Marseille Forum

Une chanson...

Shadow · 14 · 3287

Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Si Tu M’aimes

Je le sens
Je le sais
Quand t’as mal à l’autre bout de la terre
Quand tu pleures pendant des heures
Sur mon cœur… je pourrais hurler
Le jurer même si je ne vois rien
D’où je suis, je sens ton chagrin
Quand je me vois
Sans tes mains
Sans tes bras je ne peux plus respirer
Et j’entends si souvent
Le chant du vent
Qui vient pour me ramener
Vers tes landes, sous ton ciel d’Irlande
Quitter ma vie, sans préavis
Je le ferais, si tu m’aimes

Même si j’ai tort
Tout est plus fort
Que la raison tout est plus fort que ton nom
Que je redis et que j’écris sans arrêt
Sur les écrans de ma vie
Et j’espère que chacune des aurores
Que je vois me mènera à ton corps
Je quitterai tout, si tu m’aimes

Je sais que je n’me trompe pas
Que quelque part au loin là-bas
Tu penses encore à moi
Tu m’as gardé dans tes bras
Une place, un ébat
Dis-le moi tout bas que tu m’aimes
Que tu m’aimes...

Je le sens
Tu penses encore à moi
Je le sais, tu m’as gardé tes bras
Dis-le-moi
Que tu m’aimes...


Lara Fabian.



lara fabian -  si tu maimes.mp3 - 3.20MB

Edité le : 03 Juin 2007 à 06:57:43
Au pays des merveilles.


Je n’aurai plus jamais le même regard qu’hier,
Je ne serai plus jamais, celui que j’étais,
J’ai bien trop aimé, ce que j’ai vu,
Je te suivrai au pays des merveilles,

Je n’irai plus jamais là ou j’étais hier,
Je ne reviendrai pas, sur mes pas,
J’ai bien trop aimé ce que j’ai vu,
Je te suivrai au pays des merveilles.

Depuis longtemps déjà, je t’attendais,
Depuis trop longtemps, je t’espérais,
Et soudain te voila, belle comme le jour,
Avec ton pays et tes merveilles

Je ne veux pas rester là, avec mes souvenirs
Je ne veux pas regretter, d’être resté
J’aime trop ce que tu es,
Je te suivrai au pays des merveilles

Depuis longtemps déjà, je t’attendais
Depuis trop longtemps, je t’espérais,
Et soudain te voila, belle comme le jour
Avec ton pays et tes merveilles

Depuis longtemps déjà, je t’attendais
Depuis trop longtemps, je t’espérais,
Et soudain te voila, belle comme le jour,
Toi mon pays, ma merveille !


Sylvain Cossette.


sylvain cossette - au pays des merveilles.mp3 - 3.30MB
« Modifié: 04 juin 2007 à 20:47:56 par Shadow »


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Ce qui me reste de toi.

Ce qui me reste de toi
Bien après ton départ
Des instants des quelques fois
A trier dans le noir

Ce qui me reste de toi
Des bouts de notre histoire
Et je compte sur mes doigts
Ce qui est dérisoire

Tant de sentiments déçus
Qui se mêlent aux remords
Tout ce qu'il aurait fallu
Tout ce qui n'est pas mort

Ce qui me reste de toi
Ô mon stupide espoir
Qui veut m'imposer sa loi ?
Le cœur ou la mémoire ?

Tant de sentiments déçus
Qui se mêlent aux remords
Qui de nous deux l'a voulu ?
Lequel a tous les torts ?

Quelques instants suspendus
Quelques moments si forts
Tout ce qui ne sera plus
Tout ce qui dure encore

Ce qui me reste de toi
Bien après ton départ
Des instants des quelques fois
Des bouts de notre histoire
Ce qui me reste de toi
Ô le stupide espoir
Et bien au-delà de toi
C'est mon besoin d'y croire…


France D'amour.



france damour - 03 - ce qui me reste de toi.mp3 - 3.13MB


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Imagine.

 
Imagine un endroit

Un univers uni

Un jardin pour demain

Où l'on parle d'aujourd'hui

 
Imagine un ébat

Qui durerait toujours

Et ça ne serait pas

Qu'une simple histoire d'un jour

 
Imagine qu'une voix

Ne soit pas celle qui pense

Mais plutôt un débat

Interdit de silence


Imagine qu'une idée

Jamais ne nous retienne

Qu'elle soit la nôtre ou non

Pourvu qu'elle nous enseigne


Imagine que le sang

S'échange pour la vie

Que la vie soit l'enfant

D'un ciel sans débris


Imagine que tu parles

Sans te priver des mots

Ils seront tes escales

Ils t'emmèneront plus haut


Imagine que l'amour

Soit le nouveau héros

Et que nos couleurs

S'exilent de nos drapeaux


Imagine qu'une image

Soit belle d'imperfection

Pas un hommage

A la contrefaçon


Imagine que de deux

Ne naisse que le meilleur

Que l'un soit pour l'autre

Un cercle issu d'un cœur


Imagine qu'un galet

Soit le témoin errant

Que nous sommes bien passés

Que nous sommes bien vivants


Imagine si tu veux

Que rien ne changera

Je sais qu'on a fait au mieux

La prochain, lui, pourra


Imagine que la loi

Nous vienne d'une seule croyance

Qui ne rejette rien

Rien que nos intolérances


N'imagine plus rien

Pendant que toi et moi on parle

Je vois déjà nos mains

S'emparer d'une étoile…


Lara Fabian.


http://tinypic.com/view.php?pic=6cor77s


http://www.supload.com/listen?s=S0cjsO3U1J-
« Modifié: 06 juin 2007 à 10:32:15 par Shadow »


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
La corrida.

Depuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noire
J'entends qu'on s'amuse et qu'on chante
Au bout du couloir ;
Quelqu'un a touché le verrou
Et j'ai plongé vers le grand jour
J'ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour

Dans les premiers moments j'ai cru
Qu'il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre
Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l'avoir
Cette danseuse ridicule...

Est-ce que ce monde est sérieux ?
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Andalousie je me souviens
Les prairies bordées de cactus
Je ne vais pas trembler devant
Ce pantin, ce minus !
Je vais l'attraper, lui et son chapeau
Les faire tourner comme un soleil

Ce soir la femme du torero
Dormira sur ses deux oreilles
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Est-ce que ce monde est sérieux ?
J'en ai poursuivi des fantômes
Presque touché leurs ballerines
Ils ont frappé fort dans mon cou
Pour que je m'incline

Ils sortent d'où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier ?
J'ai jamais appris à me battre
Contre des poupées
Sentir le sable sous ma tête
C'est fou comme ça peut faire du bien
J'ai prié pour que s'arrête
Andalousie je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je pensais pas qu'on puisse autant
S'amuser autour d'une tombe
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Si, si hombre, hombre
Baila, baila

Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar...
Y mataremos otros


Paroles et Musique : Francis Cabrel, 1994 «Samedi soir sur la Terre"


http://tinypic.com/view.php?pic=537c1fl


http://www.zshare.net/audio/2160395984626c/


Des heures et des heures durant ils avaient combattus dans l’arène.
Ils avaient dansé la danse de la vie et de la mort.
La danse de la séduction.
Un ballet envoûtant qui ne cesserait qu'au renoncement, au sacrifice de l'un des deux partenaires.
Le taureau, ou l’autre, ce pantin qui agite sa ridicule épée devant le mufle rouge de la bête.
Souvent c’est le taureau qui s’allonge sur le sable doré de cette macabre scène.
Parfois pourtant le bourreau valse une autre valse, au bout des cornes du moderne minotaure.
Dans chacun des cas le public bruyant se réjouit.
Show biz oblige.

Les capes papillonnent sous un soleil aussi brûlant que le sable qui s’envole en lourdes volutes sous les sabots du taureau et les bottes de l’autre.
L’autre qui agite toujours ce morceau de tissu rouge.
Comme le mufle de la bête.
Comme le sang qui tache déjà le sable de l’arène.
Cette dernière devient l’étrange œuvre d’un impressionniste fou.
Telle une toile se gorgeant de peinture, le sol se pare de larges nappes de couleur enflammée.
L’homme n’est pas le seul animal à tuer par plaisir.
On comprend en regardant la bête que parfois les taureaux aussi en sont capables.
Celui-là n’est qu’une masse de muscle et de violence.
On pourrait croire le combat inégal puisque l’homme ressemble plus à une ballerine qu’à un tueur. L’épée fera la différence.
Et cette cape rouge qui tourne autour de l’esprit du taureau.
L'ensorcelle.
 Cette cape aussi devient l'arme du gladiateur grenat.

La danse continue.
Encore.
Sol y sombra.
Odeurs d’une foule bestiale.
On entendrait presque un air de tango.
Flamenco.
Intimes et envoûtantes, les figures s’enchaînent.
Enchaînent le taureau à son destin.
Un pas en avant.
Le dernier.
Le taureau s’immobilise.
Souffle rauque de la bête qui attend.
Espère peut être.
Hurlement d’une foule bestiale.
Reflet d’un soleil sur une épée.
Silence.
Enfin.

J’ai froid.
Allongeons-nous.
Le sable est brûlant.
Peut être me réchauffera t’il.
Frissons.
Le sang bouillonnant qui s’écoule de mes veines et abrite mon corps de tiédeur, teinte aussi l’arène d’un pourpre caillot.
Il était là.
En face de moi.
Ses yeux ne reflétaient rien d’autre que la haine à mon encontre.
Je n’ai pas compris.
Je n’ai pas compris comment ces yeux là pouvaient exprimer autant.
On s’approche.
On hésite peut être à m’achever.
On me bouscule.
Je grogne pour qu’on s’éloigne.
Douleur.
L’épée gît à quelques pas de moi.
Inutile à présent.
Je ne savais pas.


Il faut bien mourir.
Dans l’arène un taureau s’ébroue, des gouttelettes de sang et de sueur dansent dans l’air andalou.
Le sable est noir de sang séché.
Le public a déserté les lieux.
Rassasié de réel.
Silence.
Enfin.

L’épée repose toujours sur le sable.
Un éclat de soleil dégouline de la lame sur le sol doré.
Inutilisée.
Inutile.
La lame git comme tout à l'heure le corps.
Le torero qui vient de mourir n’en aura plus jamais besoin.


Adios.


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Deux enfants au soleil.

La mer sans arrêt
Roulait ses galets
Les cheveux défaits
Ils se regardaient
Dans l'odeur des pins
Du sable et du thym
Qui baignait la plage
Ils se regardaient
Tous deux sans parler
Comme s'ils buvaient l'eau de leurs visages
Et c'était comme si tout recommençait
La même innocence les faisait trembler
Devant le merveilleux
Le miraculeux
Voyage de l'amour

Dehors ils ont passé la nuit
L'un contre l'autre ils ont dormi
La mer longtemps les a bercés
Et quand ils se sont éveillés
C'était comme s'ils venaient au monde
Dans le premier matin du monde

La mer sans arrêt
Roulait ses galets
Quand ils ont couru
Dans l'eau les pieds nus
À l'ombre des pins
Se sont pris la main
Et sans se défendre
Sont tombés dans l'eau
Comme deux oiseaux
Sous le baiser chaud de leurs bouches tendres
Et c'était comme si tout recommençait
La vie, l'espérance et la liberté
Avec le merveilleux
Le miraculeux
Voyage de l'amour.


Jean Ferrat.

http://tinypic.com/view.php?pic=66li1pk

http://www.supload.com/listen?s=Smoy0hQlbce

Edité le : 02 Juillet 2007 à 06:59:26
Voici une chanson que j’aime depuis toujours…Et je ne m’en lasse pas…


Le petit roi.

Dans mon âme et dedans ma tête,
Il y avait autrefois
Un petit roi
Qui régnait comme en son royaume
Sur tous mes sujets
Beaux et laids
Puis il vint un vent de débauche
Qui faucha le roi
Sous mon toit
Et la fête fut dans ma tête
Comme un champ de blé
Un ciel de mai

Et je ne vois plus la vie de la même manière
Et je ne vois plus le temps me presser comme avant
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?

Comme un loup qui viendrait au monde
Une deuxième fois
Dans la peau d'un chat,
Je me sens comme une fontaine
Après un long hiver
Et j'en ai l'air
J'ai laissé ma fenêtre ouverte
À sa pleine grandeur
Et je n'ai pas eu peur
Dans mon âme et dedans ma tête,
Il y avait autrefois
Un autre que moi

Je ne fais plus l'amour de la même manière
Et je ne sens plus ma peau me peser comme avant
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?

Tu diras aux copains du coin
Que je n'reviendrai plus,
Mais n'en dis pas plus
Ne dis rien à Marie-Hélène,
Donne-lui mon chat :
Elle me comprendra
J'ai laissé mon jeu d'aquarelles
Sous le banc de bois
C'est pour toi
Dans mon âme et dedans ma tête,
Il y avait autrefois
Comme un petit roi

Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?
Hé, boule de gomme ! S'rais-tu dev'nu un homme ?

Jean-Pierre Ferland.


http://www.supload.com/listen?s=ST_1eVn6bGx


Edité le : 02 Juillet 2007 à 07:26:18
Parlez-moi de lui.

Parlez-moi de lui
Vous le savez bien
Il est toute ma vie
Oh, je vous en prie
Ne me cachez rien
Que fait-il là-bas ?
S'ennuie-t-il sans moi ?
A-t-il des amis ?

Parlez-moi de lui
Dites-moi les mots
Les mots qu'il a dits
Dites-moi pourquoi
Il ne m'écrit plus
Je ne comprends pas
Je ne comprends plus
J'ai si mal de lui

Parlez-moi de lui
Quand vous l'avez vu
Hier dans la rue
Avait-il quelqu'un
Quelqu'un a son bras
Regardez-moi bien
Et répondez-moi
Vous ne dites rien

Alors dites-moi
Si elle est jolie
Plus jolie que moi
Et lui dans ses yeux
Était-il heureux
Oh, je vous en prie
Même si j'ai mal
Parlez-moi de lui
Parlez-moi de lui
Et dites-moi...

Françoise Hardy.


http://tinypic.com/view.php?pic=4v7z7gy

http://www.supload.com/listen?s=SV1CGJACfHY



Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Time to say goodbye.

Sarah:

Quando sono sola
sogno all'orizzonte
e mancan le parole,
si lo so che non c'è luce
in una stanza quando manca il sole,
se non ci sei tu con me, con me.
Su le finestre
mostra a tutti il mio cuore
che hai accesso,
chiudi dentro me
la luce che
hai incontrato per strada.

Time to say goodbye. -- Con te partirò.
Paesi che non ho mai
veduto e vissuto con te,
adesso sì li vivrò.
Con te partirò
su navi per mari
che, io lo so,
No, no, non esistono più,
It’s time to say goodbye. -- con te io li vivrò.

Andrea :

Quando sei lontana
sogno all'orizzonte
e mancan le parole,
e io si lo so
che sei con me, con me,
Tu mia luna tu sei qui con me,
mio sole tu sei qui con me,
Con me, con me, con me.

Time to say goodbye. -- Con te partirò.
Paesi che non ho mai
veduto e vissuto con te,
adesso sì li vivrò.
Con te partirò
su navi per mari
che, io lo so,
no, no, non esistono più,

Both :

con te io li rivivrò.
Con te partirò
su navi per mari
che, io lo so,
no, no, non esistono più,
con te io li rivivrò.
Con te partirò

Io con te.


Sarah Brightman & Andrea Bocelli.



Avec toi je partirai.

Quand je suis seule,
Je regarde l'horizon et je rêve
Et les mots me manquent.
Oui, je sais qu'il n'y a pas de lumière
Dans une salle où s'absente le soleil
Et il n’y a pas de soleil si tu n'y es pas avec moi.
Par ma fenêtre s'ouvre mon cœur,
Mon cœur que tu as allumé pour toi
Et dans lequel tu as versé de la lumière,
Une lumière que tu m'as apportée d'ailleurs.

J'irai avec toi
Aux pays que je n'ai jamais vus
Ni partagée avec toi.
Maintenant, oui, je les vivrai
J'irai avec toi
Aux navires sur la mer,
Bien que je sache, non, non,
Qu’ils n'existent plus ;
Avec toi, je les vivrai.

Quand tu es loin,
Je regarde l'horizon et je rêve
Et les mots me manquent,
Et, oui, je sais
Que tu es avec moi ;
Toi, ma lune, tu es ici avec moi,
Mon soleil, tu es ici avec moi....

J'irai avec toi,
Moi avec toi.


http://www.supload.com/listen?s=S6gp8hE38k5
« Modifié: 02 juillet 2007 à 08:33:11 par Shadow »


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Tout.


Tout, tout, tout est fini entre nous
Tout. J'ai plus la force du tout, tout
D'y croire et d'espérer
Tout, tout, à présent, je te dis tout
Tout. De ce vide entre nous, tout
De tes mains désabusées
Tout, tout ce qui nous unis
Tout ce qui nous détruit au corps
Est à présent fini
Tout, ces moments incompris
Ces instants indécis
S'écrivent au passé aujourd'hui
C'est fini

Nous, nous, on était pas comme les autres
Nous, on décidait d'être entre autres
Nous. Les plus forts, les plus fous
Nous, nous on avait rien à prouver
Nous, on avait rien à gâcher
Sauf, sauf notre liberté

Nous, on a rien vu passer
Rien vu se déchirer
Pas même la force de ces (années…)
Nous, on a joué le tout pour le tout
On s'est dis on s'en fout
On a l'univers rien qu'à nous
On a tout…

Sors, sors, de mon sang, de mon corps
Sors, toi qui me gardes encore
Au creux de tes regrets !
Parles, parles, dis-le moi sans trembler
Que t'en a plus rien à cirer !
Parles, pleures et je comprendrai

Tu sais, Tu sais… que je peux tout entendre
Partir rester ou même me rendre
Que le ciel là-haut m'entende…

Tout, tout, tout est fini entre nous
Tout. J'ai plus la force du tout d'y croire et d'espérer
Tout, tout, tout est fini entre nous
Tout. Mais je garde l'espoir fou qu'un jour on redira
Nous.


Lara Fabian.


http://www.supload.com/listen?s=Su9f--8yQ7j


CelineChris13016

  • Invité
Chère shadow...

A moi de te dédicacer une chanson... Parce qu'elle te ressemble (la chanson).
J'avoue que l'on se ressemble un peu pour ça... trouver dans les chansons des phrases, des mots, une idée qui donne des indices sur ce que l'on peut ressentir à l'instant...

http://www.radioblogclub.fr/open/30090/tu_trouveras/01%20-%20Tu%20Trouveras

Comme tout le monde j'ai mes défauts
J'ai pas toujours les mots qu'il faut
Mais si tu lis entre les lignes
Tu trouveras dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas su te dire

Il y a des fautes d'impression
Des "Je t'aime" un peu brouillon
Malgré mes accords malhabiles
Tu trouveras dans mes chansons
Tout ce que je n'ai pas osé te dire

{Refrain:}
Tu trouveras...
Mes blessures et mes faiblesses
Celles que j'n'avoue qu'à demi-mot
Mes faux pas mes maladresses
Et de l'amour plus qu'il n'en faut
J'ai tellement peur que tu me laisses
Sache que si j'en fais toujours trop
C'est pour qu'un peu tu me restes
Tu me restes

Il y en a d'autres que tu aimeras
Bien plus belles, plus fortes que moi

[Je leur laisserai bien sûr la place
Quand je n'aurai plus dans mes chansons
Plus rien à te dire en face
Le temps vous endurcit de tout
Des illusions, des mauvais coups]

Si je n'ai pas su te retenir,
Sache qu'il y a dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas eu le temps de te dire

Le temps vous endurcit de tout
Des illusions, des mauvais coups
Si je n'ai pas su te retenir,
Sache qu'il y a dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas eu le temps de te dire

{au Refrain: x3}
Tu trouveras...
Mes blessures et mes faiblesses
Celles que j'n'avoue qu'à demi-mot
Mes faux pas, mes maladresses
Et de l'amour plus qu'il n'en faut
J'ai tellement peur que tu me laisses
Sache que si j'en fais toujours trop
C'est pour qu'un peu tu me restes
Tu me restes.

Natasha Saint Pier - Tu trouveras


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Oh ! Merci bien Céline.  :D
Parce que J’aime beaucoup cette chanson.
Tu dois avoir beaucoup de réceptivité.
Tu as tout décrit et tu m’as bien devinée. :smt023

J’suis contente d’avoir une p’tite sœur sur MF. :smt052


CelineChris13016

  • Invité
Oh ! Merci bien Céline.  :D
Parce que J’aime beaucoup cette chanson.
Tu dois avoir beaucoup de réceptivité.
Tu as tout décrit et tu m’as bien devinée. :smt023

J’suis contente d’avoir une p’tite sœur sur MF. :smt052


J'essaie d'en avoir de la réceptivité  :wink: et d'en faire bon usage  :wink:
Mais tu sais avoir de la réceptivité, tout voir, tout entendre, tout comprendre sans que les gens s'en doutent ni ne comprennent comment tu as fait pour comprendre..., c'est pas toujours facile à vivre et à gérer...
« Modifié: 14 juillet 2007 à 13:18:00 par Celine »


Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Vision of love.


Treated me kind
Sweet destiny
Carried me through desperation
To the one that was
Waiting for me

It took so long
Still I believed
Somehow the one that I needed
Would find me eventually
I had a vision of love
And it was all that you've given to me

Prayed through the nights
Felt so alone
Suffered through alienation
Carried the weight on my own

Had to be strong
So I believed
And now I know I've succeeded
In finding the place I conceived

I had a vision of love
And it was all that you've given to me
I had a vision of love
And it was all that you've given me

I've realized a dream
And I visualized
The love that came to be
Feel so alive
I'm so thankful that I've received
The answer that heaven has sent down to me

You treated me kind
Sweet destiny
And I'll be eternally grateful
Holding you so close to me
Prayed through the nights
So faithfully
Knowing the one that I needed
Would find me eventually

I had a vision of love
And it was all that you've given to me
I had a vision of love
And it was all that you turned out to be.


Mariah Carey.



http://www.supload.com/listen?s=SK_43gL9fQC



Vision d'amour.


Gentiment m’a traitée
Douce destinée
Par le désespoir m’a portée
À celui qui m'attendait.

Cela a pris tellement longtemps
J’ai toujours cru
Que d'une façon ou d'une autre celui dont j'aurais besoin
Éventuellement me trouverait
J’avais une vision d'amour
Et ce fut tout ce que tu m’as donné.

Par les nuits priées,
Tellement seule ressentie,
Par l'aliénation soufferte,
Le poids porté toute seule.

Devait être forte,
Donc j'ai cru,
Et maintenant je sais que j'ai réussi,
Dans la découverte de l'endroit que j'ai conçu.

J'avais une vision d'amour
Et ce fut tout ce que tu m’as donné
J’avais une vision d'amour
J'ai réalisé un rêve,
Et j'ai visualisé,
L'amour qui pour être est venue
Je me sens si vivante
Je suis si reconnaissante d’avoir reçu
La réponse que le ciel m'a envoyée.

Tu m’as gentiment traitée
Douce destinée
Et je serai éternellement reconnaissante
Te tenant tellement près de moi
Par les nuits priées
Si fidèlement 
Sachant que celui dont j’aurais besoin
Éventuellement me trouverait

J'avais une vision d'amour
Et ce fut tout ce que tu m’as donné
J’avais une vision d'amour
Et ce fut tout ce que tu t’es avéré d’être.
« Modifié: 18 juillet 2007 à 16:40:38 par Shadow »


Juliette

  • Figure du forum
  • ******
    • Messages: 2986
  • (g)rêve général(e)
Chère shadow...

J'avoue que l'on se ressemble un peu pour ça... trouver dans les chansons des phrases, des mots, une idée qui donne des indices sur ce que l'on peut ressentir à l'instant...




Ben on est trois alors les filles  :wink: , parce que moi aussi je passe ma vie à ça, autant avec les chansons qu'avec les romans...  :wink:


CelineChris13016

  • Invité

Shadow

  • Chourm(o)/(ette)
  • **
    • Messages: 144
  • Retrouver la pureté de l’être authentique.
    • Quelques Mots...
Si j'étais perdue.

Si j'étais perdue, si j'avais volé, si j'avais trahi, si j'étais damnée,
Si j'avais goûté à l'amour des rues, est-ce que tu viendrais ? Si j'étais perdue.

Est-ce que ta tendresse est assez profonde pour porter secours à l'amour qui tombe ?
Si j'avais la nuit tout au fond des yeux saurais-tu me dire ou est le bleu ?

Si j'étais perdue et abandonnée de tous les amis qu'on m’avait donné,
Si j'avais commis mille erreurs de plus, m'aurais-tu béni ? Si j'étais perdue.

Moi, si c'était toi qui était perdu j'aurais, je crois, tellement couru !
Que j'aurais fini par te retrouver dans l’infinie éternité.

Si j'étais perdue, si j'avais volé, si j'avais trahi, si j'étais damnée,
Si j'avais goûté l'amour défendu serais-tu venu ? Si j'étais perdue.

Serais-tu venu ?
Si j'étais perdue…

Isabelle Boulay.


http://www.supload.com/listen?s=S1Ew_4EBo0n


 

SMF spam blocked by CleanTalk