Marseille Forum

Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?

Coco · 82 · 25159

Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Bon, on en a parcouru quelques unes de traces ?  :mrgreen:
Des plus ou moins célèbres, des plus ou moins récentes, des plus ou moins intriguantes… Mais j’ai raté celle-là et pourtant, elle est on ne peut plus marseillaise ! \:D/

Or, je viens de m’acheter (et oui, encore ! :mrgreen: ) un livre chez Jeanne Laffitte qui retrace la vie de cet homme exemplaire !

Pour l’instant, je ne l’ai encore que feuilleté, mais je suis sure que je vais lire de belles choses… :smt045

Déjà, c’est bien un authentique marseillais que notre abbé ! Né à Marseille en 1851, c’est bien sûr dans une chambre de l’hôpital Saint-Joseph qu’il s’endormira pour l’éternité le 6 décembre 1926 à l’age de 75 ans.

De nombreux marseillais ont pu le voir tous les jours déambuler dans les ruelles de Marseille, se rendant d’une œuvre de charité à une autre pour soulager toutes les misères du monde…

Une vie mouvementée…
Le téméraire de la charité…
Ce prêtre est un volcan ! Dira de lui le Cardinal Panafieu !

Bon, je m’en vais donc de ce pas découvrir tout cela. Je reviendrai poster ici dès que j’en saurai plus mais en attendant, la rubrique est ouverte à toutes vos idées, pensées, témoignages… Car des traces de cet abbé exceptionnel, dans la ville, il y en a partout ! Je suis sure que vous en connaissez ! :smt039

« Modifié: 16 mars 2011 à 09:01:38 par Coco »


Miette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5686
    • Les Fioupélans
ouais ben t'as même pas remarqué mes pierres italiennes alors je sais pas si je vais m'occuper de l'abbé Fouque  :mrgreen:


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Si, j’ai remarqué tes pierres italiennes… J’ai pas renchéri sur ton post pour laisser les autres le faire et suivre… Mais il semblerait qu’il faille tout faire ici,  :mrgreen: j’y vais donc de ce pas te répondre.

Et mon abbé dans tout çà ?  O:)


Miette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5686
    • Les Fioupélans

Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Je t'attends !!!  :mrgreen:

Et je lance des pistes pour patienter !!!

Tiens, curieux, vous le saviez, vous, qu’on l’appelait le « Saint Vincent de Paul » marseillais ?

Encore autre chose, il a tenu pendant 35 ans l’église de la Trinité de la Palud.

Bon, !!! Entre vieilles pierres et action de cœur, c’est un sacré voyage que j’ai entrepris… Je continue ? :mrgreen:

 :arrow: Par la maison natale de Jean-Baptiste !!!
Au n° 141 du chemin neuf de la Madeleine devenu depuis le boulevard de la Libération !
Faudra aller prendre çà en photo !!!
Et juste en face de sa maison natale, je ne sais pas si çà existe toujours, je connais mal cet endroit de Marseille, mais je suppose que çà n’a pas perduré, bref, j’irai voir mais revenons à notre sujet, il y avait au milieu du 19ème siècle des religieuses qui tenaient un pensionnat de jeunes filles… Jean-Baptiste n’avait qu’à traverser la rue pour se rendre à la chapelle de l’institut dont il devient très tôt un des enfants de cœur.
Peut-on encore voir les traces des ces bâtiments ?

 :arrow: Et un peu de généalogie aussi !
Il est le fils de Louis Fouque et Adèle Rémusat.
Son grand père maternel est donc François Rémusat, entrepreneur maçon.
Son père Louis Fouque est maître portefaix. Cette corporation des portefaix est particulièrement prospère au milieu du 19ème siècle et elle se revendique comme une des plus anciennes corporation de la ville.
Pour en revenir à notre petit Jean-Baptiste, il est donc issu d’une famille marseillaise très ancienne !
Louis et Adèle ont eu six enfants mais seul trois survécurent : Jean-Baptiste et Joseph. Tous deux devenus prêtre par la suite et Joséphine, leur sœur qui consacra sa vie au service des ses deux frères !

 :arrow: A partir de 1862, il a étudié chez les pères de la Doctrine chrétienne, dont l’institution était située au 144 rue Consolat. Ben, là, j’ai regardé sur google maps, il semble que çà n’existe plus et que ce soit remplacé par un tout autre style d’établissement bien éloigné me semble t’il !!!  :oops: Encore une fois, si je peux, j’irai vérifier sur place cette adresse !


sourire

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4997
 ;)

Suspension d'une audience en plein Tribunal, le Président se lève: J'apprends à l'instant le décès de Mr L'Abbé Fouque. En signe de deuil l'audience est suspendue.

Le lendemain le 6 Décembre 1926, le titre de la Presse Marseillaise: "Nous avons perdu un Saint"

Avez-vous vu son buste à l'Hôpital St Joseph?

J'ai été ébloui par ce que ce petit curé de paroisse a réalisé -une foi et un coeur acharné-
Il a soulevé des montagnes d'égoïsme avec une confiance angélique.

De par son enfance, il n'avait pas spécialement fréquenté la misère, Père portefaix, Mère fille d'un Entrepreneur de Maçonnerie, cet élève de Secondaire à Timon-David ;)

Il est ordonné Prêtre en 1876, d'abord à Ste Marguerite, puis devient vicaire à Auriol.
Rappelé à Marseille en 1885, il est nommé vicaire à La Major.
Au contact de la misère de la classe ouvrière, exploitée par un Patronat esclavagiste, il trouve sa véritable vocation.

A la Major, il s'est lié d'amitié avec un commerçant en tissus et Homme de coeur: Jean-François Massabo, qui a ouvert l'asile de nuit pour hommes, rue Marengo (je crois d'ailleurs que le même fonctionne toujours , rue de Forbin, à vérifier).

Suivant son exemple, L'Abbé Fouque fonde un asile de nuit pour Femmes.
Puis il rencontre un mécène: Mr Zafiropoulo, qui finance la construction du grand établissement de la rue Honorat.

Il sait convaincre les riches de financer les oeuvres pour les plus pauvres.

En 1888, il est nommé Vicaire à la Trinité (paroisse de la Palud) et il y restera jusqu'à son décès, donc pendant 38 ans.

Aide matérielle, réconfort moral et spirituel, il est de toutes les aides.
Le secrétariat paroissial, débordé par les demandes, sera rebaptisé "L'omnibus de la Charité"
Chaque soir, l'infatigable abbé, console, réconforte, conseille, aide sans se lasser. Son exemple fait merveille et de partout arrivent les aides.

Son oeuvre est toujours présente à Marseille:
-Maison d'accueil pour jeunes-filles
puis L'Oeuvre de la Ste Famille rue Marengo
L'Oeuvre de l'Enfance délaissée, qui recueille les petits garçons abandonnés. Trop de monde, trop de misère, L'Abbé repart au combat:
A Ste Anne "la campagne de la famille Zizinia. Au fond de l'Impasse des Malheureux, au nom prédestiné. C'est un domaine abandonné.
Il persuade la Famille Dromel (les Chocolatiers ;) ) à qui elle appartient, de la lui donner. :smt023

C'est ainsi que la Zinzinia est devenue "L'Oeuvre des Saints-Anges"

Il y aurait encore tant à dire, mais je vous laisse la parole :D

(ce que je sais, c'est que lors de mon enfance Marseillaise, éduquée dans un premier temps à St Joseph de Cluny, nous allions au Saint-Anges le Jeudi après-midi, et que nous avions chacune un filleul de cette oeuvre, dont nous nous occupions, tout au longt de l'année, le mien s'appelait Marc, et je le revois toujours)


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Bravo, Sourire pour ce joli post et ton implication dans ce fil !!!  :smt023

Tout comme toi, je suis touchée par la vie de cet homme !
D'une part par l'envergure du personnage que je découvre par ma lecture bien sûr, et d'autre part parce que ma maman a travaillé aux Saint-Anges à Sainte Anne !!! Mais aussi, plus récemment encore, parce que mon père est décédé à Saint Joseph ! J'ai du coup l'impression d'être sur des traces qui font un peu partie de mon histoire...  :oops:

Bon, encore une anecdote ? :smt039
Vous savez pourquoi sur la tombe de l’abbé Fouque, on retrouve une plaque issue de la paroisse de Gignac ?
Et bien, pour remonter dans le temps, depuis 1835, la famille de Jean-Baptiste a l’habitude de partir en vacances dans cette petite commune située entre le Rove et Martigues… Et oui, à l’époque, on ne partait pas à Bali !!!
Et donc, durant les années de séminaire de JB, survint une grosse épidémie de choléra !
La famille part se réfugier à Gignac. Jean-Baptiste prend alors ses foyers au presbytère de la commune. Il en profite pour seconder le curé de la paroisse en enseignant notamment le catéchisme aux enfants ! Il prépare notamment les premiers communiants.
La renommée du jeune séminariste demeurera tellement vivante dans le village, qu’à sa mort, la paroisse de Gignac fera déposer sur sa tombe une plaque commémorative !
« Modifié: 16 mars 2011 à 15:00:07 par Coco »


stokofish

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 3597
  • pruch'ella duri !
Coco, tu as lu le livre de l'abbé Ganay sur l'abbé Fouque ?
oui Ganay, pas celui du stade, mais Marius, celui de "la poétique histoire de Mazargues"


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Non, pour l’instant, je lis celui de Bernard Ardura, mais il semblerait qu’il en reprenne une grande partie de celui que tu cites vu le nombre de notes s’y afférant !


sourire

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4997

petit apparté Coco :D

Ta Maman a travaillé aux Saint-Anges......extraordinaire, se souvient-elle des petites-filles 10-12 ans à l'époque de Cluny? en uniforme bleu-marine, ce serait hallucinnant :D qui venaient le jeudi après-midi?

et pour le buste, je comprends......que tu l'ais vu. Paix à son Ame.  :smt007


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Curieux, Sourire, toutes ces coïncidences sur nos parcours respectifs !!!  ;) On aurait dû se rencontrer avant !!! On est sur les mêmes rails, nos chemins se croisent et s'entrelacent !!! ;)

Mais pour te répondre, non, Maman n’a pas pu connaître les petites filles de Cluny car elle a commencé à travailler tard, quand on a commencé à être grandettes en fait, genre de 1980 à 2005 aux Saint-Anges, avant, elle était femme au foyer et élevait ses deux filles car avec un papa bourlingueur, sur des chantiers à l’étranger, valait mieux qu’il y ait quelqu’un qui reste à la maison…  ;)

Dis ? Faudra quand même s'assurer que c'est une section fermée, sinon tout le monde va connaître nos vies !  :smt005 Voilà, sequence 3615 My life terminée, je reprends le fil ?  :smt039

Quelques traits de son caractère à notre bon abbé ? O:)
Il a des dons naturels de gentillesse et de cordialité. Il est exigeant mais bienveillant et généreux ! Il allie bonté et énergie.
Malgré la situation plutôt aisée de ses parents, comme l’a évoqué Sourire, il est très simple dans son allure, modestement vêtu, et il vit sobrement !
Il a une prédilection pour le dialogue intime, la confidence, la direction spirituelle, il y excelle ! En revanche, il sera un très mauvais orateur, devant les foules, il ne sait pas prédiquer ! Dans son premier poste à Sainte-Marguerite, au moment de prononcer le panégyrique en l’honneur de la sainte protectrice, il reste muet et descend de la chaire sans avoir réussi à émettre un seul mot.
Bon ! Là n’est pas son talent ! Ce n’est pas grave, il en aura tellement d’autres !!! Et s’il enflamme les foules, ce n’est pas tant par son éloquence que par ses actes personnels.

La devise de l’abbé Fouque ?
Omnia possibilia sunt credenti !
Soit en français dans le texte : tout est possible à celui qui a la foi… (Tiens, voilà une phrase qui va énerver Nikon, j’aurais dû la mettre dans son nouveau récent fil !) :mrgreen:

Un paragraphe de sermon que j’aime beaucoup ?
Je cite !

Ce que le monde, par un abus de langage, appelle victoire n’en mérite véritablement pas le nom… Ces prétendus triomphes des « Alexandre » et autre « César » sont moins de victoires que des menaces, des dévastations et des ruines… On a beau les célébrer dans les chefs d’œuvre de littérature ou de poésie, les graver sur le marbre et l’airain, les évoquer au temple de la mémoire, ce n’est qu’une vaine et mensongère louange qui ne peut effacer la tache de sang qui les souille et qui ne fait qu’élever jusqu’au ciel le magnifique témoignage de leur NEANT !


sourire

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4997

épisode 36.15 terminé, mais j'y suis  très sensible en effet à ces parallélismes  :smt007
juste: il suffit "d'un regard" et tout est dit  :D sans le savoir. C'est précieux et en effet peu courant.

Je ne connaissais pas ces sermons et je lis et relis l'extrait que tu as mis, il répond encore aujourd'hui à pas mal de mes questionnements intérieurs. Merci  :D

 
[color=purple)


Quelques traits de son caractère à notre bon abbé ? O:)
Il a des dons naturels de gentillesse et de cordialité. Il est exigeant mais bienveillant et généreux ! Il allie bonté et énergie.

La devise de l’abbé Fouque ?
Omnia possibilia sunt credenti !

Un paragraphe de sermon que j’aime beaucoup ?
Je cite ![/color]
Ce que le monde, par un abus de langage, appelle victoire n’en mérite véritablement pas le nom… Ces prétendus triomphes des « Alexandre » et autre « César » sont moins de victoires que des menaces, des dévastations et des ruines… On a beau les célébrer dans les chefs d’œuvre de littérature ou de poésie, les graver sur le marbre et l’airain, les évoquer au temple de la mémoire, ce n’est qu’une vaine et mensongère louange qui ne peut effacer la tache de sang qui les souille et qui ne fait qu’élever jusqu’au ciel le magnifique témoignage de leur NEANT !


Edité le : 16 Mars 2011 à 16:47:37
hors contexte mais un mot:

"Les cimetières sont éclairés au néant" ;)
comme cela va plaire à Hector  :D si tu me le demandes je te dirai de qui est ce syllogisme  :smt005


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Et bien, je te le demande bien sûr, puisqu'on est entre nous dans cette rubrique, rien que toutes les deux au chaud, on dirait ! ;)


Miette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5686
    • Les Fioupélans
Dans le prolongement des Saints-Anges, la " maison de relèvement " pour jeunes délinquants de Saint-Tronc, et, plus tard, l’œuvre de L’Enfance anormale de Montfavet verront le jour.

Quand j'étais gamine, je suis allée en colo  avec ces jeunes "délinquants" de St Tronc.

Je ne vais pas recopier toutes les choses intéressantes qui sont dites sur le lien ci-dessous.

http://marseille.catholique.fr/L-abbe-Fouque

En furetant, j'ai trouvé ceci (extrait de la liste des établissements privés rénovés entre 1934 et 1964) :


"OEuvre de l’enfance délaissée (ou « OEuvre de l’abbé Fouque ») à Saint-Tronc par Sainte-
Marguerite, Marseille, 144 chemin de Mazargues (listes 1934, 1936, 1940, 1945)
OEuvre fondée en 1890, reconnue d’utilité publique par décret le 15 mars 1898. Délégation
des droits de la puissance paternelle en 1899 et à partir du 28 août 1916, mineurs
délinquants. Etablissement fermé. Effectif 100 garçons de 14 à 20 ans. Vannerie, sparterie,
imprimerie, travaux agricoles, jardinage et cuisine.

- OEuvre de l’enfance délaissée (centre d’apprentissage « Abbé Fouque ») à Saint-Tronc,
chemin de Saint-Tronc (listes 1958, 1964)
Internat pour garçons [commentaire 1964 : garçons de 14 à 21 ans]"

Saviez vous qu'en décembre 2010 il y a eu "les journées 2010 de l'abbé Jean-Baptiste Fouque" ?
http://marseille.catholique.fr/IMG/pdf/Programme_Journees_Fouque_2010.pdf

et qu'une BD sur lui a été faite en novembre 2010?





Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
:smt023 Pétard, je suis pas encore arrivé aux oeuvres qu'il a créé dans ma lecture, çà doit être de bels édifices, pourvu qu'ils aient pas disparu, on pourrait aller les prendre en photo ! Celui du chemin de Mazargues, c'est l'IME "les Ecureuils", construit dans le prolongement et sur les terres de l'orphelinat les "Saints Anges, en revanche, celui du chemin de Saint Tronc, faut que je le découvre, je vois pas où il est !

J'ignorais totalement pour les journées Fouque !

Et pas plus que tu étais allée en colo avec ces petits... Comme quoi le monde est petit ! ;)

« Modifié: 17 mars 2011 à 05:59:10 par Coco »


Miette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5686
    • Les Fioupélans
celui de Saint Tronc en fait, il est quand tu es sur l'ancien chemin de St Tronc à St Loup qui s'appelle Pierre Doize je crois maintenant, tu es en direction de Ste Marguerite et tu as le Lycée Jean Perrin et Castelroc dans le dos.

A ta droite, tu as Bois Fleury, et à ta gauche Joli Village. Au feu, tu tournes à droite en direction de la carrière Perasso et de Vallon de Toulouse.

Tu as à un moment donné sur ta droite, la maison de retraite la Gauloise et c'est un peu plus haut sur la gauche avant le grand virage


Coco

  • Forumeu(r)/(se) aïolisé
  • **********
    • Messages: 29764
Ok !!!  :smt023 J'irai sûrement un jour !!! Je suis en train de me préparer un safari photo sur ces traces-là !

Edité le : 17 Mars 2011 à 11:54:18
Et en attendant, j'ai continué à avancer... 8-[

Alors, maintenant, nous allons évoquer les hommes de foi qui ont profondément influencé le parcours de notre abbé ! C'est important car nous les retrouverons dans l'histoire et l'Histoire !

 :arrow: Jean-Baptiste poursuivra ses études chez le père Timon-David !
Encore une famille qu’on connaît bien sur Marseille ! Pour ceux qui ont suivi, c’est bien quand nous étions sur les traces du puits de Paul qu’on a vu une inscription sur les Timon-David ?
Peuchère !!! J’ai besoin de vos lumières… Je me souviens plus exactement où on a relevé cette étrange inscription ! Sur un sommet lors d’une de nos balades… Du côté de Sainte Croix de Saint Tronc ?
Bref, en attendant, revenons à notre institution qu’il inaugurera le 7 octobre 1864, auprès de ce père célèbre et avec quarante autres élèves, l’Ecole du Sacré-Cœur. Il y restera de 1864 à 1870 !
Le père Timon-David avait fait vœu de servitude envers les pauvres pour la sanctification des ouvriers. C’est lui qui a créé « l’Oeuvre de la Jeunesse ouvrière » en 1845 au n°88 chemin neuf de la Madeleine (bd libération). Il y adjoindra donc l’Ecole du Sacré-Cœur.
La devise du père Timon-David était : « il faut faire quelque chose de sa vie ! »
Mais sa méthode est fort spéciale, en résumé, pour lui, la gaieté n’est pas incompatible avec la foi bien au contraire et selon ses propres mots : « ici, on joue et on prie !!! »
Jean-Baptiste admire ce prêtre et sera profondément marqué toute sa vie durant de son enseignement !
C’est au contact du père Timon-David, semble t-il, que Jean-Baptiste prend l’importante décision qui va engager son avenir : devenir prêtre !
Et c’est en pleine guerre que sa cérémonie de prise de soutane aura lieu, le 20 novembre 1870, sous la présidence de Timon-David, dans la chapelle de l’œuvre qu’il n’a donc pas encore quitté.
Sa prise de soutane faite et devenu donc l’abbé Fouque, il entre au grand séminaire de Montolivet. Mais face à la guerre, en 1871, il décide de s’engager comme infirmier. Il manifeste son désir de partir au front. Mais l’autorité militaire l’affecte en fait à Marseille, tout d’abord au services des ambulances du Pharo, puis des Catalans. Il ne restera que sept semaines dans l’armée au final et il retournera alors au grand séminaire !

 :arrow: C’est au grand séminaire qu’il fera la connaissance de Monseigneur Dazimcourt, nommé supérieur du grand séminaire l’année même ou Jean-Baptiste y fait son entrée. Celui-ci exercera une forte influence et orientera sûrement nombreux de ses choix successifs. Discipline de vie mais aussi esprit évangélique, charité, simplicité et pauvreté seront ses enseignements ! Et surtout, le plus marquant dans toute la vie de JB Fouque : confiance absolue en la Providence !


Miette

  • Frit Confit du forum
  • ********
    • Messages: 5686
    • Les Fioupélans
c'est à la sortie de Loulou et c'était tout en haut, quand on luttait contre le vent si mes souvenirs sont bons


stokofish

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 3597
  • pruch'ella duri !
oui jsute avant la grande antenne, à l'emplacement des ruines de l'ancienne petite chapelle de ste croix
yavait marqué timon-david puis une date, et ensuite d'autres dates en dessous comme une suite (descendants...?)


sourire

  • Fada(de) du forum
  • *******
    • Messages: 4997

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/


 

SMF spam blocked by CleanTalk