes nouvelle sur cette ligne ?
-Oui, je suis morte hier ; savez-vous où nous allons dit elle avec un brin d’angoisse dans la voix ?
-Je ne sais pas ; nous avons bu du Léthé et de presque plus rien nous nous souvenons.
-Pourquoi dire lait thé, on dit habituellement thé au lait ?
-Non  Léthé !
-Bon si vous voulez, mais j’avais l’habitude de boire du lait thé avec une sucrette et j’avais une excellente mémoire
-LETHE EN UN SEUL MOT !
-Ne vous énervez pas ! Ca fait 5 mn qu’il me connait celui-là et déjà il me gueule dessus.
Vous savez, nous avons maintenant l’éternité devant nous. Demandez plutôt à Charon où il nous mène.
-Yé souis pas Charon, ma oun nuevo commodore. Charon, il est parti en Grèce per cambiare  lé zeuros en drachmes ou en coquillages selon .
-Ah ! Mais vous avez bien votre permis de navigation nocturne ? demanda Dee qui commençait à s’inquiéter de la noirceur de la nuit qui entourait la barque comme un linceul sale.
- Ma ben sour ma pétite madame j’ai piloté molto rafiots j’étais sour lé Torrey Canyon, l’Amoco, l’Exxon Valdez, l’Erika et sour la Concordia. J’ai ou una picola fortuna di mare.
- Vous avez un palmarès impressionnant admit Dum qui se disait qu’une fois qu’on était mort c’était pour longtemps et qu’on ne risquait sans doute plus rien. Le pitalugue, ce n’était pas vous ? 
- Ma non. Bueno on va dir oun grand buongiorno à la populace.
Il trompeta et d’un coup de rame il se rapprocha rapidement du bord du tunnel où toute une population de rats agitaient leurs queues, les rates aussi d’ailleurs, en poussant de grands vivats.
Puis il y eut un bruit déchirant.
Et Dee et Dum se retrouvèrent dans une eau puante et noire comme de l’encre, noire, accrochés à une planche pourrie tout aussi noire qui portait le numéro 26, deux fois maudit.

Note du scribe :
Pour ceux qui n’y comprennent rien, rappelons que Dum et Dee sont deux bi-neurones boot strappeurs amoureux qui viennent de mourir (voir les épisodes précédents) car comme l’a dit le grand Hector, le monde est endroit dangereux et il est difficile d’en sortir vivant.
Au sujet des neurones vous pourrez lire le dernier mensuel de Science & Vie sur leurs incroyables propriétés. Chaque neurone est génétiquement unique : telle est la révélation, aussi fascinante qu'inattendue de travaux dévoilant que chaque cellule nerveuse a le pouvoir de modifier son ADN, prenant ainsi une incroyable liberté. Mais cela vous le saviez déjà puisque vous avez vécu en direct leur incroyable épopée à travers les rues de Marseille après avoir rebooté l’Univers.
Titre: En direct de l'Olympe (1)
Posté par: caramentran le 17 novembre 2012 à 20:03:17
BOUUUUM … BOUUUUUM … BOOOOUUUM

Ca barde à l’Olympe. Zeus a convoqué tout le monde suite à une manchette assassine de la vacharde Gazette l’Olympe : les ombres envahissent le monde des vivants que font le dieux ?

La charmante Hébé est venue me chercher car elle se trouve au chômage depuis que Zeus a recruté un jeune éphèbe, Ganymède, comme échanson pour servir son ambroisie.
Elle est vraiment charmante cette Hébé, il faudra que je lui trouve un compagnon digne de sa beauté diaphane. N’est il pas du ressort à moi, Eros, d’unir les êtres pour qu’ils s’aiment ? Héraclès devrait lui plaire.
Je me suis glissé dans un coin sans trop me faire remarquer et je vous ai invité, vous mortels, pour que vous voyez comment les dieux solutionnent vos problèmes en deux coups de cuillère à pot.
Mais chut ! Les Olympiens n’aiment pas trop qu’on espionne leurs petits secrets

- Que se passe t il tonne Zeus dont la cote de popularité est tombée à 42%
   
Comme  Hadès ne sort jamais du sombre royaume, (enfin juste une fois pour enlever sa future épouse) c’est  Perséphone, est venue expliquer la cagade 
Donc la môme à Hadès explique de sa voix flutée que la barque de Charon, le nocher des Enfers a sombré, âmes et biens  dans les eaux sombres du canal du Rove.
Sans barque les âmes ne peuvent plus accéder aux Enfers et errent comme des âmes en peine

-   Mais comment un capitaine aussi aguerri que Charon a-t-il fait son coup?

Perséphone raconte d’une voix plus en plus faible qu’en fait on avait dû engager un CDD pour pallier l’absence de Charon parti en RTT. Et ce capitaine italique avait tenté un inchino malencontreux aboutissant au naufrage de la barque.

-   un quoi ?

-   un inchino explique Poséidon est une vieille tradition maritime qui consiste à passer au plus près de la cote pour saluer la population autochtone.

-   C’est du n’importe quoi ! Bon !  ben c’est simple il suffit de remplacer fissa cette barcasse naufragée fulmine Zeus

-   C’est ce que j’ai fait, O mon grand frère, reprend Poséidon un peu lèche-botte,  j’ai acheté  la Pitalugue qui était à vendre pour une bouchée de pain au Lacydon.

-   Et nous sommes en train de repêcher les âmes, dit la brune Perséphone qui a repris un peu du poil de la bête mais il nous en manque encore deux.

-   Bon ben qu’on envoie Cerbère pour les retrouver fissa.

-   Vous oubliez, mon époux, que votre fils bodybuildé d’Héraclès a enchaîne cette pauvre bête lance Héra avec un pointe non dissimulée de jalousie strictement féminine.

-   Bon,  Rantanplan est libre en ce moment qu’on le lance à leurs trousses fissa.

-   Ben c'est-à-dire minaude Perséphone qu’il y a un petit problème : les deux âmes qui manquent appartiennent a des personnes parfaitement vivantes…

-   QUOI ? hurle Zeus

Une onde d’horreur saisit les Olympiens comme quand un ballon entre dans la cage.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 22 novembre 2012 à 20:13:46
 :evil: Une onde d’horreur a saisi l’assemblée divine. :twisted:


-   Quoi ?! Tu es en train de me dire, ma fille, qu’il existe sur notre bonne Terre des corps qui n’ont pas d’âme et des âmes qui n’ont pas de corps ? C’est contraire à toutes les lois divines de n’importe quelle religion et nous risquons de perdre notre accréditation. Tu te crois sans doute l’héroïne du protectorat de l’ombrelle ?

-   Apollon, vous savez le monsieur blondinet  qui sait tout avec une tronche de premier de la classe, ne trouve pas mieux que de raconter que Paracelse compte pas moins de sept races de créatures sans âme mais il préfère engager une palinodie** prudente devant le regard furibard de son père d’autant plus qu’il vient de commettre un horrible parachronisme.

-   Perséphone aurait bien voulu pour cette fois se trouver à six pieds sous terre car  elle sait que les colères paternelles sont effroyables et de plus le sujet est très grave. D’un souffle elle murmure «  oui papa Zeus, d’après ce qu’il y a d’écrit sur le bordereau d’envoi, les corps s’ignorent mais les âmes s’adorent»

Un immense brouhaha a investi l’assemblée des dieux et de plus en plus des paires d’yeux mauvais se tournent vers moi comme si moi, Eros, était responsable des frasques inénarrables des mortels.

Et comme un seul homme, les déesses se lèvent pour m’accuser ouvertement, avec à leur tête Héra qui me déteste ouvertement car elle s’imagine que je suis le pourvoyeur de chair rose et fraiche pour son mari un tantinet volage.

- Le voilà le responsable de notre avanie hurle la grande Héra en me montrant du doigt,
- Le voilà celui qui sème la zizanie
- Le voilà celui qu’hante l’érotomanie
- Le voilà ce mauvais génie

- Hou hou crient avec acrimonie les vierges folles* abélardisons le !

-   Mais elles ne vont pas bien ces deux pucelles frigides ! réplique aussi sec Aphrodite qui m’a toujours défendu bec et ongles … enfin plutôt ongles.

Arès, son amant du jour toujours aussi tudesque vient immédiatement au secours de sa blonde et crie à tue tête 
-   allez mes belles, venaient voir peter le loup ; ça vous déridera les fesses !

Bref une ambiance de folie règne sur l’Olympe mais Zeus a tôt fait de rétablir le calme et la sérénité par quelques coups de foudre bien placés.

Il vaudrait mieux que j’explique avant que la situation devienne trop acescente.

==================================================================
Notes du scribe

*Artémis et Athéna pour ne pas les nommer
**Au fait, pour vous Marseillais, Marseillaises, Palinodie doit vous rappeler quelque chose, mais quoi ? 
Titre: Indes
Posté par: caramentran le 26 novembre 2012 à 19:04:03
Pour détendre un peu l’atmosphère glaciale qui plombe l’Olympe en ce moment,  la charmante Hébé en petite robe blanche bouffante et fanfreluches dans les cheveux nous convie à fumer le grand calumet de la paix.

Vous, qui d'Hébé suivez les lois,
Venez, rassemblez-vous, accourez à ma voix!
Vous chantez dès que l'aurore
Éclaire ce beau séjour…


Et où fume t on un vrai bon calumet si ce n’est aux Indes du Galant M. Rameau.
Elle vous a choisi non pas son sublime prologue mais le da capo où vous aurez le grand plaisir d’y voir le chef Christie sans baguette  changé le dindon noir et la sémillante et merveilleuse Patricia emplumée faire de Petibon de dinde

http://www.youtube.com/watch?v=hCorWOX4FUY (http://www.youtube.com/watch?v=hCorWOX4FUY)

Unforgettable !

Bon, pour les paroles… je vous livre le livret

Dans nos retraites,
Grandeur, ne viens jamais
Offrir tes faux attraits!
Ciel, tu les as faites
Pour l'innocence et pour la paix.
Jouissons dans nos asiles,
Jouissons des biens tranquilles!
Ah! peut-on être heureux,
Quand on forme d'autres voeux?


Bien entendu vous pouvez également écouter le passage complet dit des sauvages mais attention, cette musique est hautement hypnotique surtout avec un tempo un peu lent ; en revanche vous aurez droit à une dinde à calumet.
Vous êtes prévenus.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 12 décembre 2012 à 16:07:34
Malheureusement l’intervention pourtant suave de la délicieuse Hébé n’a rien calmé du tout, d’autant plus que Perséphone vient d’avouer qu’elle ne sait pas non plus où se trouvent les corps désanimés* des deux zozos et qu’elle ne sait même pas comment ces corps sans âmes font pour continuer à exister au nez et à la barbe de toutes les religions et philosophies du monde.
On lui demande alors de fournir un portrait des deux zozos pour faciliter les recherches mais elle avoue naïvement ne pas en posséder.

Et là, Zeus pète un plomb ou deux et ne pouvant assouvir sa colère sur sa propre fille, s’écrie :
« Alors qu’ils disparaissent  et les dieux reconnaitront les leurs ! Que la peste noire** s’abatte sur Phocée et que Yersis soit apporté par le bateau, le Grand saint Antoine***!»

La peste noire !!!
Horreur sans nom, presque la moitié des Marseillais vont mourir en quelques mois.
Pour le moment c’est un silence de mort, prémonitoire, qui vient de s’abattre sur l’Olympe et les olympiens  atterrés comme quand JP Escale laissait échapper un ballon qui courait mourir au fond des filets.

Alors tel Belsunce au milieu des pestiférés je prends la parole au milieu d’une assemblée hostile et houleuse car nombreux sont ceux qui me déteste, moi, le dieu de l’Amour et je n’ai pas du vinaigre des quatre voleurs pour me protéger mais j’ai une grande amie, Peitho, qui va me seconder comme toujours.

Notes du scribe
* certes, le correcteur orthographique ne connait pas ce mot
** Ne ratez donc pas la grande peste de 1720 sur FR3 ce soir 12/12/12
*** Alors le Palinodie, ça ne dit toujours rien à personne ?
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 05 janvier 2013 à 18:03:08
Peitho, c’est la Persuasion.

 «Eros, Nous sommes très irrités sur ce qui se passe à Phocée, résume nous cette affolante affaire.»

- J’explique à la noble assemblée que j’ai agis selon les règles de l’art. Les deux tourtereaux ont reçu une double dose de flèche d’or et si rien ne progresse c’est de leur seule faute.

Zeus revient à la charge promptement.
- Sont ce les mêmes règle de l’art que tu as utilisées, mon petit Eros,  à Vérone car je me suis laissé dire que les amants de Vérone n’existaient pas vraiment.

- Ce ne sont que menteries, grand Zeus, et tu connais mon savoir-faire (eh eh là je devrais lui avoir cloué le bec car Zeus sait très bien la palanquée de conquêtes féminines qu’il me doit; d’ailleurs Héra commence à s’agiter et demander des comptes à son mari)
De plus il ne serait pas bon pour ton image de marque de lancer la peste sur la grande citée phocéenne.
Je lui rappelle la devise, Actibus immensis urbs fulget massiliensis, qui figure encore sur les armoiries de la ville.
Grand Zeus tu dois te montrer magnanime et ne pas jouer les dieux vengeurs et courroucés juste au moment où un président normal d’une démocratie, héritage grec, va venir à l'hôtel de Notre-Dame …
 
- Un autel  pour moi ! s’écrie Héra

- J’évite de la contredire mais il est plus vraisemblable que ces grecs adoraient Artémis car les pentécontores (bateaux légers) qui arrivèrent dans le Lacydon avaient à leur bord le feu sacré de Phocée et une statue d'Artémis sculptée à Ephèse (et peut être quelques pieds de vigne et d’olivier, voire un tonnelet de pastis mais ce n’est pas sûr).
Je souhaite mettre rapidement un terme à cette réunion qui pourrait tourner à l’aigre et je propose au roi de l’Olympe de partir sur le champ avec un chien à la recherche des deux ados dont je me suis procuré une photo de la fille.
 (http://www.reverrances.fr/foto/olgwet.jpg)

Zeus est d’accord mais Héra qui cherche toujours la petite bête juste pour embêter son époux lui fait remarquer qu’il n’y a plus de chien disponible.

- Mon cher époux vous savez que Rantanplan  est parti sur les traces de Dum et Dee que votre fille adultérine a bêtement perdus quelque part dans le tunnel du Rove et Cerbère est stupidement attaché aux portes des enfers par votre fils, adultérin aussi, aux gros biceps.

- Vite, je dois partir avant que ce couple infernal se lance la vaisselle à la tête.
Ce n’est pas grave dis-je je vais prendre Roxy.

- Roxy ? Reprend le chœur grec

- Oui, Roxy le chien qui mange du pâté de foie gras

- ?!
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 05 janvier 2013 à 19:47:08
Malheureusement l’intervention pourtant suave de la délicieuse Hébé n’a rien calmé du tout, d’autant plus que Perséphone vient d’avouer qu’elle ne sait pas non plus où se trouvent les corps désanimés* des deux zozos et qu’elle ne sait même pas comment ces corps sans âmes font pour continuer à exister au nez et à la barbe de toutes les religions et philosophies du monde.
On lui demande alors de fournir un portrait des deux zozos pour faciliter les recherches mais elle avoue naïvement ne pas en posséder.

Et là, Zeus pète un plomb ou deux et ne pouvant assouvir sa colère sur sa propre fille, s’écrie :
« Alors qu’ils disparaissent  et les dieux reconnaitront les leurs ! Que la peste noire** s’abatte sur Phocée et que Yersis soit apporté par le bateau, le Grand saint Antoine***!»

La peste noire !!!
Horreur sans nom, presque la moitié des Marseillais vont mourir en quelques mois.
Pour le moment c’est un silence de mort, prémonitoire, qui vient de s’abattre sur l’Olympe et les olympiens  atterrés comme quand JP Escale laissait échapper un ballon qui courait mourir au fond des filets.

Alors tel Belsunce au milieu des pestiférés je prends la parole au milieu d’une assemblée hostile et houleuse car nombreux sont ceux qui me déteste, moi, le dieu de l’Amour et je n’ai pas du vinaigre des quatre voleurs pour me protéger mais j’ai une grande amie, Peitho, qui va me seconder comme toujours.

Notes du scribe
* certes, le correcteur orthographique ne connait pas ce mot
** Ne ratez donc pas la grande peste de 1720 sur FR3 ce soir 12/12/12
*** Alors le Palinodie, ça ne dit toujours rien à personne ?


C'était le nom du voilier de Gaston Deferre. :smt039

Et aussi dire le contraire de ce que l'on a dit.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 08 janvier 2013 à 13:28:34
Mais quittons l’Olympe pour un moment et revenons à Marseille où Rantanplan, commis d’office pour retrouver la trace de Dum  et Dee s’apprêtait à embarquer sur le Palinodie qui était ancré en face de la superbe mairie due à Puget dont l’huile* suprême était à la fois le barreur du bateau  et  celui de la ville, et accessoirement le propriétaire du journal Le  Provençal (Toute allusion à des faits récents ne serait être que le fruit  d’un hasard facétieux)

Comme vous l’a dit Fanny (même atteinte d’hypermnésie, elle a manifestement dû plonger longtemps dans les abysses des archives pour ramener cette information) il n’y avait que Gaston, grand régatier de la Giraglia, qui puisse appeler son bateau ainsi.

Toutes voiles dehors spinnaker compris, le voilier fendant l’onde amère se dirigea vers l’Estaque pour s’enfiler ** dans le tunnel du Rove où les deux fugitifs avaient été vus pour la dernière fois.

Dum et Dee toujours accrochés à leur planche pourrie tournaient en rond dans l’eau méphitique : il leur était impossible d’aller plus avant puisque le tunnel s’était effondré, tout comme il leur était impossible aussi de revenir sur Marseille sans se faire prendre.
Bref le tunnel du Rove le mal nommé allait de l’Estaque à l’Estaque.

Horrifiés, ils virent avec horreur le bateau fondre sur eux comme du beurre dans une poêle.
L’horreur était d’autant plus horrible que le bateau  qui avait horriblement démâté en entrant dans ce tunnel horrifiant, ressemblait plus au Black Pearl remontant du fond de l’océan  qu’à un sémillant voilier de régate.
A la proue, se tenant d’une patte au bastingage déglingué,  l’horripilant Rantanplan manipulait une épuisette à crevettes roses  pour repêcher nos deux sympathiques fugitifs.

- Au secours cria Dee qui se lança dans une oraison jaculatoire.
- Vite, vite, plongeons dans ce trou jaune ! *** lança Dum.

Qu’allaient-ils devenir ?
Rantanplan regagna la terre ferme et se fit offrir des panisses pendant que l’équipage touait le rafiot.
(Je me souviens que, quand nous allions à l’Estaque, nous achetions des panisses à la marchande qui les empaquetait dans un épais papier gris ; ça ne vous dit rien ?)
Puis il faxa les résultats de ses recherches et retourna courir la pretantaine****.


Notes du scribe flottant

* publicité non payée
** inutile de faire remarquer que le voilier  aurait quelque mal à naviguer dans les eaux sombres du tunnel  mais ne  sommes plus à une calembredaine près.
*** C’est quoi un trou jaune ? Ben, c’est comme un trou noir qui serait jaune mais au lieu de compacter de la matière il broie de l’âme ; vous l’avez surement remarqué sur la photo du tunnel parue il y a quelques mois.
****  il fut un temps où j’avais mal enregistré ce mot et j’écrivais pré-trentaine, imaginant des courses effrénées derrière des JF de 30 ans.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 08 janvier 2013 à 17:38:06
 1° Le Palinodie n'était pas ancré en face de la Mairie mais de l'autre côté du Port à la Sté Nautique.

 2° Fanny n'a pas plongé dans les abysses des archives.

Tout ça relève de souvenirs lointains et personnels avec le dit bateau.

3° J'adore lire tes récits délirants en ces temps de crise, car ils me procurent des crises mais de rire. :smt005  :smt082  =D&gt;
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 12 janvier 2013 à 15:54:28
En voulant éviter l’épuisette liberticide  de Rantanplan*, Dee et Dum furent entrainés de Scylla en Charybde et le maelstrom du trou jaune, le brasseur d’âmes, ** les emporta comme deux fétus de paille vers des lieux inconnus et occasionna comme dégât collatéral une méga éclipse du serveur phocéen qui en perdit presque le nom. (A moins que ça soit les agapes du huitième anniversaire qui lui aient tourneboulé la tête.)
Au bout d’un transit intestinal  dans la vacuité qui dura un certain temps, ils se retrouvèrent tous les deux quelque part sous le soleil grâce à l’intervention inopinée de la « libératrice » verte qu’on rencontrera d’ici peu. Comme ils n’avaient pas bu trop d’eau du Léthé, ils recouvrèrent rapidement une grande partie de des souvenirs de leur vie antérieure.

Dee, toujours plus rapide à appréhender la réalitude reprit conscience la première et demanda avec un miaulement dans la voix :

- Dum c’est toi ?

- Bé oui c’est moi. Mais pourquoi cajoles-tu cet ours  en peluche? Je ne te suffirais donc plus ? Et puis enlève ce masque ridicule de chat.

- Dum ! Ce n’est pas un masque ! Regarde la belle queue poilue que tu as !

- Arrête ! Tu vas me faire rougir. Il est inutile que toute la Canebière soit informée sur mes attributs.

- Mais quels ases ces mecs ! Des obsédés !!! Et même pas capables de voir la réalité toute nue ou de dire simplement bonjour à une fille. Saperlipopette, ne vois-tu donc pas que nous avons été réincarnés en chat ?

- Tudieu !  Tu as raison, ma Deedee, ah mais tu es une splendide chatte blonde.

- C’est vrai, minauda-t-elle avec un zeste de coquetterie, je suis une jolie minette sacrée de Birmanie (originaire de France mais oui !) à la robe caramel blond  et aux splendides yeux d’un bleu limpide. Et toi tu ressembles à un petit minou des gouttières et je t’aime toujours mon Dummy. ***

- Meeeoooowww Tu es vraiment splendide ma Deedee. Allez hop,  nous allons revenir à Marseille et retrouver rapidement nos entités protoplasmiques sans qui nous n’existerions pas et vice versa.
Où crois tu que nous sommes en ce moment?
(http://reverrances.fr/foto/t506b.jpg)

- Bé vu comme c’est pelé, je pencherai pour le col de la Gineste

- Bé non les pierres sont trop foncées ; te souviens-tu qu’autrefois il y avait un peu de végétation?

- Comme au joli bois ?

- Un peu,  bref il y avait des pins, des cyprès des kermès, des genévriers, des pistachiers avant les terribles incendies; té regarde et il envoya un tableau intitulé "chemin de la Gineste" de Paul Camille Guigou (1859) dans la tête de Dee car les chats sont doté d’un merveilleux WIFI d’origine ****.
(http://reverrances.fr/foto/gineste.jpg)
Bon, on va suivre la ligne électrique et nous arriverons bien à une route où nous ferons du stop pour revenir à Marseille.

- Mais mon pauvre minou, tu as déjà vu des chats faire du stop, toi ?

Dum qui souffrait d’un terrible mal de tête préféra ne pas discuter et commencer à marcher en entrainant Dee  à sa suite mais quelque chose l’inquiétait.
Pourquoi étaient ils si essoufflés au moindre effort ?
Un peu comme s’ils avaient fait une course en montagne.
Où diable étaient ils donc ?
Et degun pour les aider dans ce désert.


===============================

Notes du scribe

* Si certaine s’imagine que je vais quitter mon Far West natal pour venir à Marseille sans un minimum d’égards, elle s’égare les gars ! J’ai signé un contrat comprenant :
Accueil par le skipper B… sur le ponton d’honneur (pas au fin fond du bassin de radoub !)
Promenade en bateau à voile. 
Pêche à l’épuisette de spécimens rares.
Dégustation de spécialités locales (pas de bouillabaisse, le poisson me donne des boutons).

** Certains lui donnent le nom de Samsara.

*** Pour les reconnaitre, c’est très simple : Dee, la fille, euh enfin la chatte, porte un nœud sur la tête contrairement à Dum, le male.
Il ne faut pas d’ailleurs s’inquiéter autre mesure d’entendre des chats barjaquer puisque dans PBLV l’autre discute avec son ange gardien.

**** Wireless Integrated Felin Instrument
Titre: La quête d'Eros
Posté par: caramentran le 13 janvier 2013 à 16:24:02
Roxy, qui avait voulu à tout prix gouter le foie gras des oies du Capitole avait retardé la sortie d’Eros. Iris, la multicolore messagère des dieux, arriva avec le fax de Rantanplan.
Le message commençait ainsi : Wouaf wouaf … et continuait dans le même ton canin.
La traduction même approximative expliquait clairement son échec et mettait un point final à sa quête de Dum et Dee.

Il n’en fallut pas plus pour que les opposants reprennent du poil de la bête (non, pas du chien).

Héphaïstos, le maitre des forges soupçonna que les flèches d’or avaient été contaminées par celles au plomb et ce saturnisme induit nuisait à leur efficacité. Aussi me proposa t il me m’en forger de nouvelles, moyennant un rencard avec Athéna.

Les deux folles déesses en profitèrent pour sortir leurs arguments éculés anti male.
Pour Artémis, la chasseresse,  la jeune fille devait fuir tout contact de ce male rustre pour se réfugier dans la virginité et les profondes forêts.
Pour Athéna, la déesse aux yeux pers, la seule solution est bien entendu la virginité mais cette fois confinée dans son temple d’Ephèse. Le garçon, quant à lui, n’aura qu’à s’enrôler comme hoplite  dans la guerre au Vietnam.

Bien entendu dès qu’Aphrodite (qui passe à tort être pour ma mère) eut entendu le mot de virginité elle bondit sur ses escarpins rouges et commença à invectiver les deux pouffiasses euh déesses, insensibles aux charmes de l’Amour fut il physique comme le sien ou romantique comme le mien.
Elle fut secondée en cela par Arès, son amant, qui brandissant son glaive et toujours d’une élégance rare, hurla «  P*** de M***, funestes femelles mal b***, cessez de nous cassez les b*** avec votre histoire C*** de pucelage et allez vous faire f*** au c*** et au c*** par un gros Z***»

Bref l’atmosphère d’orageuse passa subitement à électrique et on n’était pas loin de se mettre sur la gueule quand un violent coup de tonnerre stoppa net cet embryon de révolte intestine.
C’était Zeus qui venait de mettre un terme final à cette divine gabegie.

BOUUUUUM « Du calme, mes enfants, du calme
Le plus urgent est de retrouver ces deux ados sans âme avant qu’ils ne contaminent toute l’humanité et réduisent les déités que nous sommes à des ectoplasmes creux comme des icones soviétiques. »

Puis dressant son immense stature, Zeus gentiment appuyé sur Ganymède, congédia Eros en ces termes :
        … Amour ouvre tes portes !
        Traverse les couloirs, descends, marche léger,
        Vole dans l’escalier, plus souple qu’un berger,
        Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

        Ô Traverse les murs ; s’il le faut marche au bord
        Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,
        Use de la menace, use de la prière,
        …

Eros fut un peu surpris par ce poème du matricule 1155 mais en y réfléchissant bien il tombait à pic en ce jour de manifestation populaire aussi laissa t il Hélène Martin * vous le chanter.
http://www.youtube.com/watch?v=1CumaK6iQng (http://www.youtube.com/watch?v=1CumaK6iQng)

Mots du scribe
Je viens de découvrir que E. Daho l’avait aussi interprété.
Titre: Voyage vers l'Ouest 2
Posté par: caramentran le 16 janvier 2013 à 16:34:20
Note liminaire : Il est fortement déconseillé aux âmes sensibles de lire le texte qui suit.

Dum et Dee, réincarnés en minets, marchèrent longtemps avant de voir des hommes tout de blanc vêtus au milieu d’une nuée de gros oiseaux.
- Chouette ! de braves gens qui nourrissent de pauvres oiseaux  affamés ; peut être ont-ils un bout de chichi fregi à nous offrir. Hummm c’est délicieux avec un soupçon de fleur d’oranger et d’huile d’olive. T’as pas faim toi?
- Hummm, pas des chouettes mais des vautours. N’approche pas Dee !
- Mais …mais … mais… bégaya Dee, ils sont en train d’assassiner quelqu’un. Horreur !

Cachés derrière une grosse pierre, les shahs aux dieux persans * observèrent la scène horrifique  qui se déroulait devant eux.
Un des hommes chassa les volatiles qui reculèrent en contrecœur, tandis que son compère ouvrit d’un magistral coup de coupe-coupe le dos du cadavre dénudé exposé sur une grande dalle de pierre ; puis ils se mirent à tailler de petits lambeaux de chair qu’ils écrasèrent avec une grosse pierre ronde et qu’ils mélangèrent ensuite à de la farine et aux os brisés pour en faire des boulettes.
Dee, le cœur au bord des babines et aussi verte que Tara, cacha ses beaux yeux bleus dans la fourrure  bigarrée de Dum en lui demandant de la prévenir quand tout serait terminé.
Puis, leur macabre besogne terminée, les deux hommes se reculèrent et l’un d’eux tapa dans ses mains pour annoncer le début des ripailles.
Aussitôt la bande emplumée d’une cinquantaine de vautours qui se tenait tant bien que mal à distance, se rua dans une cohue infernale vers la pierre et en moins de cinq minutes la place fut nette.
Restait la tête qu’un des officiants avait enveloppé d’un linge et déposé dans une vasque, avec une grosse pierre il s’apprêtait à …
S’en était beaucoup trop pour des âmes sensibles et  Dum prit Dee par la papatte et ils s’enfuirent du théâtre des opérations. Ils n’avaient pas fait 100 mètres qu’ils durent s’arrêter à bout de souffle.
- Nous ne sommes surement pas dans la région de Marseille. Mais il faut dire qu’ils ont une technique infaillible pour faire disparaitre un corps en moins d’une heure.
Dee, les yeux  brouillés de larmes, jura que s’ils revenaient vivants à Marseille elle monterait à la Bonne Mère à genoux.
Ils reprirent leur marche tout doucement.
- Regarde cette grosse vache poilue, viens Dee, on va lui demander un peu de lait.
L’animal déclara être une dri et consentit à leur donner un peu de lait.
- C’est quoi une dri ?
- Chais pas, une vache laitière poilue peut-être.
Ils engagèrent la conversation et la dri curieuse comme une pie leur demanda où ils allaient.
- A Marseille.
- A Marseille ? Peuchère, bé ce n’est pas la porte à coté vous êtes balès pour des pitchouns.** Allez, hop montez sur mon dos je vais vous aider à passer le col.
Dee et Dum protestèrent pour la forme mais ils furent bien contents de reposer leurs coussinets endoloris.
- Allons donc ce n’est pas deux petites boules de poils comme vous qui vont me charger je porte facilement mon demi quintal et mon mari, plus du double.
Et la dri et les deux chatons grimpèrent lentement vers le sommet où elle meugla un sonore et rituel Lha-rgyal-lo pour fêter la victoire des dieux.
- Té, remarqua Dee, du linge qui sèche sur des cordes, nous arrivons dans un village.
(http://reverrances.fr/foto/t722b.jpg)
- Non, reprit la dri, ce n’est pas du linge mais des lung ta.
Dee allait demander ce qu’était un lung ta mais son regard bleu fut attiré par la pancarte : gyatsola pass 5220m !! et elle tomba en dans les pommes par hypoxie.
Mal des montagnes diagnostiqua la dzi nous allons redescendre et quelques gouttes de lait auront tôt fait de la ramener à la conscience. Elle put ainsi écouter les explications de leur cicérone (dri =femelle du yak) sur les chevaux du vent (lung ta) et quant à la cérémonie du jahtor qui avait tant émus ces pauvres petites bêtes  ce n’étaient que des funérailles célestes.
Dum se frappa le front : bon sang, c’est bien sûr ! ils se trouvaient sur le toit du monde.
Il se souvint alors des livres de Logsang Rampa*** que son enveloppe protoplasmique lisait dans sa vie antérieure.

==========================================
Notes de scribe
*en fait, il faut lire : chats aux yeux perçant
**Vous remarquerez que la dri parle marseillais
***Logsang Rampa est l’auteur du livre le « troisième œil », et quelques autres qui  racontent la vie extraordinaire d’un lama au Tibet, région pratiquement inconnue des occidentaux dans les années 58/60.
Les témoignages d’Alexandra David Néel, la « femme aux semelles de vent » avaient déjà amenés son lot d’anecdotes incroyables. Si vous passez par Digne allez donc faire une visite à la villa d’Alexandra qui rassemble tous les souvenirs de l’exploratrice.
Plus récemment la pétillante Priscilla Telmon à fait à pied Hanoï - Lhassa en solitaire.
La fascination exercée par le monde décrit par Rampa amena des occidentaux à vouloir aller y faire un tour et ramener quelques photos (vous voyez de qui je veux parler) mais elle déchaîna aussi le scepticisme des tibétologues de renom. Effectivement Rampa n’était qu’un affabulateur qui n’avait jamais mis les pieds au Tibet et qui était en fait représentant en matériel chirurgical.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 16 janvier 2013 à 23:23:08
J'ai lu tous les livres de Longsang Rampa dans ma jeunesse, j'ai essayé à tout prix de faire le voyage transcendantal sans jamais y arriver, c'était l'époque hyppies Pace and Love des années 70. Souvenirs souvenirs  :smt007
Titre: Le rendez-vous (1)
Posté par: caramentran le 17 mars 2013 à 19:25:29
Si Dum et Dee réincarnés arpentaient le toit du monde, Eros avait été chargé de retrouver  le garçon et la fille co-héros de cette histoire alambiquée, selon l’ordre exprès de Zeus lui-même avec l’aide de chien Roxy.
Eros avait insisté pour que le rendez-vous fût fixé au jardin du Pharo ainsi Roxy pourrait-il facilement voir l’heure sur la pendule florale du jardin car son maitre refusait absolument de lui offrir une Rollex  sous le prétexte qu’il ne savait pas lire.
Mais Roxy s’en moquait bien car il avait un flair remarquable qui palliait ces petites vexations.
Une odeur de croissants chauds c’était huit heures.
Celle de saucisses grillées c’était midi
Une odeur suave de potée au lard et vingt heures venaient de sonner aux Accoules.

Pour le moment il était sagement assis et regarder placidement les gens aller et venir faute de mater des toutounettes. Son intérêt fut capté par une jeune fille blonde aux yeux bleus qui cueillait des fleurs sur les pelouses.
C’était interdit bien sûr, il le savait lui, et déjà le gardien arrivait dans un sifflement furibond.
Et ce fut lui qui se fit sérieusement chapitrer !
Pas de chien en goguette dans les jardins public lui signifia t on !
Et pour un chien se faire chat pitrer c’est horrible ?

Alors Roxy décida d’aller faire un petit tour au « Cochon Moelleux », boutique que le clebs semblait affectionner particulièrement et qui se trouvait à deux pattes de là.
Titre: Eros débarque
Posté par: caramentran le 25 mars 2013 à 19:35:41
De son coté, Eros avait quitté l’Olympe pour aller chercher le chien Roxy à la nouvelle Phocée, la cité marseillaise. Il se demandait d’ailleurs pourquoi Zeus l’avait obligé de faire équipe avec lui alors que Marseille pouvait s’enorgueillir d’héberger, Saucisse, le héros canin et marseillais  d'un grand nombre de romans policiers et qui s’était même présenté aux municipales avec pour slogan "Pour une sauciété plus humaine, contre une vie de chien !"

Psyché, sa chérie, lui avait recommandé de revêtir l’armure qu’Héphaïstos avait spécialement forgée pour Hector* mais il l’avait réconfortée en lui affirmant qu’il n’avait nul besoin d’aller chez un dentiste. Se moquant du thiers comme du quart, il prit son arc et ses flèches d’or et embarqua sur un chronobus qui fort judicieusement ralliait Marseille/Phocée à la date voulue dans la seconde qui suivait.

A part une algarade avec le préposé aux billets qui lui cherchait bisbille en refusant obstinément de prendre ses drachmes au motif qu’elles ne valaient pas un radis, le voyage se passa bien.
Toutefois à cause d’un mot mal identifié ou d’une grève perlée des aiguilleurs temporels, Eros n’attemporit* pas au jardin Duclaux mais il se retrouva dans un lieu  bien particulier et totalement inconnu de lui*.

C’était un long couloir, dont le carrelage en damier noir et blanc en augmentait les dimensions  déjà impressionnantes et des murs semblaient ruisseler d’infinies litanies maintes fois rabâchées.
Dans un premier temps il se crut dans quelque sombre pièce du palais d’Hadès mais ce n’était pas le cas car des hautes fenêtres quelques faméliques rayons de soleil parvenaient à filtrer  au travers des vitres poussiéreuses.
Venus des profondeurs des ténèbres insondables, des pions aux mines pas tibulaires mais presque, avançaient lentement sur le damier projetant sans doute de se l’envoyer chez Hadès pour de bon.

(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/couloir.jpg)

Se remémorant les conseils éclairés de la môme Psyché, il banda* et les flèches d’or firent mouche. Certains pions furent promus en dames mais ceci n’a rien d’exceptionnel sur un damier.
Le plus urgent était de savoir quand il était afin de rallier sans encombre le Pharo à la bonne date.
Il préleva un journal sur un pion mis au ban de la société pour avoir refusé de sauter une dame à reculons comme le règlement l’y oblige.
Ouf ! C’était bien la bonne date,  seule la localisation spatiale était erronée.
Et ce, en vertu du fameux principe apodictique d’incertitude d’Heisenberg qui stipule qu’il est impossible de tout connaitre lors d’un déplacement, (en bref).*

Notes éclairantes du scribe :

* L’armure était plutôt destinée à Achille ou à Enée mais ceux là n’avait pas de chien.
* v. attemporir : se poser dans le temps. eg : le tempobus 26 attempit en 1973.
* et même l’hypernésique Fanny n’y a jamais un pied, gageons-le.
* son arc, bien entendu
* celle-là, elle n’est pas piquée des hannetons !
Titre: Re : Eros débarque
Posté par: hector le 25 mars 2013 à 20:26:14
De son coté, Eros avait quitté l’Olympe pour aller chercher le chien Roxy à la nouvelle Phocée, la cité marseillaise .


Waaouuuww...Roxy entre en scène.....çà ne va point être piqué de hannetons....cette histoire moi je prédis  :cache:


Psyché, sa chérie, lui avait recommandé de revêtir l’armure qu’Héphaïstos avait spécialement forgée pour Hector

Bé t'as raison Caramentran....de me revêtir d'une armure 
car si le Roxy il lit tout cela....je suis "bon" pour aller aux urgences à la Timone ....tant ses crocs son aptes à transpercer ma tendre chair  :lol:

=> en tous cas, j'ai toujours  immense plaisir à lire tes posts, cher Caramentran .....qui mélangent harmonieusement la mythologie Grecque ....et la vie des Forumeurs  :smt023   =D&gt;
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 10 avril 2013 à 14:08:40
Eros était toujours prisonnier du lieu où il avait lamentablement échoué puisque personne n’avait su lui donner le plus petit renseignement (1) sur sa localisation insolite, nous allons donc retourner  au jardin Duclaux en espérant que cette aporie idiote se résolve rapidement d’autant plus que la réponse était dans le texte.

Tracté par l’intraitable gardien, Roxy allait être bouté hors des grilles et mis en fourrière, quand une voix féminine cristalline se fit entendre :
« Ce gentil chien s’échappé, monsieur le gardien,  j’en suis  désolée »
Un seul coup d’œil bleu liquéfia sur place l’arrogant gardien qui ne dit mot.
Elle défit son foulard de soie et s’en servit comme laisse.
« Allez, mon bon toutou, tu as perdu ton maitre, allons le retrouver. »
Au début Roxy fut un peu marri de ne pas aller faire du lèche vitrine devant le Cochon Moelleux mais une simple décharge d’yeux bleus lui fit oublier immédiatement son penchant effréné pour la charcutaille et le pâté de foie gras.
Vains calculs grogna t il.
Et tous deux traversèrent le jardin  pour remonter vers le palais en délaissant pour un temps le carrosse tiré par de fringants coursiers(2)
Roxy était si content de marcher sur les pas d’Eugénie(3) qu’il en oublia les chats effrontés qui conspiraient dans les fourrés.
De son coté la jeune fille était ravie de se promener dans son jardin, suivi par son Louis toutou(3)  et acclamée par des souris vertes pleines de bubons qui s’étaient échappées de l’institut des maladies tropicales.
Pour fixer à jamais ce moment inoubliable Roxy enregistra la scène dans sa mémoire photo.
=============
Notes impériales du scribe :
(1) curieusement, ça a l’air plus ardu que le tunnel du Rove où pourtant personne n’a jamais mis les pieds
(2) en fait c’était une carriole trainée par un âne
(3) Ici vient de se produire un glissement temporel et nous avons attempi au XIXe siècle.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 10 avril 2013 à 14:29:15
J'adore j'attends avec impatience la suite des événements.  :smt007  =D&gt;
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Olympien le 10 avril 2013 à 18:20:30
Bravo pour ce conte...
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 13 avril 2013 à 20:28:54
Pour le moment l’histoire est bloquée par l’incapacité d’Eros de savoir où il se trouve sans une aide extérieure.
  Il est possible que des lecteurs pourtant assidus n’intègrent pas parfaitement le synopsis  de l’histoire donc, ne reculant devant aucun sacrifice en ce superbe samedi printanier l’auteur vous a fait un crobar. (1)

(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/microcosme.jpg)

Notes du scribe du samedi
(1) en fait c’est qu’il n’y comprend plus rien lui-même et qu’il a besoin de recaler ses idées.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 13 avril 2013 à 23:06:34
 :smt005  :smt005
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 16 avril 2013 à 22:16:36
Sans la moindre information sur l’endroit où il se trouvait, Eros se morfondait sur ce damier inconnu. De plus comme il méconnaissait les règles du jeu à la française il eut la stupeur de se faire sauter par une dame venue en diagonale du diable vauvert.
Il s’installa  dans un coin et entreprit la lecture du Provençal pensant qu’il trouverait peut-être un indice pour sortir de cette aporie stupide.

La lecture du journal ne fit rien pour le sortir du bain de tristesse où il était plongé.
*Les Olympiens relégués en division d’honneur
Ah bon ? Les habitants de l’Olympe jouent au ballon maintenant ?

*Collégiens en grève contre l’exclusion de deux élèves accusés d’avoir échangé un baiser.


On va interrompre la lecture de la feuille de chou locale pour vous raconter cette histoire qui se passe dans un grand lycée géminé (1) de Marseille.
Le redoutable prof de musique avait trouvé l’arme fatale pour pallier les bavardages insipides pendant son cours soporifique : il accouplait (2) ses élèves ;
c’est ainsi qu’Alex, petit boulot timide, et Héloïse, grande perche à la beauté ingrate,  furent réunis sur le même banc de souffrance auditive.
Et le silence régna, troublé de temps en temps par quelques notes de piano.

Toutefois de ce rapprochement ne naquit même pas une petite amitié mais il faut dire qu’en ce temps là (avant 68) il n’était pas question de trop mélanger les genres : filles et garçons avaient chacun leur cour de récréation, leur réfectoire, etc.
Seul l’interclasse permettait quelques brefs échanges qui pouvaient se résumer à ce canevas belliqueux :
Alex, tu as eu combien à la rédac?
11,
Ah qu’est ce qu’ils sont nuls les mecs ! Moi j’ai eu 14

Héloïse, tu as eu combien à la compo de math ?
12,
Les filles sont vraiment nulles, j’ai eu 15, moi !


Un jour,  qu’ils revenaient d’un cours de science nat’, Alex proposa à Héloïse de passer par les escaliers de secours, passage totalement interdit en temps normal. Alors qu’ils montaient tranquillement les escaliers Héloïse lui demanda s’il avait déjà embrassé une fille.
Prévoyant la volée de sarcasmes qui allait s’abattre sur lui, il préféra enjoliver la réalité en affirmant que bien sûr il avait déjà embrassé … sa cousine.
Ta cousine ? reprit l’inquisitrice,  sur la bouche ? Mais c’est dégueulasse ! Sont tous nuls ces garçons !
Et là personne ne sait exactement ce qu’il se passa mais il y eut un tout petit smaaack puis un grand vlaaam.
La porte palière venait de s’ouvrir pour donner le passage à Mlle X, pionne de son état.
« Que faites vous là tous les deux ? Vous vous embrassiez ? Allez, hop chez le surgé. »
Le surgé était un gros bonhomme à la voix de Stentor dont la seule vue vous glaçait les sangs.
« Monsieur le surveillant général, j’ai surpris ces deux élèves en train de s’embrasser dans l’escalier de secours. »
« C’est bon, faites les s’asseoir et sortez. » aboya t il
Un silence à couper au couteau qui ne présageait rien de bon s’installa dans l’aquarium d’autant plus que Bouboule, le surgé, avait un étrange sourire de la pire espèce au coin des lèvres.
Puis une petite (3) voix  se fit entendre : « alors c’était bien ? »
Héloïse fut la première à reprendre ses esprits : pas mal dit elle mais il s’est essuyé la bouche après.
Et là, venu des fins fonds d’une gorge puissante un rire inextinguible balaya tout sur son passage, puis reprenant son souffle il statua : deux heures de colle.
Puis il les fit sortir et dicta sa condamnation à la pionne : « vous mettrez deux heures de colle à ces jeunes gens pour divagation dans des lieux interdits. »
« Mais ils s’embrassaient » insista  la pionne !
Pour toute réponse la porte de l’aquarium se referma dans un chuintement dédaigneux.
Sur ce, arrivèrent le censeur suivi du  proviseur : « qu’ont-ils encore fait ces deux là ? »
« Ils s’embrassaient monsieur le censeur » reprit la vipère
« Encore d’autres ! Il faut frapper un grand coup, c’est inacceptable que des élèves si jeunes se conduisent si mal. »

Escortés par le staff, les deux jeunes coupables furent amenés dans leur salle de cour d’histoire et exposés comme  gibier de potence sur l’estrade sous les quolibets de la populace estudiantine en délire.
D’autant plus que l’acte d’accusation du censeur laissait planer des doutes sur la cause réelle de l’infraction.
« Monsieur le professeur (d’histoire) nous vous ramenons vos deux élèves qui se livraient à des actes malsains dans un endroit interdit. »
Les moqueries se muèrent en allusions salaces
Suivi un long discours guimauve d’où il ressortait que ces jeunes dilapidaient l’argent de l’Etat et sapaient la confiance que les autorités et leurs parents avaient mise en eux. Ce réquisitoire implacable  se termina par la demande de sanction exorbitante: exclusion de l’établissement.
Les rires cessèrent et une chape de plomb qui n’aurait rien à envier à Tchernobyl venait de s’abattre sur la classe et écrasa les pauvres coupables de tout son poids.
===
Notes du scribe potache
(1) mixte
(2) accoupler : mettre en couple, aucune connotation sexuelle n’est à prévoir
(3) au regard de la masse du déclamant
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hermine le 16 avril 2013 à 22:42:30
 :smt023
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 23 avril 2013 à 07:39:31
Alex jeta un coup d’œil à Héloïse qui était rouge comme coquelicot « elle va se mettre à chialer, c’est bien un truc de fille ça. » 
Il était assez remonté contre elle car elle avait dédaigné vertement son offre désintéressé d’endosser à lui seul, la responsabilité du baiser ; elle avait affirmé vouloir prendre sa part de responsabilité dans cette histoire.
Ben non !
D’une voix douce mais ferme juste troublée par un léger trémolo, Héloïse prit la parole :
« Je m’excuse … »
« Allons bon se dit Alex voilà qu’elle va s’excuser voire parjurer! Ah ces filles ! »
« Je regrette, continua-t-elle, je regrette infiniment qu’Alex et moi ayons choisi pour notre premier baiser un escalier sale et sordide. Je promets que cela ne se reproduira plus et je serai dorénavant très exigeante sur la qualité du décor. »
La gifle ! Ce n’était pas des excuses mais une véritable déclaration de guerre euh non d’amour.
Alex comprit tout de suite et s’il ne trouvait pas dans la fraction de seconde suivante une répartie spirituelle elle se moquerait éternellement de lui, d’autant que cette stupide histoire d’essuyage le gênait toujours un peu.
Alors, quand vous savez que dire, laissez parler les autres.
« Ad augusta per angusta » (1) dit il en se tournant franchement vers elle.
« Oh que c’est joli dit elle, en en donnant une traduction très libre, vers le bonheur par des escaliers tortueux ; je m’en souviendrai longtemps. »
Eros qui traine toujours quelque part banda son arc et décocha ses flèches d’or.
La chape de plomb venait de voler en éclat. Une fille au premier rang essuyait une larme en répétant que « c’est beau ce que vous dites, que c’est beau, on dirait du Shakespeare. »
La couleur elle-même avait changé de camp comme en témoignait le visage rubicond qu’arborait le censeur qui se mit à pérorer sur la nécessité de faire un bon travail scolaire au lieu de faire des citations vaseuses.
Alex, transcendé, lui coupa net la parole et s’adressant à son professeur il demanda s’il était vrai que la défense était la dernière à parler ce qui ne semblait pas être le cas ici et qu’ils entendaient bien faire valoir les droits inaliénables de la défense. Puis devant la réponse affirmative du prof  il enchaîna :
« C’est vrai, Héloïse, que tu devrais mieux travailler ; seconde en géographie ce n’est pas mirobolant mais il est vrai que celui qui est premier ne cédera pas sa place si facilement. »
« Et tu crois, Alex, que celle qui est première en histoire va céder la sienne à l’éternel second ? »
« Premier ou second, excusez du peu persiffla-telle. »
La classe éclata d’un rire franc.
Emoustillés par leur amour naissant et galvanisés par les vivats des spectateurs les deux tourtereaux se livrèrent à cœur ouvert, ignorants sans doute que la roche tarpéienne est proche du Capitole
« Tiens, reprit Alex, puisqu’on a parlé de Shakespeare connais-tu  l’âge de Roméo et Juliette ? »
« Tout comme nous, affirma Héloïse et toi, sais-tu que Dante est tombé amoureux de sa Béatrice à 10 ans ? »
Ils avaient entamé la triste histoire de Christine da Rimini, morte pour un baiser, quand le proviseur en homme finaud préféra écourter la longue série des jeunes amours contrariées et évacuer  d’urgence le censeur qui avait pris une vilaine couleur violacée. Il confirma leur passage devant le conseil de discipline.
Malgré la mobilisation des potaches, Héloïse et Alex furent exclus temporairement de l’établissement.
Mais le censeur n’en resta pas là. Il convoqua les parents séparément pour leur expliquer que leur fille chérie fréquentait un garçon malsain ou que leur fils adoré était sous l’emprise interlope d’une mangeuse de petits garçons.
Mais à trop vouloir convaincre on perd sa crédibilité. Les parents ne notèrent aucune baisse de travail, bien au contraire.
Alex s’était mis à faire du sport et Héloïse  qui mettait un peu de trompe-couillon avait enjolivé.
Et un nouveau sport avait fait son apparition surtout pratiqué par les terminales : aller s’embrasser devant les bureaux de l’administration. (2)

Eros chassa l’abeille qui virevoltait autour de lui et continua la lecture des titres du journal.

Comment faire l’amour à un Poisson ?
Comment faire l’amour à un Poisson ?
Comment faire l’amour à un Poisson ? (3)
Il relut le titre par trois fois et de plus en plus scandaliser.
De la bestialité ? Avec un poisson ? beuurk
Bien sûr dans le passé il y eut ce cas scabreux où Pasiphaé était tombée amoureuse d’un taureau blanc mais le résultat ne fut pas encourageant. (4)
Avec un haut le cœur il préféra changer de sujet.

Une prof de 31 ans se suicide par amour
« Mourir d’amour » a 31 ans mais dans quelle géhenne suis-je tombé se dit Eros 
Inutile de vous conter l’histoire vous connaissez et  si elle vous intéresse, allez voir le film ou mieux lisez donc les « lettres de prison » de Gabrielle
« La bise est un petit vent chaud qui souffle du désert de Gobi, elle lutte contre la tempête... »
Gobi ? C’est où ça ?
L’abeille était revenue ; excédé par ces lectures sacrilèges à son art amoureux et par l’hyménoptère collant qui le prenait pour une fleur, Eros s’écria :
Go bee !
Instantanément le sombre couloir (5) s’évanouit pour être remplacé par une  étendue de sable blond.
Avec un ouf de soulagement Eros se dit qu’il savait (comme vous ?) où il se trouvait et qu’il aurait tôt fait  aux pommes d’aller rejoindre Roxy au Pharo.

===================================================
Notes du scribe pigiste :
(1) citation tirée d’Hernani

(2) Héloïse confiera bien plus tard que ce qui l’avait le plus émue (bien plus que l’agitation de rue des collégiens) fut cette jeune fille qui était venue leur offrir une bouteille de soda pour les remercier d’avoir donné l’idée à son ami de l’embrasser.

(3)Allons, inutile d’inonder votre PC d’eau bénite ou de le vouer aux Gémonies. Eros a oublié de dire qu’il se trouvait dans la rubrique horoscope et il n’est question ici que des natifs des Poissons.

(4)Ce fut le Minotaure de triste mémoire

(5)Vous vous en foutez peut être du tiers (sans H cette fois !) comme du quart mais si cette histoire se termine mal vous en serez peut-être responsable pour n’avoir pas aidé une divinité en détresse.

Correctif : c'est Francesca da Rimini et non Christine
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 23 avril 2013 à 08:46:33
 =D&gt; Vite la suite !!! :smt007
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 27 avril 2013 à 10:37:20
En plein cagnard, couché sur le sable, quelque chose tracassait Eros.
Il était maintes fois venu à la plage des Catalans, métier oblige, et il ne se souvenait pas qu’elle fut si grande ni bordée de dunes. Tout au loin un navire avançait vers lui.
Il ne fut qu’à moitié surpris quand il put mieux détailler le fameux navire du désert mais depuis qu’il avait débarqué à Marseille il avait fait sien l’adage « nihil admirari »
Poli, Eros salua l’animal qui changea aussitôt de couleur (1).
« Sain baina uu » répliqua le chameau Léon
« Bonjour, bonjour » firent deux petites voix au sommet de la bosse et lestement deux petits chats sautèrent sur le sable.
« C’est bien les Catalans demanda Eros qui commençait à avoir des doutes sérieux» d’autant qu’il n’avait pas compris pourquoi le chameau changeait de couleur.   
« Oui,  oui nous sommes les cats allant à Marseille »
« Hum se dit Eros ces chats parlent mais ne maitrisent pas bien la langue on doit dire :
Nous sommes AUX catalans à Marseille. »
Les chats n’insistèrent pas et se présentèrent :
« Je suis Dum et voici Dee ma compagne, nous arrivons du Tibet. »
« Du Tibet ? Mais alors je ne suis pas à Marseille ! »
« Peuchère que non dit Dee mais tu as de la chance tu aurais pu tomber en plein Takamaklan, la mer de la mort, d’où on ne sort jamais. »
Ils lui offrirent une khata (1) en signe de bienvenue.
« Pour une cata c’est une vraie cata ! Aquèu m'empègui reprit Eros je vais à Marseille et je me retrouve au fin fond du Gobi en compagnie de deux chats bavards comme des pies et d’un chameau versicolore. »
Ils  marchèrent longtemps sous un soleil de plomb et Eros qui voletait dans les airs pour se mettre à l’abri du mantra obsédant « Om Mani Padme Hum », commençait à prendre une teinte cramoisie.
« Pourquoi ne marche t il pas comme nous ? » questionna Dum en faisant tourner son moulin à prières.
« Ses ailes de géant l’empêche de marcher ;  Tu sais Dum c’est super bien qu’Eros nous accompagne car sinon nous aurions eu des problèmes pour prendre le train.
Tu as vu comme il est rouge ? On dirait une favouille bouillie. »
Et les deux minets pouffèrent de rire.
« Eros, tu devrais mettre un peu de crème dit gentiment Dee en égrainant son mala sinon tu vas peler. »
« Et je la pêche où cette putain de crème ! » répliqua Eros qui devenait hargneux à cause de la cuisante douleur.
« Houlà la on voit que tu ne pratiques pas le bouddhisme » dit Dum
« Bien sûr que non ! puisque je suis le dieu grec de l’Amour »
Dee farfouilla dans les soutes du navire du désert et tendit un bloc de beurre de yak à Eros.
« Tiens, je n’ai pas de crème mais Dum  a fait ce beurre ».
Eros refusa d’imaginer ce que pouvait donner un chat baratant de la crème avec sa queue. 
Il s’enduisit consciencieusement de beurre de yak comme une tartine matinale. Mais le remède fut pire que le mal car le beurre était salé .
Dee lui offrit ensuite un peu de po cha (3) dans un magnifique kapala (4) orné d’argent. 
Le cœur au bord des lèvres, Eros avala tout de même un peu de liquide car on a beau être immortel on souffre de la soif comme les autres
Les quatre voyageurs mangèrent des  huit momos (5) chacun,  accompagnés de tsampa (6) le tout arrosé de chang (7).
Alors comme ça tu es un dieu ? interrogea Léon en virant au bleu.
Et devant la réponse affirmative de l’intéressé il leur apprit un fort mauvaise nouvelle : il n’était plus question de passer en URSS pour prendre le transsibérien car dans ce pays les dieux ne sont pas admis.
Voyant le visage ahuri d’Eros, Dee lui précisa qu’en URSS les dieux étaient considérés comme l’opium du peuple et donc à ce titre interdit de séjour.
« Pas grave dit Léon nous allons sortir du Gobi pour suivre la route de la soie vers Turfan. »
Cette nouvelle ravit au lit Eros qui voyait sa cuisson solaire se terminer et il s’endormit en rêvant à a Psyché



Lama scribe :
1) explication, phrase suivante du texte.
2) écharpe blanche de cérémonie
3) Coupe rituelle fabriquée à partir d’une calotte crânienne humaine
4) breuvage traditionnel tibétain composé de thé noir et de beurre rance de yak (enfin de dzi)
5) sorte de ravioli farcis de légumes et de viande de yak, excellents !
6) farine d’orge grillée
7) sorte de bière faite à partir d’orge fermentée

Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 27 avril 2013 à 14:39:51
 =D&gt;  =D&gt;  :smt007  :smt007
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 28 avril 2013 à 19:26:16
La nuit était formidablement étoilée et le grand silence était seulement troublé par les mâchonnements du camel Léon(1) et le claquement de dents d’Eros qui supportait mal les changements brutaux de température car  dans la journée, le Gobi est une fournaise mais la nuit le transforme en glacière. Enfin demain ils sortaient enfin de ce *#**?# de désert.
Bien au chaud dans leurs moumoutes les deux chatons qui n’avaient rien fait de la journée sous prétexte que leurs coussinets ne supportaient pas le sable chaud s’amusaient à se poser  des charades en buvant du chang, le nectar des dieux, dans leur kapala.
« Je suis sure que tu ne trouveras pas celle-ci affirma Dee :
Mon 1er est ce que disaient les Corses en voyant Napoléon
Mon 2ème est ce que disait Napoléon en voyant des Corses
Mon 3ème est ce que disait la mère de Napoléon à son fils enfant en le couchant
Mon 4ème est ce que disait Napoléon enfant à sa mère quand elle le couchait
Le tout est une boisson rafraîchissante. »
Devant la mine déconfite de Dum elle ajouta : je vais te donner la réponse, c’est Schweppes.
La réponse, pourtant limpide, n’éclaira pas plus le malheureux chaton qui préféra embrayer sur une nouvelle charade :
« Mon premier est une note de musique
Mon second est la maison des oiseaux
Mon troisième est le nombre de solides de Catalan (2)
Mon tout a son anniversaire aujourd’hui. »

Dee rapide comme l’éclair trouva immédiatement la réponse au grand dum de Dam (3)
« C’est vrai que c’est qu’elle a 27 ans aujourd’hui alors nous allons lui chanter une chanson. »
Ils sortirent leurs flutes faites de tibia humain(5) tandis que Léon jouait du damaru (5)

http://www.youtube.com/watch?v=e4WMaaCngoA (http://www.youtube.com/watch?v=e4WMaaCngoA)

- Tu crois qu’elle va aimer ?
- Pour sûr, ça sera le tube de Montolivet pour l’été.
- En revanche on n’entend pas trop nos flutes
- Normal pour des flutes en oscar il vaut mieux du roseau ; on aurait dû prendre le radong (6)


Notes du scribe assoupi :
1) v’la pour le changement de couleur
2) pas la plage, mais le mathématicien!
3) enfin plutôt l’inverse
4) normal puisque tibia signifie flute en latin. Vous noterez au passage qu’au Tibet même mort vous servez encore à quelque chose (nourriture pour oiseaux, vaisselle, ou instrument de musique)
5) Double calotte crânienne collée dos à dos qui sert de tambourin
6) Longue trompe télescopique. Dee en avait acheté une petite, ce qui avait énervé Dum qui se voyait mal dans les transports avec un engin de 1,20m et d’un coup de magie elle l’avait réduite à 40 cm
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 28 avril 2013 à 22:13:46
 :smt007  :smt007  :smt039
Titre: Turfan
Posté par: caramentran le 09 mai 2013 à 22:01:20
En sortant du Gobi ils longèrent l’effrayant Takla-Makan pour arriver finalement à Turfan. Ne croyez pas que ce fut une  partie de plaisir car cette zone est balayée le tiers de l’année par des vents  violents qui soufflent entre  force 8 à 12 soulevant des nuages de grains de sable et de lœss avec des températures caniculaires l’été et sibérienne l’hiver.

Léon refusa d’entrer dans la ville sous prétexte que les torchères qui brulaient alentours risquaient de lui polluer le poil mais il leur recommanda de faire des karez.
« Et puis quoi ! »  marmonna Eros  qui allait être obligé de porter les chatons, « si le bossu s’imagine que je vais caresser les minets il se trompe, le bougre ! »
Ils entrèrent dans ce trou. Trou doit être pris au sens premier du terme puisque cette charmante cité au milieu de nulle part est située à 150 m sous le niveau de la mer, fort heureusement lointaine.
Ne pensez pas non plus que le qualificatif de « charmante » est une propagande dithyrambique du syndicat d’initiative.
Imaginez une ville, bordée d’un coté par les déserts et de l’autre par les terribles monts de feu mais une ville fleurie, propre où les rues sont couvertes de treilles avec des squares embaumant le parfum des roses et  de l’eau qui chantonne dans les fontaines.
« Ahurissant toute cette eau! » s’exclama Eros.
Un autochtone qui passait à coté leur expliqua en arabe que c’était grâce aux karez et devant la mine étonnée d’Eros il expliqua que les karez étaient des sortes de puits horizontaux qui allaient chercher l’eau aux pieds des montagnes distantes parfois de plus de 100 km.
 Il s’offrit de leur montrer cet astucieux et remarquable ouvrage. Effectivement à une dizaine de mètres sous terre une eau claire et fraiche coulait dans un étroit boyau.
« Tu peux y gouter, c’est gratuit mais le gobelet est payant. »
Sacres chinois !
« Mais, étranger sans doute préférerais tu boire le vin du pays, alors vient voir ma maison. »
Eros fut ravi de l’invitation.
Ravi de visiter cet incroyable verger où poussaient des arbres fruitiers et des vignes aux raisins gros comme le pouce et sans pépins, appelés pis de jument.
Ravi de gouter le vin dont il reçut une bouteille en cadeau.
L’hôte lui proposa de choisir un lit sous la treille pour passer la nuit.
Ouf il allait passer une bonne nuit dans un vrai lit !
Il désigna un lit couvert de peau de mouton et demanda aux bestioles s’il convenait
« Celui-là  dac’ ? »

Le lit et toute la scène disparurent en un léger plop.

Ils se retrouvèrent sur le sable…
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 09 mai 2013 à 22:57:56
 :smt007
Titre: Petit Tibet
Posté par: caramentran le 11 mai 2013 à 16:59:21
Eros et les deux chatons se retrouvèrent dans un lieu de totale désolation. Vous avez vu le Gobi ?
Eh bien c’était encore plus(*) pire !
Dans le Gobi il y avait quelques touffes d’herbe de ci de là, mais ici rien.
RIEN !
Même le sable avait un coté pulvérulent désagréable.
-On est sur la lune affirma Dum
-Tu dis des bêtises il n’y a pas d’air sur la lune
-Ben ici il n’y en pas trop ! D’ailleurs la lune est habitée ; la preuve, elle est éclairée !
Eros que cette discussion hautement scientifique gonflait sérieusement, scrutait l’horizon afin de déterminer le meilleur chemin pour regagner Marseille.
Quand soudain, semblant crever le ciel,
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir,


Un aigle à dix heures lança-t-il et les bestioles se carapatèrent prestement dans le panier en hurlant qu’il allait les dévorer tout cru.

Lentement, les ailes déployées,
Lentement, je le vis tournoyer,
Près de moi, dans un bruissement d'ailes,
Comme tombé du ciel,
L'oiseau vint se poser,


Qu’on le prenne pour un rat fit sourire Eros mais quand il comprit que le plan de vol du volatile l’avait pour destination, il la trouva saumâtre.

Il avait les yeux couleur rubis,
Et des plumes couleur de la nuit,
A son front brillant de mille feux,
L'oiseau roi couronné,
Portait un diamant bleu,


Manifestement c’était un aigle de luxe, Eros pensa qu’il devrait aller faire un tour en Tanzanie pour aller y chercher ce fameux diamant bleu qui ferait tant (zanie) plaisir à sa Psyché.

De son bec il a touché ma joue,
Dans ma main il a glissé son cou,
C'est alors que je l'ai reconnu,


Et oui, Eros l’avait reconnu : c’était l’aigle de Zeus. (Vous avez échappé à la version intégrale)

« Salutations Eros,
le boss, il m’envoie vers toi pour te dire de te grouiller. Tout va à vau l’eau : Les amoureux sont déconfits, le patron déprimé ne baise plus qu’avec sa régulière et le conducteur du chronobus fout la m***e dans le continuum espace-temps sous prétexte que tu l’aurais volé en lui refilant des drachmes qui ne valent pas un radis.
 Si tout ne rentrait pas dans l’ordre avant la date fatidique, tu assisteras au premier remaniement ministériel sur l’Olympe en tant que spectateur.
Te voilà prévenu. Alors magne-toi.
»

Puis l’aigle décolla péniblement dans l’air raréfié des montagnes.
Cette menace sans burqa fit l’effet d’une douche glacée ce qui était superflu car la température était plutôt frisquette.
Ils marchèrent longtemps, très longtemps, et parvinrent finalement dans une zone complantée d’abricotiers que dominait une bâtisse impressionnante.
-Mais, c’est un gompa ! cria joyeusement Dee, on est revenu au Tibet !
-Tu devrais faire tourner le moulin à prières, ça ferait plus couleur locale ajouta Dum
-Non, non, tu dois contourner les stupas dans le sens des aiguilles d’une montre. Tu n’es pas bün (ou bön **) tout de même !!
-Tu ne dois pas toucher la tête des enfants.
-Tu ne dois pas serrer la paluche des lamas …
Ils visitèrent ainsi plusieurs monastères ainsi Eros se familiarisa-t-il avec le bouddhisme tibétain et les us et coutume du pays, terra INCOGNITA.
Ils assistèrent à des danses religieuses durant lesquelles les moines revêtent des masques de démons grimaçants et où les femmes portent (voire supportent car certaines vont jusqu’ à 15 kg) les peraks, ces magnifiques coiffes en forme de cobra dressé, décorées d’argent et de turquoises brutes.
Il prit même des photos avec son sténopé (***) qu’il se promit de faire partager.
Ils discutèrent avec des lamas hilares. Quand ces derniers apprirent qu’il était grec, ils lui dirent qu’Alexandre et son armée étaient venus il y a bien longtemps. Il avait conquis la vallée de l’Indus, fleuve qui coulait justement à leur pied.
- Ce n’est pas possible, nous ne sommes pas au Tibet car c’est le Tsampo qui coule à Lhassa. Où sommes-nous ? demanda Dee
Mais même quand est lama on ne comprend pas le langage chat que seul Eros était capable de bien interpréter. Alors Eros répéta la question à forte et intelligible voix.
« Le cat mande où on est »

Un léger plop se fit entendre et ils se retrouvèrent ailleurs.
============================================================
Scribe ladakhi.
Oui, autant vous le dire : ils sont au Ladakh, le petit tibet, une région du nord de l’Inde, un univers minéral insensé à 5000m d’altitude, troué de vallées verdoyantes.
(*) Le plus est de trop certes, mais c’est pour bien montrer que c’était le nec plus ultra du pire qui, comme tout le monde le sait n’est jamais certain.
(**) Ancienne religion de la zone himalayenne assimilée par le bouddhisme (mais toujours présente) et où les circumambulations se font dans le sens sénestrogyre.
(**) Appareil photographique constitué d’une boite noire percée d’un tout petit trou. Je me souviens de ma toute première expérience dans laquelle j’avais utilisé du papier enduit de citrate de fer (limaille+jus de citron). Et à ma grande surprise j’avais obtenu une petite image verdâtre … de la rade de Marseille, fixée par la suite avec du débouche-évier.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 11 mai 2013 à 17:04:45
C'est délirant mais à lire c'est un pur bonheur !!! =D&gt;
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 11 mai 2013 à 20:40:15
C'est délirant mais à lire c'est un pur bonheur !!! =D&gt;

Chuis fan aussi !  :smt023
Titre: Photos
Posté par: caramentran le 12 mai 2013 à 16:12:06
Et voilà les photos d'Eros
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/turfan02.jpg)

1) Camel Léon, chameau de bactriane.
2) Maison de notre hôte.
3) Danseuses aux cheveux aile-de-corbeau  et aux yeux d’obsidienne sous la treille. :D
4) Allées et rues sous treille de Turfan
5) Le désert et sa végétation luxuriante (Léon adore), au fond les monts de feu. :smt011
6) Vue en coupe pour ceux et celles que n’auraient pas bien compris les karez
7) eh bien on va vous laisser deviner l’utilisation de ces bâtiments… :-k
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 12 mai 2013 à 17:52:42
Je sais merci qui ? WIKI  :smt005
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Olympien le 12 mai 2013 à 20:38:44
Bravo!Le conteur de cette histoire devrait en faire un livre... =D&gt;
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 12 mai 2013 à 20:55:07
J'ai aussi la réponse à l'énigme, en français !  :smt082

Non parce que j'avais ça comme réponse, sinon 吐鲁番的葡萄房

 :mrgreen:
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 12 mai 2013 à 22:07:07
确切
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 14 mai 2013 à 13:16:30
« … nous sommes »
Zut, encore une saute de temps. Enfin pour une fois nous sommes dans une ville et non perdus en plein desert.
Dum rajouta que c’était une ville merveilleuse avec ses toits à plusieurs niveaux, ses bâtiments sculptés faits de briques d’ocre rose et de bois noir.
Dee ne partagea pas cette opinion ; ça ne lui plaisait pas c’est tout ; en plus il y avait un monde fou dans les rues.
Comme elle était de mauvaise humeur, elle prit Eros à parti.
« Tes photos n’étaient pas terribles et cette idée de choisir un abri pour le séchage des raisins comme question du jour était tout aussi nulle*.»
Elle aussi avait des photos du Tibet à proposer, sans wiki-réponses pensa-t-elle.
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/tibet0.jpg)
1) Dzis et yaks
2) Vous voyez les disques de ces maisons tibétaines traditionnelles, à quoi peuvent-ils bien servir ?
3) Dépouilles de loups pendues au monastère de Sakya.
4) C’est quoi ? Les murets font à tout casser 50 cm de haut quand ils sont en bon état.
5) Boucherie en plein air à Xigatsé ; Bon appétit pour ce soir.
6) A votre avis il tient quoi le bouddha dans ses mains ?
7) Comme la Révolution Culturelle a démoli la plupart des monuments, les stupas ont été reconstruits … en béton armé (Ici, celui de Samye);
8 ) Un collègue à Dum, mais pas très sympa.
9) Vous voyez le mur du fond du gompa de Gyantse, à quoi sert-il de temps en temps?
0) Nous, sur le toit du monde. L’inconvénient d’être sur le toit c’est que les montagnes, même de 7000 m, paraissent petites.
Et toute fière, Dee posta son msg et attendit sagement les réponses pertinentes aux quatre questions.

Scribe Wiki
* Quand on n’a pas de wiki et qu’on est devant, voire dedans ça ne saute pas aux yeux. Mais les raisins secs sont excellents, gros et sans pépins.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 14 mai 2013 à 13:57:34
Je pars en quête de réponses.... mais :flag:  :
- On te les donne en mp ou ici ?
- On a le droit de discuter entre nous ou pas ?  

edit : et je n'avais pas trouvé ma réponse dans wiki, mais dans google images  :cache:
Titre: Notes techniques
Posté par: caramentran le 14 mai 2013 à 16:12:27
Non, non les réponses sont à poster ici même afin de faire profiter tout le monde des perles trouvées. Et vous pouvez en causer comme il vous plaira.
Bien entendu celui ou celle qui poste en premier fera bénéficier les autres de ses éventuelles bonnes réponses mais ça c’est la grande incertitude du sport : être le premier et le meilleur.
On notera que j’ai été fair play en mentionnant la localisation des photos même si l’orthographe des noms propres n’est pas bien certifiée.
En revanche la juxtaposition des images ne permet pas de faire simplement une recherche par la photo comme Goggle l’autorise (pour ceux et celles qui ne le saurait pas)

(nota : en cliquant droit sur la photo et en faisant « afficher image » on a une photo de plus grande dimension… ah tout le monde le savait …bon)
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 14 mai 2013 à 17:50:47
Et bien non pas d'afficher l'image avec clic droit !!!! :smt102
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 14 mai 2013 à 18:16:36
J'y suis arrivée  :mrgreen:

Et j'ai trouvé plein de choses ! Très intéressante balade...

Voici mes propositions de réponses :
***

- des bouses de yak qui sèchent
- des toilettes
- normalement, Djé Tsongkhapa tient une épée de sagesse et le texte du Soutra de la perfection de la sagesse. Là, je crois que c'est lui, mais je ne sais pas trop ce qu'il a entre ses doigts !
- pendant l'été, on y suspend des thanka (ça doit être superbe)
***
Titre: Les réponses
Posté par: caramentran le 15 mai 2013 à 16:44:16
Wouah c’est bien Zoé, 3 sur 4

1) effectivement de la bouse yak qui sèche sous forme de galettes  qui sont ensuite empilées sur la tranche (au dessus). Ces bouses constituent le seul combustible traditionnel puisque les forêts  ont pratiquement disparu à cause d’une exploitation massive. Ca permet d’ajouter un petit fumet aux habitations sans que cela soit irrespirable ; l’odeur des statues en beurre de yak ou celle des toilettes est bien plus prenante.

2) Oui des toilettes, à ciel ouvert dans ce cas ; les occidentales redoutent ce genre d’endroit car outre l’odeur, le manque de confort, les gens du coin vous regarde sans vergogne en se plantant en face de vous.

3) Je te laisse la responsabilité de son nom, le seul que je reconnaisse facilement est Meitraya, le bouddha du futur, car il est assis à l’occidentale et non en lotus. En fait ce n’est pas un objet religieux qu’il tient en main mais des biftons (la photo est un peu limite), que l’on voit aussi plaqués sur la vitrine de la bibliothèque au fond. Manifestement ils n’ont pas encore découvert l’usage du tronc.

4) Effectivement ce mur, immense, sert à accrocher un  tankha tout aussi grand. Hélas, je ne l’ai vu que vide et je ne suis pas sûr que le tankha soit exhibé tous les ans. La photo date de 1938.
(http://www.tibettravel.com/en/attachments/2011/01/1_201101281117191BEwJ.jpg)

site : http://www.tibettravel.com/en/Arts-Culture/Thangka-429.html
Dans la série astuce en tout genre, j’ai fait allusion à la possibilité de rechercher l’intitulé d’une image dans Google. C’est bien intéressant quand on a oublié d’en noter le nom.
Donc dans la rubrique IMAGE et dans la zone de saisie il y a tout au bout un petit appareil photo, vous cliquez dessus et vous entrez la localisation de votre image sur votre DD
Titre: Dee sacrifiée !
Posté par: caramentran le 16 mai 2013 à 16:53:36
Dubar square (facile, c’était écrit sur la plaque) étaient envahi par une foule joyeuse et multicolore. Renseignement pris : la déesse vivante allait parcourir sa bonne ville de Katmandou dont elle assurait la protection ainsi que celle du gouvernement.

Eros fut un peu étonné (*) qu’il existât de vraies déesses vivantes en dehors de la Grèce et encore plus étonné qu’elles puissent se balader parmi la population.  En Grèce, le moindre coup d’œil sur une divinité et c’était la cécité assurée voire la mort. Il suffit de se souvenir de la mort affreuse d’Actéon bouffé par ses chiens,  tout ça pour avoir maté la môme Diane au bain ou de Sémélé calcinée pour avoir pu voir Zeus dans toute sa splendeur.

Entraînée par la foule qui s'élance et qui danse, la Kumari se dirigeait vers son palais (enfin une grande maison).
Elle fut portée à l’intérieur car il est invraisemblable qu’elle pose un pied sur le sol impur et des fidèles commencèrent à faire la queue pour entendre l’oracle. 

Dee suggéra à Eros que, peut être, la Kumari connaissait le moyen de stabiliser le continuum espace-temps. Au bout d’un certain temps, Eros, qui avait mis un large turban pour dissimuler sa provenance étrangère, fut mis en présence de la déesse vivante.
« Oh déesse comment le continuum peut-il être réparé ? »
La question fut répétée par le serviteur qui était agenouillé aux pieds de la déesse car il était impensable de s’adresser directement à elle.
L’oracle fut rendu immédiatement : « les trois fileuses éternelles des immobilités bleues doivent manger leurs navettes. »

Si Eros avait bien compris que les trois fileuses étaient les Parques il se voyait mal comment leur faire avaler leur navette.
Il demanda à Dee qui avait toujours de sages avis et celle-ci répliqua que « les immobilités bleues » n’étaient que verbiage creux de pythonisse quant aux navettes …

Et à nouveau la déesse parla : « moi aussi je veux un chat bavard pour parler avec lui »

Il ne fallut pas longtemps pour qu’Eros soit démasqué. Il exhiba alors son passeport divin et arguant son état d’huile, il souhaita être rapatrié chez lui avec chats et bagages dans les délais les plus brefs. Il fut conduit à Tribhuvan airport avec tous les honneurs dus à son rang.
Il s’installa royalement dans la cabine et commença une longue attente. Il se renseigna auprès de l’hôtesse qui se prénommait Chamzé dont la traduction serait « tu seras la dernière ».
Curieux n’est ce pas ? Est ce pour rappeler à la femme sa condition ou bien à l’amoureux sa promesse de fidélité ?
« Nous ne pouvons pas encore décoller car la chèvre s’est échappée et nous ne trouvons aucun animal de remplacement. Mais vous avez une bien belle chatte » dit elle en s’éloignant.
« Pourquoi ont-ils besoin d’une chèvre » demanda Dee ?
La réponse ne se fit pas attendre et des brahmanes et des officiels vinrent  trouver Eros pour lui demander de vendre un de ses animaux pour la cérémonie afin que l’avion puisse finalement décoller (**).
Eros leur répondit qu’il était parfaitement d’accord mais qu’il souhaitait faire le sacrifice lui-même, vu son rang divin.
Dee & Dum sortirent leurs griffes et triplèrent de volume mais Eros leur chuchota de se tenir tranquilles : il maitrisait la situation.
Il roula la misérable Dee dans un des  tissus qu’il avait acheté pour sa Psyché, il la fourgua dans sa besace et descendit l’échelle.
Il se dirigea vers l’autel de sacrifice situé près des roues avant et  sortit le paquet de tissu dans lequel devait se trouver la pauvre Dee raide comme un passe-lacet.
Pour les âmes sensibles la scène du sacrifice de l'innocente bestiole  sera réduite à son strict minimum : il y eut un miaulement déchirant et le couteau sacrificateur fit jaillir une gerbe de liquide rouge qui aspergea le train d’atterrissage.
Les brahmanes qui se tenaient à distance selon les recommandations d’Eros afin que leurs vêtements ne soient pas tâchés, saluèrent la maestria de l’officiant.
Eros, l’air satisfait, remonta dans l’avion qui décolla aussi sec avec des passagers ravis.

Seuls les chiens firent grise mine. (***)

Et vous savez ce qui se passe quand un avion survole la chaine himalayenne (****)? 

=====================================
Scribe né pas laid
(*) Ne me dites pas que cela ne vous étonne pas vous aussi ?
Alors, faites une petite infidélité à la Vierge de la garde pour aller rendre visite à une autre vierge, la Kumari.
Elle est recrutée (c’est le bon terme) parmi les familles bouddhistes pour être la réincarnation de la déesse hindoue Taleju (Durga). Cette sélection s’opère selon trente-deux « perfections » très strictes comme avoir :
 " des yeux ronds ",
"des cils aussi longs que ceux d'une vache"
ou "une voix aussi douce et claire que celle d'un canard". (Pas sûr qu’il n’y ait pas une erreur de traduction dans cette dernière).
Et bien entendu avoir le bon horoscope.
Les candidates retenues dès qu’elles ont perdu leur première dent de lait, doivent traverser une pièce obscure remplie de 108 têtes de buffles et de chèvres ont été sacrifiés à Kali, et autres démons grimaçants, le tout baigné dans une atmosphère de bruits terrifiants qui vous glacent les sangs. Seule une vraie déesse reste impavide et calme, mais quand on a moins de cinq ans c’est dur.
Les Kumaris royales de Katmandou  donnaient au monarque régnant le pouvoir de gouverner pour l'année en cours lors de la fête d’Indra Jarta (en septembre). Le gouvernement maoïste n’a pas renié cette tradition mais il l’a complété par une éducation et une rente.
La Kumari reste en fonction tant qu’elle n’a pas versé une goutte de sang, elle donc est renvoyée dès ses premières menstrues.
http://www.youtube.com/watch?v=B-w18QUSzJM (http://www.youtube.com/watch?v=B-w18QUSzJM)
Je pense que celle-ci est la Kumari de Patan car bien entendu chaque patelin veut sa Kumari.

Et là, c’est très dur ne redevenir une simple ado après avoir été habituée à être servie, adulée et  respectée. De plus il lui est difficile de trouver un mari car une tradition veut que celui-ci meure dans l’année. En revanche elle bénéficie désormais d’une confortable rente à vie.

(**) Vous pensez que cette cérémonie sort tout droit d’un esprit malade et torturé ? Eh bien pas du tout, c’est strictement vrai.

(***) Question N° 1 : Pourquoi diable les chiens font-ils  la gueule ?

(****) Ce passage fait allusion à un film tiré d’un roman éponyme dont le titre  fera l’objet de la deuxième question du jour.
Titre: En vol
Posté par: caramentran le 19 mai 2013 à 18:57:43
Une fois en vol, Dum puis Dee émergèrent du sac.
-« Comment as-tu pu t’en sortir ma chérie? »
-« J’ai suivi scrupuleusement les directives d’Eros chuchota Dee encore sous l’emprise d’une peur panique.  J’ai poussé un miaulement à fendre l’âme et Eros a fracassé sa bouteille de vin qu’il avait emmaillotée  à ma place. »
-« Ce sont les chiens qui ont été déçus  dit Eros car ils ont l’habitude de venir de régaler des carcasses des victimes sacrifiées. Ca sera pour une prochaine fois»
Ce petit bavardage fut interrompu par la voix angoissée de Chamzé qui annonçait d’une voix chevrotante que l’avion connaissait quelques difficultés en raison de turbulences atmosphériques.
« Heureusement que la pauvrette ne sait pas comment s’est passé le sacrifice expiatoire » ironisa Eros.
 
Comme dans « Horizons Perdus » de James Hilton ou du film éponyme de Franck Capra, l’avion en difficulté n’allait-il pas s’écraser à Shangri-La (1).

« Je ne le pense pas, dit Eros confiant, j’ai souvent survolé des montagnes et il y a des courants ascendant qui perturbent le vol, mais rien de grave. »

Pour calmer les deux petites bestioles, Eros leur demanda ce qu’ils leur feraient plaisir pour déjeuner.
« Un colombier ! » s’écrièrent-elles en cœur.
« Très bien », et profitant d’une accalmie, il sonna Chamzé qui, aussi pale qu’une ombre du Tartare, se cramponnait au siège.
Il dut lui expliquer plusieurs fois ce que c’était qu’un colombier :
C’est un gâteau traditionnel marseillais qui se mange pour la Pentecôte, à base d’amandes et de melon, avec une colombe à l’intérieur. Celui qui trouve la colombe se marie dans l’année.
« Ah, il se marie dans l’année …» soupira Chamzé.
« Holà, cœur qui soupire n’a pas ce qu’il désire » reprit doctement Eros qui connaissait bien le cœur des femmes. « C’est le commandant n’est ce pas ? »
De blanc livide, le teint de la pauvre hôtesse vira au rouge coquelicot.
« Oui, avoua t elle, mais il n’a jamais osé me parler.»
Puis elle se dirigea vers la kitchenette, munie de la recette qu’il est inutile de vous rappeler car vous la connaissez, bien entendu.
Comme elle n’avait pas de colombe, elle la remplaça son anneau nasal. (2) 

Dee trouva dommage qu’une fille aussi jolie ne trouve pas chaussure à son pied.
Alors qu’au Tibet règne(ait) la polygynie : une femme épouse un homme mais aussi les frères de celui-ci pour éviter le morcèlement du peu de terres cultivables ; en revanche dans certains endroit du Yunnan (chez les Naxi par exemple) c’est la polyandrie, la femme choisit un mari et quelques amants qu’elle peut recevoir librement chez elle mais la nuit seulement.

Dum crut malin d’ajouter qu’à Sa Pa (au nord du Vietnam), les Hmongs, Dzao, Miao (ça le fit rire)  et autres ethnies  bénéficient d’un jour, une fois par an lors marché de l’amour, pour retrouver un(e) petit(e) ami(e).
Dee le fusilla du regard en lui rappelant comment il avait fait les yeux doux à cette chatte sacrée de Birmanie lorsqu’ils visitaient la sublime pagode de  Shwedagon (3)
 

Un bon moment plus tard Chamzé revint avec le colombier qui n’en avait que le nom.
Eros découpa le pseudo colombier en cinq parts et émit le souhait que le commandant puisse venir trinquer avec eux.
Ce dernier ne se fit pas prier longtemps surtout qu’Eros avait commandé du champagne de France.
Eros distribua les parts
Une pour le commandant
Une pour chaque chaton
Une pour Chamzé qui s’était donné tant de mal pour un gâteau qui ne ressemblait à rien de connu à Marseille mais excellent au demeurant.
Et une pour lui.

Le champagne aidant, le commandant se fit un plaisir de commenter les endroits survolés.
« Nous avons dépassé la ville d’Amritsar avec son fabuleux temple d’or (4) puis après  nous survolerons Samarcande et son merveilleux Registan (5) puis nous ferons un crochet par Ispahan (6), la moitié du monde à elle seule, et sa superbe place fermée… »
Il s’arrêta net pour  extraire de son bout de gâteau, un anneau d’or.
« Mais je le reconnais, c’est à vous ! » dit il en se tournant vers Chamzé cramoisie et en osant lui adresser la parole  pour la première fois.
Eros ne laissa pas passer l’occasion et décocha une de ses flèches d’or dans le cœur de corindon du commandant qui bredouilla chamzé (mais sans majuscule cette fois).

Eros crut bon de commenter la scène « Eh ! Eh ! A mon avis… »
Plop !
Et ils se retrouvèrent une nouvelle fois sur le sable blond.

(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/vol.jpg)

Scribe aérien
1) Quand nous sommes arrivés à Shangri-la (non pas lors du scratch d’un avion mais plus prosaïquement en 4x4) qui s’appelait à cette époque Zhondiang, situé dans la partie nord ouest du Yunnan aux marches du Tibet, nous fumes conduit vers un musée uniquement consacré à ce monde imaginaire que les chinois semblent adorer puisque plusieurs millions viennent dans la région chaque année.

2) Quoi beurk ? N’est-elle pas mignonne Chamzé ? Non en fait ce n’est pas vraiment Chanzé mais une indienne, top model.

3) La pagode de Shwedagon se trouve à Yangon au Myanmar. Elle est couverte de briques d’or dont le volume serait parait-il égal à celui de l’or contenu dans la banque d’Angleterre.
C’est vraiment époustouflant le seul pb est qu’il faut marcher pieds nus en évitant à tout prix les carreaux de marbre noir chauffés à blanc par le soleil.

(4) Le temple d’or (Le Harmandir Sâhib) d’Amristar est un magnifique temple sikh dont il est difficile de s’arracher de sa contemplation. En plus du temple il y a une cantine avec d’immenses marmites et tout un chacun peut venir gratuitement y manger.

5) Le Registan de Samarcande avec ses 3 médersas aux bulbes en relief entièrement décorés de faïences bleues et vertes

6) la place royale d’Ispahan entièrement entourée de constructions monumentales reliées par une série d'arcades à deux étages, est célèbre pour sa mosquée Royale,  légèrement décalée de l’axe, le magnifique portique et le palais timouride.
Titre: Chez Circé
Posté par: caramentran le 23 mai 2013 à 11:03:41
Et à nouveau ils se retrouvèrent sur le sable, un morceau de colombier à la main (patte).

Mais cette fois un large sourire éclaira le visage poupin d’Eros
-Les bestioles, vous sentez cette odeur, vous voyez ce bleu du ciel et cette mer ? Vous entendez les cigales ? Nous sommes chez nous !
Sur la plage, une jeune femme pleurait en fixant l’horizon. A ses cotés un petit cochon rose avec un nœud rouge autour du cou semblait compatir à sa peine.
Mais je connais cette donzelle ! C’est Circé aux belles boucles!
A sa vue une idée sotte et grenue  germa d’en le cerveau alcoolisé d’Eros.
« Il faut bien se rendre à l’évidence que je n’aurai jamais le temps de retrouver avant la date fatidique les deux ados dont je n’ai qu’une vague photo et Roxy ne m’aura pas attendu.
D’autant plus qu’avec ses sautes de lieu je risque de me retrouver n’importe où dans la seconde qui suit.
Donc je demande à Circé de transformer les deux chatons en deux ados que je ramène triomphalement à Marseille. Mission accomplie. Je rentre voir ma Psyché. »

- « Salut ma beauté! Temps superbe n’est ce pas ? »
- « Casse-toi pauvre métèque ! (1) »
Un peu étonné de cet accueil inamical, Eros en demanda la raison.
- « La raison ? Vous les olympiens avez tout fait pour me priver de mon amour.
Elle poursuivit une violente diatribe contre les 12 salopards qui  l’avaient obligé à laisser partir son Ulysse pour qu’il puisse revoir sa Pénélope, cette #* #ope. »
- « Ecoute, Circé je ne suis pour rien dans les décisions de ces ingrats d’Olympiens (sauf celui de Bordeaux bien sûr !), tu sais que je travaille en free lance. J’ai un marché à te proposer : si tu n’as pas eu le père tu auras le fils. Je te jure sur le Styx que lorsque Télémaque passera par l’île Ééa (2) je ferai tout pour que vous soyez amoureux l’un de l’autre. En contre partie j’ai un service à te demander.
Tu vois ces deux chatons il faut que tu les transformes en deux ados. Je connais tes talents incommensurables de magicienne. »
- « Bien, dit-elle, je te fais confiance mais retiens bien que si j’étais flouée une nouvelle fois je ferais tomber les étoiles sur terre. »
Elle siffla son cochon(3) et tous les deux allèrent cueillir des simples dans la garrigue.
« Ca baigne, se dit Eros ça baigne. Il restera à traiter les changements de lieu inattendus. Il faudrait pour cela que je comprenne le sens des paroles de la Kumari. »

Avec force incantations, Circé prépara son philtre spécial dans son chaudron puis elle versa le liquide fumant dans deux petites écuelles.
Voilà c’est prêt ; il faut juste attendre que ça refroidisse un peu. Pour tuer le temps je vais vous passer un petit film de publicité sur votre hôtesse.
http://www.youtube.com/watch?v=dRF3g2kVkTA (http://www.youtube.com/watch?v=dRF3g2kVkTA)
Regarde, mon petit Dum, un hanneton qui vole.
Ah oui et sais tu, Dee chérie qu’on a démontré mathématiquement que vu la portance des ailes et le poids de l’insecte il est impossible à un hanneton de voler ?

========================================
Scribe ensorceleur
(1) Cette phrase désormais célèbre avec quelques variantes selon le pays. 
(2) Eh ! Eh ! A mon avis …
(3) Ce cochon s’appelle Grillos c’est un compagnon d’Ulysse qui refusa de redevenir un homme car la vie de cochon auprès de Circé lui paraissait idyllique.
Titre: Circé pousse au crime
Posté par: caramentran le 24 mai 2013 à 20:47:36
Le hanneton, qui ne pratiquait pas la science aéronautique, ignorait jusqu’à présent cette particularité, s’arrêta net de voler et chut (en silence) dans l’écuelle de Dee où il en profita pour faire un peu d’apnée.
- Allez ça doit être tiède, les bestioles peuvent boire. Honneur à Dee.
Dee lapa la mixture sans trop faire attention à ce qui si trouvait et se changea en une jeune et charmante adolescente.
- Mais, mais, mais, s’égosilla Dum,
Elle n’est pas châtain mais brune comme la nuit, 
Elle n’a pas des yeux bleus mais sombres comme l’ennui euh la nuit,
Et qu’est ce qu’elle a sur la gueule ?

Circé en regardant l’écuelle où le hanneton faisait le thon, comprit qu’il y avait une *ouille dans le potage.
Rien de grave, mentit-elle crânement, elle a dû rester trop longtemps sous l’ombrière et elle a un peu carbonisé mais avec le temps tout redeviendra comme avant. Et puis c’est joli des taches de rousseur quand on n’est pas rousse.
Je t’assure elle sera exactement semblable à la fille de la photo et à tes souvenirs.

Voyant la tournure des événements, Eros empoigna Dum et lui fit avaler de force le contenu de son écuelle.
Et hop il se changea en un sémillant (*) jeune homme.
« Bonjour dit le jeune homme, vous habitez chez vos parents ? »
« Oui répondit la jeune fille en rougissant je m’appelle Anna »
« Oh c’est joli, bégaya-t-il moi c’est Andy »

Parfait, se dit Eros, Anna et Andy se parlent !  Bien sûr, ce n’est pas torride, voire un peu cucu la praline, mais cela n’est pas mon problème, le temps fera son œuvre à son tour.
« Voilà dit Circé j’ai tenu parole, à ton tour d’en faire autant. Mais, dis moi, qui a jeté un sort sur ces ados ? Je parie que c’est cette garce de Médée ? »
Eros raconta alors l’histoire du trolleybus 26, des deux ados qui n’arrivaient pas à se parler puis le rebootage de l’univers et le dédoublement etc.
« En gros résuma t elle tu viens de me faire créer des double de personnes qui existent déjà ? »
« Oui confia Eros c’est exactement ça. Y aurait-il un ‘blème ? »
Un problème ? Mais pauvre idiot si les deux couples se rencontrent au détour d’une rue marseillaise,  il y aura une fusion qui désintégrera le monde grec, Olympe comprise.
 Glup fit Eros en avalant difficilement cette nouvelle inquiétante.
« Et comment faut-il faire pour s’en sortir ? »
« Tue les s’écria Circé, tue les avant qu’ils nous tuent. »
Et elle lui tendit un flacon de cigüe.
« C’est celle que j’ai concoctée pour Socrate dit elle pour l’encourager. »

 Scribe ensorcelé
 (*) T’as pas les chevilles qui enflent ?
Titre: Mithridatisation
Posté par: caramentran le 25 mai 2013 à 22:03:21
- Mais je ne peux pas faire cela ! Je suis le dieu de l’Amour. Il m’est impossible de tuer.
Circé refusa à son tour, prétextant que ce n’était pas son problème.
Pourtant, il fallait agir vite pour que vive le monde et vous avec.
- Bien,  si nous ne pouvons agir ni l’un ni l’autre. Ils vont devoir le faire eux-mêmes. Eh les amoureux prenez cette la bouteille sur la table et allez vous baigner.
Eros était blanc comme un linceul et Circé verte comme le liquide qu’elle venait de transvaser de la fiole marquée poison dans une bouteille anodine en cristal taillé.
Puis ils s’enfuirent, seuls les animaux, cochon en tête, restèrent pour accueillir Thanatos.
Ah ! elles n’étaient pas fières les divinités immortelles!
Eros prit une cognée pour aller couper le bois du bucher.
Circé se mit à broder les linceuls.
Il fallait bien faire quelque chose pour s’occuper l’esprit.

Anna trouva les écuelles dans lesquelles se baladaient des insectes et préféra utiliser le curieux récipient qui se trouvait dans la besace d’Eros.
Elle y versa le liquide de couleur émeraude qui se mit curieusement à mousser.
Chouette, du champagne pensa t elle.
Ils burent à tour de rôle et insouciants, ils partirent en courant vers la plage tout proche.
Parfois, le garçon en regardant la brune Anna anadyomène  pensait à une fille aux cheveux châtain clair et aux yeux bleus mais il ne savait pas pourquoi.

Puis la Nuit jeta son manteau bleu sur l’île et les deux ados tombèrent dans les bras de Morphée.
Sur ce, Thanatos arriva.
- Salut frérot que viens tu faire par ici dit Morphée
- Ben je viens pour deux suicidés. 
- Tu as dû te tromper car ces deux là dorment. Et le conteur bleu a bien écrit « dans les bras de Morphée »  et non « dans les bras de Thanatos »
- Bon encore une erreur de script, mais je vais me faire rembourser le déplacement.
Thanatos mit sa facture sous le Kapala  et s’en fut à tire d’aile vers des clients plus compréhensifs.

Puis vint l’Aurore aux doigts de rose.   

Circé et Eros qui avait passé une nuit blanche à se trouver des excuses décidèrent d’aller récupérer les corps pour les incinérer.
Sur la plage un spectacle hallucinant les attendait : les animaux formaient un demi-cercle serré.
- Regarde, comme mes amies les bêtes sont compatissantes; elles font une veillée funèbre à nos pauvres amoureux.
- Je ne crois pas dit Eros ils sont simplement en train d’écouter l’histoire de la Baba Yaga contre les 2 petits cochons.   
Effectivement au centre du demi-cercle formé par les animaux se tenaient Anna et Andy
Anna tartinait des galettes avec du mizithra arrosé d’une giclée de miel.
Andy, lorsqu’il ne mangeait pas lesdites galettes, contait une histoire abracadabrantesque de sorcière russe malmenée par deux petits cochons curieusement nommés Nana et Nady.
Circé agacée par cette histoire stupide où une consœur se faisait duper lamentablement,  récupéra la facture placée sous la coupe, vide tout comme la bouteille, et demanda quel était ce curieux et macabre récipient.
« C’est un kapala, une coupe rituelle et sacrée du Tibet, faite avec une calotte crânienne d’un vieux lama, car je suis allé chercher les deux chatons au Tibet »
Et il lui raconta les problèmes de l’espace-temps qui dérapait de façon aléatoire et la façon de le réparer préconisée par la Kumari.
- Flute ! s’écria Circé, ils sont protégés du poison par de démoniaques créatures de pays étrangers. Voilà pourquoi ils ne sont pas morts. Nous ne pouvons plus rien faire. Le monde va se détruire dans les jours qui viennent.
- Peut être que non fit Eros, il suffit de les éloigner de Marseille à tout jamais.
- Hummm effectivement tu pourrais, les ramener dans un premier temps à Marseille pour réparer le problème de l’espace-temps puis les conduire à l’allée des pins à Nikaïa. C’est suffisamment loin de Marseille pour qu’il n’y ait pas de rencontres fortuites car personne, hormis  les chiens, n’aurait l’idée de se promener là-bas.
- Mais l’allée des pins se trouve à Marseille et non à Nice! je le sais bien car dès que j’ai un besoin urgent je vais là-bas.
- Non à Nice. (*) Celle des Lecques est trop proche.
- Bon je vais tenter cette idée car comparé à la fin du monde c’est moins craignos.
- Oui, reprit Circé mais c’est tout de même la fin d’un petit monde, d’un microcosme quoi.

Anna, Andy et Eros construisirent rapidement un bateau, le pitalugue II, avec l’aide de l’ancien marin, et désormais cochon, Grillos.

Et ils regagnèrent enfin Marseille car l’inexorable date butoir était tout proche.

=================
Scribe
* A Nice n’importe quelle traviole prend immédiatement le titre d’avenue.
Titre: Marseille, Fan de chichourle
Posté par: caramentran le 26 mai 2013 à 19:04:33
Le pitalugue II arriva sans encombre à Marseille et pénétra dans le vieux port.
Eros ne put résister à déclamer quelques vers de Lamartine

« Et toi, Marseille, assise aux portes de la France,
Comme pour accueillir ses hôtes dans tes eaux,
Dont le port sur ces mers, rayonnant d’espérance,
S’ouvre comme un nid d’aigle aux ailes des vaisseaux,
Où ma main presse encore plus d’une main chérie,
Où mon pied suspendu s’attache avec amour,
Reçois à mon départ mes voeux pour la patrie,
Mon premier salut au retour. »

Ils affalèrent la voile latine et ils se mirent aux avirons.
Les deux ados firent remarquer à Eros que quelque chose clochait.
Certes la tour St Jean était bien à sa place mais le port était encombré de gros bateaux à voile.
- Bah rétorqua  Eros sans doute le festival des vieux gréements.
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/cross_marseille.jpg)
Mais plus ils avançaient et plus cette hypothèse semblait fausse

Anna dit que ce spectacle ressemblait au débarquement de la reine Marie de Médicis à Marseille, tableau de Rubens qu’elle avait vu dans son livre d’histoire.
Andy confirma mais son avis il manquait les plantureuses néréides.
On aurait dit que le port changeait d’époque à chaque coup de rame

Finalement ils trouvèrent un ponton libre pour accoster. Les passants les regardaient d’un air soupçonneux
Regarde moi ces fadas comme ils sont fagotés !
Il fallut bien se rendre à l’évidence : ils n’étaient pas à la bonne époque.
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/rubens.jpg)

« Bon sang c’est bien sûr » martela Eros qui était le seul à passer inaperçu car l’Amour a toujours les traits et les vêtements de celui (celle) que vous aimez.
Maintenant que je suis revenu à Marseille ce n’est plus la localisation qui est volatile mais c’est la variable temporelle.
Il expliqua aux deux ados le principe d’incertitude auquel ils ne comprirent absolument rien.
« Vous vous souvenez que la Kumari de Katmandou a prophétisé que pour stabiliser l’espace-temps il fallait faire manger aux trois fileuses éternelles des immobilités bleues des navettes. Et je vois mal comment. »
Les deux ados jurèrent qu’ils n’avaient jamais mis les pieds à Katmandou et que le seul voyage récent était la visite de l’île de Ratonneau où vivait un sympathique cochon.
Kumari est cette jeune fille chatain blond aux yeux bleus ? demanda Andy un peu perdu dans ses rêves qu’un énergique coup de coude d’Anna fit retomber sur terre.
Ne voulant pas alimenter une querelle d’amoureux Eros dit la blonde aux yeux bleus devait être une Korrespondante Incognita.
Anna  demanda s’ils iraient tous les deux en voyage un jour.
- Bien sûr ! Nous irons dans le monde entier affirma Andy
Quant à ton histoire de navette je ne vois pas bien où est le problème. Il suffit d’aller à St Victor et d’en acheter un sac au four des navettes.(*)
Comme Eros connaissait mal la ville et le siècle où il se trouvait alors il préféra demander son chemin à un passant.
Et il tomba sur un suédois
qui se nommait Mohamed (**)
qui lui expliqua où se trouvait le four à navettes et lui apprit aussi quelques mots de suédois au cas où il se paumerait là-bas.



=============
Scribe temporel
(*) Pour ceux et celles qui ne connaissent pas bien les spécialités marseillaises, les navettes de St Victor sont cuites dans un four datant de 1781 et sont absolument spéciales : elles ressemblent à rien et elles sont d’une dureté exceptionnelle (9,5 sur l'échelle de Mohs et si vous avez oublié le classement des pierres voici le moyen mnémotechnique du potache moyen "Ta Grosse Concierge Folle d'Amour Ose Quémander Tes Caresses Divines" et vous voyez que ces navettes ont une dureté qui se situe entre le corindon et le diamant) mais elles sont DELICIEUSES (imo bien entendu !).

(**) Là vous vous dites qu’il utilise de vieux poncifs éculés sur la population marseillaise  et ça ne vous fait pas rire.
Alors vous irez voir le spectacle de Mohamed le suédois et là vous rirez pour de bon.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Olympien le 26 mai 2013 à 21:33:23
"9:5 sur l'échelle de Mohs" :smt082:
Bravo! =D&gt;  =D&gt;
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 27 mai 2013 à 12:09:11
un vrai régal ce fil !!! :smt007  :smt023  =D&gt;
Titre: Marseille XVe
Posté par: caramentran le 27 mai 2013 à 17:46:53
Puis il eut un glissement du temps.
C’est tout à fait comme un glissement de terrain sauf que ce n’est pas de la terre qui se meut  mais les années, voire les siècles comme le cas qui nous intéresse ici et c’est tout aussi dangereux car vous pouvez être emporté par le courant des ans et vous retrouver n’importe quand.
Anna se cramponna au bras d’Andy pour ne pas être séparée et demanda où ils étaient.

- Indéniablement à Marseille je reconnais la tour de l’entrée du port répondit Andy qui était tout content d’avoir une JF brune pendue à ses basques.

- bien sûr reprit Eros en haussant les épaules puisque je vous ai dis que le lieu ne change plus c’est juste le temps qui est déréglé

- ah l’effet de serre … crut bon de rajouter Andy

(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mars01.jpg)

- Au lieu de raconter des âneries au XVième siècle dites moi plutôt qui est cette femme qui pérore sur la colline.

- Beuhh … dire les deux ados en cœur

- Mais qui m’a foutu des galapiats pareils !  Avec tout ce que j’ai fait pour vous, vous pourriez me donner un coup de main. Vous êtes bien de Marseille nom d’un petit bonhomme !
Car si on ne trouve pas on risque de rester vitam aeternam ici !

- ben c’est peut être la barjot dit Andy avant de recevoir un coup de coude dans les côtes de la part de son aimée.

Et l’aimée enchaîna en disant qu’il suffisait de faire appel au peuple
des lecteurs.

Ainsi fut fait
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 27 mai 2013 à 20:07:04
C'est la prédication de Marie Madeleine que l'on pouvait voir à la maison diamantée, mais je ne sais pas où il se trouve aujourd'hui.  :smt039
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 27 mai 2013 à 20:39:18
Quand Fanny euh Marie Madeleine eut fini son prêche, il eut un glissement du temps.
Anna la brune se cramponna instinctivement au bras d’Andy toujours aussi heureux d’avoir une petite amie pleine de tâche de rousseur.
Au fait doit-on dire rousseur pour une brune ou tâche de bruneur ?

Eros était lui aussi  content aussi d’avoir quitté le moyen âge pour se retrouver en un temps avancé et il se frotta les mains car le four à navette devait être construit maintenant.
Le paysage qui s’offrait à leurs yeux leur rappelait bien quelque chose mais c’est le canal qui leur posait problème.
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar02.jpg)
- Le canal saint Martin ? hasarda Andy
- pffft
-Aidez nous !! hurla Eros qui voyait les grains de sable de son sablier portable gagner inexorablement les bas fonds.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 27 mai 2013 à 20:43:21
C'est la canal du Fort St Jean reliant les quais de la Tourette et en haut à droite la butte St Laurent. :smt039
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 27 mai 2013 à 21:05:40

Belle vue aérienne sur le canal St Jean

Puis il eut un glissement du temps.
 (http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar03.jpg)
Mais je vous rappelle, les amoureux, que nous devons aller à St Victor et non faire de la grimpette Zeus sait où !

Alors où sont-ils perchés maintenant ?
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 27 mai 2013 à 21:26:40
Ne seraient-ce pas les cables qui  maintenaient feu le pont à transbordeur ???? :-k 
 je dis cela au hasard car je ne l'ai pas connu...étant né juste après son dynamitage par l'occupant Allemand  :smt102

=> mais pour aller du Fort St Jean à St Victor...c'était un passage commode  :cache:

Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 27 mai 2013 à 22:34:56
Mais sont ils futés ces jeunots
Au lieu de passer par la plateforme qui ne fonctionne plus depuis 1930, ils ont grimpés sur les haubans du pont transbordeur pour passer sur l autre rive
Puis il eut un glissement du temps.
En ce temps là la rampe St Maurice n’existait pas et  ils furent donc obligés de passer par Livon qui ne portait sans doute pas ce nom
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar04.jpg)
Vous reconnaissez ?
Un chien attendait devant l’entrée et Eros l’aborda
- Roxy ?
- Casse toi, pauvre manant, dit un laquais, tu ne comptes pas voler le chien de monsieur  le marquis Hector de Saint Lambert d’Endoume.
Eos préféra passer son chemin ; de toute façon ils étaient  au XVIIIe siècle.
Finalement ils arrivèrent à acheter les fameuses navettes.
Titre: Virée en un temps incertain
Posté par: caramentran le 28 mai 2013 à 10:01:26
Puis il eut un glissement du temps.
Il fallait maintenant mettre rapidement les amoureux à l’abri car il était dangereux de traverser une ville où la possibilité de rencontrer leur double n’était pas nulle et ainsi faire sauter la planète toute entière.
Il appela un coche (sans mouches)  et les fit conduire à l’allée des pins, célébrissime  endroit pour la gent canine.
Puis il redescendit vers le port.
Il faisait toujours très beau mais le temps (l’autre) changé à une vitesse hallucinante.
Tiens se dit il, il manque une pile au pont
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar05a.jpg)
(1)
Il continua sa promenade avec un temps incertain
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar05.jpg)
Diable 1920 !  et encore un canal !
(2)
Si je n’avais pas vu la Bonne Mère je jurerais être à Martigues
Martigues, Venise provençale
Pays des mes amours
Puis il atteignit en 1876 le quai des céréales immortalisé par le peintre marseillais … zut j’ai oublié son nom, presque un nom d’oiseau …
(3)
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar05b.jpg)

Tiens, je suis maintenant en 1910, tant que j’y suis autant pousser un peu plus loin vers le grand port
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar05c.jpg)
(4)

Les questions du jour :
(1) Le nom du bassin  et l’année de la photo ?
(2) Le nom du  canal ?
(3) Le nom du peintre ?
(4) Le nom du quai ?
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 28 mai 2013 à 11:16:25
1 le bassin du carénage, le pont transbordeur a été dynamité en 1944 par les allemands et le dernier pilier que l'on voit au fond l'a été en Septembre 1945 par les marseillais, donc 1944 début 1945.

2 Canal de la douane qui a été comblé en 1927/1929, donc avant 1927, et sur la photo on peut voir la maison de ma grand mère  :smt007

3 Le peintre c'est Olive une belle exposition a eu lieu par Regards de Provence place Carli, je me suis régalée. :smt007

4 Le quai de Rive Neuve.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 28 mai 2013 à 11:41:05
Ah ben je suis bien contente qu'ils aient réussi à acheter les navettes !
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 28 mai 2013 à 13:07:27
Oui comme estouffe gari on ne fait pas mieux. :smt005
Titre: 2 erreurs
Posté par: caramentran le 28 mai 2013 à 13:24:53
Bien sûr l’achat des excellentes (imo !) navettes est un grand moment qui permettra peut-être si les élucubrations de la pythie de Katmandou se révèlent exactes, de retrouver un beau temps assagi.

Mais d’autres éléments ne vont pas, mais pas du tout.
Rien à dire sur les réponses complètes 1 et 2 mais sans doute que la vision de l’appartement de mémé a déstabilisé Fanny.

3) Certes Jean-Baptiste Olive est un grand peintre marseillais mais je ne vois pas comment son nom serait presque celui d'un nom d’oiseau.

Sur la gauche on voit le pont qui enjambait le canal de la douane.
Toujours à gauche et en bas il y a la signature du peintre, illisible à cette définition, mais on remarquera tout de même que le prénom n’est pas composé.

4) Alors là c’est la cata (mais j’ai eu la même idée en scannant la photo) il n’est pas possible que la tour du fanal se trouve à gauche sur la photo quand  on est sur le quai rive neuve.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: Zoé Ciredutemps le 28 mai 2013 à 14:19:45
Voici le presqu'oiseau de la 3 !

http://emig.free.fr/GENEALOGIE/Fig-Masson_Bouisson/Bouisson-Moutte.html (http://emig.free.fr/GENEALOGIE/Fig-Masson_Bouisson/Bouisson-Moutte.html)

Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 28 mai 2013 à 15:11:38
Bon le peintre c'est Moutte c'est vrai, maintenant par contre pour la 4 c'est le quai de la Tourette il n'y a que de là que l'on peut voir la tour St Jean à gauche et le Pharo au loin.Tu as raison la maison de mémé m'a tellement rappelé de souvenirs que j'en ai perdu le Nord. :smt005  

Bon suite au prochain numéro, tes questions me font bien travailler mes pôvres neurones.  :smt082
Titre: Questions subsidiaires
Posté par: caramentran le 28 mai 2013 à 18:15:54
Mieux mais pas parfait

A mon avis le quai de tourette est trop proche du fanal pour que la photo ait été prise de là
D’autre part sur la gauche de la photo 4 il y a des balcons d’immeubles rupins on se trouve donc sur le quai de la joliette (de toute façon c’est écrit dans le bouquin !)
Les photos précédentes ont été scannées sur  un livre consacré au port de Marseille

Pour activer les neurones paresseux et permettre aux autres malheureux candidats pas assez rapides de répondre je vous propose une série de 10 vieilles cartes postale (numéroter 1 a partir du haut a gauche) de … je le dirai après
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar-seeberger.jpg)

Nota : image agrandissable en cliquant droit dessus
Titre: Re : Questions subsidiaires
Posté par: fanny13 le 28 mai 2013 à 19:06:15
(http://images4.hiboox.com/images/2213/c23f30056da24845dd77a8b47153d2f9.jpg) (http://www.hiboox.fr/go/images/divers/tourette,c23f30056da24845dd77a8b47153d2f9.jpg.html)

C'est bien le quai de la Tourette les balcons se sont ceux de l'immeuble au fond, d'ailleurs ils y sont toujours angle Bd des Dames. Et puis on voit bien que les bateaux sont dans l'ancienne darse, la photo a été prise du bout du quai, la tour st Jean n'est pas près on la voit au loin.

Et puis il y a les mêmes wagons du train.

Edité le : 28 Mai 2013 à 19:06:15
Mieux mais pas parfait

A mon avis le quai de tourette est trop proche du fanal pour que la photo ait été prise de là
D’autre part sur la gauche de la photo 4 il y a des balcons d’immeubles rupins on se trouve donc sur le quai de la joliette (de toute façon c’est écrit dans le bouquin !)
Les photos précédentes ont été scannées sur  un livre consacré au port de Marseille

Pour activer les neurones paresseux et permettre aux autres malheureux candidats pas assez rapides de répondre je vous propose une série de 10 vieilles cartes postale (numéroter 1 a partir du haut a gauche) de … je le dirai après
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/mar-seeberger.jpg)

Nota : image agrandissable en cliquant droit dessus


Gare St Charles, St Victor, Partisanes Prado, La Réserve, Bonne Mére, Place Carli, Vigie Ste Marie, Bd Garibaldi, Corniche Prophète ?Chateau d'If
Titre: Re : Microcosme
Posté par: p.jojo le 28 mai 2013 à 21:09:20
Sur la carte postale d'origine, il est bien indiqué quai de la joliette, il me semble que le quai de la Tourette s'arrêtait avant la cathédrale seulement.

(http://nsm08.casimages.com/img/2013/05/28//13052809024315136411239641.jpg) (http://www.casimages.com/img.php?i=13052809024315136411239641.jpg)

Edité le : 28 Mai 2013 à 21:09:20
Pour la liste, c'est pas la réserve, mais le casino de la plage et je pense plus au cours Lieutaud que Garibaldi
Titre: jojo liette
Posté par: caramentran le 28 mai 2013 à 21:13:22
Merci P.jojo d'intervenir en ma faveur dans cette redoutable joute.

J'avais sorti les cartes du port pour bien situer le bassin de la joliette.
C'est donc inutile.

En fait  sur la carte postale produite par Fanny il est écrit en toute lettre JOLIETTE
mais elle maintiendra Tourette juste par esprit de contradiction féminine.

Pour les autres photos je temporise un peu
Titre: Le Temps en échec
Posté par: caramentran le 28 mai 2013 à 22:19:44
Sur le quai, derrière un ballot se tenait un vieux, très vieux, qui l’interpella :
- Eh jeune !
En s’approchant il le reconnut tout de suite a ses ailes poussiéreuses et son sablier
C’était Chronos (avec un H), le Temps, pas vraiment un ami car ce vieux débris passait son temps (si on peut dire) à affadir les merveilleuses histoires d’amour qu’il mettait au point.
- C’est toi petit garnement qui a mis la panique dans sa chronologie ?
- Eh eh se dit Eros in petto, je suis bien content, bien fait pour ta gueule.
-  Affirmatif ! A ton avis Chronos en quelle année sommes nous ?
Le vieux consulta fébrilement ses notes en grand désordre et dut s’avouer incapable de donner la moindre date.
- Alors, non mi rompere le palle, sinon je te laisse dans ton lisier car je suis le seul à savoir comment réparer la trame du temps ; avec Dum et Dee je suis allé consulté la Kumari.
- Cul Marie toi-même répliqua le vieux qui manifestement était inculte.
- Comme tu voudras, mais moi la chienlit temporelle ne me fait pas peur.
- Bon d’accord. Que veux-tu en échange ?
- Tu ne saloperas pas l’histoire d’Anna et d’Andy. Ils s’aimeront toujours pour des siècles de siècles comme au premier jour.
- D’accord, mais fais vite car l’anniversaire est tout proche.
- Allez, sans rancune,  je file à Château-Gombert.
Et vous savez ce qu’il y a à Château-Gombert ?
Hum ?
Les grottes de Loubière
Et qu’est ce qu’elles ont de spécial ces grottes ?
Hum ?
Là se situe l’entrée de l’antre des Moires, les trois fileuses éternelles des immobilités bleues.
Ah ! Vous ne saviez pas que la Destinée des mortels est tissée ici même ?
Inutile d’aller y faire un tour car  l’entrée est protégée par un digicode dont vous ignorez tout.
Moi, je connais le code, et  j’ai un moyen mnémotechnique pour le retenir : pi arrondi en 4 chiffres.
Titre: Re : Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 29 mai 2013 à 00:11:44
Sur la carte postale d'origine, il est bien indiqué quai de la joliette, il me semble que le quai de la Tourette s'arrêtait avant la cathédrale seulement.

(http://nsm08.casimages.com/img/2013/05/28//13052809024315136411239641.jpg) (http://www.casimages.com/img.php?i=13052809024315136411239641.jpg)

Edité le : 28 Mai 2013 à 21:09:20
Pour la liste, c'est pas la réserve, mais le casino de la plage et je pense plus au cours Lieutaud que Garibaldi

Oui Lieutaud je confonds toujours, Garibaldi c'est le début,  , et tu as raison pour le Casino et la Tourette

Comme quoi la contradiction féminine n'est pas l'apanage de toutes les femmes, certaines savent reconnaître leurs erreurs.  :-''

Bon le code ce n'est pas 1416 ?
Titre: Le faux code
Posté par: caramentran le 29 mai 2013 à 11:32:01
Puisqu’on venait de lui rappeler gentiment le code secret il n’eut aucunement besoin de faire appel à son astuce mnémotechnique
Tip 1
Tip 4
Tip 1
Tip 6
Et la porte en fer resta de bois
Il recommença une fois, deux fois, … dix fois
Rien
Il essaya « sésame ouvre toi »
Toujours rien
Alors il commença à donner des coups de tatane dans la porte qui ne craqua pas mais ses nerfs firent les frais de l’opération.
De toute façon les vieilles étaient sourdes comme des pots et n’avaient pas dû mettre leurs cornes acoustiques.
Il était effondré. On était le 29 et il ne lui restait que quelques heures.
Se donner tant de mal pour rien ; être à deux doigts de la solution et se trouver bloquer par une porte sans coeur.
Ecoeurant !
Tout ça parce que deux ados assis face à face dans le trolleybus 26 n’étaient pas arrivés à se parler ou à sourire.
Il avait la haine ce qui pour le dieu de l’Amour était  impensable.
Alors la douce Psyché  lui apparut en rêve.
- « Ne te décourage pas mon Amour. Souviens-toi que pour te rejoindre j’ai dû résoudre bien des problèmes que cette pimbèche d’Aphrodite mettait sur ma route. Je suis même descendue aux Enfers demander la crème de beauté de Perséphone ».
Réconforté par cette charmante vision Eros décida de tout reprendre à zéro.
- Bon alors pi arrondi à quatre chiffres. OK.
- Bon c’est combien pi ?
- Ah j’ai un moyen mnémotechnique pour m’en souvenir.
Une phrase magique
- LIli BAise Ben Chez Notre Oncle Fernand NEstor
- Euh non ce n’est pas ça ; c’est le tableau périodique. Ah voilà :
Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages
Je compte les lettres
3 , 1 4 1 5 9 2 6 5 3 5
Je rajoute 0,0005 pour faire l’arrondi
Ce qui me donne 3, 1420926535
Que je multiplie par 1000
Et que je tronque après la virgule
3142
Et la porte récalcitrante s’ouvrit.
Eros se trouva dans une pièce bleue.
- Eh eh voilà pourquoi la Kumari a parlé d’immensité bleue.
Bien entendu vous connaissez les Moires, les Parques, et vous avez à l’esprit cette image scolaire de trois petites vieilles qui gèrent la destinée des Hommes en filant un écheveau de laine.
Ben ce n’est plus tout à fait ça.
Actuellement elles possèdent un quadruple Cray (*) à partage de charge pouvant exécuter chacun l’époustouflante  bagatelle de  18 millions de milliards d’opérations par seconde (soit 18 x10 à  la puissance 15 opérations par seconde), autrement dit 18 pétaFlops.

- Salut les toutes belles, je passais par là, je viens vous dire un petit bonjour et je vous ai porté des navettes en cadeau.

- Roooohhh, comme tu es gentil, Roro ! Mais tu sais, il y a bien longtemps que nous n’utilisons plus le matériel obsolète des navettes. Viens voir le super matos que Zeus nous a payé.

Et ils pénétrèrent dans la salle-caverne de l’ordinateur, elle aussi bariolée de bleu Klein.
Roro en resta baba puis il assista à une démo.

- Voilà il suffit de taper le code ADN sur le pupitre et hop la carte perforée sort.
- Ah génial ! Sur une carte perforée … bigre ! Et vous pouvez faire des études ?
- Bien entendu. On introduit quelques virus SRAS ou une famine  et on voit comment la population évolue.
- Euh divin ! Mais je pensais plutôt à une étude comparative entre deux personnes.
- Oh, oh petit coquin ! On te voit venir. Il suffit de tapez l’ADN de la fille sur le clavier rose et celui du garçon sur le clavier bleu. Mais tu sais que nul n’a le droit de consulter nos données.
- Ohhh loin de moi cette idée. Simple curiosité.
Les  navettes que je vous ai apportées sont des friandises du four de St Victor, allons les déguster avec un verre d’Ouzo de Mytilène.

Au bout d’un quart d’heure les Parques n’avaient toujours pas réussi à en grignoter le quart.

Scribe informaticien.
(*) Si vous êtes intéressés  par les calculs astronomiques, vous pouvez participer au programme d’informatique partagée en autorisant votre PC qui ne fout rien pendant 99% du temps à travailler pour la communauté de la recherche scientifique mondiale. Ce système permet de fournir une puissance de calcul de 8 pétaflops et représente à ce jour un temps de calcul cumulé de 740 000 ans.  Tapez BOINC sur moteur de recherche préféré.

Bonnes réponses collégiales
C’est bien le cours Lieutaud car on discerne le pont  (qui s’est écroulé à sa mise en service)
Les partisanes ( ?) du Pardo :  ce n’est pas possible que ça soit le Prado qui est bcp plus large.
Ah Carli m’a posé un pb car j’attendais la Bibliothèque (où j'allais pomper mes versions latines) mais c’est vrai que j’ai plus de 40 ans de retard.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 29 mai 2013 à 12:27:31
Pour Carli j'ai passé les 5 plus belles années de ma vie de 57 à 62 aux Beaux Arts où j'étais élève, et la bibliothèque était notre endroit préféré entre deux cours, cette photo m'a rajeuni de  plus de 50 ans !!!! :smt007
Titre: Re : Microcosme
Posté par: hector le 29 mai 2013 à 18:53:42

Les photos précédentes ont été scannées sur  un livre consacré au port de Marseille


Té....Caramentran....je m'étais offert l'an dernier au salon des écrivains de Fuveau "les écrivains en Provence" un très joli livre " Marseille Autrefois" avec plein d'images  rares et souvent peu connues découverts par Fernand Revilla ....commentés par Michel Météniier, professeur d' histoire passionné par Marseille......qui m'a fait une fort gentille dédicace  

=> du coup...tu m'as donné envie de redécouvrir ce bel ouvrage....je me régale quand il ne fait pas assez beau pour sortir...et que Roxy me laisse tranquille  :-P
  :smt007  :smt023


Un chien attendait devant l’entrée et Eros l’aborda
- Roxy ?
- Casse toi, pauvre manant, dit un laquais, tu ne comptes pas voler le chien de monsieur  le marquis Hector de Saint Lambert d’Endoume.


un glissement de lieu s'est certainement produit   ....de "Bonneveine" serait plus approprié.....et merci pour le titre de marquis     :pompom:  :pompom:  :smt039     
Titre: Re : Microcosme
Posté par: caramentran le 29 mai 2013 à 19:10:18
- Elles sont très bonnes tes navettes des cinq Victor mais un peu dures.
- Mettez-les à tremper dans l’Ouzo.
Puis prétextant d’avoir à changer l’eau des olives, Eros s’éclipsa.
Revenu à la salle de commande il tapa consciencieusement les codes des deux ados.
Curieusement toutes les loupiotes qui clignotaient gentiment passèrent au rouge et l’écran de contrôle afficha fièrement :
FATAL ERROR N° 3141592653589793238462643383279 (*)
CLICK STOP TO CONTINUE
- Peste soit de l’informatique ! Il appuya rageusement sur STOP et la machine idiote repartit.
Le perforateur de cartes cracha une première carte qu’Eros s’empressa de saisir puis une seconde, un peu plus tard, qui resta inaperçue.
La lecture de la carte perforée ne fut pas des plus aisées, comme si Zeus n’avait pas pu leur payer une imprimante, mais il arriva à déchiffrer.
Date première rencontre …  bon d’accord.
Date premiers mots … bon d’accord, j’y étais.
Date premier baiser … parfait, ils sont sur la bonne voie.
Date première … bon je ne vais pas être plus indiscret.

Et c’est qui le plus fort ?
C’est Roro bien sûr !!! et il déchira la carte en mille morceaux qu’il lança en l’air.
En retombant les confettis formèrent trois lettres assez bien identifiables.

##          ##    ########    ######## 
###       ##    ##                   ##              ##
####     ##    ##                  ##               ##
##  ##   ##    ######        ##               ##
##     ####    ##                  ##               ##
##        ###    ##                 ##              ##
##          ##    ########    ########     


Nul ce Hasard ! Non seulement il fait le pédant en parlant l’estranger du dehors mais en plus il n’est pas foutu de mettre trois lettres dans le bon ordre.
Dyslexique va !
Quand il revint au salon, les Parques étaient presque venues à bout des navettes.
Gloup et le dernier morceau estouffe gari fut englouti

Ouf ! La stabilité du continuum était rétablie le 29 comme prévu à 8052.

Allée des pins, les chiens  qui caguaient à leur aise, assistèrent à un phénomène surprenant : les deux jeunes tourtereaux qui se bécotaient sur les bancs publics disparurent mystérieusement.
A l’instant même ils se retrouvèrent à Nice dans une rue du même nom.
C’est à peu près les mêmes problèmes sauf qu’ici ce sont les tourterelles possiblement turques (**) qui conchient sur les balcons. Et on ne vous parle pas des bandes d’étourneaux d’automne qui vous repeignent une voiture en deux coups de cuillère à pot.

- On ira à Marseille en voyage de noces ? demanda la brune aux taches de bruneur
Il eut la vision fugitive de deux yeux bleus encadrés de cheveux châtain mais il ne sut pas pourquoi.
(http://s177495976.onlinehome.fr/vx/g26z.jpg)
- Non, répondit-il, au Mexique. Nous n’irons jamais plus à Marseille.
Tiens ce soir, il y a des « racines et des ailes » chez nous.

Eros et les Parques s’embrassèrent comme des coucourdes pour se dire adieu
- Zou ! Boulégan , je me sauve retrouver ma Psyché.


Scribe final
(*) Vous vous demandez comment un ordinateur peut retenir des données chiffrées ?
Ben il fait comme Eros.
Dans l’exemple qui nous occupe, il a mémorisé une petite strophe :
    Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !
    Immortel Archimède, artiste, ingénieur,
    Qui de ton jugement peut priser la valeur ?
    Pour moi ton problème eut de pareils avantages.
Et vous remarquez quoi ?
Comment ça c’est Pi ? On s’en fout ! C’est un code d’erreur !
Qu’il aurait été plus facile de mémoriser un simple mot : DOUBLON !!!

(**) Comment reconnaître une tourterelle turque ?
Elle a un petit croissant sur le poitrail.
Titre: Re : Microcosme
Posté par: fanny13 le 29 mai 2013 à 19:18:18
Non elle a un collier noir autour du cou !!!! :smt005