Marseille Forum

Arturo Perez-Reverte

Coco · 8 · 3864

Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
:arrow: Le Club Dumas d'Arturo Perez-Reverte

"Milady souriait et d’Artagnan sentait qu’il se damnerait pour ce sourire…" :smt053  :smt054

Et oui, en cette période printanière où le forum semble frappé d’une brise de légèreté et d’un subit accès de frivolité aiguë, c’est romanesque à souhait, juste dans le bon ton, non ?
Bien… Ceci dit, çà vous parle ?
Pffftttt…  :roll: Facile, c’est tout bêtement tiré des trois mousquetaires de Dumas…

Et bien, ce n’est pas le but de mon sujet…  [-X Parce que si je veux bien vous parler littérature, c’est des livres bien moins coquins que je vais aborder ! :-''

Tout commence avec le Delomelanicon !
Cà semble un nom barbare ? #-o
Bon, je vous dois une explication.
Delomelanicon vient du grec "Delo" qui veut dire "appeler" et "melas" qui signifie "ténèbres", soit littéralement « l’invocation du Prince des Ténèbres » !
Tout un poème, si je puis dire…
Et justement c’est un livre… D’où mon fil dans cette rubrique… 8-[

Alors, déjà, pour poser les bases, c’est pas un conte… La tradition soutient que ce livre aurait été écrit par Lucifer lui-même, après son expulsion du ciel. Et pour preuve de son existence, le Delomelanicon a déjà été mentionné, entre autre, par le prophète Daniel. Il paraît aussi que la première mention directe se retrouve dans le papyrus de Turis, écrit il y a 3 300 ans et il est cité plusieurs fois dans le "corpus Hermeticum" comme dans "l'Asclemandres". Si vous voulez vérifier ? :mrgreen:

Une info sur sa valeur ? Une copie se trouvait vraisemblablement dans la bibliothèque d'Alexandrie et il semblerait même que le roi Salomon en détenait également une qui aurait été brûlée en 1350 par ordre personnel du pape Innocent VI qui a simplement déclaré pour l’occasion : "Ce livre contient une méthode pour appeler des diables."  :smt077

De ce livre bien évidemment introuvable, est né le très mystérieux livre "Umbrarum Regni Novem Portis" (soit le livre des Neuf portes du royaume des ombres).

Cela dit, autant vous avertir, ne le cherchez pas plus que le Delomelanicon, il a été écrit au milieu du 17ème siècle et il est plus que rare et cher…
Pour être tout à fait exact, c'est à Venise en 1666, qu'Aristide Torchia l’aurait écrit en se basant sur les gravures et les informations qu'il a trouvé dans le "Delomelanicon". Vous pouvez noter qu’il s'agirait d'un livre de Magie noire contenant 160 pages et 9 illustrations, reproduction de neuf des gravures du célèbre "Delomelanicon".

Bien sûr, trop insolite comme histoire en ces temps inquisiteurs … L’époque n’est pas propice à ce genre de littérature… Un an après avoir publié ce livre, l'atelier de Torchia est détruit ainsi que tous les imprimés qui s'y trouvent et ce dernier est arrêté à Venise, torturé à Rome, puis mis au bûcher le 17 février 1667 pour avoir pratiqué la magie et la sorcellerie. :smt102

Mais l’histoire n’est pas finie… Pendant son passage à la question, Torchia aurait avoué qu'il restait une copie du "livre des neuf portes du royaume des ténèbres" nonobstant d'admettre où elle aurait été dissimulée.  :?:

Au fil des siècles, non pas une mais trois copies ont été retrouvées.
L'une de ses copies a été achetée par la baronne Ungern en 1949 et si Hermine qui est parfois sur place veut bien aller vérifier pour nous,  :idea: elle serait maintenant dans la bibliothèque de la fondation Ungern à Paris.

Enfin, pour vous faire une idée de ce qui s’est passé, voici la lettre découverte au domicile de l'hérétique Aristide Torchia, ce 17ème jour du mois de Février de l'an de grâce 1667 !

"Je m’appelle Aristide Torchia et j’ai renié ce monde fade et pathétique pour un autre. Un monde sans dimensions, dénué de valeurs existentielles, au-delà de ce que tout être humain peut concevoir. Il m’a rendu bien plus puissant que je ne l’avais été et que je ne le serai jamais. Ma perception est à présent sans limites. J’ai acquis la faculté ultime. Celle qui a bercé l’humanité depuis la nuit des temps. Je suis passé de l’autre côté de la vie. Lors de mon travail sur mon œuvre finale, j’ai reçu l’adoubement de celui que j’appelle désormais mon maître. « Les neuf portes » sont le fruit de notre collaboration. Après moi, personne ne pourra emprunter à nouveau le chemin qui conduit à Lui. C’est ainsi. La neuvième porte ne peut s’ouvrir qu’une unique fois. L’immortalité est mienne et rien de vivant ne peut s’opposer à mon état. Le flux et le reflux des choses du monde que j’ai quitté ne m’importe plus car j’ai à présent devant moi l’éternité des sens pour m’accomplir. Cette grâce m’a été donnée par une entité qui ne s’est dévoilée qu’à moi. Car Il est celui qui a toujours été. Qui nous a suivis. Et attend, dans l’Ombre. L’âme n’a que la valeur qu’on lui prête. Je l’ai offerte sans regrets. Les torches brûlent au dehors. Des cris et des coups résonnent dans la cour. Je n’ai que peu de temps. Le dernier exemplaire que j’ai pu mettre à l’abri permettra aux descendants de l’Homme de comprendre qu’il existe bien une forme de pureté détenant le pouvoir mythique dans ce qu’ils ont toujours considéré comme étant issu du Mal.
J’entends des bruits de pas précipités dans l’escalier. Ils arrivent.
Celui qui lira ces mots devra savoir. Et transmettre. La vie a été vaincue. Je le sais à présent.
Ils arrivent…"


Un film intitulé "La Neuvième Porte" avec Johnny Deep raconte cette histoire, je suis sure que vous en avez entendu parler.  O:)

Et bien, il a été tiré du livre d'Arturo Pérez-Reverte : Le Club Dumas. :smt045

Voilà, on y arrive, tout cela pour vous dire que c’est bien ce livre que je lis actuellement, et je me régale !!! :smt007

Alors, si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à suivre la trace, vous apprendrez dans ce livre, le rapport qu’il peut y avoir entre les trois mousquetaires (le chef d’œuvre d’Alexandre Dumas) et ces neuf portes du royaume des ombre, livre diabolique dont l’auteur a été brûlé l’année même de la mort de D’Artagnan… Bien étrange coïncidence ? :?

C’est comme une enquête policière mais dans le monde littéraire ! Et le talent et l’érudition de Pérez-Reverte nous entraîne dans une aventure qui nous emmène à bout de souffle de Tolède à Cintra, en passant par Paris et les bords de la Loire, en zigzaguant entre les chefs d’œuvre de la littérature et les cadavres. Et tout cela aux côtés de Lucas Corso, un aventurier manipulateur et un brin sans scrupule, au sourire de loup mais au charme envoûtant et avec juste ce qu’il faut de maladresse qui semble assez ingénue pour le rendre vulnérable et que du coup, on s’y attache et on suivrait au bout du monde et même que si on n’y prend garde jusqu’aux portes de l’enfer (Mesdames, je vous aurai averties) parce que tout est calculé chez lui, pour constater à la fin, que chacun a le diable qu’il mérite… :twisted:

Et si vous êtes arrivés jusqu'au bout de ce fil, je ne peux que rajouter pour conclure : Du grand talent ! =D>
« Modifié: 01 mai 2010 à 07:30:10 par Coco »


hermine

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4817
  • Marseillaise.


L'une de ses copies a été achetée par la baronne Ungern en 1949 et si Hermine qui est parfois sur place veut bien aller vérifier pour nous,  :idea: elle serait maintenant dans la bibliothèque de la fondation Ungern à Paris.

 


Ma foi, si la Fondation existait, je serais bien capable d'y aller  ;)
J'ai lu le bouquin il y a quelques années, et j'avais bien aimé  :smt045


Charito

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 12130
Delomelanicon, Delomelanicon .. y'a niKon à la fin !  :mrgreen:

Je n'ai pas trop aimé le style  d'Arturo Pérez-Reverte que j'ai lu à l'occasion d'une autre de ses œuvres. Le thème du diable et des pratiques diaboliques pour moi ça touche trop à la religion, j'ai peur de ne pas accrocher. Mais en tout cas, bravo pour ce compte-rendu qui met quand même l'eau à la bouche !  :smt023


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Mais en tout cas, bravo pour ce compte-rendu qui met quand même l'eau à la bouche !  :smt023

Merci, Charito, çà me touche ce compliment car c'est vrai que j'y ai mis du coeur et du temps à faire ce post !  8-[

Cela dit, j'ai dû me laisser emporter car le livre de Pérez-Reverte touche plus aux trois mousquetaires qu'à la religion qui n'est abordée que par la présence du diable... Et encore avec beaucoup d'humain ! :cache:

C'est plus un livre sur la littérature et sous le genre d'une enquête policière en fait !

Et sur cet auteur, je n'avais lu de lui avant "le club dumas" que "la reine du sud" et j'avais déjà beaucoup aimé, bien que dans un genre différent, plus dur à lire car plus cruel, implacable, impitoyable : le milieu de la drogue et des cartels !

Tu te souviens, toi, du titre de celui que tu avais lu pour qu'on compare ?
« Modifié: 14 avril 2010 à 20:54:44 par Coco »


Charito

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 12130

Et sur cet auteur, je n'avais lu de lui avant "le club dumas" que "la reine du sud" et j'avais déjà beaucoup aimé, bien que dans un genre différent, plus dur à lire car plus cruel, implacable, impitoyable : le milieu de la drogue et des cartels !

Tu te souviens, toi, du titre de celui que tu avais lu pour qu'on compare ?[/color]


Je crois bien que c'était "la reine du sud" je n'ai pas pu le terminer  :?


hector

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 7146
Et si vous êtes arrivés jusqu'au bout de ce fil, je ne peux que rajouter pour conclure : Du grand talent ! =D> [/color]

Oui, surtout le tien !!!  :smt007  :smt007

 =D>  =D>  Coco  =D>  =D>


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Merci, Hector !  :smt007

@ Charito : oui, "la reine du sud" est particulier, c'est pour cela que je t'ai demandé, un genre différent du club Dumas et il y a pas mal de choses dans ce livre qui font qu'on peut ne pas accrocher !


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
:arrow: "Le cimetière des bateaux sans nom" d’Arturo Pérez-Reverte

C'est un livre pour nos marins de MF, çà, Dédou ou Laplaine par exemple... Et même Tomtom qui aiment naviguer sur la grande bleue ! ;)

Bon, allons-y quand même pour les commentaires ! :smt039

Cà commence par une phrase :
O:)  
L’étoile polaire, toujours au même endroit, apporte réconfort à tous les navigateurs qui la contemplent et  demeure un repère immuable quand les gens ont besoin de tracer des routes sur une carte marine ou sur le paysage confus d’une vie.

Dites, çà ne vous touche pas de lire cela ? :oops:
Qui n’a pas déjà regardé le ciel, la nuit, en ayant justement l’impression d’y trouver des repères ancestraux qui chuchotent des histoires et donnent des envies de départ ? :-''

Et bien, tout cela pour vous dire qu’au niveau aventure, je suis servie sur ce point avec ma nouvelle lecture… 8-[

Alors, que je vous dévoile le titre : cette fois, c’est "Le cimetière des bateaux sans nom" et toujours d’Arturo Pérez-Reverte, décidément, c’est fortuit, ce sont les aléas de ce que me prête mon amie, mais je m’en fais une sinécure de cet auteur ! :roll:

Bref, je commence par le début… J’aime la mer et les bateaux, ce qui est fort incongru parce que j’ai toujours eu le mal de mer, à tel point que je devrais en être dégoûtée mais non, çà me fait toujours rêver, comme si je devais toujours répondre à la fameuse question : que cherchent les marins dans l'aventure... et comme on ne navigue plus guère, ben, je me ressource et je voyage dans la littérature…

Et là, je suis servie, un trésor enfoui depuis des siècles dans la mer, un vieux galion espagnol, on est sur les traces des Jésuites et de leur chasse en 1767, une grande histoire d'amour, une intrigue de choc, avec un héros touchant, amoureux fou d’une femme aussi belle que dangereuse, et tout cela sur fond de navire englouti et un secret à découvrir tout en louvoyant entre les dangers des chasseurs d’épaves… Un vrai jeu de piste…

Une histoire vieille comme le monde, celle d'un brave type qui s'amourache d'une femme fatale et s'attire ainsi de gros ennuis. Une de ces histoires d'amour déchirantes qui sont belles quand on les lit dans les livres mais que c’est sûr qu’il vaut mieux éviter de vivre dans la vraie vie ! Mais bon sang, cet homme, Coy, qui n’a rien de séduisant et dont je suis pourtant littéralement sous le charme… J’aurais aimé le rencontrer…  :smt007

Mais pour ne pas rester sur cette impression de midinette, je signale aussi la force de la description de l’auteur. Il nous fait vivre chaque note de musique que Coy écoute (c’est un grand amateur de jazz ce Coy et j’ai cherché sur YouTube les morceaux qu’il écoute), et on parcourt avec les héros chaque rue dans laquelle ils passent avec ces odeurs, ces bruits, on lit avec eux le nom de la rue sur la plaque et toutes les mémoires qu'elle peut évoquer.
Et surtout la mer ! Dans tous ces états, par n’importe quel temps, à n'importe quelle heure, et de n'importe quel point de vue, de loin, de près, par-dessous quand nos héros vont enfin plonger sur l’épave du brigantin... Je trouve çà vraiment très, très beau. Car, dans tout çà, la seule vraie héroïne, c’est la mer…

Hyper documenté jusque dans l'utilisation de termes spécifiques au domaine maritime (un marin ne coule pas son bateau, il a juste touché), le lecteur devient un vieux loup de mer, s’il veut se donner la peine de chercher un brin. J'en reste à ma première impression de mon premier livre de lui, "la reine du sud", l'auteur sait écrire des histoires lentes avec des descriptions phénoménales, où l'univers et l'ambiance sont plus importants que l'intrigue ou le suspens ! C’est un roman à lire lentement !

Alors, vous voulez que je vous dise ? Comme je ne m’applique jamais à moi-même les bons conseils que je distille pourtant si bien… Je l’ai lu une première fois, tout d’une traite, sans reprendre ma respiration, juste pour arriver au bout de l’intrigue… Et là, immédiatement après avoir terminé la dernière page, je le reprends une deuxième fois, à la suite, juste pour apprécier les descriptions, comme si je refaisais le voyage tout simplement, sans hâte, en profitant cette fois du paysage. O:)



« Modifié: 01 mai 2010 à 07:32:39 par Coco »


 

SMF spam blocked by CleanTalk