Marseille Forum

Fenêtre sur la ville.

Invité · 12 · 3502

cocobarnabite

  • Invité
Il faisait nuit. Elle avait activé le pas pour rentrer chez elle. Dehors il faisait froid et tout lui semblait un obstacle : trouver une place pour se garer, marcher jusqu'à la porte d'entrée, prendre l'ascenseur ... Ce n'est que lorsqu'elle ferma le verrou sur le couloir qu'elle fut bien, soulagée, réchauffée.
Par la fenêtre tout était noir. On ne distinguait que quelques points lumineux de la ville. Le froid revint en elle...
Elle avait un rituel du soir qui donnait une âme à son salon : allumer les petites lumières orangées, faire bruler une bougie rouge, et poser un batonnet d'encens devant celle-ci. Les volutes de fumée naviguaient sous le nez d'un tigre déssiné sur le mur blanc...
Elle commençait à se réchauffer le corps mais quelque chose coulait en elle et c'était glacial... le froid de la solitude.
Gesticulant dans l'appartement elle se débarassa très vite des corvées quotidiennes du soir et enfin "disponible", elle s'assit sur le canapé.
Elle regarda autour d'elle : l'immense plante l'écrasait, le tigre devenait menaçant et la douce lumière devenait feu.
Une larme coula sur son visage. Elle écrivit un poème de 4 lignes.

"Si tu parviens à comprendre mon amour, mon langage,
Si dans ta solitude, tu veux la complicité, le partage
Tout devient possible en ouvrant grands les yeux
Sur ce qui ferait de nous des gens BIENheureux ..."

Elle laissa le papier sur la table : elle regardait ses mots avec du noir dans les yeux. Ce soir, elle rejetait tout, tous et toutes.
Sa solitude lui faisait un cocon de survie, une bulle protectrice dans laquelle personne n'entrerait. Et elle pensa aux autres ...
C'était un samedi soir et la ville devenait un gigantesque parc d'attraction où chacun se soulait comme il le pouvait : ivresse des mots, ivresse des sons, des corps.
Elle aurait aimé ce soir se saouler comme les autres mais aucune liqueur ne coulait. Elle n'avait rien à boire, rien à manger, rien à aimer.
Elle chiffona le papier, souffla la bougie, éteint son portable et se ferma comme une fenetre sur la ville...
« Modifié: 24 novembre 2007 à 15:33:01 par cocobarnabite »


saxdemars

  • Figure du forum
  • ******
    • Messages: 2574

Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
C'est beau...............
Mais c'est triste aussi !
 :cache:
On rallume la bougie et tu nous fais une suite ?


NATH

  • Invité


cocobarnabite

  • Invité
C'est beau...............
Mais c'est triste aussi !
 :cache:
On rallume la bougie et tu nous fais une suite ?


J'vais essayer oui .... on rallume la bougie et on essaie de penser à une scène plus .... "chaleureuse" ....


cocobarnabite

  • Invité
Bah, ce sera pas plus "chaleureux"  =; .... tant pis .... :?
............................
...........
......


La petite flamme allait bientot être noyée dans la cire ...
C'était la  triste image d' une triste fin à venir ...
Source de rêves, de chaleur et de lumière
Petite flamme vacillait, fragile prisonnière...
Impassible j'assistais à une fin annoncée.
Je laissais aussi ce que j'aime m'échapper...
Si l'histoire est écrite, si la flamme s'éteint,
Je veux bien aussi faire bruler mon chagrin ...
A la détresse de la petite flamme qui s'éteindra,
Viendra s'ajouter tout ce qui brule en moi ...
Ce qui est trop lourd à porter brise les rêves,
Aussi fort que la legereté de l'amour élève.
Ne regardez jamais s'éteindre une petite bougie,
Elle écrira dans vos yeux ces mots : "c'est fini".
« Modifié: 24 novembre 2007 à 15:33:28 par cocobarnabite »


Tomtom

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4694
C'est très beau et ça touche, profond, dans le coeur...


Rillette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 6144
...
Une larme coula sur son visage. Elle écrivit un poème de 4 lignes.

"Si tu parviens à comprendre mon amour, mon langage,
Si dans ta solitude, tu veux la complicité, le partage
Tout devient possible en ouvrant grands les yeux
Sur ce qui ferait de nous des gens BIENheureux ..."


[/quote]

La petite flamme allait bientot être noyée dans la cire ...

C'était la  triste image d' une triste fin à venir ...
Source de rêves, de chaleur et de lumière
Petite flamme vacillait, fragile prisonnière...
Impassible j'assistais à une fin annoncée.
Je laissais aussi ce que j'aime m'échapper...
Si l'histoire est écrite, si la flamme s'éteint,
Je veux bien aussi faire bruler mon chagrin ...
A la détresse de la petite flamme qui s'éteindra,
Viendra s'ajouter tout ce qui brule en moi ...
Ce qui est trop lourd à porter brise les rêves,
Aussi fort que la legereté de l'amour élève.

Ne regardez jamais s'éteindre une petite bougie,
Elle écrira dans vos yeux ces mots : "c'est fini".


[/quote]


ma belle Corinne, c'est sublime, ... c'est quand même super malheureux de se rendre compte qu'on court toujours après une personne, qui elle même court après une autre personne, pas la bonne à tes yeux, mais qu'elle ne s'en rend pas compte et jamais, jamais de prend la peine de se retourner pour constater : ah mais toi, toi qui est derrière moi, fidèle, tu es là ! Et si après tout, je prenais le risque de m'ouvrir un peu à toi, à partager avec toi ma solitude, ma complicité, ...
pffffff
« Modifié: 22 novembre 2007 à 14:50:19 par +Henriette »


Tomtom

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4694
oui : pfffff...

(et désolé d'encombrer le post de cocob, j'le ferais plus) :wink:


cocobarnabite

  • Invité
oui : pfffff...

(et désolé d'encombrer le post de cocob, j'le ferais plus) :wink:

Bah personne n'encombre rien hein !
Un poème, une histoire, c'est fait pour être lu et un petit commentaire sur l'écrit, le fond, la forme fait avancer l'auteur ! :wink:
Toute critique, commentaire, émotion est bienvenue, mes amis !! :mrgreen:


Tomtom

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4694
"Elle commençait à se réchauffer le corps mais quelque chose coulait en elle et c'était glacial... le froid de la solitude.
Gesticulant dans l'appartement elle se débarassa très vite des corvées quotidiennes du soir et enfin "disponible", elle s'assit sur le canapé.
Elle regarda autour d'elle : l'immense plante l'écrasait, le tigre devenait menaçant et la douce lumière devenait feu.
Une larme coula sur son visage."


Ce passage là...ce canapé, ce froid, cette solitude...ces larmes... :cache:


 

SMF spam blocked by CleanTalk