Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Mail d'activation perdu ?

Marseille hier, aujourd'hui et demain


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

boues rouges suite..

1 2 3 4 Bas de page
Belphegor - 05 Septembre 2013 à 13:43:15
Invité


http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-dubuquoy/220813/linstitut-de-leconomie-circulaire-un-outil-de-greenwashing-au-profit-des-industries-polluantes

Pour produire de l'Alumine à partir de la Bauxite ALTEO utilise le procédé Bayer datant de la fin du 19° siècle. Ce procédé génère des boues rouges, déchets industriels composés d'eau, de minéraux, de soude et de métaux lourds tels que l'arsenic, le mercure, le plomb, l'aluminium, le chrome, le vanadium et le titane. 4 à 5 tonnes de bauxite sont nécessaires pour obtenir 2 tonnes d'alumine. Les 2 ou 3 tonnes de boues rouges restantes sont soit rejetées en mer ou stockées à terre soit valorisées sous différentes formes.

Dans les années 60, l'industriel Pechiney alors proprietaire de l'usine de Gardanne, a choisi pour des raisons économiques  de rejeter la majorité de ses boues rouges en mer Méditerranée. Les boues restantes sont stockées à proximité de l'Usine à « Mangegarri » sur la commune de Bouc Bel Air.
fmbr - #1 - 05 Septembre 2013 à 13:50:55
Figure du forum
******
Messages: 2702



WWW

va pas chercher loin


fosse de Cassidaigne au large de Cassis.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fosse_de_Cassidaigne

et le beau lac "rouge" au sommet de la colline entre Gardanne et Bouc bel air
Belphegor - #2 - 05 Septembre 2013 à 13:59:21
Invité


je sais
bateson - #3 - 15 Octobre 2013 à 18:50:13
Marius/Fanny du Forum
***
Messages: 365




C'est probablement un des gros désastres environnementaux des dernières décennies ces boues rouges..
Je me pose des questions sur les poissons qu'on pêche la bas sachant que la pollution se diffusion sur un rayon de 30km

Et on entend jamais rien a ce sujet, aucune émission tv, rien.. C'est l'omerta totale.


Hottuna - #4 - 15 Octobre 2013 à 18:55:26
Fada(de) du forum
*******
Messages: 4964





J'ai mangé de bon merlans, péchés en plein dedans, pour l'instant, çà va  Very Happy
vabe - #5 - 15 Octobre 2013 à 21:58:21
Tranquille collègue
*
Messages: 82




Interdit en 2015.... Il était temps
L'homme est un loup pour l'homme
Voilo - #6 - 01 Décembre 2013 à 16:34:23
Oh jeune !
*
Messages: 1




Bonjour à tous!
C'est mon premier post sur ce forum. Je suis marin depuis toujours (du Québec) et tout ce qui touche au milieu marin me préoccupe. J'aimerais savoir si des développements nouveaux sont survenus dernièrement concernant les boues rouges rejetées en mer par Altéo. Je sais que fin 2015 ça devrait cesser, mais j'ai lu quelquepart qu'Altéo faisait des démarches pour continuer à faire des rejets liquides en mer.
Au début de l'année Véolia s'est associé à une compagnie québécoise pour éliminer ce genre de boues et je me demandais s'il n'y avait pas de rumeurs de projets pour valoriser ces boues rouges par Veolia.
Merci de toute information pertinente, et je ccontinue à suivre votre forum...
jipé_du_34 - #7 - 11 Décembre 2014 à 23:25:49
Longo mai !
*****
Messages: 1946


Make Love not War




(...) Et on entend jamais rien a ce sujet, aucune émission tv, rien.. C'est l'omerta totale.

Oui je sais, je déterre un vieux sujet (oh, 14 mois, on a vu pire !) mais comme on vient d'en parler 15 minutes aux infos du soir de la 3, j'ai pensé que certains voudraient peut-être jouer avec pluzz.

Âmes sensibles s'abstenir, certaines images c'est pas joli joli (mais ça reflète bien la mentalité de l'humanité...)

hub69 - #8 - 12 Décembre 2014 à 10:52:52
Invité


Bonjour à tous!
C'est mon premier post sur ce forum. Je suis marin depuis toujours (du Québec) et tout ce qui touche au milieu marin me préoccupe. J'aimerais savoir si des développements nouveaux sont survenus dernièrement concernant les boues rouges rejetées en mer par Altéo. Je sais que fin 2015 ça devrait cesser, mais j'ai lu quelquepart qu'Altéo faisait des démarches pour continuer à faire des rejets liquides en mer.
Au début de l'année Véolia s'est associé à une compagnie québécoise pour éliminer ce genre de boues et je me demandais s'il n'y avait pas de rumeurs de projets pour valoriser ces boues rouges par Veolia.
Merci de toute information pertinente, et je ccontinue à suivre votre forum...


Charito - #9 - 12 Décembre 2014 à 17:25:46
Forumeu(r)/(se) aïolisé
**********
Messages: 12039





(...) Et on entend jamais rien a ce sujet, aucune émission tv, rien.. C'est l'omerta totale.

Oui je sais, je déterre un vieux sujet (oh, 14 mois, on a vu pire !) mais comme on vient d'en parler 15 minutes aux infos du soir de la 3, j'ai pensé que certains voudraient peut-être jouer avec pluzz.

Âmes sensibles s'abstenir, certaines images c'est pas joli joli (mais ça reflète bien la mentalité de l'humanité...)

Donc je m'abstiendrais parce qu'en ce moment .. comment dire ? Ras le bol de toutes ces situations catastrophiques où ta volonté n'entrera jamais en compte !  Speak to the hand
bruno saurez - #10 - 23 Août 2015 à 18:35:03
Chourm(o)/(ette)
**
Messages: 203



WWW

Calanques à la sauce rouge
Menace renouvelée des rejets industriels de l’usine Altéo de Gardanne



Texte extrait du numéro de l’écho des Calanques de juillet 2015 de l’Union Calanques littoral

Les Calanques sont de nouveau menacées par les rejets industriels, devenus liquides, de l’usine Altéo de fabrication d’alumine de Gardanne. Actuellement, on sait que l’énorme masse des boues rouges s’est répandue au large de Cassis depuis au-delà de Toulon jusqu’à Fos.

Chronologie des événements – Tragi-comédie en 13 actes


ACTE 1 : Création du Parc National des Calanques le 18 avril 2012. Ce site, d’une exceptionnelle valeur, va enfin (du moins le croyions nous…) être à l’abri de toute souillure, de toute dégradation, de toute pollution, de toute nuisance.

ACTE 2 : Dans ce contexte et à la grande satisfaction de tous, la firme Altéo prend l’engagement d’arrêter ses rejets de boues rouges en mer au large de Cassis, à la fin de l’année 2015, date de la fin de la concession accordée à Péchiney en 1965 pour 50 ans.

ACTE 3 : Tout le monde croyait que l’engagement portait sur l’arrêt complet de tout rejet industriel. On avait mal compris ! Pourtant dans sa plaquette « Les As de Gardanne », numéro spécial d’octobre 2012, Altéo s’engageait sans retenue. On peut y lire, en effet : « L’usine de Gardanne s’est engagée à arrêter les résidus de bauxite en mer fin 2015. La promesse sera tenue ». En fait, la subtilité était de comprendre : l’arrêt des résidus épais.

En effet, le groupe Altéo a mis en place des filtres-presses permettant d’extraire la partie épaisse des résidus pour en faire de la « bauxaline », matériau utilisable pour divers usages, notamment dans le domaine des travaux publics et du bâtiment. Ne sachant que faire de l’eau qui sort des filtres-presses, Altéo envisage de la rejeter au même endroit au large de Cassis et par la même canalisation. Pour ce faire, suivant la législation, Altéo s’est trouvée dans l’obligation de demander son avis au Parc National des Calanques.

Or, ces effluents liquides contiennent un cocktail de produits toxiques, mais d’après Altéo leur très faible concentration leur permettrait de se disperser sans dommage dans l’immensité marine. Altéo oublie simplement que la plupart de ces poisons sont rémanents, c’est-à-dire indestructibles et qu’ils n’auront de cesse de s’accumuler dans les eaux du Parc National des Calanques.

ACTE 4 :
Surprise !  Le 11 juillet 2014, le Conseil scientifique du Parc National donne son feu vert pour ces rejets ; décision pour le moins surprenante ! Il estime que le rejet futur, tel que décrit par l’industriel, ne devrait pas altérer de façon notable le milieu marin…à condition qu’un objectif de réduction croissante des pollutions résiduelles soit imposé à Altéo.

Dans la foulée, une décision tout aussi inattendue est prise le 8 septembre 2014 par le Conseil d’Administration du Parc National. Il donne un avis favorable au rejet à Cassis des eaux polluées sortant des filtres-presses : sur 48 votants, on compte 30 pour, 16 contre et 2 nuls. Même si elle est assortie d’exigences de réduction progressive des pollutions résiduelles, c’est une décision incroyable pour un organisme dont la mission prioritaire est la défense de la nature !

La divulgation de cette décision provoqua une vive réaction dans le monde associatif, à commencer par les associations et collectifs, dont Union Calanques Littoral, présents devant le Centre des Congrès où ont délibéré les administrateurs du Parc.

ACTE 5 : Dans un communiqué de presse, en date du 19 septembre 2014, la ministre, Ségolène Royal, refuse catégoriquement d’entériner la décision du Parc National des Calanques. Elle y précise notamment :

[*]Les filtres-presses étant déjà opérationnels, l’entreprise doit les mettre en service sans attendre la date butoir du 31 décembre 2015.
[*]L’autorisation de rejets liquides ne sera pas accordée par l’Etat, malgré l’avis du Conseil d’Administration du Parc, car il faut viser un objectif zéro rejet d’arsenic et de métaux lourds en mer.

On ne peut être plus clair !

ACTE 6 : Ségolène Royal saisit, le 20 septembre 2014, la BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) pour une expertise indépendante qui devrait être rendue dans les deux mois. Elle saisit ensuite également l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité sanitaire de l’environnement et de l’alimentation) pour évaluer, enfin, l’impact du rejet actuel !

Surprise ! Le BRGM est lié à ALTEO dans le cadre d’un projet européen de valorisation des boues rouges d’un montant de 45 millions d’euros. Ce partenariat entre privé et public ne risque-t-il pas d’interférer dans l’impartialité de l’expertise ?

ACTE 7 : Le 11 décembre 2014, le BRGM rend ses conclusions qui ne seront rendues publiques que le 26 mars 2015. Le 2 février 2015, l’ANSES rend ses conclusions qui ne seront portées à la connaissance du public que le 4 avril 2015.

ACTE 8 : Le 2 février 2015, à l’issue d’un travail de 3 mois, l’ANSES fait connaître ses conclusions qui sont en contradiction avec celles d’Altéo.

Les estimations de l’ANSES du risque sanitaire pour l’arsenic, le plomb et le mercure sont plus élevées que celles d’Altéo, dans l’étude d’un échantillonnage de poissons. Toujours d’après l’ANSES, le rejet des effluents liquides constituerait une source indéniable de pollution, entre autre par sa dispersion prévisible jusqu’à la côte et donc vers les plages. Des études complémentaires seraient nécessaires pour le confirmer.

ACTE 9 : Le 26 mars 2015, le rapport du BRGM est rendu public. Le BRGM, après avoir étudié un certain nombre de solutions techniques, avec leurs avantages et leurs inconvénients, précise à la fin de son rapport :
« Les conclusions des études réalisées par Altéo et qui ont conduit à retenir, parmi l’ensemble des alternatives et sous-alternatives étudiées, la solution « flitre-presse puis filtration sous pression avant rejet en mer » apparaissent donc pertinentes pour le BRGM. C’est la seule solution opérationnelle à fin 2015 qui ne remet pas en cause la continuité de l’activité industrielle. L’intégration d’une étape de traitement physico-chimique (neutralisation/décantation/filtration) pour l’élimination plus efficace des métaux (solution combinée) est une opportunité qui mériterait d’être étudiée plus en détail, mais dont la faisabilité et l’avantage environnemental ne sont pas démontrés à ce stade, avec des coûts qui restent à préciser. Les technologies de traitement des résidus solides de bauxite ou boues rouges (filtration par filtres-presses) sont bien les plus optimales pour arrêter totalement leur rejet en mer d’ici fin 2015, comme Altéo s’y était engagé ».

En outre, le BRGM :
[*]N’ayant pas identifié de solutions permettant de supprimer totalement les effluents liquides, conclut que leur rejet en mer est donc inévitable.
[*]Reconnait que cette filtration ne permettant pas d’éliminer la totalité des matières en suspension, arsenic, aluminium, fer…etc… dans le filtrat, leurs teneurs résiduelles restent supérieures aux normes décrétées en 1998 à la Conférence de Barcelone.
[*]Le BRGM suggère à l’entreprise d’étudier la mise en œuvre de traitements complémentaires pour améliorer la qualité des eaux rejetées par l’usine, soulignant par ailleurs que ce type de traitement, relevant à ce jour du domaine de la Recherche et Développement de l’entreprise, ni sa faisabilité, ni son efficacité ne sont démontrées et qu’elle ne pourrait en tout état de cause pas être opérationnelle avant au minimum cinq ans.

Surprise !  C’est seulement le 26 mars 2015 que ce rapport, signé le 11 décembre 2014, a été porté à la connaissance du public (voir acte 7).

ACTE 10 : Le 26 mars 2015 est publié un avis préfectoral d’enquête publique sur les rejets du filtrat des boues rouges. Elle est programmée du 22 avril au 5 juin 2015.

Surprise !  C’est un hydrogéologue, directeur retraité du BRGM PACA, Serge Solages, qui a été désigné comme Commissaire enquêteur (voir acte 6).

ACTE 11 : Le 3 avril 2015, l’enquête publique est annulée par arrêté préfectoral. Cette annulation coïncide avec la divulgation du rapport de l’ANSES (voir Acte 7).

ACTE 12 : Le 4 avril 2015, un communiqué de la Ministre en charge de l’Environnement prend acte du rapport de l’ANSES et demande à l’entreprise Altéo de compléter les analyses sanitaires sous le contrôle de l’ANSES. En effet, le rapport met en lumière des difficultés avec les méthodes d’évaluation des risques utilisées par Altéo.

Surprise ! Par la voix de son directeur des opérations, Altéo vient de préciser « qu’il reste serein et confiant. Beaucoup de contre-vérités sont dites, nous allons les rectifier en informant par nous-mêmes … (sic) ».

ACTE 13 : Nous avons appris par la presse locale (La Provence du 5 juillet 2015) que la préfecture des Bouches-du-Rhône a reporté les dates de l’enquête publique, du 17 août au 25 septembre 2015, c’est-à-dire en partie pendant les vacances estivales et la rentrée de septembre, très chargée pour tout le monde !

[size=18]Ces dates paraissent tout à fait prématurées car :[/size]
[*]Les résultats des dernières analyses demandées par madame Royal (voir acte 12) ne sont pas encore connus.
[*]Le temps laissé au public, entre la parution de l’avis d’enquête et le début de l’enquête est beaucoup trop court pour pouvoir étudier et analyser sérieusement un dossier aussi volumineux et important car l’avis d’enquête officiel n’est paru que le 23 juillet dans la presse.


Edité le : 23 Août 2015 à 18:35:03
Des effluents toxiques de grande diffusion

D’après les données disponibles, il est fait état de la présence, dans ces eaux industrielles, d’aluminium, de titane, d’arsenic, de chrome, de sélénium, de molybdène, de mercure, de cadnium, de thorium (radioactif), de vanadium, de fer… Les concentrations sont très faibles, et pourtant largement supérieures aux normes décrétées à la Conférence de Barcelone en 1998 ; qu’en est-il en plus de l’effet cumulatif de grandes quantités déversées au fil du temps, sur la base de 250m3/heure ? D’autant plus qu’il s’agit de métaux et de métalloïdes, tous chalcogènes, c’est-à-dire d’éléments qui, par définition, sont indestructibles et ne peuvent que s’accumuler avec le temps.

Du point de vue de leur diffusion, on se trouve dans une situation totalement différente de celle des boues rouges. En effet, celles-ci, de densité plus élevée que celle de l’eau de mer, étaient entrainées au fond où elles se sont accumulées comme on l’a vu précédemment. Par contre, les eaux sortant des filtres-presses ont une densité plus faible que celle de l’eau de mer. Aussi auront-elles tendance à se maintenir dans la tranche supérieure des eaux marines et même à remonter vers la surface.

Il y a fort à parier que ces eaux seront entrainées sur l’ensemble du Parc National par le jeu du courant Ligure et de ses multiples ramifications dues à la présence des îles de l’archipel de Riou et à l’influence du vent. Ces eaux polluées s’ajouteront bien évidemment aux effluents pollués rejetés à Cortiou. A notre connaissance, il n’y a au monde aucun Parc National qui se trouve confronté à de telles nuisances dans un espace hautement protégé par définition.

L’arrêt des rejets industriels doit être total

[justify]Le chantage à l’emploi au détriment d’une nature protégée n’est pas recevable. En effet, le profil économique de Gardanne est en train de changer : de ville industrielle, Gardanne devient banlieue résidentielle d’Aix et Marseille.

La ministre, Ségolène Royal, s’est clairement positionnée à ce sujet en désavouant la décision du Conseil d’Administration du Parc National des Calanques d’autoriser ces rejets.

Altéo ne peut se soustraire à l’obligation d’arrêter tout rejet en mer et, en même temps, continuer à bénéficier de dérogations à la réglementation en vigueur. Le groupe ne s’est-il pas engagé dans la mouvance du développement durable en créant justement un département du « développement durable » ? Le groupe est également engagé dans le COPIL, mis en place par le préfet. Ce comité de pilotage est chargé de veiller au bon fonctionnement des projets au sein d’un organisme. Enfin Altéo apparait dans la liste des établissements ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), c’est-à-dire des installations qui présentent un risque pour l’environnement. Ces engagements devraient par conséquent motiver l’industriel pour supprimer toute atteinte au milieu naturel protégé.

Des procédés de traitement de ces effluents industriels existent, le rapport du BRGM les a examinés. Son pessimisme à leur sujet parait injustifié. Il semble qu’il n’ait pas envisagé que, débarrassés de leur matière boueuse, les effluents étant alors composés majoritairement d’eau, leur dépollution en serait facilitée. On dispose de toute une panoplie de techniques performantes capables de résoudre définitivement ce problème. Et, dans l’avenir, trouver des processus de récupération de métaux comme le titane, le nickel, etc… pourrait s’avérer intéressant sur le plan économique comme sur le plan écologique.

La firme Altéo pourrait d’ailleurs bénéficier de l’aide technique et financière de l’Agence de l’eau comme ce fut le cas pour de nombreuses entreprises voisines. S’agissant de la protection d’un Parc National, en plus de celles de l’Etat, d’autres aides financières peuvent être trouvées, au plan local, départemental, régional, national et européen. Cela écarterait le chantage d’ordre social évoqué par l’industriel.

bateson - #11 - 23 Août 2015 à 19:14:37
Marius/Fanny du Forum
***
Messages: 365




Je suis abasourdi...

Je ne sais pas quoi dire.
Un grand merci pour cette info, déjà.

On nous empoisonne a petit feu, avec l'aval des élus qui au passage ont été corrompus par altéo, ca ne fait aucun doute a mes yeux vu les millions en jeu.

Après on pleure quand on voit le nombre de cancers, de personnes qui meurent a 45 ans, nos anciens disent qu'avant ça n'existait pas, pas autant, et on dit qu'on ne sait pas d'où ca vient.

Quand je pense que certains se régalent des poissons pêchés dans les calanques, entre Cortiou et Altéo... les pauvres, s'ils savaient ! C'est la pire des saloperies. Je pense qu'il faudrait au plus vite un arrêté interdisant la consommation des poissons entre Toulon et Fos...

On tape sur le saumon norvégien...
Mais étudions un peu la composition de nos loups et sardines... Du cancer en barre !

bruno saurez - #12 - 23 Août 2015 à 19:24:00
Chourm(o)/(ette)
**
Messages: 203



WWW

Tout à fait et ce sont surtout les moules qui ingurgitent le plus de ces saloperies. De plus, cela entraîne chez cette espèce une modification de la spermatogénèse et de la morphologie, des modifications qui deviennent héréditaires !!

Et le pire est que dans ce canyon se trouve des espèces protégées ! Tu parles .... 

Amicalement,
Bruno

 
bruno saurez - #13 - 25 Août 2015 à 21:38:47
Chourm(o)/(ette)
**
Messages: 203



WWW

Pour participer "facilement" à cette enquête publique, je préconise à chacun d'entre vous de faire une lettre manuscrite adressée au commissaire enquêteur. Je vous donne le modèle de lettre et puisqu'il faudrait l'envoyer en accusé de réception, je vous propose de me l'envoyer chez moi (adresse à la fin de ce message) et je lui donnerais en mains propres avec les pétitions à la fin de l'enquête publique.

Si vous voulez malgré tout, vous charger de l'envoie, ce sera à cette adresse :
M. le Commissaire enquêteur
Enquête publique sur les boues rouges
40 rue Fauchier, 13001 Marseille

ATTENTION, ce texte doit être écrit à la main (pas imprimé d'un fichier words, ni scanné ).

VOICI LE TEXTE QUE JE VOUS PROPOSE :

Je soussigné(e) ..... demeurant à ... [adresse], après avoir pris connaissance de la demande de prorogation pour 30 ans du déversement devant les calanques des rejets toxiques de l’usine d’alumine de Gardanne, qui avaient lieu depuis 49 ans et devaient officiellement cesser le 31 décembre 2015, déclare m’opposer totalement à cette prorogation.
En effet, l’eau dite « filtrée » devant succéder aux boues rouges contient encore, selon les analyses qui ont été publiées, des produits toxiques (entre autres arsenic, plomb et mercure).
Cette eau est si malsaine qu’elle est impropre à l’irrigation agricole.
Il appartient à l’industriel de traiter ses déchets de façon à cesser tout rejet dans les fonds marins et y compris sur terre.

Date et signature.

--->M. Bruno Saurez - (j'ai effacé mon adresse car il n'est plus utile qu'elle demeure visible)
« Dernière édition: 07 Octobre 2015 à 15:40:34 par bruno saurez »
bateson - #14 - 26 Août 2015 à 00:33:47
Marius/Fanny du Forum
***
Messages: 365




Je veux bien le faire mais penses tu que cela aura une incidence ?
Jamais une enquête publique n'a été suivie ! Ils ont déjà tout décidé, et savent très bien la suite qu'ils veulent donner. L'enquête publique c'est juste pour la forme, pour faire "démocratique".
fmbr - #15 - 26 Août 2015 à 07:50:13
Figure du forum
******
Messages: 2702



WWW

Citation
eau dite « filtrée » devant succéder aux boues rouges contient encore, selon les analyses qui ont été publiées, des produits toxiques (entre autres arsenic, plomb et mercure).

dans ce truc là, faut toujours quantifier. Bien préciser qui a fait les analyses, la date de publications et les teneurs en éléments toxiques, sinon ça fait propos de comptoir
bruno saurez - #16 - 26 Août 2015 à 09:09:20
Chourm(o)/(ette)
**
Messages: 203



WWW

Je veux bien le faire mais penses tu que cela aura une incidence ?
Jamais une enquête publique n'a été suivie ! Ils ont déjà tout décidé, et savent très bien la suite qu'ils veulent donner. L'enquête publique c'est juste pour la forme, pour faire "démocratique".

Je vais te donner des réponses bateaux mais c'est véritablement ce que je pense : vaut mieux avoir des regrets que des remords et on a rien sans rien, de plus ça ne coûte rien d'essayer.

Ensuite pour la portée d'une enquête publique, elle marque un mécontentement de la population et c'est important de le montrer.
  * Je te rappelle que ça a marché en 92 lors du changement du POS (Plan d'Occupation des Sols) à Marseille.
  *  Le pourcentage des pour et des contres a été quantifié lors de l'enquête publique pour le Parc National des Calanques ainsi que le nombre de participations.
  *  Je suis persuadé que s'il y a 500 signatures contre les boues rouges, ça n'aura aucun effet. Si l'enquête publique récolte plus de 10 000 signatures contres, ça peut changer. TOUT DEPEND DE LA MOBILISATION DE CHACUN D'ENTRE NOUS.

De plus, je remarque qu'Altéo fait beaucoup d'effort pour caresser le public dans le sens du poil (même s'ils affirment qu'ils ne se font pas de souci).

Amicalement,
Bruno

Edité le : 26 Août 2015 à 09:09:20
Citation
eau dite « filtrée » devant succéder aux boues rouges contient encore, selon les analyses qui ont été publiées, des produits toxiques (entre autres arsenic, plomb et mercure).

dans ce truc là, faut toujours quantifier. Bien préciser qui a fait les analyses, la date de publications et les teneurs en éléments toxiques, sinon ça fait propos de comptoir

J'ai précisé ces données dans mon premier message.
Qui a fait les analyses : l'ANSES
La date de publication : Le 2 février 2015, l’ANSES rend ses conclusions qui ne seront portées à la connaissance du public que le 4 avril 2015.
La liste des produits toxiques : l'ANSES a contredit les analyses données par Altéo (2 à 10 fois supérieures). Les rejets de mercure sont 17 fois supérieurs aux normes fixées par la convention de Barcelone de 98.

Amicalement,
Bruno

« Dernière édition: 26 Août 2015 à 09:11:11 par bruno saurez »
Mildiou - #17 - 26 Août 2015 à 09:13:08
Administrateur
Empégué(e) du forum
**********
Messages: 8719



forum.marseille mildiou marseilleforum
WWW

Pour être informé, il y a aussi une page Facebook => https://www.facebook.com/scandalebouesrouges
Rillette - #18 - 26 Août 2015 à 09:58:15
Frit Confit du forum
********
Messages: 6144





Merci pour toutes ces nouvelles informations.

Je vais rédigé mon soutien et je te l'envoie Bruno. Et j'en parle autour de moi tout en diffusant sur les réseaux sociaux.  Dancing


C'est à nous tous, de la société civile de nous battre contre ce genre de choses. Il ne faut pas faire confiance aux politiques et surtout espérer qu'ils agissent pour nous. Il n'en sera rien.

 
fmbr - #19 - 26 Août 2015 à 11:11:33
Figure du forum
******
Messages: 2702



WWW

le rapport de l'ANSES pour les scientifiques, prévoir 2 upsa 1000

https://www.anses.fr/fr/system/files/ERCA2014sa0223.pdf
1 2 3 4 Haut de page
  •  
Aller à: