Marseille Forum

Lancement du livre Marseille en procès, librairie l'Odeur du temps, 19 janvier

Marielabeille · 6 · 1298

Marielabeille

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5797
  • Si tu veux que Marseille soit belle, fais ta part
Citer
Comment en finir avec un siècle d'intoxication médiatique sur Marseille?

Après-demain jeudi 19 janvier à 19h
à la Librairie L'Odeur du Temps
35 Rue Pavillon, Marseille

Lancement de l'ouvrage
MARSEILLE EN PROCÈS de Michel Samson
Coédition La Découverte / Wildproject
216 p., 17€

“Avec ce livre, il est désormais impossible à qui que ce soit, sauf aux imbéciles, de dire que Marseille est une ville mafieuse.”
– Michel Péraldi

“Une démarche essentielle dans le contexte d’intoxication médiatique qui est le nôtre. Que faire quand le mensonge devient plus crédible que toute réalité ?”
– François Bernheim, MEDIAPART

https://www.facebook.com/events/262336014207668/


chris4

  • Collègue qui boulègue
  • ****
    • Messages: 1249
Apparemment il s'agit d'une excellente initiative, mais que dit ce livre plus précisément ?
Il y en a déjà eu d’autres sur le sujet, mais il est difficile de renverser la vapeur face à la puissance de nos adversaires.

Autrement, les calomnies sur notre ville sont distillées depuis des dizaines et des dizaines d'années par les médias parisiens qui profitent de leur monopole.

Une de leur perle (parmi des centaines d’autres)  entendue sur une chaîne de radio basée à Paris :
 Hold-up dans une banque dans la banlieue de  Marseille, à Brignole ( en réalité ville du Var située à 70 km).


Marielabeille

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5797
  • Si tu veux que Marseille soit belle, fais ta part
Je ne l'ai pas lu, je ne suis pas sûre de le faire, mais j'ai toute confiance en l'éditeur qui est quelqu'un de très juste, il ne publierait pas un texte à charge ou à décharge. Il y a quelques éléments sur le résumé du livre ou l'introduction que j'ai repris par ailleurs sur le forum, les voici :

http://wildproject.org/marseille-en-proces

Citer
Marseille, capitale du crime en France : une réputation (presque) mondiale. Les délinquances y seraient bien plus nombreuses et plus graves que dans les autres villes françaises. Y prospéreraient de puissants réseaux bénéficiant de la complicité de décideurs politiques locaux, impliqués dans divers trafics. Et supposés suffisamment influents pour que police et justice soient à leurs ordres. Marseille serait ainsi gangrenée par une mafia qui en tiendrait les commandes.

Enquêtant au quotidien depuis des décennies sur les réalités marseillaises, Michel Samson a voulu savoir comment ce mythe – car c’en est un – a pu naître et, surtout, pourquoi il reste si vivace. D’où une nouvelle enquête, dont rend compte ce livre au ton vif, truffé d’informations. Après avoir décortiqué les ressorts d’une légende construite depuis les années 1930 par des centaines de films, de livres, d’articles et d’émissions, l’auteur raconte cette réalité à partir d’un observatoire privilégié : le palais de justice de Marseille, où sont jugées les personnes accusées des délits et des crimes qui s’y commettent – et d’autres aussi…

On y découvre les "comparutions immédiates", qui jugent à la chaîne les délinquants ordinaires, comme ailleurs en France : voleurs de voitures, conducteurs sans permis, vendeurs de shit, chefs de réseau, escrocs divers… Une autre délinquance parle d’escroqueries d’ampleur ou de détournements de fonds publics, là aussi comme ailleurs. Et devant les assises, comparaissent enfin les auteurs de crimes. De "règlements de comptes" notamment, dont on découvrira que, contrairement au cliché médiatique, ils sont moins nombreux aujourd’hui qu’hier. En bref, une entreprise de démystification aussi instructive que salutaire.


Edité le : 10 Janvier 2017 à 15:07:18
Extrait de l'introduction :
Citer
Marseille est habituée depuis longtemps à créer des légendes noires. Dès 1881, l'inventeur de Tartarin de Tarascon Alphonse Daudet racontait l'ascension de la « mafia méridionale » dans son roman Numa Roumestan, à travers celle d'un « menteur professionnel, sans conviction politique ». Image qui sera bien utile au général Joffre plus de trente ans après : il expliquera l'effondrement de son plan de campagne d'août 1914 en faisant savoir au journal Le Matin que le « recul en Lorraine » était le fruit de la « lâcheté des Méridionaux du XVe corps ». Alors qu'il était bel et bien dû à l'état-major de l'armée française, lequel avait tablé sur l'« élan généreux de l'infanterie », les « pantalons rouges », quand l'état-major allemand jouait sur la nouvelle façon de faire la guerre en utilisant d'abord l'artillerie lourde.

Depuis lors, d'innombrables livres ont de même faussement « documenté » la légende de la « Marseille délinquante » (même si une partie de leur contenu reste souvent bien informée) : Bandits à Marseille (1968), Quai du Belge (2001), La Saga Guérini (2003), Les Parrains de la Côte (2007), L'Immortel (2008), Marseille mafias. Ce que personne n'ose dire (2012), Ordures Connection (2012), Marseille ma ville (2013), Marseille le roman vrai (2016) – mieux vaut arrêter là une liste interminable… Ces ouvrages sont presque toujours l'oeuvre de journalistes, eux-mêmes victimes de ces croyances dont nombre de policiers qui les informent sont aussi des porteurs convaincus. Au moins quand ils parlent aux plumitifs. L'affaire est plus grave quand les auteurs sont des spécialistes dont on attend plus de sérieux sur le sujet. Ainsi de l'éminent historien américain Alfred William McCoy (né en 1945), professeur d'histoire du Sud-Est asiatique à l'université du Wisconsin à Madison. Son livre The Politics of Heroïn in Southeast Asia, publié en 1975, est une somme universitaire peu contestable. Pourtant les passages concernant Marseille sont issus de livres écrits par des journalistes (notamment le journaliste sportif Eugène Saccomano, dont les compétences concernaient d'autres domaines) et reprennent des erreurs dont des recherches contemporaines ont montré qu'elles relevaient de caricatures de l'histoire.

Cette vision légendaire du réel devient plus embarrassante encore quand elle est reprise par un procureur de la République française, comme Jacques Dallest, qui en a fait son miel dans un livre publié en 2015. Dans un chapitre intitulé « Tueries à Marseille », cet homme de justice qui a officié cinq ans à Marseille (de 2008 à 2013) y recycle quelques poncifs pour décrire une ville qu'il prétend pourtant bien connaître. Il écrit ainsi qu'à la fin du XIXe siècle, « la bande dite des Étrangleurs faisait régner la terreur dans les rues », affirmation pour le moins hasardeuse : on vivait à peu près normalement à Marseille à cette époque. Cette vision historique approximative l'animait-elle déjà quand il déclarait à chaud, en novembre 2010, à la cité du Clos La Rose (XIIIe arrondissement) où un adolescent de seize ans venait d'être tué d'une rafale de Kalachnikov : « On n'est plus à Marseille, on est dans les favelas de Rio » ?


jipé_du_34

  • Figure du forum
  • ******
    • Messages: 2104
  • Make Love not War
Bonjour,

oui, enfin, méfiance quand même (en général) car même le meilleur éditeur, honnête, intègre, peut se faire bananer par un autre sans scrupules mais qui a l'air bien propre sur lui :
Je ne l'ai pas lu, je ne suis pas sûre de le faire, mais j'ai toute confiance en l'éditeur qui est quelqu'un de très juste, il ne publierait pas un texte à charge ou à décharge. Il y a quelques éléments sur le résumé du livre ou l'introduction que j'ai repris par ailleurs sur le forum, les voici :

http://wildproject.org/marseille-en-proces

Citer
[...] Depuis lors, d'innombrables livres ont de même faussement « documenté » la légende de la « Marseille délinquante » (même si une partie de leur contenu reste souvent bien informée) : Bandits à Marseille (1968), Quai du Belge (2001), La Saga Guérini (2003), Les Parrains de la Côte (2007), L'Immortel (2008), Marseille mafias. Ce que personne n'ose dire (2012), Ordures Connection (2012), Marseille ma ville (2013), Marseille le roman vrai (2016) – mieux vaut arrêter là une liste interminable…
Je rappelle juste que celui que j'ai mis en gras est truffé de fautes d'orthographe mais aussi de typographie qui rendent les phrases parfois incompréhensibles, plus quelques erreurs sous la forme d'inversion de date (une personne est morte à une date sur une page et la page d'après elle est juste malade à une date postérieure !) et une énorme erreur historique dont j'ai déjà parlé, il me semble (et flemme de rechercher...)


Marielabeille

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5797
  • Si tu veux que Marseille soit belle, fais ta part
Tu remarqueras que le livre n'est pas cité comme une référence absolue, mais comme un des ouvrages ayant documenté la légende de la Marseille délinquante ;)


jipé_du_34

  • Figure du forum
  • ******
    • Messages: 2104
  • Make Love not War
Tu remarqueras que le livre n'est pas cité comme une référence absolue, mais comme un des ouvrages ayant documenté la légende de la Marseille délinquante ;)
Vi, mais ce sur quoi j'ai rebondi, c'est (que j'ai oublié de quoter) :
Citer
Depuis lors, d'innombrables livres ont de même faussement « documenté » la légende de la « Marseille délinquante » (même si une partie de leur contenu reste souvent bien informée) […]
Phrase très certainement valable pour tous les autres mais beaucoup moins pour le seul que j'ai lu de toute la liste.
Oui, je rends un avis partisan.  :-P
 :smt058


 

SMF spam blocked by CleanTalk