Marseille Forum

Les dynasties Marseillaises qui ont fait l’histoire de notre Cité !

Coco · 92 · 34147

nico3010

  • Collègue qui boulègue
  • ****
    • Messages: 757
Petit détail, mais n'est-ce pas la famille De Sabran-Pontevès qui avait le château d'Ansouis dans le Vaucluse jusqu'à il y a peu?


Charito

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 12146
Petit détail, mais n'est-ce pas la famille De Sabran-Pontevès qui avait le château d'Ansouis dans le Vaucluse jusqu'à il y a peu?

 :smt045

" Une querelle d’héritage fratricide risque de mettre fin à mille ans d’histoire des Sabran-Pontevès, l’une des plus célèbres lignées provençales. Depuis les années 80, ses descendants n’arrivent pas à s’entendre pour partager les biens de la famille. L’une des quatre héritières, la duchesse d’Orléans a dès lors choisi de provoquer la vente aux enchères de ce patrimoine, dont la « perle du Luberon », le château d’Ansouis, et les deux châteaux varois de Bargème et Pontevès."

http://www.golfedesainttropez.maville.com/actu/actudet_-Chateaux-varois-aux-encheres_dep-464615_actu.Htm

Je ne connais pas le nom des acquéreurs.
« Modifié: 09 octobre 2010 à 16:30:19 par Charito »


nico3010

  • Collègue qui boulègue
  • ****
    • Messages: 757
D'après ce que j'ai pu lire, le château a failli être racheté par Pierre Cardin (grand amoureux de vieilles pierres) mais c'est finalement des Aixois qui ont remporté les enchères début 2008. Mais ces informations datent de presque 3 ans maintenant, je ne sais pas où ça en est aujourd'hui.


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Pétard, que de reflexions dans ce fil !!!  8-[ Je suis fière de vous !!!  ;)
Bon, on y va pour commenter le lien de Charito propice à la réflexion !!!
En effet, les grandes maisons de Provence négligent ou bradent leur patrimoine...
Problème avec la réforme des règles d'héritage, sous l'ancien régime, c'était simple, bon, ok, c'était pas équitable mais le droit d'ainesse permettait de maintenir la propriété familiale tout au long des siècles.
Maintenant, humainement parlant, c'est mieux, mais souvent un seul héritier n'a pas les moyens de racheter les parts des autres et alors les biens sont divisés entre chaque héritier et pour avoir sa part propre, on vend les murs...
Pas évident de prendre partie, faudrait être concerné pour ressentir cela de l'intérieur et arriver à prendre une position, mais de toute façon, moi, j'ai pas de biens !  :smt102

Cela dit, vendre des ruines, finalement, c'est pas très cher, d'après ton lien, Charito, celles de Pontevès sont proposées pour 46 000 euros, à peine plus que le prix d'une grosse voiture genre Audi n° ?("je sais pas quoi et que même si je pourrais chercher sur google, je chercherai pas") !
Souvent, comme cela fait partie du patrimoine et de l'histoire de la commune, on compte sur la Municipalité pour acquérir le bien, mais encore faut-il qu'elle ait les moyens pour acheter puis entretenir, c'est pas toujours le cas !

Parfois, il y a de bons projets comme le château des "Castellane" à Esparron, qui fait toujours partie de cette grande famille provençale mais a été transformé en hôtel et ouvre désormais ses portes pour accueillir des hôtes de qualité (car faut avoir les moyens pour se payer une nuit au château, j'avoue que j'avais été tentée d'essayer, rien que pour pouvoir y entrer... J'ai pas concrétisé ce projet !)
« Modifié: 10 octobre 2010 à 09:33:38 par CocoA »


sourire

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4997


En effet, les grandes maisons de Provence négligent ou bradent leur patrimoine...
Problème avec la réforme des règles d'héritage, sous l'ancien régime, c'était simple, bon, ok, c'était pas équitable mais le droit d'ainesse permettait de maintenir la propriété familiale tout au long des siècles.





!)


petit complément, Les "200 familles" pratiquaient "le "mariage allié" on se mariait entre soi,  "la réalité familiale" était très forte, le livre d'un agrégé de sciences sociales: Jean-Pierre Zalo - Grandes Familles de Marseille au XIXème" est spécifiquement consacré à la question. On en retire la conclusion que Mars, est indissociable "du fait familial"

sur ce lien, vous trouverez "à la fin, un shèma de ce fait:

http://sites.univ-provence.fr/wmip/mip_lettre/e_letters_pdf/MIP_Provence_lettre_6.pdf


Charito

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 12146
Autre famille illustre, autre industrie : la famille de Queylar ( 18 générations dans la verrerie ! )

Charles de Queylar le dernier à exploiter une verrerie à Marseille est un industriel actif et compétent.
En 1874 il avait une usine à la Capelette mais il l'abandonne pour s'installer à Saint Marcel en 1888.
L'usine de St Marcel était équipée de quatre fours. Il achète peu après une usine à Pont de Vivaux. La société devient : "Charles de Queylar et fils" jusqu'en 1928.

Dans leur contrat de travail les ouvriers devaient être logés par leur employeur. L'usine fabriquait des dames-jeannes (je crois que Stoko en a récupéré une) des fioles, des carafes et des verres.

Un lien sur la verrerie en France : "Les gentilshommes verriers " http://www.verreonline.fr/dos_them/dossiers/Verre%28vol9-n1p50-57%29.pdf




Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
1928 ? Mais c'est pas vieux, çà !!! Et 18 générations dans la verrerie, çà commence à compter !!!

Belle trouvaille, Charito,  :smt023 çà me plait cette histoire de la famille de Queylar dans la verrerie, je creuserai ta piste... Surtout que nous, on aime bien les bonbonnes en tout genre, on a de beaux spécimens à la maison, je vous en montre deux en photos, les plus grosses !






Et tu nous as mis sur une bonne piste... La verrerie, à Marseille, c'est toute une histoire, je suis sure qu'on peut trouver pleins de familles dans la profession !!!


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Jean-Louis Bethfort ?  :-k Voilà un nom pas trop connu ?
Et pourtant au 18ème siècle, il est devenu en l’espace d’une dizaine d’années seulement, le plus important négociant en grains de Marseille. A son décès, en 1820, il laisse à son fils Louis une fortune estimée à plus d’un million et demi de francs.  :shock: Dites, les filles, vous en conviendrez, c’était alors un beau parti le fils, çà valait donc le coup de sortir sa plus belle crinoline pour le séduire ! :-''


Born_to_be_Marseillaise

  • Invité
Jean-Louis Bethfort ?  :-k Voilà un nom pas trop connu ?
Et pourtant au 18ème siècle, il est devenu en l’espace d’une dizaine d’années seulement, le plus important négociant en grains de Marseille. A son décès, en 1820, il laisse à son fils Louis une fortune estimée à plus d’un million et demi de francs.  :shock: Dites, les filles, vous en conviendrez, c’était alors un beau parti le fils, çà valait donc le coup de sortir sa plus belle crinoline pour le séduire ! :-''

Mince  :shock: je savais qu'elle n'était pas jeune mais j'avoue que je ne la voyais pas si âgée  :mrgreen:


désolée ma Coco, je voudrais trouver des choses intéressantes à dire mais dès que je clique sur un lien, ça me prend un temps fou pour repérer ce qui peut l'être  ;)


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
:smt005 Et bien, voyons si la faïence t’inspire autant que la crinoline ? :mrgreen:

Donc, le rapport avec l’actuel musée de la faïence ? :-k
Facile, c’est le domaine des Pastré ! On en a parlé mille et une fois de ce domaine, de ces bastides, de cette famille !!! Elle compte à Marseille, c’est le moins qu’on puisse dire !
Et bien, on les connaît pour leur activité de commerce bien sûr. Mais vous savez quand et comment ils sont arrivés par chez nous ? Et bien, c’est Jean Pastré (1755-1821), originaire de Murat-sur-Vèbre, dans le Languedoc qui s’établit à Marseille en 1781. Et son activité ? Ben, il aménage des lavoirs pour l’apprêtage des laines brutes importées de l’Espagne, de l’Italie ou encore d’Afrique du Nord et du Levant ! Une fois qu’il les a traitées, il vend ces laines aux tisserands du Languedoc qui les transforment en draps. Ces draps reviennent alors à Marseille pour être exportés dans les colonies. Au début de l’histoire, Jean Pastré ne fait que l’apprêtage des laines. Puis il étend son activité au tannage des peaux. Et il les vend, ses produits transformés. Il est donc dans le commerce. Mais il n’est pas armateur !
La suite de l’Histoire nous a montré comment la famille est devenue puissante !
C’est son épouse Eugénie qui à sa mort, reprend avec l’aide de son père (Antoine Hermitte) les affaires de Jean et crée la maison « Madame Veuve de Jean pastré ». C’est elle qui décide d’envoyer son fils, Jean-Baptiste, en Egypte car ce pays est alors en pleine expansion. Et c’est donc Jean-Baptiste qui en 1825 se fera négociant et armateur en fondant avec ses frères et sa mère la société Jean-Baptiste & compagnie. Resté en Egypte avec son frère Jules qui l’a rejoint, il exporte vers Marseille des cargaison de coton, principalement destinées à la vente, mais sans doute aussi certaines réservées à la filature que les frères Pastré possèden à Aix-en-Provence, une usine équipée d’une machine à vapeur Watt, innovant pour l’époque, et employant quand même plus de 170 personnes. La suite est connue. L’expansion et le succès seront flamboyants pour cette famille accompagné d’un enrichissement rapide. D’ailleurs, si le fil a du succès, nous serons sur leurs traces et les retrouverons sans aucun doute au détour de nos posts ! O:)





Charito

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 12146
Jean-Baptiste Pastré deviendra l'ami de Mehemet Ali officier ottoman d’origine albanaise arrivé en Égypte en mars 1801, qui s’empara du pouvoir en Égypte en s’appuyant sur les ulémas et la population du Caire.

En plus de participer au développement de l'entreprise "Pastré frères" (succursales au Havre, à Londres et Trieste) Jean-Baptiste fonde un chantier de construction de voiliers à Port-de-Bouc.

Il épouse Marie-Thérèse Poncet et devient en 1852 président de la Chambre de Commerce de Marseille. Il inaugure pendant son mandat de 14 ans la Bourse de Marseille en 1862, en présence de Napoléon III.




Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Quand je vous disais qu’on retrouverait les Pastré ? Bien vu, Charito !  :smt023
Et oui, si on cherche qui sont les grands entrepreneurs et ce qu’ils ont fait à et pour Marseille, on revient souvent aux mêmes noms !!!

Et justement, puisque Charito l'a présenté, restons un peu sur Jean-Baptiste, le fils de Jean et Eugénie… Ayant fait fortune, il entre dans le cercle très fermé des grands notables marseillais. Comme on vient de le voir, il effectue un premier mandat à la chambre de commerce de Marseille, de 1836 à 1842, puis un second de 1845 à 1843 et enfin un troisième de 1852 à 1866 où il occupe la présidence. Et il participe également à la fondation en 1856 de la compagnie des Docks et entrepôts de Marseille (vous savez, le beau bâtiment de la Joliette qu’il nous reste de Paulin Talabot) et à la création de la société marseillaise de crédit en 1865 dont il assurera la présidence jusqu’en 1877, date de sa mort.



cocorouet

  • Marius/Fanny du Forum
  • ***
    • Messages: 626
    • http://le-rouet.blogspot.com
les Pastré contemporains sont des gens très simples et très sympa, j'ai connu la mère et la fille, eh bien pas du tout chichi! je ne peux pas vous en dire plus car c'est du contemporain!


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Je comprends, CocoRouet, c'est normal. Mais ton intervention fait quand même réfléchir. En effet, quatre messages plus haut, je vous disais que le premier Pastré, Jean, était arrivé à Marseille en 1781, et tu confirmes donc qu'aujourd'hui encore il y a bien des Pastré à Marseille ? Voila donc une dynastie bien établie et qui perdure plus de deux siècles plus tard ? Bravo !  =D>

Car pour nous aujourd'hui, qu'est ce que c'est que les Pastré ? De ce nom, nous avons hérité de la campagne Pastré qui est aujourd'hui un domaine municipal qui accueille un beau musée et un centre équestre de renom et qui sert aux réceptions de la Mairie, mais tous les Marseillais y voient toujours le symbole d'une bourgeoisie qui fait rêver.

Et si nous sommes bien obligés de constater que les dynasties de l'huilerie et de la savonnerie n'hexistent plus, ces grandes familles ont pourtant façonné depuis des siècles le décor de notre ville, faisant d'un port antique une cité industrielle connue dans le monde entier.
De ce riche passé, il reste surtout des patronymes associés à la prospérité du 19ème siècle : Fraissinet, Fabre, Régis, Margnat, Paquet, Rastoin, Bonnasse, Delanglade, Maurel, Roux de Brignoles, Jauffret, Daher, Zarifi... (Et il y en a d'autres qu'on va trouver dans ce fil) car il suffit de lever la tête et de lire les plaques de rues pour mesurer l'incroyable présence de ce patrimoine familial parvenu jusqu'à nos jours : Wulfran-Puget, Cantini, Velten, Rodocanachi, Estrangin, Salvator, à part être des noms de rues, cela nous évoque quoi d'autre ?

Cela dit, il semble donc que le mythe de la famille est encore bien vivant ? Du coup, mon sujet prend encore plus de valeur...  :-k Petit à petit, grâce à vos interventions, on développe la discussion.  :smt023 Il y aurait donc bien de ces familles toujours vivantes et ancrées dans leur ville d'origine qui ont pris le relais dans les domaines économique, politique et culturel et participent toujours au renom de Marseille ?
Bien, très bien même : ce fil de discussion n'a pas de plan, sous le mode "conversation", on peut aussi se pencher sur les dynasties marseillaises du 20ème siècle. Donc à nous de les trouver... ;)
« Modifié: 15 octobre 2010 à 07:56:53 par CocoA »


Born_to_be_Marseillaise

  • Invité
D'autres familles illustres, de médecins (les Roux de Brignoles, Olmer, Seux, Sedan, Bremond entre autres), d’architectes (Bérengier, Chirié) et d’artistes (Bernard, Carli, Petipa), de musiciens (les Marie, les Rampal), d’horlogers (les Bornand) et de joailliers (le déjà cité Pellegrin), de journalistes (Samat) et de photographes (la tribu Detaille), d’archivistes (les Reynaud), d’avocats et de juristes (les Vidal-Naquet), et même de pâtissiers (les Castelmuro)

tiens Castelmuro, en cherchant un peu, j'ai trouvé qu'ils appartenaient à une famille protestante :

"Dans les classes sociales moins huppées, il faut noter l’importance de deux groupes, venus d’ailleurs : les Suisses et les Vaudois du Piémont. Ces derniers sont membres de l’Eglise vaudoise italienne, la chiesa valdese, et viennent pour les grands travaux d’urbanisme, à l’époque du Second Empire. Les Suisses sont plutôt domestiques, et réussissent particulièrement dans les métiers de l’horlogerie-bijouterie et de la pâtisserie-confiserie; citons les firmes bien connues Bornand, Castelmuro. Les Suisses de langue allemande sont à l’origine de l’église suisse, rue Bel-Air - aujourd’hui centre Guillaume Farel. Après la guerre de 1870, des Alsaciens viennent grossir le nombre de ces protestants, pour qui ont lieu des cultes en allemand."

http://shpmm.free.fr/marseille.htm


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Bravo, Miette !!!  :smt023

A noter que le confiseur Antoine Castelmuro serait arrivé en 1807.
Les Castelmuro, pâtissiers réputés, aujourd'hui disparus, je crois bien qu'ils étaient au 31 rue paradis.
Si c'est bien çà, c'est un superbe immeuble qui a hébergé par la suite Manoukian, le magasin de vêtements mais qui lui aussi a fermé ces portes. En tout cas, du salon de thé renommé, il nous restait ce superbe édifice avec fresques et stucs dans le hall d’entrée et j'adorais aller m'y promener rien que pour regarder les murs.



Edité le : 15 Octobre 2010 à 08:25:35
Confirmé pour Castelmuro au 31 rue Paradis, j'ai trouvé un groupe sur FB qui a des photos superbes !

http://www.facebook.com/group.php?gid=55023938565&v=wall#
« Modifié: 15 octobre 2010 à 09:23:02 par CocoA »


Born_to_be_Marseillaise

  • Invité

Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Et bien, pour tout t'avouer, avant que tu ne postes sur Castelmuro, moi non plus je n'avais pas réalisé !!!  ;) Et c'est justement ton message qui m'a poussé à faire le rapport !!!  :smt023 Comme quoi, c'est bien de la discussion que jaillit la lumière !!!  O:)
« Modifié: 15 octobre 2010 à 09:25:23 par CocoA »


hector

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 7171
Puisque l'on est dans les confiseurs....je me souviens que pas une cérémonie, baptème, mariage....ne se passait sans un passage obligé chez les dragées  "Dromel Ainé"...rue St Fé (à moins que ce ne soit rue de Rome  :-k

Je ne sais si c'etait une "dynastie"....des fabicants...ou de simples  revendeurs...et n'ai pas vérifié s'ils existent toujours...la dragée étant tombée un  peu en désuètude, me semble-t--il  8-[

Edité le : 15 Octobre 2010 à 09:53:27
Et pourquoi pas évoquer la "mode" des créateurs Marseillais...pour rester dans le XXème siécle, voire le XXIème ???

je pense à Mme Vigouroux (épouse de l'ex-maire), créatrice du Musée de la Mode, sur la Canneb'...à "Madame Zaza of marseille"...qui a son atelier à Endoume...

(je tiens ces informations de ma soeur de Grenoble.....qui n'a rien à envier à notre CocoB en matière de fringues, de bons plans....et de soldes  :smt005  :smt005  :smt005


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Dromel ainé était bien rue de Rome, on en a parlé récemment dans le fil des CPA !!!
Ils existent toujours mais n'ont plus qu'une seule vitrine, sur le Prado, près de Castellane, ils ont abandonné le superbe magasin ancien de la rue de Rome justement !  :-(

Et puisqu'Hector en parle, allons-y pour un petit historique qu'on trouve facilement sur leur site internet : La Maison DROMEL AINE est la plus ancienne confiserie Chocolaterie Marseillaise.
Marseillais de génération en génération, de siècle en siècle, car créée en 1760 à l’époque du roi Louis XV, la famille DROMEL s’installe rue de Rome non loin du port de Marseille afin d’assurer la commercialisation des denrées importées de nos colonies : Sucre, Café, Cacao, Thés, Epices !
En 1834, le négoce est baptisé « DROMEL NEVEU », plus tard « DROMEL AINE » puisque repris par l’aîné de la famille.
Aujourd’hui, c’est une famille de confiseur réputée et spécialisée dans les Marrons Glacés !

Et vous le saviez que Monsieur Dromel fut à l’origine du carré de sucre en inventant une machine à découper les pains entiers ?


 

SMF spam blocked by CleanTalk