Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Mail d'activation perdu ?

Marseille hier


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

la peste de 1720 à Marseille

1 ... 4 5 6 Bas de page
Dèdou - #100 - 06 Mai 2012 à 00:07:44
Longo mai !
*****
Messages: 1805


C'est nous les gars de la marine...




La peste...: tiens ça me fait penser à Raimu :

" Et si quelqu'un à bord avait la peste, ne lui parle que de loin et ne le fréquente plus, même si c'était ton meilleur ami. L'amitié est une chose admirable, mais la peste, c'est la fin du monde."

 Rolling Eyes

Je viens du Sud, et par tous les chemins j'y reviens...
bienvenou - #101 - 26 Mai 2012 à 12:28:23
Chourm(o)/(ette)
**
Messages: 132


je vis ailleurs ,mais mon coeur est à marseille


WWW

L’amour à l’épreuve de la Grande Peste
Alors que d’importantes fouilles archéologiques sont en cours
dans le quartier d’Arenc, sur le site de l’ancien lazaret d’où serait
partie la Grande Peste de 1720, un roman historique vient de sortir,
relatant les bouleversements que cette catastrophe sanitaire a
provoqués au sein de la société marseillaise. Suite à lamise en quarantaine
de la ville, les relations entre les habitants en avaient en
effet été profondément affectées, suscitant des conflits aux conséquences
parfois aussi dramatiques que la maladie elle-même.
C’est ce qu’expliqueNicole Descours en situant l’intrigue de son
ouvrage au coeur de cette année funeste. L’auteur qui à 90 ans
continue d’arpenter les bibliothèques pour parfaire sa documentation,
aborde également dans son livre la cohabitation difficile, en
ce début de XVIIIe siècle, entre deux grandes confessions ; une jeune
protestante se voyant refuser par sa famille et le clergé le droit
d’épouser Jean, le charpentier de marine catholique dont elle est
amoureuse.
➔"Sarah, Marseille 1720", de Nicole Descours, aux éditions Michel de Maule. 200 pages.
Prix : 20¤.

 

jipé_du_34 - #102 - 04 Septembre 2017 à 11:53:21
Longo mai !
*****
Messages: 1985


Make Love not War




Salut,

je réactive ce vieux fil car, comme je dis toujours, "tout sert à tout, in the life", et en l'occurrence, une amie me parle hier d'un docu passé samedi soir sur "Numéro 23" (une chaîne que je ne regarde jamais pour cause de mise en page mal foutue de mon programme téloche) sur.. la peste, ben oui (sinon je ne posterai pas là, enfin !  Razz)

Ce matin j'ai donc foncé sur le web, sur le site, option replay http://www.numero23.fr/replay/ et je ne peux pas fournir de lien direct vers le film, c'est mal foutu, mais voilà une copie d'écran pour ceux qui veulent y aller voir :


Et comme d'habitude je reste perplexe face à ce qu'on me dit d'un côté et ce que je lis d'un autre, exemple avec cette histoire de messe du vœu des échevins (notez les dates des posts, à comparer avec le docu, réalisé dans la seconde moitié de 2012) :
Les traditions se perdent... Les échevins, commerçants et banquiers qui avaient consacré Marseille au Sacré-Coeur, et juré une journée éternelle de commémoration si la peste cessait... ont depuis quelques années renoncé à cette journée "fériée à Marseille".
Quand on était minots on appelait cela "la journée du Maire", zou un jour de vacances ! C'était, pourquoi pas, une occasion d'expliquer un peu cette histoire aux enfants des écoles.
Toutes les banques respectaient cette tradition et restaient fermées.
A ma connaissance je n'en connais plus qui respectent encore cela ?

Aujourd'hui donc seul le 1er échevin actuel (le Maire) et les représentants de la chambre de commerce (qui offre un grand cierge symbolique) renouvellent leurs "voeux" en l'église du Sacré-Coeur du Prado.

Le commerce a repris........
Et dans le docu on peut entendre, presque à la fin (48:45), "depuis lors et jusqu'à nos jours, la messe du vœu des échevins est célébrée chaque année à la mi-juin".
Ou alors il n'y a plus que la messe, de nos jours ?

je m'en souviens très bien de "journée du Maire" Dancing
mais je n'avais pas la mémoire de la raison pour laquelle existait ce jour de vacances, formidable d'avoir rappelé cette tradition et sa raison
Et moi je n'ai aucun souvenir de cette date, pourquoi n'y a-t-il rien dans ma mémoire ? Pourtant je suis allé à l'école (puis au bahut) de 1953 ou 4 à 1968, ça aurait dû me laisser des traces, non ?


Par ailleurs,
l'ancre du Gst Antoine a été récupérée et dans un port du côté de la Pointe rouge (secret chut, j'irais la photographier, à moins que notre ami Cépé1 s'il lit ce fil, et par relations... nous fasse parvenir cette photo)
Complètement à la fin du docu, à 51:00 on peut entendre et voir "Les Marseillais ont de la mémoire et beaucoup d'entre eux ont senti leur cœur se serrer à la fin de l'été 2012 lorsque l'ancre du GSA enfin repérée a pu être sortie des fonds marins où elle gisait depuis près de 300 ans."
Vous croyez vraiment que cette ancre zonait dans ce bassin maçonné depuis près de 300 ans, genre la maçonnerie a été construite autour de l'ancre sans que personne ne remarque sa présence ? C'est quoi ce délire ?


Alors, où est la Vérité ?


le 9 janvier............... il n'y a pas une seule personne de ce forum qui ne sait pas où et ce qui va se passer ce jour-là Very Happy
Si, moi !
Quelqu'un pour éclairer ma lanterne ?
« Dernière édition: 04 Septembre 2017 à 11:56:19 par jipé_du_34 »

fmbr - #103 - 06 Septembre 2017 à 19:15:04
Figure du forum
******
Messages: 2755



WWW

Citation
Vous croyez vraiment que cette ancre zonait dans ce bassin maçonné depuis près de 300 ans, genre la maçonnerie a été construite autour de l'ancre sans que personne ne remarque sa présence ? C'est quoi ce délire

je pense que c'est un bassin de dessalage pour maintenir sous eau des pièces qui y ont passé quelques siècles et qui se dégraderaient rapidement une fois au contact de l'oxygène de l'air.
jipé_du_34 - #104 - 06 Septembre 2017 à 22:23:04
Longo mai !
*****
Messages: 1985


Make Love not War




je pense que c'est un bassin de dessalage [...]
Ah, peut-être bien, auquel cas, les concepteurs du documentaire auraient pu tourner leur phrase autrement :
Citation
à la fin de l'été 2012 lorsque l'ancre du GSA enfin repérée a pu être sortie des fonds marins
-->
Citation
à la fin de l'été 2012 lorsque l'ancre du GSA repérée il y a quelques années et transférée dans un bassin de dessalage a pu enfin en être sortie et rendue à ses admirateurs.
Ça correspondrait mieux à ce qu'on voit sur les images.

Et par ailleurs, comme je suis curieux, j'ai refarfouillé un peu le web et je suis tombé sur un truc très polémique, àmha : le GSA ne serait pas à l'origine de la peste, elle était parait-il déjà là ! À lire ici...

EDIT : si jamais le site que j'ai indiqué est un jour réorganisé, le lien sera mort, alors je vous recopie l'article :
Citation
La Grande Peste de Marseille de 1720 n'est pas venue d'Asie. Le bacille tueur était sur place

Par Bernadette Arnaud le 31.01.2016 à 14h00
De nouvelles analyses révèlent que l’épidémie de peste qui a ravagé Marseille au 18e siècle ne venait pas d’Asie, comme on le pensait jusqu’alors, mais est une résurgence de la grande Peste noire ayant dévasté l’Europe… quatre siècles plus tôt.

BACILLE. C'est un mythe qui tombe. Et les résultats de cette étude surprenante vont contraindre les historiens à examiner d'un autre œil tous les grands épisodes de peste qui ont surgi en Europe entre le 14e siècle et le 18e siècle ! Une équipe de l'Institut Max-Planck (MPI), en Allemagne est en effet parvenue à reconstituer le génome du bacille Yersinia pestis, à l'origine de l'épidémie de peste qui a ravagé Marseille entre 1720 et 1722. Ce travail prouve que le terrifiant pathogène ne venait pas d'Asie, comme on le croyait jusqu'alors, mais descendait directement du responsable de la première pandémie ayant ravagé l'Europe au 14e siècle, connue sous le nom effrayant de "peste noire". Entre 1342 et 1353, elle avait en effet décimé près de la moitié de la population de l'Europe ! Autrement dit, "le bacille de cette peste noire médiévale a persisté localement pendant plusieurs  siècles avant de resurgir brusquement !", explique le paléopathologiste Olivier Dutour, directeur du laboratoire d'anthropologie biologique Paul Broca de l'Ecole pratique des Hautes Etudes à Paris, l'un des signataires de l'étude.

"Les rats ne sont pas seuls en cause"
Les analyses ont été réalisées à partir d'éléments pathogènes prélevés dans la pulpe dentaire de plusieurs individus décédés au 18e siècle à Marseille et retrouvés dans des fosses de pestiférés. Jusqu'alors, l'histoire établissait que l'origine de l'épidémie de peste apparue dans la cité phocéenne provenait du Grand-Saint-Antoine, un navire arrivé le 25 mai 1720 en provenance du Levant, et dont la cargaison composée d'étoffes de coton avait été contaminée par le bacille de Yersin, via des puces de rats. De graves négligences, une mise en quarantaine non respectée des passagers et des marchandises avaient fait le reste, permettant à la maladie de se propager dans la ville comme une traînée de poudre, entraînant la mort de 40 000 personnes sur les 90 000 habitants, avant de gagner toute la Provence et faire plus de 120 000 victimes !

ANTIBIOTIQUES. De nombreuses questions demeurent toutefois en suspens. En effet, on ne connait toujours pas précisément quels ont été les mécanismes qui ont conduit à la brusque disparition de la peste en Europe. Ni surtout la liste exhaustive des animaux susceptibles d'avoir constitué son réservoir permanent sur place ! "Car les rats ne sont pas seuls en cause", ajoute le paléopathologiste. En ce début de 21 siècle, on compte encore plusieurs milliers de cas de pestes dans le monde, dont la majorité est située en Afrique. La plupart des souches connues, en particulier aux Etats-Unis et Canada, sont des descendantes directes de la souche apparue en Chine à la fin du 19e siècle, identifiée en son temps par le franco-suisse Alexandre Yersin (1863-1943) (lire Sciences et Avenir N°789). Un traitement à base d'antibiotique permet de réduire le taux de mortalité, sauf à Madagascar où des souches résistantes se sont développées. En France, les derniers cas de peste déclarés remontent à 1945, en Corse, la maladie ayant depuis été totalement éradiquée en Europe de l'ouest. Perdure-t-elle ailleurs ? Dans des populations animales des steppes russes ou en Asie centrale ? La question est posée.
« Dernière édition: 07 Septembre 2017 à 08:15:33 par jipé_du_34 »

Bellezize - #105 - 30 Décembre 2017 à 10:38:32
Collègue qui boulègue
****
Messages: 847




Pétard, des morts de la peste de 1720, le sous-sol de Marseille doit en être caffi !!!
 

Bon nombre de morts ont d'ailleurs été enterrés  selon les archives,autour de la cathédrale de la Major.
des cadavres ont été déterrés et les souches e bacilles de Yersin ont été analysés et il s'avère que les bacilles sont les mêmes que ceux qui ont dévasté l'Europe les siècles précédents et que l'origine orientale de la maladie est fortement sujette à controverse!

BelZ
1 ... 4 5 6 Haut de page
  •  
Aller à: