Marseille Forum

Le Bar de Marius => Le coin des artistes : photos et créations => Discussion démarrée par: vanillabluz le 05 février 2007 à 22:20:32

Titre: Improvisations ...
Posté par: vanillabluz le 05 février 2007 à 22:20:32
Bon beh je regroupe , y'en a trop et pas forcément les meilleurs ici donc ben un bon post bien en vrac. Donc ben voilà c'est fourre tout , mais au moins ca prendra moins de place , de toute facon ca n'a aucune importance.




Du souvenir comme d'un odeur. Je sens encore ton coeur battre.

Grain de sable à grain de peau , je ne sais ce que mes doigts on palpés. Peut être une idée furtive du bonheur , tout doucement ... légèrement ... tendrement et si seulement ....

Ma bouteille est presque vide , mes idées sont limpides ... comme le son de ton rire à mes mots à demi susurrés pour ne jamais avouer que tu m'as aimé.

Tes yeux parlent plus que tes mots. Maux à moitié partagé , douleur inavouée.

Il y a souvent des mots qu'on regrette , rarement des gestes. Tes yeux croisés déguisés en amitié.

Le poid des mensonges ont tout brisé, plus d'été, le sable a glissé entre mes doigts j'ai laché prise.

Boire jusqu'à oublier , me saouler pour ne plus penser a ce qui a été , ou n'a jamais semblé.

Tu continue dans tes demi vérité , mais tu n'a jamais osé prendre ta liberté... Peur de la laisser... lacheté .

Brisée je bois à nos actes manqués...

Tu laisse mon corps brisé s'enfoncer
Titre: Re : border line
Posté par: Coco le 06 février 2007 à 08:55:27
Boire jusqu'à oublier , me saouler pour ne plus penser a ce qui a été , ou n'a jamais semblé.

Tu continue dans tes demi vérité , mais tu n'a jamais osé prendre ta liberté... Peur de la laisser... lacheté .

Vani !
Tu as des talents d'écrivaine, et tu sais nous faire partager ton histoire avec des mots très poètiques...

Mais chacun, chacune, dans ton joli conte très émouvant prendra ce qui l'interpelle  !

Tu veux que je poursuive ?
Et doit-on papoter, rester soft et superficielles ou philosopher ?

Moi, ce sont juste ces deux phrases :

J'ai eu envie de les transformer, de les mettre à l'envers, peut-être juste pour te pousser encore à t'exprimer, c'est tellement beau de te lire ?

Alors ? Qu'est ce que tu penses  de ?

ne plus penser a ce qui a été = ne plus penser à ce qui n'a pas été !

tu n'a jamais osé prendre ta liberté = quitter une attache pour une autre ?
Mais la liberté, n'implique pas une certaine forme de solitude ?

Hum... à toi de voir si tu as envie de me répondre, ma belle !



Titre: Re : border line
Posté par: vanillabluz le 06 février 2007 à 21:32:30
heu  #-o  écoute j'ai pas assez bu pour te répondre ca te va  :smt005
Titre: le fil . écriture intuitive
Posté par: vanillabluz le 01 mai 2007 à 23:20:31
Improvisation sans réflexion, juste un objet et le clavier pour parler ou exorciser :

un fil .




J'ai tenu ce fil dans ma main , celui qui suspend la vie et la mort et j'ai joué comme une marionnette avec vos vies.

Laisser glisser certains et laisser tomber d'autres , laisser fléchir , relever. Marionnettes sublimes , vous êtes parfois amusants par fois grossiers , tellement gauches que j'en arrive a vous aimer.

Parfois je vous laisse divaguer. Je laisse le fil se délester , pour voir ou vous irez.

C'est alors qu'empreint de liberté , vous pensez vous envoler, vous vous prennez parfois à réver.

J'enserre parfois les noeux a vous étouffer. Souvent vous retombez , votre échine s'en trouve brisée. n'avez vous pas vu que malgré tout vous aviez un délié. A trop gesticuler vous vous êtes étouffés.
Si vous aviez pu attendre je vous aurait libéré , mais vous avez choisi de vous enfoncer.

J'ai fais certains d'entre vous brisés. Affaiblis d'un membre , sans attache pour vous animer. Et ceux la me paraissent pourtant beaucoup plus animés. Ne vous ais je pourtant pas acculés ?

Déliez les cordes , brisez les chaines , envolez vous par la pensée .

Je reste et je demeure , le grand ordonnateur de vos vies , quant vous aurez finit de jouir de votre temps imparti, je reprendrais les rênes et briserait tout mouvement.

Vos espérances réduites a néant , vous retomberez les bras balants.

Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: Marianne21 le 20 juillet 2007 à 05:15:07
comme un fil à la patte qui me retient quand je pars,
et me ramene toujours au point de départ...

un fil à la patte dans lequel je m'emmele crayons, pinceaux
et circonvolutions de mon cerveau

un fil à la patte trop serré qui me coupe le sang
et qui me secoue quand il y a du vent..

le temps passe, je reste sur place et je l'oublie...

mais un nouvel élan me surprend et me console !
je deploie mes ailes, je cours, je saute, je vole  :D !!!!!!
haaaaaaaaaaa  :fly: !
pourquoi je stoppe  :shock: ???
pourquoi je redescends  :shock: ??
pourquoi je suis à terre  :shock: ?

le fil à la patte.... :!: 

ok
d'accord
y'a bel et bien un machin qui me retient :-k

U...ne
N...aissance

F...icele
I...mpalpable
L...ibere moi !!!



PS : je n'ai pas bu !!!! 
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: vanillablue le 21 juillet 2007 à 22:16:22
punaise c'est moi qui ai écrit ça  :lol:  :lol:  :lol:  je suis morte de rire , je comprends pourquoi je garde rien !  :lol:

ps : marianne  :smt005
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: Marianne21 le 21 juillet 2007 à 22:25:36
 :smt005 marrant hein de se relire :lol:
et pendant ce temps je suis en train de me faire une sorte de rituel avec un elastique et un poids au bout que je ballade depuis qq heures :smt005  :smt005  :smt005
je pense que quand j'en aurais bien marre, je couperai ce p***aing de fil !!!!!!!!!!
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: vanillablue le 21 juillet 2007 à 22:44:00
coupe le donc ! et prends ta liberté envers toi même ! zut !
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: Marianne21 le 21 juillet 2007 à 23:11:55
oué \:D/ , j'ai prévu de faire ça avant minuit............ 8-[
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: vanillablue le 21 juillet 2007 à 23:19:20
ne remet jamais à minuit ce que tu peux faire à 23 h 20  :mrgreen:

proverbe du 3 ème arrondissement , d'ailleurs suis a la bourre moi hulaaaa


bises marianne et prends soin de toi :)
Titre: Re : Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: Marianne21 le 21 juillet 2007 à 23:42:59
ne remet jamais à minuit ce que tu peux faire à 23 h 20  :mrgreen:
proverbe du 3 ème arrondissement
:smt005 trop tard ! 23h42 !!!!

bon, où sont mes ciseaux :-k
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: Coco le 08 septembre 2007 à 22:17:31
Un fil ?
Celui de la canne du pècheur ?
Celui que passe dans le chat de l'aiguille l'habile couturière ?
Celui que tient l'enfant en rêvant qu'il va s'envoler avec le ballon qui flotte au bout ?
Celui d'Ariane qui guide ?
Bref, Ce FIL ? Tous ces fils qui bout à bout mènent à la dernière page du livre où ou lit le mot FIN ?
 :wink:  
Titre: Re : le fil . écriture intuitive
Posté par: vanillablue le 09 septembre 2007 à 02:35:34
c est le fil qui te suspend un temps , celui qui te tient , te lache et qui rompra un jour... je sais pas , c etait un fil sans interet qui trainnait sur le bureau... faut pas me poser ce genre de question parce que je me souviens rarement des niaiseries que j ecris , je devais pas avoir de stylo sous la main ce soir la  :?  d ailleurs a relire  :-''  :-&
Titre: self autorportait regardé en coin un soir au bar.
Posté par: vanillablue le 20 novembre 2007 à 16:26:28
Comment un sourire pourrait il être un devenir ?
Quant il n'a plus rien à offrir ...

Enfumé , étiré ,  la lie du cendrier.
J'crois que c'est une façon de s'évaporer.

Le sel d'mes mots qui sont un peu trop.
J'entends ta voix comme un écho.

J'me fou des gens ,
j'me fou du temps.

Attablé à écrire
J'm'envole en un soupir.

Au coin d'un bar ,
Toujours trop tard.

J'laisse filer les années
Je fais que me rapprocher.

Accrocher aux instants de plaisir,
Comme tu retiens ton désir.

J'laisse filer les années
Je fais que m'raccrocher.

Un cri , qui ne se dit pas
Tout doux , resté là

Resté la en moi
Un truc que vous voyez pas

J'laisse filer les années
Je fais que m'enfonçer.

Je serais là pour toi
Juste pour m'oublier moi.

Battir une vie vous m'avez dit ?
Comme j'en ai ris .

Croyez pas que j'en ai pas parlé
Ce que j'étais , je suis , j'resterais.

Ecrire accollé au bar ,
C'est déjà trop tard.

La nuit c'est pour les morts
C'est la journée qu'on s'en sort.

Je me raccroche à mon passé
Pour mieux creuser.

Ecrire seul au bar,
Ca vous parait si noir ?

Vous qui m'connaissez
Vous ne faites que passer.

J'vois un verre abandonné
Trop plein pour pas etre renversé.

J'voudrais bien le vider
Mais ca voudrait dire aimer.

Des mots a plus prononcer,
Pour ne plus espérer.

A quoi ca sert ?
A être plus amer ?!

D'un coeur trop plein
qui au fond ne se plaind.

J'peux pas le dire.
J'voudrais t'l'écrire.

Trop saoule de toi
J'voudrais pas que tu m'voies


Attablée là.
à écrire ça.

Le jour sourire
La nuit survivre.

Je reste accrochée à hier
Pas de quoi en être fier

J'laisse le stylo aller,
Les verres se vider.

Au son d'mon coeur
qui oublie le mot bonheur.

Je laisse glisser
Pour mieux me raccrocher.

Me raccrocher à quoi ?
Surement pas à toi.

A s'accrocher autant rester
Au seuil du pallier avec mon passé.

Laisser saigner dans le vide
Se construire des rides.

Si tu savais lire
Tu pourrais rire.

Tu verrais que mes blagues de niais
Cachent "j'aurais aimé".

Mais dedans y'a toujours un verbe
au gout acerbe

J'creuse c'est pas grave !
D'mon passé j'reste l'esclave.

A tes sourires que rien n'entrave
Tu te soucierais pas d'une épave.

P'tre un jour on viendra visiter
Cette relique du passé.

En attendant que je suis encore là
Enfin moi j'y crois pas.

Doucement à pas cadancés
Je laisse glisser

Creusez , creusons pour mieux enterrer
Nos rêves brisés .

Saoule toi et reproche moi
Je briserais ma tête contre une paroie

Ce qu'une autre t'a fais
De pas avoir su t'aimer.

Viens donc me reprocher
D'avoir juste essayé.

Casse moi.
Brise moi .

Y'a plus rien à y toucher.
Tout est déja brisé.

Une larme de plus,
Tue ces poupées russes.

Ca tombe sur moi
Pas grave pas le choix

J'encaisse et j'laisse glisser
Pas mieux que c'que t'essayer d'esquisser.

Rien de ce que t'aura à m'laisser
Ne pourrais rivaliser

Avec c'que je sais pas te dire
Avec ce que je sais plus vivre

Avec ce que j'ai trop enterré
plus qu'à appeller PFG.













Titre: Il faut bien s'en aller ...
Posté par: vanillablue le 02 mars 2008 à 20:47:40
Pas si belle , oubliée , bon marché je t'attendais. Tu m'as vue et je ne devais que te dépanner, on a finit par s'attacher. Les plus belles histoires d'amour naissent souvent d'improbabilités .

Embarquée , jetée , torturée, malmenée ,  souvent bourrée. J'ai pourtant été pour toi un édredon quant tu étais fatigué , j'ai été ta seule maison toute ses années , j'ai su te prendre et t'acceuillir comme tu étais. Au fond qui peut se venter de toujours t'avoir accompagné ...

Tu trainnes ta vie sans buts et sans foyer comme un enfant non désiré. Tu ne me vois pas pourtant c'est vers moi que tu reviens à chaque pas , pour essuyer tes larmes , et te prendre à réver ou pour t'échapper d'une réalité devenue trop dure à gérer.

Tu sais pourtant parfois m'abandonner , mais je reviens toujours te narguer car je demeure le seul objet de fidèlité dans ta vie de décharné.

Je suis la seule à savoir , même si je ne veux pas parler à quoi tu es destiné.

Mille fois tu as cru m'abandonner, tu t'es pris à réver, à vouloir solder ta liberté...

Mais regarde moi. Je gouverne ta vie et je suis pour l'éternité ton seul foyer.

80 cm qui te font croire que tu n'es pas enchainé que tu ne fais que me jetter , mais cette fausse idée de liberté je te l'ai donné , pour mieux t'enchainer.

Jette moi , maltraite moi, quant tu penses t'être installé , je reviendrais et tu viendra me chercher, car je sais te gouverner .

Eloigne toi tu reviendra , ca tu as trop besoin de moi , je suis la seule à te gouverner.

Et tant que j'en supporterais le poids tu sera esclave de moi , ton foyer.

Ta valise tant aimée ...


************************************************************************************


Accoudée au bar d'un café , je n'ose jamais m'imposer... Vous excuserez si je souris à vos conversations , je ne fais que passer...

Mais c'est un fait , on invite rarement les gens comme moi à s'attabler ... Et pourtant si vous me le proposiez....

Ne vous inquiétez pas , je sais me faire oublier. J'ai peut être dérangé ?

Vous voudrez bien me pardonner , d'avoir laissé échapper un rire malaproprié à des conversations qui ne m'étaient pas destinées.

Peut être un instant vos vies m'ont juste charmé , je me suis laissé, allé à réver , que peut être vous m'inviteriez à échanger , et me laisser l'illusion d'exister.

Mais je ne fais que passer ... vous me comprendrez , je suis pressé , j'ai ce billet et d'autres projets....

Ne pas espérer





**************************************************************************
Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: Juliette le 02 mars 2008 à 21:04:18
 =D>  =D>  =D>
Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: *celine* le 02 mars 2008 à 21:47:11
Touchée........................... Coulée !  =D>  =D>  =D>  =D>  =D>
Titre: a st charles ...
Posté par: vanillablue le 02 mars 2008 à 22:22:30
C'est une fourmilière , ou les gens se laissent aller... à s'embrasser , à se toucher , à pleurer à laisser leur vies quelques minutes exposées .

On y crie on y vole , on s'envole , on laisse juste échapper quelques mots susurrés au coin d'un oreille ou on se laisse aller à crier ...

Un instant d'humanité , ou bout d'un quai ... et au bout le froid des personnes oubliées qui ne font que passer. Celle que personne n'attend , celle qui ne font que passer.

Elles regardent juste à terre quant elles voient les amoureux s'embrasser , elles sourient tristement aux rires des enfants.

Trop accoutumées à ce que personne ne vienne les chercher, elles fouillent le fond de leurs poches voir si elles ont assez d'argent pour boire un café ...

Un instant à divaguer , juste pour se réchauffer et essayer de réver qu'un jour au bout d'un quai quelqu'un viendra les chercher.

Mais au fil des années , le quai , les halls d'attentes ne font que se ressembler et on ne se perd plus à réver simplement à arriver , juste a transiter...

Et on préfère partir plutôt que de rester à regarder les amoureux s'embrasser et les enfants crier.


A St charles , à marignane , à st jean , à mérignac , à matabiau , à blagnac , à Victoria, à gatwick , à Orly , et aux autres lieux un peutrop fréquentés


************************************************************************************

Titre: Mon aimé ....
Posté par: vanillablue le 04 mars 2008 à 18:44:46
Jamais lassée de te voir , paisible ou colérique ... Tu es le seul à savoir m'accepter et à me rejeter pourtant ...
Doux et violent. Caressant et evoutant.

Je me laisse aller au grès de tes envoutements. Pourtant je sais , qu'il faut savoir t'accepter tel que tu es...

Tes sautes d'humeurs , tes douceurs lacinantes ne sont  qu'apparentes . Tu laisse en toi tant de violence , combien de fois tu m'as malmenée , et je ne me suis pas méfiée ? Combien de fois je me suis laissée à oublier qui tu étais ...

Pourtant ta force et ta tempérance , parfois , ta tolérance , quant je laisse mon corps m'égarer en toi , me fait tout oublier , tellement que je voudrais glisser et m'abandonner. Et pourtant tu pourrais m'achever tu le sais.

Mais mourir de toi , au fond c'est si doux , qu'un jour j'ai peur que tu laisses passer tes contrariétés sur moi , et puis au fond , puisque rien ne me retiens ailleurs pourquoi pas .....









Océan

Titre: Re : Mon aimé ....
Posté par: Kalysta le 04 mars 2008 à 21:38:16
 :smt007  je ne me lasse jamais de te lire ma belle  :smt007  :smt007  :smt007  :smt007  :smt007  :smt023
Titre: Mes chansons ...
Posté par: vanillablue le 06 mars 2008 à 21:02:51
Bon timidement je me lance sur quelques parole que je  vais surement travailler.... un jour  :-''

 Je vous laisse là , la version brute , non décodée , parce que j'écris un peu trop sur la spontanéité, comme ça vient ...

Ca donne du bien et du moins bien , vous m'en excuserez.  :mrgreen:

 Mais si j'en fais pas un post  :cache:  plus pour vous que pour moi , sinon je finirais encore et toujours par le jetter...


Nb : Je peux pas trop m'exprimer sur ça , juste que la vie , l'amour , sont une lutte quant on s'encombre trop de façade et que parfois , on reste la bras ballant , au lieu de se lancer ... C'est comme ça qu'on reste avec ce qu'on a au lieu de se laisser risquer à aimer ... Ou comment on se crée des regrets ...




Les guerriers au combat


Des yeux pour mieux t'effleurer
Cette bouche pour l'oublier...
Des jambes pour le laisser là
Et toi qui ne comprends pas...

Un coeur à faire oublier
Tous les hommes croisés...
Un sourire qui laisse espérer
A la folie du monde entier....



Et comme les guerriers au combat
je ne te supplierais  pas
tu ne  le voudrait pas
Car je suis bien trop dure pour ça .

Mais comme les guerriers au combat
Je  reste à te regarder tout bas.
Au travers de larmes cachées
que je n'ai jamais évoquée.



Un front pour te contredire
Un dos pour mieux soutenir ...
Des baisers pour te faire oublier
Ces démons du passé...


Des mots pour m'emporter
Des rires à me faire oublier...
Et les gens viennent me demander
Comment je peux t'aimer.




Et comme les guerriers au combat
je ne te supplierais  pas
tu ne  le voudrait pas
Car je suis bien trop dure pour ça .

Mais comme les guerriers au combat
Je  reste à te regarder tout bas.
Au travers de larmes cachées
que je n'ai jamais évoquée.


Des larmes que j'ose enfin évoquer
Des larmes que j'ose enfin évoquer

Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: nonette13 le 06 mars 2008 à 21:13:09
han vanilla c tres joli...ce que tu as pondue...une belle musique la dessus ouah!!!! :smt023  :smt023
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: vanillablue le 06 mars 2008 à 21:22:04
merci nonette , elle est un peu beaucoup de travers mais bon , comme le reste je l'ai pas arrangée  :roll:


Une autre :

Nb : L'histoire assez pathétique d'une nana , qui croie dans les mensonges d'un homme et pourtant elle sait... qu'il n'est là à profitter. La médiocrité c'est déjà pas mal quant on a rien de mieux en quoi espérer ... en gros


Contentieux avec moi ...



Un souvenir,  juste du  plaisir
Donne moi de toi au fond de moi.
Juste un soupir qui ne veut rien dire
Même sans émoi, juste que j'y crois....

Je rêve de lui même sans envie
Je brule ma vie, après minuit
Je sèche mes larmes et lui en rit
Il quitte mon lit ... avant midi ...


Je pète les plombs, je tourne plus rond !
Whisky , vodka , au moins j'y crois !
J'oublie cette nuit , j'oublie ma vie.
Je laisse glisser... s'en est assez!


Un peu de plaisir juste pour en rire
Mens moi encore pour que je me noie
Juste un soupir qui ne veut rien dire
Même sans émoi, juste que j'y crois....
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Coco le 06 mars 2008 à 21:34:04
 :smt023
Joli, Vani, je crois que tu peux continuer !
 =D>  
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Coco le 06 mars 2008 à 22:08:43
Vivi, je suis malade, c'est plus à prouver mais çà fait rien, continue, moi j'aime bien ton n'importe quoi !
 :wink:
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: vanillablue le 06 mars 2008 à 22:37:16
On aurait juste pu


On aurait pu juste s'aimer,
Mais c'est bien trop compliqués.
Pour des gens qui s'empêtrent
trop dans leurs mal être.

Laissons la nos regrets
Et laissons nous emporter.
Demain sera peut être
Moins compliqué à créer.

On aurait pu juste se laisser aller
Mais on est bien trop désabusés.
Pour laisser exprimer à la lettre
des sentiments à abattre.


Jouons , laissons , cachons
On est comme tous les autres
Même si c'est un peu à notre façon
nous ne sommes pas des apôtre
Venus sanctifier de nos vérités
qu'on ne sait même pas s'appliquer




On aurait juste pu s'aimer
Mais c'était pas assez compliqué
Pour des gens si peu confiant
qu'il en deviennent méfiants.



Laissons la nos regrets
Et laissons nous rêver.
Demain sera peut être
moins compliqué à gérer.

On aurait pu juste laisser couler
Mais on est bien trop handicapés.
Pour se laisser aller à tenter
à aimer c'est bien trop risqué.



Allons , risquons et puis non ...
On est comme tous les autres
Même si c'est qu'à notre façon
C'est ca qui fait qu'on se vautre
Vous voudrais bien m'excuser
Si j'ai jamais su lui montrer



Que je l'aimais j 'ai essayé
Surement qu'on était pas pret
Surement qu'on sera jamais pret
Juste à se trouver ...


surement qu'on sera jamais pret
à se trouver mais j''aurais essayé
surement qu'on sera jamais pret
à se trouver mais j' aurais essayé





Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Born_to_be_Marseillaise le 06 mars 2008 à 22:40:13
Bon tu nous les fais écouter quand ?? :D
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: vanillablue le 06 mars 2008 à 23:22:45
Bon tu nous les fais écouter quand ?? :D

t'es malade j'ai commencé à les écrires à 20 h 30  et maintenant et quant j'ai écrit la suivante j'ai déjà oublié la mélodie  :lol:  :lol:  :lol:


Ma pauvre , ca vaut mieux pour toi  :mrgreen:  :roll:  d'habitude je balancais les paroles sans les garder  :smt005  :-''

Edité le : 06 Mars 2008 à 23:22:45
La roue peut tourner



Tous ces secrets qu'on a partagés
Dis moi se sont juste envolés.
Le jour ou tu l'as croisé
Tu m'as simplement effacé.

Tous ses serments en devenir,
les soirs abandonnés sur l'oreiller.
C'est pas lui qui misera sur l'avenir
J'attends le jour ou elle l'aura délaissé

Mais ne crois surtout pas
que je serais encore là
Je t'imagine déjà froid
Et je ne vis que pour ça.

Te voir enfin  toi aussi pleurer
La rancoeur que je voudrais te laisser
Et si demain on me laissait le choix
Je t'aimerais encore plutôt froid.




Toutes tes belles pensées sucrées
Dis moi elle les as bien assimilées ?
Ou se sera ton tour de venir pleurer?
Tu comprendra ce que j'ai pu endurer.

Tous ses jours à attendre
Et à te faire croire en l'amitié
Juste me délecter de la voir t'abattre
et enfin pouvoir aussi t'enfoncer.

Mais ne crois surtout pas
que je serais sincère avec toi
Je t'imagine déjà tout bas
Et je ne vis que pour ça.

Te voir enfin  toi aussi  te dessécher
Le bonheur que j'aurais pu te donner...
Et si demain on me le laissait le choix
Je t'aimerais encore plutôt froid.



Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Born_to_be_Marseillaise le 07 mars 2008 à 08:46:36
c'est pas une excuse  :mrgreen: on attend  [-(
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Belphegor le 07 mars 2008 à 10:40:01
 :smt023  :smt023  :smt023  :smt023  :smt023  :smt038  :smt038  :smt038 Vani continues
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: Mirage le 07 mars 2008 à 11:54:56
Ben Vani, moi j'aime bien! Surtout celles qui ne parlent pas d'amour parce que des chansons sur l'amour y'en a trop.
Petit Nicolas  :smt023
Titre: Re : Mes chansons ...
Posté par: vanillablue le 07 mars 2008 à 20:40:23
S'accrocher


Elle a donné tout ce qu'elle avait
Toute sa dévotion y est passé.
Elle a finit par solder le peu qui
Lui restait sans s'accrocher ici.

Bien gentil , les copains , les amis.
Le jour impromtu ou il fallait affronter
Les angoisses , le bloc et la maladie.
A la vitre : ils disaient  :"faut s'accrocher!"




Je me suis accroché toutes ses années
Et je vois pas ce que j'y ai gagné
S'accrocher , s'accrocher à quoi
J'y ai gagné quoi dites le moi ???


( accroches toi , accroches toi )

S'accrocher ? S'accrocher à quoi ?

S'accrocher devient plus difficile
Quant tu n'a jamais rien eu pour ça.
J'ai besoin d'escalier pour escalader
Et ne pas redescendre en bas.


S'accrocher ? S'accrocher à quoi.


Il a tenté de l'oublier quant
Il l'a vu s'éloigner sur le pallier.
Il est resté à pleurer se résignant
A s'accrocher à ses rêves oubliés.


Compassion, belles leçons , les amis
Se sont lassés et on finit pas l'oublier.
Les leçons cèdent la place à l'oubli.
Et tous pourtant disaient  :"faut s'accrocher!"



Je me suis accroché toutes ses années
Et je vois pas ce que j'y ai gagné
S'accrocher , s'accrocher à quoi
J'y ai rien trouvé moi ???
( accroches toi , accroches toi )
S'accrocher ? S'accrocher à quoi ?

S'accrocher devient plus difficile
Quant tu n'a jamais rien eu pour ça.
J'ai besoin de plus que de béquilles
Pour gravir votre Himalaya 



Pour atteindre leur rêve de sommet ( accroche toi )
Perds un peu d'altitude ( accroche toi )
Le rhum est la bonne attitude

Pour essayer de continuer à escalader
Prends juste un peu de volonté ( accroches toi )
Le whisky pourra t'en donner.


Accroches toi accroches toi


Tous le monde à de quoi affronter
Ils se sont accrochés à quoi
Nous nous raccrochons à quoi ?
Tous le monde à de quoi affronter
Ils se sont accrochés à quoi
Nous nous raccrochons à quoi ?




thanx popol !






Titre: 3 m²
Posté par: vanillablue le 07 mars 2008 à 22:55:40
juste 3 m² , pour mieux oublier ...


3 m² de verdure dans un petit coin désuet. La ou tu as décidé de t'installer ... C'est mignon , les voisins sont pas génant. Juste deux trois oiseaux qui viennent perturber , le silence ambiant.

Ta maison est décrépie , j'ai a beau nettoyer , plus personne ne vient visiter.

Juste moi qui te demande pourquoi tu m'a laissé , et aucune réponse en réalité.

3 m² c'est mignon , c'est petit , mais un peu pourri en vérité.

C'est tout froid , mais c'est encore toi que j'aime le mieux , parce que j'ai perdu le gout illusoire de croire.

Même en toi , qui a été le premier à me lacher. Mais au fond , t'inquiète ca n'a fait que se renouveller . Je te le dis assez ...

Pas grave , comme tu disais , j'ai un caractère en fer forgé , mais même l'acier peut se briser.



Titre: fermons la maison
Posté par: vanillablue le 07 mars 2008 à 23:43:09
Comme un souvenir s'enfuit ,
les kilomètres et les vies aussi.
On se laisse aller à penser
on range les souvenir en étuits.

On les ressorts tendrement
Les admirant , les chérissant.
Pour mieux parler d'antant
Pour ne pas oublier avant.

Ou ouvre un étuit d'images
Poussièreuses et jaunies.
Qui rapelle à notre esprit
qu'on a vieillit en partage

On y pense et on sourit,
On pleure puis on oublie.
Ainsi s'en vont, et laissons.
Nous refermons la maison.

Titre: Re : Mon aimé ....
Posté par: vinnie le 11 mars 2008 à 23:23:04
Qu'est ce que j'aimerais savoir écrire comme toi  :smt023  
Titre: Reves et autre conneries du même aquabi
Posté par: vanillablue le 12 mars 2008 à 18:54:57

Ils entrent en vous vapoureux
légers , une éfluve d'insensé .
Volute de fumée , envolés,
Vous abandonnent amoureux.

Si évanessents , saoulants
Ils envahissent votre sang
Vous laissant imaginant
Et finalement vous possédant.

Douceur d'un si doux poison
Ils se bousculent à foison.
Et mieux détruire votre raison
Vivez  donc d'interprétation !

Laissez ! un jour ou l'autre.
Vous réclamerez l'antidote
Un gout amer , abandonné
Votre libération est : Vérité.


Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: vanillablue le 14 mars 2008 à 21:15:06
Le testament est fait rien a laisser ...
Juste une liasse de papiers, cachés dans une boite revêtu du secret ...

Mille mots enfilés , accumulés avec l'âge , parlant d'amour inachevés et d'idée aussi peu terminées .
Pas d'enfants pour pleurer et des milliers de souvenir qui s'envolent en fumée.

Si par mégarde quelqu'un les trouvait , peut être voudrait il les nommer : "chronique d'une vie de raté" .

Pour l'instant ils se laissent accumuler , les premier patinent dans le gris , d'autres sont trop cornés , usés pour être avoués , comme des rêves évaporés , dont avec l'âge on finit par ne plus se reveler .


Un destin d'exilé , un être un peu pommé qui aurait voulu laisser , plus que des bouts de papiers , et ces quelques mots qu'on a pas brulé pour ne pas oublier.

Finalement écrit parce qu'on finira seul et soit même oublié.

Une vieille boite laissée : " A OUVRIR APRES LE DECES "
Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: ermione le 14 mars 2008 à 22:17:41
bon......
Vanille......
Si tu utilisais ton talent, ta hargne dans le bon sens  :evil:
Tu arretes tes conneries et tu mets en route la machine en sens inverse : tu es jeune, tout est devant !
La vie est parfois dure et loin d'etre tendre mais tu as tout pour tout lui prouver !!!!!
Alors utilise ton energie positive dans le bon sens et go !
Alors ta liasse de papiers tu l'as gardes si tu veux mais tu la mets de cote, et on en reparle dans 10 ans ! Et la......tu auras certainement un tres gros sourire en la relisant.....
Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: vanillablue le 14 mars 2008 à 22:33:06
 :-''  heu en passant c'est juste inspiré d'une vieille face B que j'étais en train d'écouter  :smt082  :ptdr:  :smt044


Titre: Re : Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: ermione le 14 mars 2008 à 22:34:13
:-''  heu en passant c'est juste inspiré d'une vieille face B que j'étais en train d'écouter  :smt082  :ptdr:  :smt044




euhhhh  :-k  rien  :-''  :mrgreen:
passe a la face A, suis certaine qu'elle est meilleure  :mrgreen:
Titre: Re : Il faut bien s'en aller ...
Posté par: vanillablue le 14 mars 2008 à 22:44:33
 :-''  :roll:  dis donc heureusement que ce que j'écris c'est pas ce que je pense parce que ca ferait longtemps que je me serais flinguée  :smt005  :smt005


d'ailleurs ma valise moi elle est trop belle ! et au prix ou je l'ai payée je te garantis que c'est moi qui la fait avancer à coup de pieds et pas l'inverse  :mrgreen:
Titre: Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: vanillablue le 18 mars 2008 à 22:45:44
Je laisse là ... il est parti tout bas en me laissant là , avec ce que j'avais , certes pas grand choses qu'on puisse considérer. Juste trop de choses entamées mais qui n'ont jamais finies d'êtres esquivées.

Je l'ai laissé filé puisque c'est ce qu'il voulait... Qui suis je pour contrarier sa liberté d'aimer , une femme , cent femmes ?

D'une unité; nait  la multiplicité. C'est une question d'arithmétique , un peu trop chimique.

On peut additionner , mille pensées , milles intentions , la conclusion finirais dans la déraison.

Soyons pragmatique, laissons filer les investissements , sans regrets , comme les cracks boursiers. A trop vouloir jouer avec les intérets justes financier , l'humanitaire et les bonnes pensées sont rarement investit la ou il y a du profit ..

Et puis finalement , j'étais assise sur un puits d'or que je n'avais pas su estimer malgrés toute ma sincérité.

Laissons ce qui appartient au passé pour mieux nous renouveler ...
Titre: Re : Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: Marianne21_bis le 19 mars 2008 à 11:33:44
Laissons ce qui appartient au passé pour mieux nous renouveler ...
plus facile à dire qu'à faire mais le désirer est le premier pas pour y arriver  :wink:
Titre: Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: Coco le 26 mars 2008 à 06:25:18
Tiens, ce matin, j'avais envie de relire tes beaux mots pour donner un peu de poésie à ma journée, du coup, je laisse la trace de mon passage, je fais remonter le fil !
 ;)
Titre: Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: nouche le 27 mars 2008 à 10:36:22
Tiens, ce matin, j'avais envie de relire tes beaux mots pour donner un peu de poésie à ma journée, du coup, je laisse la trace de mon passage, je fais remonter le fil !
 ;)


et comme je n'avais pas lu je t'en remercie  :smt023

c'est beau Vani , j'admire cette facilité de sortir des phrases comme ça  :prosterne:  :prosterne:  :prosterne:
Titre: Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: paquita le 27 mars 2008 à 13:20:49
Merci d'avoir fait remonter le fil :-P

Et bravo a celles qui écrivent si bien
Titre: Re : trucs en vrac et sans buts
Posté par: vanillablue le 28 mars 2008 à 17:00:10
ben merci mais franchement y'a pas de quoi  :cache:
Titre: plata plata plata , j'aurais de l'inspiration au bout de trois ...
Posté par: vanillablue le 01 avril 2008 à 23:35:42
On meurt pas d'être désabusé
On vit juste un peu en appartée.
Des rêves de gosses à canaliser
Juste des nuits blanches sans s'aliter.

On ne gagne rien à se laisser aller
On sourit juste dérière des façades.
Pour mieux se fondre dans la société
Juste un peu de nous qu'on brade.

ch 1 :


Je vous chanterais pas de quotidien
Rien à voir avec une vie de chien
J'ai juste trop révé de m'envoler
J'ai juste rêvé de me laisser aller.



On ne vit pas à rester ainsi cloitré
On a juste peur d'affronter la réalité
Pour mieux que vous pardonniez
Nos  petits excés de médiocrité


On ne gagne rien à se laisser aller
On sourit juste dérière des façades.
Pour mieux se fondre dans la société
Juste un peu de nous qu'on brade.


ch 1

On se perd juste à essayer d'esquiver
On pleure juste dans notre intimité.
Pour mieux se mouler à ces véléités
Juste pour se révéler a la nuit tombée.


ch 2 ( spell / slow)

Je vous chanterais pas de quotidien
Rien à voir avec une vie de chien
J'ai juste trop révé de m'accepter
J'y ai  juste trouvé de la médiocrité.




 :-k  une daube de plus  :smt082
Y'a des jours on ferait mieux de pas être insomniaque  :smt082
Titre: Chansons de nanas
Posté par: vanillablue le 05 avril 2008 à 19:11:42
travers de personalité :


Trash simulé


Je suis une fille de la rue
Pour deux francs six sous
J'aguiche et je me dévoue
Imagine, immmmmagine moi ... nue.


Rest'  là , r'garde moi
T'es déjà partis en émoi
C'est ça , laisse toi ,
gliss toi , viens vers moi 

Un sourire , un cil qui bat
Si bas , qu'une chose va
Va en toi,  voilà laisse toi
Oublie, oublllliiiiiiiiiiiie la .... là !

Et rêver allonger de s'étaler
De se lover , de s'oublier
pour la postérité , imaginer
J'me laisse aller à me souiller

A me souiller, et à mieux bouler
Les gars com' toi j'ne suis pas
Une fille com' ça , et puis voilà
Regarde moi , regarrde ... toi.

Je soupire , je joue des reins
Just' pour mon bien, pas pour le tien.
J'attise , j'attire pour mes délir'
J'allume le feu pour mieux partir.

Pour retrouver , mon univers
Oublier que j'pars en l'air
J'use de moi  , j'abuse de toi
Un cinéma, qui est laaaaa ... en moi .


j'allum' , je gliss puis et j'envoie
Un dernier signe , et puis s'en va
un soupir' et puis  je me noie
Dans la foule , oublié l' cinémaaa ... et toi.
l




Titre: Re : Van ... Zo. Assumé
Posté par: saxdemars le 05 avril 2008 à 20:22:06
Sur une musique style old blues accompagné par un big band ca doit etre pas mal !!!! En tout cas j aime bien le texte. bravo  =D>  =D>  =D>
Titre: trash simulé
Posté par: vanillablue le 05 avril 2008 à 21:32:58
nan en fait c'est plutot trash rock , d'ou les phrase un peu allongées , un peu étalées !  :smt102
Titre: Blonde en wonderbra.
Posté par: vanillablue le 07 avril 2008 à 18:52:47
Petite dédicasse à plein de nanas qui ont pas su s'aimer , blonde ou pas ...



Je suis une princesse en plastique
Si douce , si blonde , si magnifique.
Tout avec moi est simple et magique
Si doux, si plaisant,  si syn-thé-ti-que.   
       ( choeur : si pa thé ti que *twice)

Je compte pas les gars qui rev' de moi
Faut dire que j'ai travaillé dur pour ça
Donné , à m'donner pour y arriver
Ou pour gommer quoi j'ai déjà oublié.

Mais dis moi t'aime quoi déjà chez moi ???
Peut être le fait que je te contrarie pas
Mon pti sourire pas du tout esquissé
Ou mon wonderbra qui fait pigeonner.

Je sais mes seins te  font bien fantasmer
Je sais bien qu'il ont tout pour faire réver
Je suis pas Newton je sais échapper
A ce machin qu'on appelle la gravité


Je suis une princesse en plastique
Si douce , si blonde , si magnifique.
Tout avec moi est simple et magique
Si doux, si plaisant,  si syn-thé-ti-que.
         ( choeur : si pa thé ti que *twice)

Je compte pas le nuit ou j'reve tout bas
Faut dire que j'ai trop réfléchis sur ça.
Pleuré , et plus réver pour plus penser
Que j'aurais juste voulu être aimée.

Mais dis moi pourquoi tu m'aimes pas  ???
Peut être le fait que je te contrarie pas
Mon pti sourire qui ne sait pas s'imposer
Ou mon wonderbra qui m'fais regresser.


Je sais mes seins ne font qu'allécher
Mais c'est pas assez pour me fair' aimer
Je suis pas Newton mais si on m'avait aidé
J'aurais jamais sombré dans tant d'gravité.



Je suis une princesse en plastique
Si douce , si blonde , si magnifique.
Tout avec moi est simple et magique
Si doux, si plaisant,  si syn-thé-ti-que.
         ( choeur : si pa thé ti que *twice)




Je suis une princesse en plastique
Si douce , si blonde , si magnifique.
Tout avec moi est si simple, si érotique
Si dur, si déplaisant,  si pa-thé-ti-que
         ( choeur : tra gi que*twice)
l
Titre: Re : Chansons de nanas
Posté par: Coco le 07 avril 2008 à 20:33:56
Hum....
 :oops:
Merci, Vani tout simplement !!!
 O:)  
Titre: Re : Chansons de nanas
Posté par: vanillablue le 07 avril 2008 à 20:37:11
 :cache:  j'oses pas le prendre comme un compliment  :cache:

sinon c'est le plus beau qu'on m'est fait
Titre: Re : Chansons de nanas
Posté par: Born_to_be_Marseillaise le 07 avril 2008 à 20:42:04
 :shock:  :-#  :-$ je reste sans voix.....ouais, c'est clair, on peut pas écrire ça quand on est tralala youpi

 =D>  :smt023
Titre: Maman m'a dit ...
Posté par: vanillablue le 07 avril 2008 à 21:14:07
 :cache:  merci m'am BT' !


Titre: Re : Chansons de nanas
Posté par: Coco le 07 avril 2008 à 21:38:45
C'était pourtant un compliment, çà veut dire  : c'est trop beau ce que tu as écrit pour y rajouter des mots, tout simplement !
 ;)  
Titre: zut jpour une fois je l'aime celui là
Posté par: vanillablue le 16 avril 2008 à 20:56:11
Pour une fois à la relecture , ca rime de travers y'a rien à en tirer , mais mince. Je veux pas dire mais je l'aime celui là. Je sais pas pourquoi , mais plus les gens sont à la rue plus , ils sont jugés plus ils ont quelque chose de touchant et plus ils ont à vous apprendre ...


C'est le soir au fond d'un comptoir
que je t'ai rencontré fallait pas juger
un homme a moitié défoncé et
une femme qui ne faisait que s'enfoncer.


T'avais un air un peu pervers
Et moi j'accumulais les verres.
Même à l'église ils auraient pas prié
Parait même qu'on fait assez pitié...

A ces gens qui prèchent la moralité
On du juste se laisser un peu aller
Se laisser aller à oublié que c'était
Finalement le bon dieu nous avait oublié.

Oubliés on a finit par se trouver
à s'aimer, comme on pouvait
J'essaye de retrouver le pallier
et toi t'essaye de me guider.

Pas le temps de se projetter
Nos vies sont déjà si entamées
Qu'on se risquerait surtout jamais
A attaquer de trop gros projets.

Faut pas demander à des pommés
de trop envisager à trop risquer
Plus loin que la première bière du matin
celle qui nous soulage , nous fait du bien

Faut pas trop espérer quant on a déjà
Tellement espéré qu'au fond on a
Tellement dégusté, laisse tout ça
Aux gens qui vont bien , qui y croient.

Nous on est juste de passage
et demain personne ne rendra hommage
A notre belle image , alors on reste sage
On ne cherche plus aucun présage.

Dans cette vie , on est juste de passage
On a bien cru à tout leurs foutus adages.
Mais leur moralité c'est elle qui nous amené
La ou tous le monde a finit par nous rejetter.

Alors bois , pour mieux oublier qu'on est jugé
Si t'en a pas assez je suis la pour t'aider
Si rien d'autre ne peut venir soulager
Leur pitié , je suis là pour t'y aider.




Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 17 avril 2008 à 06:19:21
Ben je sais pas si il y a rien à en tirer ?
Peut-être un peu par çà, ou un peu par là ?
Parce que tu l'aimes !
Et moi, je l'aime bien aussi, malgré sa réalité !
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: vanillablue le 18 avril 2008 à 18:39:30
Du jour ou tu es né  , désenchanté
Tu as appris ce qu'était la vie
Depuis tu t'assois sur tes envies
Pour survivre tu apprends à crier.

Du jour ou tu essayes de marcher
Tu as appris la peur de trébucher
Depuis tu sais que tu dois chuter
Tu essayes toujours de te relever.

Mais tu as oublié ou tu devais aller
Tu ne sais et tu cherches à regret
Le sourire réconfortant de ta mère
La main secourable de ton père.


Du jour ou tu as appris à parler
tu essayes de faire partager des idées
Depuis les mensonges et les trahisons
T'ont appris à te taire par raison.


Du jour ou tu as cru une fois aimer
Tu ne fais qu'essayer de pardonner.
Depuis tu cherche juste à oublier
Au fond de tes larmes tu t'es trouvé.



Mais ce que tu vois n'a rien pour t'aider
Tu ne sais et tu cherches à regret
Le sourire réconfortant de ta mère
La main secourable de ton père.


Du jour ou tu t'es senti adulte assumé
Tu n'as fait qu'essayer de regresser.
Depuis tu te tais et tu laisse glisser
Et tu ne sais ce que veux la société.

Du jour ou tu es né tu ne fais que ramer
Tu sais que tu n'as pas finit d'en baver.
Et meme ta mère ne pourrait réconforter
Ni ton père combler la tombe que tu as creusé.





Titre: Dans un coin du forum ... vit une fougère
Posté par: vanillablue le 24 avril 2008 à 19:47:46
Je suis née de l'amour du soleil
et de la terre en fusion ...
A des temps plus cléments.
Et s'entendent à merveille
Deux vieux amants lassant.
Amours sans illusions.
Comme si de rien n'était.
Sur le limon d'une terre désolée.
Virginale , je suis née.
Pour toi Chalant,
tu n'y vera que de l'aridité.
Laisse donc. Ce qui a fait
ce que je suis te sera ignoré à jamais..
Poursuis ton chemin ,
Je pourrais te conter en vain
Mais des terres luxuriantes
seront bien plus acceuillantes.
Pour rien je ne t'en veux...
Rien a maudire même pas Dieu.
Mais fougère , née de rien.
Si ce n'est d'un amen.
Et du destin...
A tes yeux ma terre
Est un doux cimetière.
Je baigne dans des sols austères.
Mais pourtant que nenni
Le Créateur m'a bénit et je souris.
J'ai poussé sur un sol rocailleux
Et j'ai poussé baignée par les cieux.
Les larmes arrosent peut être ma vie.
Mais la terre qui m'a pétrie.
M'a donné assez d'envie.
Pour sourire au soleil,
Et bénir l'Eternel.
Pour l'aridité et au fond garder
Cette volonté d'exister.
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Born_to_be_Marseillaise le 25 avril 2008 à 10:01:20
Amen  :D
Titre: Re : Re : Improvisations ...
Posté par: vanillablue le 25 avril 2008 à 17:49:03
Amen  :D

 :smt082  je savais bien qu'elle sortirais du fouret  :smt082
Titre: fi galbi ...
Posté par: vanillablue le 03 décembre 2008 à 00:38:45
Pousser ,  pas de rêve autorisé.
se débrouiller, dans l'urgence d'une infinie survie.
Trop entourré pour respirer ,
comme si on allait nous enlever.
On nous laisse pas le temps d'aspirer
Certain grandissent sous barbelés
laissant leur rêve sur le pallier
imaginaire d'une maison rasée.

Ici la bas , pas le temps de s'attarder
Sur les morts sur le pallier de la maisonnée.
Présent à chaque pas , comme un glas
Qu'on finit par toucher las ...

Mektoub , wa ahdoullahi ...
Les gosses de morts vous asphysient
Vous aiment jusqu'à l'apoplexie.
Sans terre on noie le passé
Dans un quotidien trop bien géré.

Endocrinés à ne pas se faire remarquer
Programmé à se protéger
A jamais se laisser aller
A imaginer construire un jour
Simplement rester figés , se taire
et laisser filer sans attendre de retour.





Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 03 décembre 2008 à 06:07:28
Ouf, tu reprends ta rubrique en beauté !!!
 :smt023  
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: vanillablue le 03 décembre 2008 à 07:51:21
wai off , nan ca fait bien longtemps que j'arrive plus à écrire de toute façon ! je suis plus inspirée par mon mal de dos  :smt005  :smt082


pkoi tu as répondu heeeeeuuuu , j'allais le jetter
Titre: Re : Re : Improvisations ...
Posté par: Fauvette le 03 décembre 2008 à 07:59:15
pkoi tu as répondu heeeeeuuuu , j'allais le jetter

 [-X  t'ai déjà dit : Faut pô jetter !!!  :mrgreen:


 =D>  =D>  =D>
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 03 décembre 2008 à 09:13:13
 [-X
Le jeter, mais çà va pas, dis donc, complètes plutôt, parce que tu peux si tu veux !!!
 ;)  
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: hermine le 03 décembre 2008 à 11:17:34
 =D>
+1 avec Coco et Fauvette : faut pas jeter. [-X
Titre: Abbi ... mon père
Posté par: vanillablue le 03 décembre 2008 à 22:06:04
Recycler alors  :smt102  Nan mais ohhh ! c'est MES DAUBES dediou  :smt100  #-o  :smt011




Cet hivers un chêne est flétrit
Aucun plus droit à ma mémoire.
Il est courbé mais plein de gloire
Déraciné, blessé il survit ... il survit

Je compte les lignes sur son tronc
Je cache ces larmes qui s'en vont.
Il nous a abrités les jours de pluie
Pas même laissé une nuit ... une nuit


Il m'a appris à ne pas plier
Avec la force d'une fierté
Qui n'a pas de lieux pour exister
pour croitre et résister à jamais ... à jamais


C'est son écorse qui fais de moi
Et pour toujours Il est ma loi
C'est à cet homme que je le dois
En personne d'autre je n'ai foi , je n'ai foi.


Abbi  dahlia tahi  ( Mon père mon arbre )
Fih ohmri hani .. hani ( du plus profond de mon être je suis ... je suis ....)


Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 03 décembre 2008 à 22:07:29
Trop tard, tes daubes, tu les as partagé avec nous, et on est gourmande, on en redemande, tant pis pour toi !!!
 :-''  
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: vanillablue le 03 décembre 2008 à 22:10:20
Je vais te les pondres en arabe mes daubes tu sera bien avancée  :smt005
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: hermine le 04 décembre 2008 à 09:09:30
Chiche? ;)
Titre: Nomadisme ...
Posté par: vanillablue le 08 janvier 2009 à 20:08:55
Lassés d'être là, déjà
depuis notre mise bas.
Nous allons , et venons,
Sans raisons nous airons.

L'exil comme religion,
Sans terre et sans nation.
Tout bas,  justes las ...
Cherchant pourquoi : Là ?

Ailleurs , semble meilleur
Plutôt que cette torpeur
Qui glace nos envies,
Ici et pétrifie nos vies.

Chercher à s'enraciner
La ou le vent peut porter.
Partir sans rien laisser
Essayer de se retrouver.

Passer milles ans poursuivre
Courir à se rendre ivre
D'utopie en combats
Et mieux s'oublier soi.

Bateau sans port d'attache,
Les nomades sont lâches.





Titre: Gaza .... et moi....
Posté par: vanillablue le 21 janvier 2009 à 19:15:28
Gaza .... condoléances jamais envoyées


A mon amie Aida

Ta grand-mère chantait sous les oliviers , jeune mariée , elle buvait ce que le vent portait.
Jusqu'à ce grand fracas , et la fuite des assassinats. Deux enfants sous le bras . Ton père et Hannah.
Fuir et se réfugier , survivre , et protéger ceux qui restaient. Une vie à pleurer sa terre ont finis par l'achever...
Et ceux qui restaient , qui n'ont jamais cessés d'espérer revoir les oliviers , sentir leur terre sous leurs pieds ...
Ils rêvaient , ils priaient , tremblaient... Vivaient , survivaient... Perduraient malgré ...
Hannah , ton père , toi réfugiée. Toi cette jeune mariée, qui pleurait, sans une mère pour te serrer. Ne me parle plus des oliviers, par pitié : " Tu es là ! aller ! Profite de cette journée "

Et le temps à passé , on s'est un peu laissé , Seyff t'a épaulé , j'ai même pas pris le temps de te voir accoucher loin des oliviers.
Je me souviens juste des soirées passées à en parler , du jour ou tu ramènerais tes enfants visiter , ce grand- père et se frère laissé derrière les barbelés.

Aïda , ne pleure pas." Les oliviers sont depuis bien longtemps rasés mais il y a encore manière a espérer.... Ton père et ton frère sont encore là " La vie perdure même aux aboi ...

Je te l'ai dis , répété je ne sais pas pourquoi ,malgré  cette même angoisse que je portes en moi. De cette histoire qui n'en finit pas de nous voler , plus longue qu'une éternité , ceux que nous aurions du avoir le temps d'aimer...

Aîda tu sais , ces mots je les ai pesés , mais je n'ose plus t'appeler. La douleur me ramène ces mots du passé. Ces mots que j'ai dis pour t'encourager , ces mots que je me répétais.

Maintenant que ton père n'est plus qu'on a rasé les oliviers , que les petits de ton frères s'en sont allés...

Je ne sais plus prier, j'ai juste envie d'essayer de trouver un gramme de force de trouver au seuil du pallier quelqu'un qui me fera espérer ...

Dieu nous a laché , j'ai plus la force de prier sous cette iniquité ... J'ai plus le courage d'appeler , je n'ai plus la force de prier ... J'ai essayé , mais je ne comprends plus comment espérer ...

Peut être un jour à l'ombre des oliviers
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Charito le 21 janvier 2009 à 20:03:40
Ce n'est pas Dieu qui nous a lâché .. c'est la lâcheté des hommes et leur cupidité qui sont responsables de tous ces malheurs.

Pour garder leur trône et leur gloriole ils ont cédé à toutes les pressions et à tous les calculs meurtriers.

Qu'importe un peuple pourvu qu'on ait le pouvoir ?  :smt011
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 21 janvier 2009 à 21:31:54
Peut être un jour à l'ombre des oliviers ?
 :smt102
Difficile de te répondre !
En tout cas, il faut le souhaiter
Ton avant-dernière phrase est peut-être pesée
Et pourtant, comment continuer 
si même toi, tu dis ne plus savoir comment espérer ?
Fils et filles de la terre, on est tous les enfants de l'olivier sacré,
L’olivier millénaire est l'arbre symbole, tu ne dois jamais l'oublier !!!
Titre: Conjuguez donc !
Posté par: vanillablue le 22 février 2009 à 17:37:19
Je te laisse là . Je tourne le pas. D'autres voies s'ouvrent à moi, t'inquiète pas. Tu n'existes pas. Des mois que je dis ça.

Des mois , et moi. Moi trop prétentieux pour exister. Une idée à peine dévoilée aussi vite niée.
Je suis. Et lui. Des idées qu'on s'interdit même la nuit. Comme l'idée du génie qui luit.
Trop élevé pour être abordé. Trop compliqué pour être envisagé. Ca n'empêche pas d'aimer.

Pas plus loin que son métre carré. Ne pas se laisser égarer. Se murer. Ne pas regarder. Surtout ne pas essayer.

Rester et laisser filer. Quitte à pleurer.

Edité le : 22 Février 2009 à 17:37:19
Passé composé

J'ai été . Les autres aussi d'ailleurs. Ils ont été sûrement. Plus facile de composer avec son passé , que de s'essayer au présent.

Je suis. Présomptueux , j'essaye d'être et j'ai déjà du mal, voyez vous. Le présent est un temps trop pesant.

Imparfait ? Définitivement , j'étais simplement , plus que peu parfait. Voilà qui correspond.

Plus gai que le plus passé simple. Je fût ça ne laisse plus grand chose à envisager , mais n'allez pas chercher le futur est trop dur.

A moins qu'il soi futur antérieur : J'aurai été. et autant de rêves brisés.

J'eus été , c'est plus antérieur comme projet fellé , semble approprié .

N'envisagez pas de façon subjonctive. 

Que j'eusse été mais vous voyez bien que vous n'y êtes pas arrivé , inutile d'en rajouter, inutile d'essayer d'excuser ce qui n'est pas arrivé ...

Au présent que je sois maudit oh oui !

Autant envisager au conditionnel et ne pas trop tenter le futur , un gramme d'humilité quant on est raté ... 

J'aurais été , oui on sait , mais la condition a fait que tu n'as pas fait ,alors reste à l'imparfait ... ce que tu es ...

Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 22 février 2009 à 19:02:47
Pétard, apprendre la conjugaison avec toi, Vanille, çà laisse rêveur...
 8-[
Titre: Nouvelle : Je ne suis de nulle part
Posté par: vanillablue le 08 mars 2009 à 14:22:36
C'est sacrément bancal cette affaire  :-k , je me tenterais à la retravailler , quant j'arriverais à la relire ... un jour  :-k


Rani fi dar wa fil denia :





Je ne sais pas pourquoi j'ai atterris ici , je suis juste venu. Depuis je ne sais pas ou je vais d'ailleurs.
Je vois les gamins qui poussent le ballon , ça m'était arrivé à moi aussi de jouer avec mes copains... C'était bien. Et puis on a plus pu trop sortir.

Nos parents ne nous laissaient plus au début. Puis il a bien fallu apprendre à faire avec. Se débrouiller et se risquer à vivre malgré. Quant ton ventre se serre et qu'il n'y a plus rien à manger.

Finalement , le fracas des bombes , la peur de la mort remplace vite tes envies de jouer au ballon.

A la maison , on était 6. Ma mère , mes quatre petites soeurs et moi. On a tout laissé, le jour ou ils ont rasé le village d'à côté ...

On est remonté vers le Nord , avec nos vêtements sur nous. Les petites collées qu'on tenait par la main ... On a marché de jour en regardant bien devant , à l'arrière , partout ...

J'avais le fusil de mon père , collé contre moi , et je crapahutais pour ouvrir la voie au petit matin. L'angoisse , vous connaissez ?

L'angoisse du barrage , de finir le cou à l'air , gisant sur le côté. L'angoisse pour ma mère, et mes soeurs de finir ... De finir , avant de tomber le cou à l'air , que ma dernière image soit de les voir déshonorées , devant moi. Je crois lâchement que j'aurais préféré avoir le cou tranché avant.

Mais ils aiment te prendre à témoin , te faire entrevoir la mort avant. Avant de te la donner. Te marquer, souiller ceux que tu aimes. Après seulement il t'achèvent une deuxième fois. En fait il te libèrent.

Dans le village d'à côté , ils ont laissé une femme pour témoigner. J'aurais préféré  mourir le premier pour ne pas voir ce qui aurait pu arriver.

Alors , j'ouvrais la route à chaque sentier, pour sécuriser ma mère et mes soeurs. Ou pour me sécuriser , afin d'être le premier à tomber.

Le vieux fusil de mon père je m'y accrochais comme il y a peu je m'accrochais au bras de ma mère... Comme si il pouvait me sauver de tout, comme pour me rassurer. J'étais depuis bien longtemps l'homme de la maisonnée , j'avais 11 ans ...


A suivre ...



Titre: Re : Nouvelle : Je ne suis de nulle part
Posté par: vanillablue le 08 mars 2009 à 16:42:31
Attendre les confins de la capitale , Rovigo.  Atteindre et voir gagné d'une terreur encore plus immense , le chemin que nous gagnons ...

Nous fuyons notre village , vers quoi ? Un monde tout aussi gangrené de terreur ... Les habitants nous offrant un bout de pain sur leur propre misère sur le chemin , nous annonçaient que la terreur avait gagné le pays ...

Cette odeur de mort , cette même crainte , cette même effluve de sang et de putréfaction avaient embrasé la terre aussi loin que mes yeux pouvaient embrasser.

La moindre perspective étaitt morte en chemin ... Juste cette peur de la mort et même...

Survivre pour quoi ? Atteindre Alger et alors ? Je ne vivais un temps que pour ça ... Les mettre , nous mettre à l'abri ...

A l'abri de la mort ? Une fois atteint Alger , j'ai entrevu la grand poste ... Une bombe venait de sauter ...

La mort ne finira pas par nous quitter. Il n'y a pas d'abris ici , ou que tu ailles ... Si il ne te saisit pas au coin du sentier , elle te ceuillera au coin de la rue .

Survivre encore. 5 bouches à nourrir et plus l'ombre d'un arbre , plus une bête qui te nourrira ...

Ou nous sommes nous enfoncés ? Je ne sais, mais ils sont des milliers comme nous a chercher leur subsistance dans les rues d'Alger ....

Nous essayons chaque jours de survivre , de nos abriter dans des barraques de chantier avant de nous faire expulser... Et quant la nuit gagne , ne pas se faire remarquer , se terrer comme des rats en attendant que le couvre feu laisse place au jour. Sans être rassurer.

J'ai vu les joues de ma mère fondre. Ses joues creusées , ces cernes , ces cheveux blanchis, ma mère hier si rassurante et voluptueuse n'est plus qu'un cadavre. Un cadavre qui se force à sourire .Elle coupe sa maigre part de nourriture pour nous. J'ai appris à ne plus ressentir la faim et à casser mon bout de pain aussi ... A entendre les petites crier dés qu'une déflagration se fait aussi ...


Titre: Re : Nouvelle : Je ne suis de nulle part
Posté par: vanillablue le 08 mars 2009 à 17:49:39
Et je me souviens de ma maison. La maison qu'avait construis mon grand père. Bien au dessus des autres , au milieu des arbres...  Si on avait froid il suffisait d'allumer le feu. Si on avais soif il suffisait de t'abreuver... Si on voulais pleurer il suffisait de se souvenir ...

Il suffisait ... De bien piètres souvenir , il ne nous reste plus que ça. On n'a plus le droit de pleurer , juste d'affronter... Loin de notre terre dans notre misère...

Nous en étions arrivés à mendier à la sortie des mosquées ...

Quel avenir chercher ... Mes pas à ce moment ont finit par basculer... Je ne sais ... Aux images d'une prospérité, au loin ces gens qui avaient à manger , je finissais par céder.

Et cette idée , de vouloir nous faire subsiter. Comme eux les immigrés , que je voyais , gavés. Revenir ces années , les bras chargés de cadeaux et de mets ...

Et nous nous voilà là gisant dans notre mendicité ...
Titre: Re : Nouvelle : Je ne suis de nulle part
Posté par: bleuet le 08 mars 2009 à 18:34:57
 :-(
Titre: Le cafard et le papillon
Posté par: vanillablue le 31 mars 2009 à 12:49:31





Le cafard et le papillon



C'était un de ces jours que l'on maudit par tous les dieux et par la pluie. Gris. Asphalte , bitume , ciel, même les chalants semblaient participer à la monochromie.

Il était de ces espèces discrètes , fluet , il pouvait disparaitre au coin d'une rue et se fondre au milieu des gens gris. Rien ne le distinguait , et la distinction n'était pas son soucis. Allant d'un pas constant et rapide , on ne sait ou. La foule l'épousait bien mieux qu'une femme n'avait su l'aimer.

Il était pourtant capable de parfois s'arrêter, sans réellement s'attarder. Quelques minutes , pour parler sans jamais s'impliquer. C'était une fuite permanente. Vers on ne sait quoi.

Je l'appellais Gabo *. En souvenir de la belle endormie de l'avion**. Rencontré par hasard , suivant une même route et s'en allant comme d'un rien. Et laissant l'auteur fébrile pour un temps.

Je n'ai rien gardé de ce jour pluvieux , si ce n'est le souvenir de sa délicatesse. Léger papillon , se posant. Illumine un court instant le gris ambiant d'une magie subtile.

Une odeur de printemps, une beauté juvénile et des grâces d'enfant. Les enfants son vivaces et ne se concentrent jamais trop longtemps . Leur émerveillements durent un temps , ils courent de points en points.

Les papillons s'envolent aussi.

Emportant avec eux la chaleur. Butinant au grès. Reprenant le printemps alloué. Et tout redevient funeste.

Le papillon n'a de sens que parce qu'il est éphémère et libre. Il ne s'égare jamais à trop s'attarder. Inutile d'essayer de l'attraper. Je n'avais pas des airs d'entomologistes assez poussé pour me priver de l'observer.

Je laissais donc Gabo s'envoler. Le recroisant , butinant au vent, suivit de prés par une entomologiste tendrement araignée, qui tisse des filets à papillons.

Femme arachnide, charmant à foison. Peut être as tu tétanisé le papillon ? Je ne sais , si ton poison a été assez fort. Mais j'espère que tu le laissera voler.

Je laisse là les insectes altiers et je retourne dans ce monde gris.

Les insectes d'en bas dont je fais partie , aiment le gris. Grouillants , malaimés , ils n'inspirent aucune beauté. Bien a l'abri sous leur carapaces fragiles, il se laissent aller parfois à rêver de ces insectes d'en haut , léger, volant, envoutants.

Le cafard ne s'attarde jamais trop à regarder , trop de chaussures à esquiver, tétanisé par la peur de se faire écraser. Il vit dans la terreur et ne se laisse pas aller trop longtemps à réver. Pourtant je ne regrette pas de l'avoir fait.

Le papillon s'en est allé , le cafard est retourné se terrer. Ainsi la vie suis sa continuité.

Tout est gris.



* surnom de Gabriel García Márquez.
** Douze contes vagabonds .
Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: Coco le 31 mars 2009 à 17:32:44
J'aime pas le gris,  :smt011  mais j'aime les papillons et j'aime Gabriel García Márquez !  :smt023  
Titre: Complainte de l'assoiffé , soufisme.
Posté par: vanillablue le 12 avril 2009 à 20:29:17
Complainte de l'assoiffé

J'ai vu cet astre luisant
Trop fort ! écrasant, brulant.
Tant, la terre brulait
Rien ne poussait.Gémissant
J'ai fini par le supplier.
Mais il n'a pas daigné
Une seconde m'abreuver.

Chemin faisant j'ai fini
Par suivre un chameau.
Lui savait ou l'eau jahit
Rampant, je criais "Mon beau
Je prie devant toi ! Mène moi."
Mais fier comme un roi
il me laissa là.

Fatigué , je me révoltais
Et ne finis par ne plus croire.
Je me suppliais de trouver
et me perdait en rêves illusoires.
J'étais au supplice , mais de quoi.
Je finis par m'en vouloir à moi.
Je n'étanchais pas ma soif en soi.

A moitié mort j'ai fini par croiser
un autre assoiffé sans âme
Je l'implorais de m'aider.
Ensemble nous nous relevâmes.
Cherchant, je finis par l'épauler.
Toujours plus assoiffé , mais
Heureux de pouvoir partager.


Nous n'étions déjà plus ,
en haut de ce sommet.
Il ne restait plus qu'à prier.
Qui, quoi je ne sais plus.
Nous nous mîmes à prier Tout.
Et entrevîmes le bout ...
D'un palmier qui nous narguait.



http://www.deezer.com/track/312913

Ne me demandez pas j'écoutais juste ça , il en résulte ça !  :roll:  :smt102   :smt017  :smt031
J'y ai vu les mesures d'un chameau  :-k  Je sais pas quant c'est bien trop rapide pour un Hamd :

http://www.deezer.com/track/207219

C'est ça un hamd.  :mrgreen:

 :smt102  Tant pis, c'est bien une improvisation :

Un délire soufi : l'homme prie ce qu'il voit car il ne maitrise pas , finit par ne croire qu'en lui , puis en nous, et finalement en Tout .
Moi , nous , Tout ( Il ) une seule idée. L'homme n'est qu'une composante du Tout ( Dieu , nature appelez le comme vous voulez ).

Tu commences à voir le Je , puis tu finis par croire à Nous et tu entrevois le Tout. Chacun indissociables , composante du même élément. Caché par autant de voiles ...

Je , nous , Il ... La même chose.

Mais encore faut il croire avant à ce nous ... Seul à croire dans son coin on est rien , on pourrait pourtant former ce Tout...  :smt011  Ca s'appelle aussi l'amour ce grand tout  :smt102  :roll:


Titre: Re : Improvisations ...
Posté par: vanillablue le 24 août 2010 à 00:55:02
Son apparence fantomatique, grand gamin fluet , le cheveux paille sous la casquette vissée.

Attend.

Je m'approche , il s'évanouit et se dérobe .

Je vais .

Il revient au petit matin , laissant dans ma bouche un goût de chagrin .

Rien.

Souvenirs qui font frémir, rien de pire , sourires et plaisir.

Rires.

Dix sept ans d'agonie sans lui, et pourtant je vis.

Survis.