Marseille Forum

Microcosme

caramentran · 164 · 40762

Sondage

Quand vont ils finalement se parler ?

Durant cette année scolaire
1 (25%)
Durant la 2 année scolaire
0 (0%)
Dans quelques années
1 (25%)
Jamais
2 (50%)

Total des votants: 4

caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Ouverture du microcosme. (1)

Le trolley N° 26 arrivait calmement dans un léger grésillement du moteur électrique. Nous étions au mois de novembre et à cette heure matinale un petit vent aigrelet balayait le plateau de la Viste.
Quand je montais sur la plateforme arrière je le vis. Banalement mon regard croisa celui du garçon et il y eut un petit déclic.
Dzzibbb.
Oui oui, vous connaissez très bien ce phénomène inexpliqué : votre cœur semble rater un battement ou deux et le regard se fait plus persistant, plus aigu comme s’il cherchait en une fraction de temps à sonder les tréfonds de votre âme.
C’est ce que j’appelle l’ouverture d’un microcosme.
Puis ce contact visuel éphémère et tenu fut rompu mais pas de mon fait.
Cette victoire inattendue m’apporta un petit plaisir intellectuel : eh eh on pliait sous mon regard de braise ; bon j’exagère sans doute un peu car j’ai les yeux bleus et doux.
Oh ! ne croyez pas que je sois une cagole, une de ces filles dévergondées qui aguiche les garçons. Non, non je suis bien sage, trop sage peut être. Je n’ai même pas un petit ami en titre. Je pense qu’il me faudrait un prince charmant pour me donner confiance en moi et asseoir ma féminité. S’il n’est pas prince ce n’est pas trop grave du moment qu’il me plaise.

L’arrivée des autres passagers m’obligea à sortir de ma réflexion et à avancer vers l’avant du véhicule. Puis le bus démarra tout en souplesse et s’engagea dans la terrible descente de la Viste. Je dis terrible car à chaque fois me revenait en mémoire l’horrible tragédie de ce camion fou rempli de gazole qui était venu s’exploser sur une maison en bas de la côte.
Un frisson désagréable me parcourut le dos
Et si les freins lâchaient ?


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
2
Je suis resté sur le plateforme arrière du trolleybus car c’est la place rêvée pour observer les voyageuses. Ne croyez pas que je sois un obsédé de la gent féminine mais simplement on m’a collé dans un lycée de garçons où par définition il n’y a que des garçons. Il y a bien le prof de latin mais vous savez qu’à Marseille une telle relation est toujours mal vue.
Hop, le bus marque l’arrêt, chuintement de portes qui s’ouvrent et livrent le passage aux voyageuses qui montent à l’assaut.
Pas terrible today : Trop petite. Trop grasse Trop typée …
J’ai dans la tête un type de femme idéal (j’ai dit de femmes pas de jeunes filles) : brune, très brune avec des yeux noirs, très noirs. Vous savez, des yeux où on ne peut pas distinguer l’iris de la pupille.
Cet été, je suis allé au Royaume Uni et on m’avait chanté mille louanges sur la beauté diaphane des belles saxonnes. Peau laiteuse beuuuh, cheveux filasse, pfftt, yeux bleus délavés, tiens comme celle qui ar…
Dzibbb
… rive.
Houlà ! Vous avez vu l’éclair bleu ?
Non ? Pas d’éclair. Effectivement le ciel bleu.
Je viens d’avoir la curieuse et oppressante sensation de tomber dans un gouffre, bleu, sans fond.
Bon reprenons le sujet… Je parlais de freins n’est ce pas ?
Les freins qui lâchent ? D’où sort cette idée loufoque ? Le moteur électrique fait office de ralentisseur qui stabilise la vitesse du bus.
Ah ! La grande bleue. En arrivant en bas de la Viste, pendant un instant vous avez une échappée magnifique sur la méditerranée d’un bleu foncé qui vous fait comme un clin d’œil … bleu.
Tiens, à coté de l’homme en bleu de travail on retrouve le modèle de la comtesse … 
Dzzibbb … Dzzibbb
de Ségur…
Houlà là ! Voila que ça recommence. Ca se manifeste chaque fois que je croise son regard. Mais là je ne me suis pas fait avoir comme un bleu c’est elle qui a tourné la tête cette fois.
J’en profite pour mater le modèle Ségur à loisir. Ca confirme mon premier coup d’œil : devant, aussi plate qu’une planche à pain ; derrière, aussi plate qu’une planche à repasser et le tout monter sur deux gressins. En revanche la figure est fine et joliette … comme me souffle le panneau indicateur.
Bon dans deux ou trois ans elle sera baisable.
Comment ça ne se dit pas ? ?
Mais vous ne croyez tout de même pas que quand je me parle à moi-même, in petto,   j’utilise le langage châtié et ampoulé de la comtesse de Ségur ? (normal pour une sang-bleu)
Ca ressemble plutôt à du Faulkner dans j’irai cracher sur vos tombes.
Allons, je corrige : Dans deux ou trois ans elle sera bien.
« Hypocrite lecteur, - mon semblable – mon frère »

Hop le feu vient de passer au bleu et nous arrivons à la porte d’Aix.
Sacrebleu ! Ce trajet m’a paru très court voire coloré.
Et maintenant, me voilà parti pour deux heures de pitreries avec l’étude vibrionnante des Voyelles de Rimbaud (mort à la Conception) qui passe pour un sonnet diablement érotique dixit le pitre qui fait cours :
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu …
Bleu … bleu …bleu
Zut (comme l’album) je ne me souviens plus de la suite …



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
3
Ouf j’ai atteint le bas de la cote saine et sauve.
Pour passer le temps je regarde et j’écoute les gens qui partagent mon bus. A ma droite une petite dame en Loden raconte son intervention chirurgicale à sa collègue qui n’a de cesse de demander moult détails dégoulinants de sanies.
Je sens que je vais tourner de l’œil si elles continuent.
Pardon, pardon laissez-moi passer.
Je sors de l’hôpital pour tomber chez les tifosi de l’OM qui refont le match dominical. Normal on est lundi et à défaut d’y porter un grand intérêt je me sens plus à mon aise.

En changeant de place j’ai aussi changé mon angle de vision et le garçon brun (vous vous souvenez celui du début) m’est réapparu.
Je vais faire appel à tous mes talents de déduction d’une vraie Sherlock Holmes en jupons. Voyons calmement si mon petit cœur ne m’a pas trompé ; car parfois il s’emballe pour rien, enfin pour pas grand-chose.
Mouiii, il est assez mignon, bon disons qu’il ne casse pas trois pattes à un canard mais assez migon puis il parait sérieux.
C’est un lycéen, cartable sous le bras et petites lunettes intello. Lui aussi va en centre ville au lieu d’aller au lycée nord. A moins qu’il ne soit en fac. Humm le cartable est bien trop gros pour la fac et il me semble un peu jeune, comme moi il doit avoir ...
Dzzibbb … Dzzibbb
Ouch ! Cette fois c’est moi qui aie tourné la tête la première.
C’est bien ce que je vous avais dit au début. Un microcosme a été ouvert. Je m’en vais vous expliquer ce qu’est un microsome…
 Porte d’Aix … Terminus !
Comment ? c’est déjà le terminus ?
Un effet du microcosme sans doute.
C’est un peu compliqué et je vous en dirai plus sous peu ; pour le moment je vais rejoindre le lycée *** pour y retrouver mon fol ami Nerval.
« Modifié: 13 janvier 2013 à 16:25:05 par caramentran »


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291

Me voici donc en cours de français. Pas plutôt assis que le prof-pitre juché comme une grenouille sur le dossier de la chaise m’interpelle :
«Et M. Caramentran se propulse d’un pas léger au tableau pour nous réciter de sa belle voix de basse, Voyelles»
Et ce poncif éculé fait encore rire les moutons de la classe !
Je commence en ânonnant :
VOYELLES d’Arthur Rimbaud (mort à Marseille).
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu …
Un trou bleu vient de s’ouvrir à nouveau. Impossible de me souvenir de la suite.
Peut être Y jaune …
Et j’entends le pitre qui se tape la tête contre le tableau, s’affliger : « même pas capable de retenir le premier vers »
Quant aux moutons, au lieu de m’aider ils bêlent doucement «voyelles … voyelles».
Bon sang mais c’est bien sûr
… Voyelles et ça repart de plus belle
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Et on a droit à des explications : le quatrain serait scatologique à mon grand étonnement.
J’en profite pour jeter un œil sur la bergerie. Si le premier rang, disons le premier cercle, a l’air de gratter sur le sujet c’est de moins en moins vrai au fur et à mesure que l’on plonge vers les autres cercles infernaux : activités variées, l’un lit le journal, l’autre dort, d’autres s’occupent comme ils peuvent. Effectivement vu d’ici le spectacle est assez affligeant et j’imagine très bien, gravé au fronton de la classe, ces mots de l’Enfer de Dante:
«Lasciate ogni speranza voi ch'entrate» à l’intention des profs de français exilés dans des classes scientifiques.

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

L’avant dernier vers serait atrocement érotique.
Et hop un bon quart d’heure d’explications aussi absconses d’abtruses qui oscillent entre le I phallique tumescent et le I féminin barbouillé de menstrues.
A mon avis cet homme s’est échappé du Bd Baille et on nous l’a collé comme prof de français à nous pauvres potaches au cursus scientifique.

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

Nouvelle interruption pour des explications toujours aussi loufoques et une question pour clouer le bec des agités : que signifie viride ?
Debout sur la chaise il scrute la mer moutonnante des potaches qui ont tous piqués du nez de peur d’avoir à répondre.  Je lui smashe : du latin viridis : vert. Et toc.
Il en tombe presque de la chaise ,l’air mauvais, il siffle «c’est vrai que certains font du latin ici.» Et du latin avec sculpturale Micheline siou plait !
Je signale à tout hasard qu’un pâti n’est pas un merdier marseillais mais un pré où paissent les troupeaux.

Bon, je termine sur les chapeaux de roue car ça fait bientôt une heure que je fais le pied de grue et le faire valoir sur l’estrade.

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon BLEU de Ses Yeux !

Violet , violet ! Stridule le pitre qui a mis un livre sur la tête.
Violez ?!  ah violet,  bien sûr ! pourquoi ai je dit bleu ?

Couché sur la table simulant les affres d’une petite mort, il énonce ex cathedra :
«Yeux bleus, yeux amoureux» (c’est un vrai proverbe ça ?) et pendant l’orgasme, les yeux de l’être aimé virent au violet (couleur de la mort).

Un silence de mort tombe sur la géhenne.
Je suppose que chacun de nous grave ce précieux avis dans un coin de sa mémoire et qu’il est en droit d’attendre l’apparition fugace d’un rayon violet tout comme il attend que le bleu de bromothymol vire au rouge en milieu acide.
J’ai bien envie de lui demander à quelle couleur virent des yeux noirs.
Plus noir que noir ? au gris ? Au blanc ? Révulsant !

L’œil était dans la classe et regardait Caram’ …
Mais il n’était pas noir ni violet mais bleu …bien entendu !

Pour terminer cette première partie  le pitre déclame pour me congédier :
«Nous remercions Caramentran qui retourne dans ses pénates sous un tonnerre d’applaudissements de la classe en délire.»
Tel Galileo, descendant du pilori j’ai encore la force de maugréer
« E pur’ sono blu »

Inutile de s’appesantir sur la seconde partie du spectacle.
On peut donc résumer ce cours de français
1) yeux bleus = yeux amoureux, qui virent au violet.
2) ce n’est pas Pascal Danel qui a écrit les Neiges du Kilimandjaro mais E. Hemingway. Et là je dois dire que ça m’en bouche un coin.


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Jeudi, j’ai cours à 9h et le jeudi c’est le jour de Martine. Je ne vous ai pas encore parlé de Martine. Donc Martine est brune, comme la nuit du tombeau avec des yeux pétillants comme du champagne et noirs comme des perles de jais. Pour ne rien gâcher elle n’est pas mal roulée.
Vous vous en seriez douté ; bref rien à voir avec la fille du 26.
Juste un petit détail, trois fois rien : elle zozote. Elle a un cheveu sur la langue, enfin un gros cheveu voire une touffe de cheveux.
Elle en est totalement consciente et assure parfaitement: « jlai un pletit dléfaut de plononcliation » Mais cela ne l’empêche pas de parler tout le temps et si elle s’arrête c’est pour rire alors même son rire zozote.
Elle est pire que le tambour de Cassis ; 2 sous pour le mettre en marche et 20 pour l’arrêter. Durant les 3 ou 4 arrêts que nous faisons ensemble j’ai droit à tous les potins de Marseille et même au-delà ainsi que le résumé de tous les films qu’elle n’a pas encore vus mais qu’elle ne va pas tarder à aller voir. Quand elle descend pour aller à son cours de dactylo j’en ai pour deux plombes pour remettre de l’ordre dans mes idées et décloder les inflormations.
C’est une fille simple, gaie, exubérante, répondant parfaitement à mes canons de beauté personnels, une vraie bombasse !
Je l’aime bien.
Tout le problème est dans le «bien»



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
6)  Fermeture du microsome.

ELLE
Hier, j’ai apprécié le cours sur Nerval. Pauvre homme, sentir la folie le gagner sans pouvoir rien faire.
J’ai lu plusieurs fois El desdicado. J’aime ce poème, sans trop savoir pourquoi mais justement la poésie pour moi c’est inspirer un sentiment sans qu’il soit besoin de le disséquer. Il me déplait d’essayer de faire dire au poète quelque chose qu’il n’a peut-être même pas envisager.
Quand vous voyez un coucher de soleil vous ne pensez pas que le soleil a revêtu une belle robe rouge parce qu’il va mourir. Ce sont VOS sentiments qui prêtent au soleil déclinant ces idées de mort, de sang et de beauté. Eh bien en poésie c’est pareil. Au départ il y a des mots et vous allez habiller ces mots de VOS sentiments du moment.

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie …

Je sais encore moins pourquoi ce poème me fait penser au garçon que j’ai vu hier. Sans doute parce que je me l’imagine mélancolique tant qu’il n’a pas reçu le baiser rouge de la Reine (moi)

Mais il est là ! IL EST LA.
Allez ma fille, courage si tu veux qu’il te parle il faut au moins que tu sois dans son champ visuel. Il y a justement une place en face de lui…

LUI
L’avantage des longs trajets c’est qu’on peut réviser les cours du jour «The secret life of Walter Mitty» est au programme de ce début de journée.
Ah ! Zut il y a quelqu’un qui vient et qui va vouloir s’asseoir alors que la moitié du bus est vide ! Pas croyable. J’aime avoir mon espace vital et maintenant je vais être obligé de replier mes guiboles.
Vraiment gonflant !

Dzzibbb Dzzibbb
Glanck
Glanck

Houlà encore ces palpitations ! Il faut que je cesse de boire du café.
Tiens mais c’est le modèle Ségur.

ELLE
Ouch ! Mon petit cœur bat toujours autant la chamade dès que nos regards se croisent.
J’ai lu dans «Divagations et chemins de traverse», une publication hautement scientifique, que 90% de la communication émotionnelle est non verbale. Je confirme.
Je suis sure qu’il a fait attention à moi cette fois : il est resté au moins 20 secondes à bader, les yeux ahuris. Hi hi
D’ailleurs vous avez entendu comme moi le double glanck qui signifie la fermeture du microcosme.
Comme je vous l’avais promis je m’en vais vous donner un éclairage sur le concept de microcosme.
En gros et comme son nom l’indique un microcosme est un monde réduit, voire très réduit, doté de certaines lois et propriétés bien précises.
Un microcosme comporte :
 - Deux personnes A et B (peu importe le sexe, la religion ou la couleur de peau)
 - Une relation binaire <r>
 - Un espace-temps clos plus ou moins vaste où la relation [ A < r> B ] est vraie.
Propriétés :
Vous remarquerez que la <r> n’est pas réflexive (A <r> A est fausse ou bien on a un cas pathologique de narcissisme) ;
Elle n’est pas transitive (manquerait plus que ça)
En revanche elle est symétrique dans le cas d’un microcosme fermé. A < r> B et B < r> A sont vraies.
C’est simple et clair n’est ce pas ?

Quant aux lois qui en découlent elles sont nombreuses et pas toujours bien connues. Les trois plus évidentes sont :
- La contraction du temps (je vous l’ai déjà fait remarquer hier)
- La dissolution progressive de l’espace environnant extérieur et de son contenu.
- La modification progressives des personnalités de A et de B.

Il ne lui reste plus qu’à me dire quelques mots gentils et à titre d’encouragement je vais lui offrir mon plus beau sourire.

Ca ne marche pas ! Je n’arrive pas à sourire


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
7) Propos sur la conscience.

JIMMY
Ferme la bouche ! Tu vas avaler des mouches.
Tu te mens à toi-même ! Tu sais très bien que ce n’est pas le café.

LUI
Qui me parle ?
Ah oui c’est Jimmy.
j’avais oublié de vous prévenir ; je ne suis pas sujet à entendre des voix célestes mais disons que j’ai une conscience bavarde, amicalement baptisée Jimmy.
Voilà, comme le Jeminy criquet de Disney.
«Il voit le bien, nous l’approuvons et je fais le mal» pour paraphraser Médée du bon Ovide.

JIMMY
Tu es amoureux voilà tout !

LUI
Baste. Je te dis que j’ai la boule  quand je vois les yeux de cette nana.
Un bleu/gris pastel et au centre un trou noir dans lequel je pourrais m’engloutir à jamais.
 D’ailleurs rappelle toi ce que dit Romuald dans la Morte amoureuse de Théophile Gauthier
"Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité."

JIMMY
Tu veux rire ! Que peut connaitre un vieux capelan au sujet des yeux d’une femme. Tu as eu un violent coup de foudre que ton orgueil cherche à nier.
LUI
Baste ! Laisse moi lire mon anglais.
JIMMY
Tu n’en aura pas eu le temps car ton esprit est occupé à autre chose. Bientôt il sera trop tard et toi aussi, tu iras écrire dans la rubrique «introuvable ou non» du forum marseillais.
Sous rubrique : «amours de jeunesse raté»
« Recherche JF, jolie comme un cœur, qui prenait le 26 avec moi »
Avec ces renseignements ultra précis , tu risques d’avoir de nombreuses réponses à l’an qé vin. Alors profite dès aujourd’hui …
LUI
Carpe diem.
Dieu, si vous m’entendez (ce dont je doute, vu ma propension à l’agnosticisme) pensez à équiper les prochains modules de conscience d’un bouton marche/arrêt)

JIMMY
Je te donne toujours de bons conseils.

LUI
Parlons en de tes conseils : « En ce vendredi 13, va acheter un billet de tombola à ce petit monsieur qui se déplace sur la Canebière avec des fers à repasser, il sera gagnant »
Je me suis agenouillé à coté de lui, j’ai choisi ma terminaison fétiche, le 7, j’ai dépensé tout mon argent de poche et j’ai tout perdu ; même plus de quoi à m’acheter un paquet de Fontenoy (des brunes).
«il sera gagnant» … de nèfles !

JIMMY
Quand j’ai dit «il sera gagnant » je parlai du vendeur.

LUI
Ah ! Non seulement gonflante et bazarette cette conscience, mais de plus un escobar de choix.

JIMMY
C’est quoi un escobar ?
LUI
Tu sais très bien de quoi je cause car nous partageons la même mémoire, hélas.
JIMMY
Alors si nous partageons les mêmes informations tu sais fort bien que ça lui a fait plaisir que tu courbes ta superbe pour lui acheter un dixième, d’autant plus que tu t’es fendu pour cette fois de lui souhaiter de bonnes ventes.
LUI
«Courbe ta superbe» Mais où va tu chercher des phrases pareilles ? Inutile de me raconter que c’est moi, enfant des quartiers nord, qui ait pu t’apprendre ce galimatias insensé. Ca signifie quoi en plus ?
JIMMY
Que tu es bouffi d’orgueil ! Ta soi disante timidité n’est simplement que de l’orgueil mal placé. Alors cesse de procrastiner et dis lui bonjour

LUI
Arrête tes fariboles. Si nous partageons les mêmes infos comment se fait il que tu fasses allusions à des choses que j’ignore. C’est quoi ce forum marseillais ?
JIMMY
Un espace convivial central relié aux ordinateurs des gens.
LUI
Tu délires ! La vraie folle du logis.
Tu as vu comme moi la taille de l’ordinateur de St Jérome alors les pékins n’auront jamais de telles machines chez eux.
JIMMY
Nous voyons les mêmes choses mais tu es incapable de te projeter deux pas dans le futur. C’est exactement comme pour cette fille, jolie, sérieuse, calme et tu fais semblant de l’ignorer. Heureusement que je là pour faire un peu de maieutique avec toi.
« Modifié: 13 janvier 2013 à 16:27:08 par caramentran »


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
8) "l’espoir est un pays sans hiver"

LUI
Va caguer à Endoume et laisse moi  lire mon anglais en paix.
C’est intolérable cette vie : non seulement on vous vole votre espace vital ; on vous torpille la rétine avec des rayons bleus sans doute radio actifs mais en plus vous affuble d’une conscience gonflante.
 "Not so fast! You're driving too fast!" said Mrs. Mitty. "What are you driving so fast for?"
    "Hmm?" said Walter Mitty. He looked at his wife, in the seat beside him, with shocked astonishment… She was so pretty with her blue ice eyes…
Quoi ? mais c’est quoi ce texte ? Mrs Mitty a les yeux bleus maintenant ?
Je recommence…
 "Not so fast! You're driving too fast!" …

ELLE
Et alors il ne me dit rien ?
Allez un petit mot, juste un petit mot idiot comme vous, les garçons, savaient si bien en dire.
Vous habitez chez vos parents ? Vous allez au lycée ?
Non, j’habite sous les ponts et je vais faire mon marché. Hi hi
Enfin, ce n’est pas grave le principal c’est que vous nous fassiez rire. J’adore.
Au fait, je n’arrive toujours pas à esquisser le moindre sourire. On dirait que je transforme en statue marmoréenne dès que je suis en sa présence.
Que fait il, mon beau ténébreux ? De l’anglais.
Eh eh! C’est bien un lycéen comme je l’avais très justement déduit dès hier. Je suis vraiment très douée en logique ! Et dans quel lycée va-t-il ? Je vais demander à ma copine qui doit connaitre tous les lycées de garçons de Marseille vue la ribambelle de soupirants qu’elle dit avoir.
Pas l’air bien doué en anglais ! Ça fait une demi-heure qu’il a le doigt empégué sur la même ligne. Peux être veut-il des cours particuliers donnés par une charmante répétitrice ?

*** Terminus ! Place d’Aix. Tout le monde descend.

Le petit mot n’est pas pour aujourd’hui.
Demain sans doute. Comme disent les russes « l’espoir est un pays sans hiver »
Avec les garçon c’est ça.
Ou vous n’en voulez pas et ils vous collent ; ou ils vous plaisent et ne font pas attention à vous ?
Il n’aime pas les filles ?
Allons, allons vous oubliez que somme dans le microcosme a été verrouillé.
Mais peut être ne sait il pas d’où ce cœur sombre et ce regard perdu.

Ne vous plaignez pas trop d’avoir un cœur très sombre,
Vos yeux seront plus beaux quand vous aurez pleuré.
Il naîtra de vos pleurs, il va croître à votre ombre
Quelque lys inconnu qu’on n’a pas respiré.


Ces quelques vers qui émergent de ma mémoire sont de Gérard d’Houville dont D’Annunzio et Pierre Louÿs furent les amants. Mais prenez donc votre dictionnaire pour mieux découvrir cet auteur qui vous étonnera.
Signé : votre lys inconnu

LUI
Blue eyes … blue eyes …Mrs Mitty
 "Not so fast! You're driving too fast!" …
Quoi ? Déjà arrivé ?!
Effectivement ce chauffeur de bus  conduit beaucoup trop vite je n’ai même pas eu le temps de lire un paragraphe.

JIMMY
Alors, tu as rien lu comme je l’avais prévu. J’ai raison comme toujours. Je ne veux pas jouer les Cassandre mais nier la réalité amoureuse ne peut conduire qu’immanquablement à la folie.

LUI
Eh bien vivons jusqu’à la folie alors mais ce soir c’est Micheline qui occupera nos esprits. 


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
MICHELINE et LES MAITRES DU MONDES

- « Ave mes chéris, votre prof de math ne vous traumatise pas trop ? Sinon j’irai lui tirer les oreilles … ou autre chose. »
Le ton est donné ; vous êtes en cours de latin de Micheline.
Je ne pense pas que Micheline soit son vrai prénom, plutôt un surnom dont l’origine est fort controversée.
Certains affirment que c’est en relation avec le bonhomme Michelin aux formes rebondies (je n’ai pas dit qu’elle était grosse !) et d’autres c’est parce qu’elle est montée sur pneumatiques. Bref tout cela n’est pas très clair.
Assister à un cours de Micheline c’est la garantie d’avoir une pêche d’enfer pendant une paire de jours.
D’abord nous sommes peu nombreux (une douzaine) donc nous avons droit à un traitement individualisé permanent car Micheline ne professe pas ex cathedra mais au milieu de ses élèves qui profitent allégrement des gorges pigeonnantes et des croupes rebondies.
Ca c’est pour le dopage physique.
Et l’intellect n’est pas oublié pour autant.
- « Mes chéris vous faites vingt heures de math par semaine (elle se trompe un peu mais pourquoi la contredire) et vous trouver encore le temps de venir suivre mon petit cours de latin qu’on vous a placé de 17 à 18 juste pour vous ennuyer. Soyez en remercier. Vous êtes la future l’élite de la nation.»
Si après une telle déclaration vous ne vous sentez pas le profil d’un futur maitre du monde c’est que vous êtes vachement dépressif.
Donc ici tout le monde fait du latin dans la joie et que du latin.
Les textes sont d’ailleurs choisis avec soin tout particulier. Foin des de bello gallico narcissiques et autres catilinaires vengeurs ; ici on s’attaque directement l’Art d’aimer d’Ovide qui est nettement plus expressif et direct qu’Arthur et ses yeux bleus euh violets.
Qu’on juge sur pièce :

Mais, si tu as à coeur de conserver l'amour de ta maîtresse, fais en sorte qu'elle te croie émerveillé de ses charmes. Est-elle revêtue de la pourpre de Tyr ? vante la pourpre de Tyr. Sa robe est-elle d'un tissu de Cos ? dis que les robes de Cos lui vont à ravir. Est-elle brillante d'or ? dis-lui qu'à tes yeux l'or a moins d'éclat que ses charmes. Si elle endosse les fourrures d'hiver, approuve ces fourrures ; si elle s'offre à tes yeux vêtue d'une légère tunique : «Vous m'enflammez», crieras-tu ; mais prie-la, d'une voix timide, de prendre garde au froid. Si ses cheveux sont séparés avec art sur son front, loue ce genre de coiffure ; s'ils sont frisés avec le fer : «La charmante frisure !» diras-tu. Admire ses bras quand elle danse, sa voix quand elle chante, et quand elle cesse, plains-toi qu'elle ait fini si tôt.
Admis à partager sa couche, tu pourras adorer ce qui fait ton bonheur, et, d'une voix tremblante de plaisir, exprimer ton ravissement. Oui, fût-elle plus farouche que l'effrayante Méduse, elle deviendra douce et traitable pour son amant. Surtout sache dissimuler avec adresse et sans qu'elle puisse s'en apercevoir, et que ton visage ne démente point tes paroles. L'artifice est utile lorsqu'il se cache ; s'il se montre, la honte en est le prix ; et, par un juste châtiment, il détruit pour toujours la confiance (Art d’aimer Livre II)

Le tout est émaillé de conseils pratiques et de précisions historiques.
- Savez vous avec quel produit les romaines utilisaient pour décolorer leurs cheveux en blond.
- de l’urine fermentée pour obtenir de l’ammoniac
- Savez-vous de quelle couleur étaient les cheveux des péripatéticiennes ?
« Mon petit Christian tu ne sais pas ce que «péripatéticienne» signifie ? Alors en sortant tout à l’heure tu feras attention aux dames, pas obligatoirement philosophes, qui se trouvent autour du lycée.»
Et mon Christian devient rouge comme les cheveux de ces lupa antiques et si Micheline continue à onduler devant lui il va nous pêter une durite.

Alors pourquoi faire du latin de direz vous ?
Pour être bichonné par Micheline bien entendu et puis il serait dommage d’avoir trainé ce boulet pendant si longtemps pour ne pas espèrer profiter d’un petit bonus au bac.
Surtout que le travail demandé est limité : pas de leçon, une version de temps en temps où le plus difficile est de se propulser à la bibliothèque municipale (juste à coté) et de retrouver le passage à traduire.
Qui vous parle de copiage ? C’est un simple garde fou pour éviter le contresens absurde.



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Laide et moche

C’est incompréhensible. J’ai beau retourné cette histoire dans tous les sens dans ma petite tête, ce n’est pas possible que ce garçon du 26 ne fasse aucunement attention à moi.
Si je ne lui plais pas c’est peut-être parce que je suis affreusement moche.
Ce matin je me suis regardée «objectivement» dans la glace de la salle de bain.
Je suis affreuse ! Moche comme un pou.
C’est normal qu’il ne fasse pas attention à moi.
J’ai un rapport taille / hanches nettement inférieur à 0,7 (cf. divagations)
J’ai peu de poitrine, pas de fesses bref il manque tout ce que les garçons adorent.
J’ai un bouton derrière l’oreille, un ongle cassé, et des épis dans les cheveux.
Je suis malheureuse comme les pierres.
J’étais si désespérée que ma mère m’en a demandé la raison.
Puis elle m’a dit que j’étais la plus belle mais aussi la plus sotte.
J’ai demandé à mes copines qui ont été plus restrictives sur ma beauté mais je connais leur jalousie innée.
Pour en être sure j’ai décidé de tenter une petite expérience.
Demain comme il n’est pas là, je vais voir comment les gens réagissent à un gentil petit sourire limpide et pas effronté du tout.

Le premier cobaye fut un homme jeune qui s’apprêtait à descendre du bus. Je lui ai fait un petit sourire (vous voyez que je peux sourire en temps normal) et il s’est estramassé en descendant les marches. Restez zen, vous êtes à Marseille.
Non je ne me suis pas estrassée je suis sérieuse et  je n’ai pas un poil de méchanceté.

Le second fut un vieux, la quarantaine.
Hop un petit sourire sympa ; Et ne voila t il pas que son visage devient érubescent et qu’il passe sa langue chargée sur ses lèvres épaisses en me faisant d’horribles clins d’œil.
Stop Nabokov ! Je ne suis pas votre Lolita.
J’ai eu tellement peur que je suis allée me réfugier près du chauffeur.

Donc je suis sans doute jolie en tous les cas je plais à 100% des mâles sondés. C’est mieux que dans l’enquête que j’ai lu dans «Divagations et chemins de traverse», une publication hautement scientifique où seulement 75 % des étudiants répondaient favorablement à une invite féminine.
En revanche le 0% des étudiantes m’étonne un peu car certaines de mes copines ne rêvent que de ça.
Dans ce texte il y a des éléments que je n’ai pas bien compris : c’est quoi ces pratiques buccales auxquelles les femmes instruites s’adonnent ? Des baisers ?

Revenons à notre garçon du 26 ; il doit être mélancolique et fort timide ; il faut que je trouve un moyen pour qu’il me parle après tout viendra naturellement.
Je vais demander à mes copines comment faire.
J’ai eu droit à des réponses aussi éclectiques que surprenantes
- souris lui (Je ne peux pas !)
- laisse tomber ton mouchoir (va-t-il ramasser un mouchoir en papier ?)
- laisse tomber un objet
- laisse tomber tout court
- tombe lui dessus ;
- mords le (Y a des affamées !)
- mets un décolleté plongeant (il risque de rester coi)
- demande-lui du feu (je ne fume pas)
- demande-lui l’heure (j’ai une montre)
- fais semblant de pleurer (pour bofir les yeux ? non !)
- offre lui un bonbon, une galette, une brioche, un sandwich … (gourmandes, va)
- parle-lui
Pas question que je sois la première à lui parler ! Ca ne se fait pas !
Vous ne connaissez pas l’histoire d’Izanami (celle qui invite) et Izanagi (celui qui invite), deux divinités primordiales du panthéon shinto japonais ?
Je vais vous la conter.
Izanami, la fille, invite Izanagi à barater la mer avec une lance et de cette action naquis un horrible avorton, Hiruko, "Enfant Sangsue".
Déçus, ils recommencent le rituel mais cette fois c’est Izanagi, le garçon, qui parle le premier et ainsi ils eurent de nombreux et beaux enfants.

Donc vous voyez bien qu’il est impérieux de ne pas parler la première si je ne veux pas mettre au monde d’horribles sangsues !

Pourtant dans les temps reculés, la femme pouvait parler la première et dire son choix.
Vous connaissez l’histoire de Gyptis et Protis si vous êtes de Marseille. Les deux jeunes gens ont été victime d’un puissant coup de foudre comme nous.
Sans doute vous vous souvenez que la page de couverture des cahiers de la communale représentait une jeune femme, Gyptis, princesse ségobrige, offrant une coupe à un navigateur grec, Protis, venant de Phocée et désigna ainsi son futur époux.
Nous commémorons toujours ces fiançailles mythiques  avec le colombier, gâteau de la Pentecôte, qui contient un sujet en forme de colombe
"Qui la colombe aura, dans l'année se mariera"


Au fait j’ai le résultat de mon enquête : il doit fréquenter le lycée Thiers.



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Choix 4

LUI
Cette fille est inhumaine pas un sourire n’éclaire son visage de marbre.
J’aurais en face de moi la statue statufiante du marché des capucins ça serait pareil.

(ça ne vous donne pas envie d'accoster,  n'est ce pas ?)

Vous avez tous bien noté que le marché (non pas celui des capucins !) est parfaitement équitable :
Un sourire et je lui parle immédiatement.
Pas de sourire, je lui parlerai plus tard vers la St Glinglin, quand elle sera plus âgée.
 
Donc j’ai décidé de faire réagir cette encroyeuse.
Quand elle viendra pour s’asseoir je ne bougerai pas mes cannes et je verrai bien sa réaction
1) elle me dit : « pardon, puis je m’asseoir » ce qu’elle ne dit jamais d’ailleurs et hop j’enchaîne et hop la glace (la sienne , bien entendu) est brisée
2) elle se tanque à coté de moi, l’air boudeur, alors je lui dirai « gente demoiselle j’avais gardé ce siège spécialement pour vous, faites moi le plaisir de prendre place » enfin peut –etre un peu moins ampoulé le genre «assieds toi, Nine»
3) Elle va se mettre de l’autre côté, l’air méchant et d’un geste royal, je l’inviterai à s’asseoir à sa place habituelle et convenue.

JIMMY
C’est absolument n’importe quoi ! Ce mec est un génie de l’embrouille ; de plus c’est un jeu totalement idiot. Méfi, elle risque de se lasser de ta bêtise et de ton orgueil.

LUI
 Ignorons les commentaires toqués.
A votre avis elle va prendre quelle option ?
Humm, 1 , 2 ou 3 ?

La quatrième bien entendu !
Donc elle s’est assise en travers, dos contre la vitre, sans mot dire
Moi, je la maudis et je range rapidement mes pieds sous le siège.
Honteux comme un renard qu’une galine aurait pris.
Elle doit jubiler dans son for intérieur en ce moment après m’avoir fait prendre un boque pareil. Tout le bus, à moitié vide, doit s’estrasser.

ELLE
Humm, j’ai presque cru qu’il ne voulait pas que je m’assois en face de lui.
Mais non, il à l’air tellement effaré ; il devais rêver de moi, hi hi.
C’est curieux cette tristesse dans son regard et c’est aussi curieux la gêne qu’il éprouve quand je le regarde.
Vous avez tous bien noté que le marché (des capucins ?) est parfaitement équitable :
Un simple petit bonjour et je le lui retourne avec un sourire dont il se souviendra même le jour dernier où la faucheuse viendra le cueillir.
Pas de bonjour ,  alors j’espère,  mais pas trop longtemps, je ne veux pas coiffer les catherinettes.
Ce n’est pas bien compliqué de dire «bonjour».
Il n’est pas muet tout de même.

Hop un petit coup d’œil …
Eh eh,  il fait semblant de farfouiller dans son sac pour cacher sa gêne. C’est là que je le trouve le plus craquant avec sa tête toute espéloufide

LUI
Elle se moque de moi cette minotte !
Je ne peux pas rester sur une défaite aussi cuisante
C’est décidé demain je lui parle et  je lui dirai qu’elle est trop petite pour qu’on ait une relation sérieuse.
Non, je ne peux pas le faire maintenant car je suis tout dévarié.

JIMMY
Procrastinateur,  menteur à lui-même et aveugle par-dessus le marché. Cette fille a environ ton âge. Elle est simplement plus fifi que les mangiapans que tu fréquentes.



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Voyage en pays étrange(r).

Comme le dernier cours a sauté j’en ai profité pour aller faire quelques courses sur la Canebière car Noël approche. J’aime bien me promener sur le Canebière avec ses riches devantures, son animation, ses vendeurs de billets de tombola, et de brousses chaudes.
Je suis allée à la librairie Maupetit mais ils n’avaient l’ouvrage voulu. Je suis donc redescendue vers la librairie Flammarion située un peu plus bas.
En descendant je passe devant le théâtre du Gymnase et je vois une pancarte indiquant lycée Thiers (homme politique dont on n’indique jamais le prénom). Pourquoi ne pas aller y faire un tour ; juste pour voir où il (le garçon du 26 vous vous en souvenez ?) travaille.
Petite place minable, hauts murs, fenêtres barreaudées, grande porte de fer …

Bref les Baumettes pour lycéens. Il y a quelques petits groupes qui fument et discutent mais personne ne fait attention à moi. Décidément je ne sais pas si le fait que ce lycée soit installé dans un ancien couvent des bernardines mais les garçons ne semblent pas très entreprenants. Rien à voir quand je passe (j’évite) devant Victor Hugo.
Je vais rapidement en me disant que si par hasard je tombais sur lui, il pourrait croire que je l’espionne.
Ou non il me dirait : « ah toi ! Mon rayon de soleil par ce froid soir de décembre, tu es venue me chercher ! Quel bonheur !»
Bref, je tourne dans une petite rue parallèle à la Canebière.
«Bonsoir, fifille»
Qui est cette dame qui me tutoie dans un style hypocoristique et un look terriblement sexy avec ses cheveux platine et sa jupe à mi cuisses ?
Tranquillement, je continue.
Venant vers moi je vois une jeune fille ; elle est plus âgée que moi c’est certain mais pas de beaucoup en revanche elle est très maquillée avec un look très sombre.
« Bonsoir, amour, tentée par Sapho ?»
J’en reste baba.
Je suis absolument terrifiée non par la situation que je vis mais par la pensée que je viens d’avoir.
 Elle est mignonne, ai-je pensé, avec ses cheveux noir et ses yeux noirs tristes qui tranchent sur la paleur de son visage. La seule touche de couleur est son rouge à lèvres. Curieuse, cette attirance soudaine vers ces êtres gothiques que je n’avais pas jusqu’à présent.

Non, ne croyez pas que je suis une petite sainte Nitouche je sais que des femmes vendent leur charmes depuis la nuit des temps et qu’il existe des amours féminines. Mais qu’on me fasse une telle proposition en life me gène ou du moins me surprend.
Je me réfugie au milieu de la chaussée et je cours vers le bout de la rue.
Arrivée sous les lumières de la Canebière, je ris (vous savez que je suis très rieuse sauf dans un cas). Quelle sotte je fais ! Personne ne veut m’attaquer. J’étais à 50 m de la Canebière. Pas du tout dans les quartiers chauds et interlopes de Marseille.
En revanche je comprends pourquoi les garçons de ce lycée ont un comportement curieux avec les filles sages (comme moi).
Je sais ce qu’il me reste à faire pour un jour prochain.
Je mets mes bottes (désolée mais je n’ai pas de cuissardes), une bonne couche de rimmel bleu océan, les lèvres enduites d’un rouge Ferrari. Inutile de me proposer du rose à joues, je rosis naturellement.
Je mettrai sans doute une paire de mouchoir pour me rehausser la poitrine.
« Alors beau brun ténébreux, tu causes ?»
J’éclate de rire cette fois sous le regard ahuri des passants.
Peu m'en chaut, je suis heureuse sans trop savoir pourquoi.
Voilà Flammarion, j’achète mon bouquin et je déambule un peu dans les allées.
Tiens, le fameux Kama Sutra dont me parlait ma copine. Voyons ce qu’il dit.
Bé c’est normal qu’une jeune fille s’instruise tout de même. Car ce n’est pas avec la sexualité des moules et la reproduction des petits pois que j’ai appris quelque chose de la vie.
Ah ! Une échelle de l’intensité amoureuse d’un homme :
1. Amour de l'oeil. (C’est quand ça fait Dzzibbb
2. Attachement de l'esprit. (Il pense quelquefois à moi)
3. Réflexion constante. (Il pense très souvent à moi)
4. Absence de sommeil. (Je hante ses rêves
5. Emaciation du corps. (Il pense tellement à moi qu’il en oublie le manger)
6. Dégoût des plaisirs et divertissements.
7. Mise à l'écart de la pudeur.
8. Folie.
9. Défaillance.
10. Mort.
Humm il doit en être au stade 2 vu qu’il semble parfois absorbé par ses pensées.

N’y aurait il pas des recommandations pour attirer un amoureux timide dans ce livre sulfureux ?
Il y a un chapitre entier sur les morsures !
Et un autre sur les coups d’ongles !
Ca alors !!!
Ce livre semble codé on y parle de lingam , de femme-cheval et de congrès. Je n’y comprends rien.
Ouch il me semble qu’il y a beaucoup de gens qui me regardent d’un air sévère, passons ailleurs.
Allez hop, la porte d’Aix et mon 26, puis direction le plateau de la Viste.
Sur le cours Belsunce, je m’achète un cornet de marrons chauds.
«Tu en veux un ?»
«Merci» dit-il en posant sur moi un regard aussi chaud que ces marrons.
Moi, je crois que je suis au stade 8.
S'acò's pas vuei, sara deman.
Et je ris encore.


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Alchimie de l’absence.

LUI
Super, les vacances de Noël.
Je vais pouvoir me reposer de ce difficile premier trimestre.
Bla bla bla

2er jour
Il me manque quelque chose, un je-ne-sais-quoi ... qui fait que la vie semble vide

JIMMY
Disons plutôt «je-ne-sais-qui» tout en sachant parfaitement qui.

LUI
M’enfin, Jimmy sois impartial !
Je vois cette fille du 26 au grand maximum 1 à 2 fois par semaine sans doute à cause des fluctuations des horaires des trolleybus, ou des différences des heures des rentrées de chacun de nous. Force est de constater qu’elle ne m’a jamais adressé le moindre sourire.

JIMMY
Et toi le moindre bonjour alors qu’elle vient systématiquement s’asseoir en face de toi.

3ieme jour
Bonjour, fille du 26

4ieme jour
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
 
8 ième jour
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26
Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26 … Bonjour fille du 26

On vous fait grâce des autres jours, mais ça empire de jour en jour.

SA MERE
Qu’as-tu, mon grand, à tourner en rond ?
Tu n’as plus d’appétit
Quelque chose ne va pas ?
Tu devrais sortir un peu, tu vas devenir neurasthénique

LUI
J’ai pas envie, m’en fous.

JIMMY
Et voilà nous avons atteint un stade 6.
Il va falloir le sortir de là rapidement.
C’est vrai, tu devrais sortir
Bessaï qu’elle sera dans le trolleybus ?
Va savoir.
Au moins tu pourras lui demander son prénom au lieu de dire «fille du 26»

LUI
Ah oui …
Je sors … à ce soir.
Je ne vous dis pas l’expédition pour aller en centre ville.
J’habite chemin du moulin du diable !
Quand tu donnes ton adresse, ton interlocuteur se signe.

Pour le trolley deux possibilités
Soit le 26 ou le 26 barré qui part directement de St Antoine aux heures de pointe.
Ahhhh …    C’est sans doute à cause de cela que je la loupe.

JIMMY
Et voilà les fonctions cérébrales sont en voie de rétablissement, malheureusement on risque une rechute au passage du plateau de la Viste.
 
LUI
Zut elle n’est pas là !
Elle est si mignonne, douce, calme, svelte, jolie … (20 lignes de cet acabit)

JIMMY
Un peu babalu le mec !
Je croyais que c’était une minotte plate comme un estoquefiche.

LUI
Quoi ? Je n’ai jamais dit cela, jamais !

JIMMY
Pôvre gàrri, il a une favouille qui lui ronge le jugement !


ELLE (dans sa maison)
(Reine plus sereine, elle lit des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore en identifiant le garçon du 26 à un oreiller)

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,
Plein de plume choisie, et blanc ! et fait pour moi !
Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,
Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291

Elle (dans sa chambre)

Et si j’écrivais un petit poème ?
Oh je sais, je suis une bien modeste poétesse
Je n’ai rien à voir avec Anna, Lucie, Marcelline ou les autres.

Voilà donc un petit sonnet irrégulier
De moi à lui
Ou peut être aussi de moi à nous.


*** Orgueil et Modestie ***

J’aimerais t’écouter,
Je suis si près de toi ;
Mais à quoi bon rêver,
Tu es si loin de moi.

Je n’aurai qu’à sourire
Pour entendre ton rire ;
Tu n’auras qu’à parler
Pour me voir chanter.

Mais aucun n’osera
Dans sa tour d’ivoire
Faire le premier pas.

Bien triste est un amour
Qui finit, et noire,
Une vie sans amour.


Moi.




caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Peinture 1

LUI (dans sa chambre)
Mais Jimmy d’où sort cette idée d’écrire un poème ? Tu sais très bien que je ne suis nul en français. En revanche je pourrais faire un dessin.
JIMMY
Excellent
LUI
Et voilà

JIMMY
Mais c’est quoi cette horreur !
C’est l’idée que tu te fais de ton égérie ?
C’est bourré d’erreurs
Elle a les cheveux d’un joli châtain et non d’un orange citrouille.
La coupe n’est pas bonne
Les yeux sont trop bleus, ils sont plus limpides, plus innocents, plus jolis
Elle a des gaouto gounfle comme aco
On dirait boufaréou !!
Sans parler du front, hydrocéphale sans doute ?
LUI
Tu vas t’aganter une panisse si tu continues !


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Peinture 2

LUI
Et comme ça c'est mieux ?


Jimmy
La coupe de cheveux va mieux,
le visage aussi
En revanche, le bleu des yeux est trop foncé
et l'imitation de Van Gogh n'est pas judicieuse pour un portrait


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
LOGIQUES

ELLE
Ce soir pas de poème, je suis couchée sur mon lit, un roman à la main.
(Pourquoi m’imaginez-vous, nue, en train de lire Monsieur Audiberti qui me parle d’inconnu ? Je ne vois pas l’allusion)
Je suis en train de lire le monde des non-A de van Vogt car le titre m’a intrigué.
Le récit, assez banal en science fiction, développe en outre une thèse philosophique qui porte sur l'identité, et sur l'attitude psychologique de l'homme face à son environnement.
Et c’est ainsi que je suis en train de découvrir la logique non aristotélicienne (ou non A) que van Vogt a puisé dans les idées énoncées en 1933 et contenues dans un livre assez obscur, par le polonais Korzybski auteur de l’aphorisme : « une carte n'est pas le territoire. ».
Je me suis fait une petite fiche de lecture sur les différences entre les deux logiques.

Logique aristotélicienne
1. A est A (principe d’identité)
2. A n’est pas non-A (principe de contradiction)
3. Il n’y a rien entre A et Non-A, (principe du tiers exclu)

Logique non aristotélicienne ou non-A
1. Deux évènement ne sont jamais parfaitement identiques, (principe de non-identité).
2. Un événement change constamment. A peut être aussi non-A, (principe de fluidité)
3. A peut être un grand nombre de choses différentes (principe de complexité)

Je me demande à quelle logique répond le microcosme ?
Je vais y réfléchir.



caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
17)  Des femmes.


LUI
Dis moi Jimmy la fille du 26 doit avoir une conscience comme toi n’est ce pas ?
Donc toi qui a accès aux hautes sphères célestes, tu pourrais suggérer à cette conscience que la fille du 26 m’offre un joli petit sourire pour débloquer l’histoire.

JIMMY
Impossible !
D’abord c’est à toi de faire le premier pas.
Deuxio les filles n’ont pas de conscience.

LUI
Pas de conscience ??

JIMMY
Effectivement, le concile de Mâcon ou celui de Trente, selon les légendes, leur ont donné une âme mais pas une conscience.

LUI
Ah. Et c’est quoi la différence ?

JIMMY
Disons qu’on parle à son âme et qu’on écoute (entend) sa conscience.

LUI
Diable! Le distingo est fort mince.
Que n’ai-je été cette «enfant malade et douze fois impur » pour m’éviter cette logorrhée permanente de bêtises insignifiantes dont tu m’inondes. Heureusement que quand je dors, tu ne parles plus.

JIMMY
Puisqu’on parle de femmes, elles vont faire leur entrée à la Bourse malgré l’opinion de Mme de Staël qui disait qu’on avait «raison d'exclure les femmes des affaires publiques et civiles».

LUI
Eh bien en voilà au moins une qui n’avait pas des peaux de saucisson sur les yeux.
Le vicomte de Ségur quant à lui affirmait que «les femmes acceptent aisément les idées nouvelles, car elles sont ignorantes ; elles les répandent facilement, parce qu'elles sont légères ; elles les soutiennent longtemps, parce qu'elles sont têtues.»

JIMMY
Puisqu’on est en train de piller ton dico Marabout des citations du monde entier de Karl Petit (que tu devrais éviter de sortir pendant les DS de français) on peut rajouter cette citation là de Faulkner : «Les femmes ne sont que des organes génitaux articulés et doués de la faculté de dépenser tout l'argent qu'on possède.»

LUI
Ah ah ah ! (gros rire bien gras)

JIMMY (en aparté subliminale)
Notez bien qu’il est en train de dessiner sa dulcinée et de baver sur les femmes.
Non, pas moi.
Parce que je suis non sexué et  je ne fais qu’utiliser les informations disponibles.


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Amour quantique

Elle (toujours dans sa chambrette à écouter le canadien Léonard Cohen)

Il serait absurde de dire que je te plais,
Puisque tu ne me parles pas.
Autant qu’il est absurde de dire que tu me plais,
Si je ne te réponds pas.
C’est d'ailleurs absurde qu’on se ne parle pas,
Et c’est logique puisque je ne te plais pas.
Mais c’est absurde si tu me plais.
...

Et c’est là qu’arrive le premier incident de logique
Lui plais-je ?
Ne lui plais-je pas ?
Ou bien existe-il un troisième état ?

Dans ce cas  nous allons directement vers une logique non-A avec un état tiers indéterminé.

Cette indétermination me rappelle cette abominable expérience du chat de Schrödinger.
Je dis abominable car j’aime les minous
Dans cette terrible expérience, un pauvre chat est enfermé dans une boite avec un flacon de gaz mortel qui sera brisé lors de la détection d’une désintégration d'un atome d'un corps radioactif. (état quantique aléatoire)

Le chat est il mort ? ou vivant ? ou bien ???
Tant que la boite n’est pas ouverte on peut considérer que ce chat quantique est dans un état mort/vif (interprétation de Copenhague)

Vous n’avez rien compris ?
Bé pour  moi c’est pareil en amour !
Vous avez noté que c’est une des rares fois où j’ai prononcé ce mot.

Ah! il faudra que je vous parle de la chanson "le partisan" de L. Cohen
Bonne nuit


caramentran

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 291
Stases amoureuses


LUI (dans sa chambre-atelier)
Et voilà c’est fini
C’est bien non ?

JIMMY
C’est une nouvelle conquête ?

LUI
Pas du tout c’est Martine

JIMMY
Ah !
Drôle de trogne ; on la reconnait pas très bien.
Elle a quoi sur la tête ?
Elle a de magnifique cheveux longs d'habitude.

Celle-qui-n’a-pas-de-nom a disparu de ton horizon sentimental ?

LUI
Loin des yeux, loin du cœur.
Tu as remarqué que depuis cet éloignement je suis plus calme, équilibré et serein.
J’étais sûr que ça n’allait pas durer bien longtemps.
3 ou 4 rencontres sans paroles sur les sièges d’un bus.
C’est d’un romantisme…
Et hop c’est fini avant de commencer.
Triste fin pour un si grand amour.

JIMMY
Tu devrais éviter de blasphémer.
Simple arrêt sur image.

LUI
Blasphémer ?
Demain, le lycée recommence.
Et tu verras ma grande sérénité durant la transhumance.


 

SMF spam blocked by CleanTalk