Marseille Forum

Vivre à Marseille => Marseille hier, aujourd'hui et demain => Marseille hier => Discussion démarrée par: Coco le 16 mars 2011 à 08:30:10

Titre: Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 08:30:10
Bon, on en a parcouru quelques unes de traces ?  :mrgreen:
Des plus ou moins célèbres, des plus ou moins récentes, des plus ou moins intriguantes… Mais j’ai raté celle-là et pourtant, elle est on ne peut plus marseillaise ! \:D/

Or, je viens de m’acheter (et oui, encore ! :mrgreen: ) un livre chez Jeanne Laffitte qui retrace la vie de cet homme exemplaire !

Pour l’instant, je ne l’ai encore que feuilleté, mais je suis sure que je vais lire de belles choses… :smt045

Déjà, c’est bien un authentique marseillais que notre abbé ! Né à Marseille en 1851, c’est bien sûr dans une chambre de l’hôpital Saint-Joseph qu’il s’endormira pour l’éternité le 6 décembre 1926 à l’age de 75 ans.

De nombreux marseillais ont pu le voir tous les jours déambuler dans les ruelles de Marseille, se rendant d’une œuvre de charité à une autre pour soulager toutes les misères du monde…

Une vie mouvementée…
Le téméraire de la charité…
Ce prêtre est un volcan ! Dira de lui le Cardinal Panafieu !

Bon, je m’en vais donc de ce pas découvrir tout cela. Je reviendrai poster ici dès que j’en saurai plus mais en attendant, la rubrique est ouverte à toutes vos idées, pensées, témoignages… Car des traces de cet abbé exceptionnel, dans la ville, il y en a partout ! Je suis sure que vous en connaissez ! :smt039
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 16 mars 2011 à 08:48:00
ouais ben t'as même pas remarqué mes pierres italiennes alors je sais pas si je vais m'occuper de l'abbé Fouque  :mrgreen:
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 09:03:42
Si, j’ai remarqué tes pierres italiennes… J’ai pas renchéri sur ton post pour laisser les autres le faire et suivre… Mais il semblerait qu’il faille tout faire ici,  :mrgreen: j’y vais donc de ce pas te répondre.

Et mon abbé dans tout çà ?  O:)  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 16 mars 2011 à 10:12:55
Je reviens, tu m'as coincée  :mrgreen:
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 10:17:11
Je t'attends !!!  :mrgreen:

Et je lance des pistes pour patienter !!!

Tiens, curieux, vous le saviez, vous, qu’on l’appelait le « Saint Vincent de Paul » marseillais ?

Encore autre chose, il a tenu pendant 35 ans l’église de la Trinité de la Palud.

Bon, !!! Entre vieilles pierres et action de cœur, c’est un sacré voyage que j’ai entrepris… Je continue ? :mrgreen:

 :arrow: Par la maison natale de Jean-Baptiste !!!
Au n° 141 du chemin neuf de la Madeleine devenu depuis le boulevard de la Libération !
Faudra aller prendre çà en photo !!!
Et juste en face de sa maison natale, je ne sais pas si çà existe toujours, je connais mal cet endroit de Marseille, mais je suppose que çà n’a pas perduré, bref, j’irai voir mais revenons à notre sujet, il y avait au milieu du 19ème siècle des religieuses qui tenaient un pensionnat de jeunes filles… Jean-Baptiste n’avait qu’à traverser la rue pour se rendre à la chapelle de l’institut dont il devient très tôt un des enfants de cœur.
Peut-on encore voir les traces des ces bâtiments ?

 :arrow: Et un peu de généalogie aussi !
Il est le fils de Louis Fouque et Adèle Rémusat.
Son grand père maternel est donc François Rémusat, entrepreneur maçon.
Son père Louis Fouque est maître portefaix. Cette corporation des portefaix est particulièrement prospère au milieu du 19ème siècle et elle se revendique comme une des plus anciennes corporation de la ville.
Pour en revenir à notre petit Jean-Baptiste, il est donc issu d’une famille marseillaise très ancienne !
Louis et Adèle ont eu six enfants mais seul trois survécurent : Jean-Baptiste et Joseph. Tous deux devenus prêtre par la suite et Joséphine, leur sœur qui consacra sa vie au service des ses deux frères !

 :arrow: A partir de 1862, il a étudié chez les pères de la Doctrine chrétienne, dont l’institution était située au 144 rue Consolat. Ben, là, j’ai regardé sur google maps, il semble que çà n’existe plus et que ce soit remplacé par un tout autre style d’établissement bien éloigné me semble t’il !!!  :oops: Encore une fois, si je peux, j’irai vérifier sur place cette adresse !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 16 mars 2011 à 14:27:54
 ;)

Suspension d'une audience en plein Tribunal, le Président se lève: J'apprends à l'instant le décès de Mr L'Abbé Fouque. En signe de deuil l'audience est suspendue.

Le lendemain le 6 Décembre 1926, le titre de la Presse Marseillaise: "Nous avons perdu un Saint"

Avez-vous vu son buste à l'Hôpital St Joseph?

J'ai été ébloui par ce que ce petit curé de paroisse a réalisé -une foi et un coeur acharné-
Il a soulevé des montagnes d'égoïsme avec une confiance angélique.

De par son enfance, il n'avait pas spécialement fréquenté la misère, Père portefaix, Mère fille d'un Entrepreneur de Maçonnerie, cet élève de Secondaire à Timon-David ;)

Il est ordonné Prêtre en 1876, d'abord à Ste Marguerite, puis devient vicaire à Auriol.
Rappelé à Marseille en 1885, il est nommé vicaire à La Major.
Au contact de la misère de la classe ouvrière, exploitée par un Patronat esclavagiste, il trouve sa véritable vocation.

A la Major, il s'est lié d'amitié avec un commerçant en tissus et Homme de coeur: Jean-François Massabo, qui a ouvert l'asile de nuit pour hommes, rue Marengo (je crois d'ailleurs que le même fonctionne toujours , rue de Forbin, à vérifier).

Suivant son exemple, L'Abbé Fouque fonde un asile de nuit pour Femmes.
Puis il rencontre un mécène: Mr Zafiropoulo, qui finance la construction du grand établissement de la rue Honorat.

Il sait convaincre les riches de financer les oeuvres pour les plus pauvres.

En 1888, il est nommé Vicaire à la Trinité (paroisse de la Palud) et il y restera jusqu'à son décès, donc pendant 38 ans.

Aide matérielle, réconfort moral et spirituel, il est de toutes les aides.
Le secrétariat paroissial, débordé par les demandes, sera rebaptisé "L'omnibus de la Charité"
Chaque soir, l'infatigable abbé, console, réconforte, conseille, aide sans se lasser. Son exemple fait merveille et de partout arrivent les aides.

Son oeuvre est toujours présente à Marseille:
-Maison d'accueil pour jeunes-filles
puis L'Oeuvre de la Ste Famille rue Marengo
L'Oeuvre de l'Enfance délaissée, qui recueille les petits garçons abandonnés. Trop de monde, trop de misère, L'Abbé repart au combat:
A Ste Anne "la campagne de la famille Zizinia. Au fond de l'Impasse des Malheureux, au nom prédestiné. C'est un domaine abandonné.
Il persuade la Famille Dromel (les Chocolatiers ;) ) à qui elle appartient, de la lui donner. :smt023

C'est ainsi que la Zinzinia est devenue "L'Oeuvre des Saints-Anges"

Il y aurait encore tant à dire, mais je vous laisse la parole :D

(ce que je sais, c'est que lors de mon enfance Marseillaise, éduquée dans un premier temps à St Joseph de Cluny, nous allions au Saint-Anges le Jeudi après-midi, et que nous avions chacune un filleul de cette oeuvre, dont nous nous occupions, tout au longt de l'année, le mien s'appelait Marc, et je le revois toujours)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 14:55:53
Bravo, Sourire pour ce joli post et ton implication dans ce fil !!!  :smt023

Tout comme toi, je suis touchée par la vie de cet homme !
D'une part par l'envergure du personnage que je découvre par ma lecture bien sûr, et d'autre part parce que ma maman a travaillé aux Saint-Anges à Sainte Anne !!! Mais aussi, plus récemment encore, parce que mon père est décédé à Saint Joseph ! J'ai du coup l'impression d'être sur des traces qui font un peu partie de mon histoire...  :oops:

Bon, encore une anecdote ? :smt039
Vous savez pourquoi sur la tombe de l’abbé Fouque, on retrouve une plaque issue de la paroisse de Gignac ?
Et bien, pour remonter dans le temps, depuis 1835, la famille de Jean-Baptiste a l’habitude de partir en vacances dans cette petite commune située entre le Rove et Martigues… Et oui, à l’époque, on ne partait pas à Bali !!!
Et donc, durant les années de séminaire de JB, survint une grosse épidémie de choléra !
La famille part se réfugier à Gignac. Jean-Baptiste prend alors ses foyers au presbytère de la commune. Il en profite pour seconder le curé de la paroisse en enseignant notamment le catéchisme aux enfants ! Il prépare notamment les premiers communiants.
La renommée du jeune séminariste demeurera tellement vivante dans le village, qu’à sa mort, la paroisse de Gignac fera déposer sur sa tombe une plaque commémorative !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: stokofish le 16 mars 2011 à 15:02:38
Coco, tu as lu le livre de l'abbé Ganay sur l'abbé Fouque ?
oui Ganay, pas celui du stade, mais Marius, celui de "la poétique histoire de Mazargues"
(http://pmcdn.priceminister.com/photo/835659656.jpg)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 15:05:31
Non, pour l’instant, je lis celui de Bernard Ardura, mais il semblerait qu’il en reprenne une grande partie de celui que tu cites vu le nombre de notes s’y afférant !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 16 mars 2011 à 15:32:14

petit apparté Coco :D

Ta Maman a travaillé aux Saint-Anges......extraordinaire, se souvient-elle des petites-filles 10-12 ans à l'époque de Cluny? en uniforme bleu-marine, ce serait hallucinnant :D qui venaient le jeudi après-midi?

et pour le buste, je comprends......que tu l'ais vu. Paix à son Ame.  :smt007
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 16:09:45
Curieux, Sourire, toutes ces coïncidences sur nos parcours respectifs !!!  ;) On aurait dû se rencontrer avant !!! On est sur les mêmes rails, nos chemins se croisent et s'entrelacent !!! ;)

Mais pour te répondre, non, Maman n’a pas pu connaître les petites filles de Cluny car elle a commencé à travailler tard, quand on a commencé à être grandettes en fait, genre de 1980 à 2005 aux Saint-Anges, avant, elle était femme au foyer et élevait ses deux filles car avec un papa bourlingueur, sur des chantiers à l’étranger, valait mieux qu’il y ait quelqu’un qui reste à la maison…  ;)

Dis ? Faudra quand même s'assurer que c'est une section fermée, sinon tout le monde va connaître nos vies !  :smt005 Voilà, sequence 3615 My life terminée, je reprends le fil ?  :smt039

Quelques traits de son caractère à notre bon abbé ? O:)
Il a des dons naturels de gentillesse et de cordialité. Il est exigeant mais bienveillant et généreux ! Il allie bonté et énergie.
Malgré la situation plutôt aisée de ses parents, comme l’a évoqué Sourire, il est très simple dans son allure, modestement vêtu, et il vit sobrement !
Il a une prédilection pour le dialogue intime, la confidence, la direction spirituelle, il y excelle ! En revanche, il sera un très mauvais orateur, devant les foules, il ne sait pas prédiquer ! Dans son premier poste à Sainte-Marguerite, au moment de prononcer le panégyrique en l’honneur de la sainte protectrice, il reste muet et descend de la chaire sans avoir réussi à émettre un seul mot.
Bon ! Là n’est pas son talent ! Ce n’est pas grave, il en aura tellement d’autres !!! Et s’il enflamme les foules, ce n’est pas tant par son éloquence que par ses actes personnels.

La devise de l’abbé Fouque ?
Omnia possibilia sunt credenti !
Soit en français dans le texte : tout est possible à celui qui a la foi… (Tiens, voilà une phrase qui va énerver Nikon, j’aurais dû la mettre dans son nouveau récent fil !) :mrgreen:

Un paragraphe de sermon que j’aime beaucoup ?
Je cite !
Ce que le monde, par un abus de langage, appelle victoire n’en mérite véritablement pas le nom… Ces prétendus triomphes des « Alexandre » et autre « César » sont moins de victoires que des menaces, des dévastations et des ruines… On a beau les célébrer dans les chefs d’œuvre de littérature ou de poésie, les graver sur le marbre et l’airain, les évoquer au temple de la mémoire, ce n’est qu’une vaine et mensongère louange qui ne peut effacer la tache de sang qui les souille et qui ne fait qu’élever jusqu’au ciel le magnifique témoignage de leur NEANT !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 16 mars 2011 à 16:47:37

épisode 36.15 terminé, mais j'y suis  très sensible en effet à ces parallélismes  :smt007
juste: il suffit "d'un regard" et tout est dit  :D sans le savoir. C'est précieux et en effet peu courant.

Je ne connaissais pas ces sermons et je lis et relis l'extrait que tu as mis, il répond encore aujourd'hui à pas mal de mes questionnements intérieurs. Merci  :D

 
[color=purple)


Quelques traits de son caractère à notre bon abbé ? O:)
Il a des dons naturels de gentillesse et de cordialité. Il est exigeant mais bienveillant et généreux ! Il allie bonté et énergie.

La devise de l’abbé Fouque ?
Omnia possibilia sunt credenti !

Un paragraphe de sermon que j’aime beaucoup ?
Je cite ![/color]
Ce que le monde, par un abus de langage, appelle victoire n’en mérite véritablement pas le nom… Ces prétendus triomphes des « Alexandre » et autre « César » sont moins de victoires que des menaces, des dévastations et des ruines… On a beau les célébrer dans les chefs d’œuvre de littérature ou de poésie, les graver sur le marbre et l’airain, les évoquer au temple de la mémoire, ce n’est qu’une vaine et mensongère louange qui ne peut effacer la tache de sang qui les souille et qui ne fait qu’élever jusqu’au ciel le magnifique témoignage de leur NEANT !


Edité le : 16 Mars 2011 à 16:47:37
hors contexte mais un mot:

"Les cimetières sont éclairés au néant" ;)
comme cela va plaire à Hector  :D si tu me le demandes je te dirai de qui est ce syllogisme  :smt005
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 16 mars 2011 à 18:01:44
Et bien, je te le demande bien sûr, puisqu'on est entre nous dans cette rubrique, rien que toutes les deux au chaud, on dirait ! ;)  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 16 mars 2011 à 23:37:11
Dans le prolongement des Saints-Anges, la " maison de relèvement " pour jeunes délinquants de Saint-Tronc, et, plus tard, l’œuvre de L’Enfance anormale de Montfavet verront le jour.

Quand j'étais gamine, je suis allée en colo  avec ces jeunes "délinquants" de St Tronc.

Je ne vais pas recopier toutes les choses intéressantes qui sont dites sur le lien ci-dessous.

http://marseille.catholique.fr/L-abbe-Fouque

En furetant, j'ai trouvé ceci (extrait de la liste des établissements privés rénovés entre 1934 et 1964) :

"OEuvre de l’enfance délaissée (ou « OEuvre de l’abbé Fouque ») à Saint-Tronc par Sainte-
Marguerite, Marseille, 144 chemin de Mazargues (listes 1934, 1936, 1940, 1945)
OEuvre fondée en 1890, reconnue d’utilité publique par décret le 15 mars 1898. Délégation
des droits de la puissance paternelle en 1899 et à partir du 28 août 1916, mineurs
délinquants. Etablissement fermé. Effectif 100 garçons de 14 à 20 ans. Vannerie, sparterie,
imprimerie, travaux agricoles, jardinage et cuisine.

- OEuvre de l’enfance délaissée (centre d’apprentissage « Abbé Fouque ») à Saint-Tronc,
chemin de Saint-Tronc (listes 1958, 1964)
Internat pour garçons [commentaire 1964 : garçons de 14 à 21 ans]"

Saviez vous qu'en décembre 2010 il y a eu "les journées 2010 de l'abbé Jean-Baptiste Fouque" ?
http://marseille.catholique.fr/IMG/pdf/Programme_Journees_Fouque_2010.pdf

et qu'une BD sur lui a été faite en novembre 2010?



Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 17 mars 2011 à 05:56:21
 :smt023 Pétard, je suis pas encore arrivé aux oeuvres qu'il a créé dans ma lecture, çà doit être de bels édifices, pourvu qu'ils aient pas disparu, on pourrait aller les prendre en photo ! Celui du chemin de Mazargues, c'est l'IME "les Ecureuils", construit dans le prolongement et sur les terres de l'orphelinat les "Saints Anges, en revanche, celui du chemin de Saint Tronc, faut que je le découvre, je vois pas où il est !

J'ignorais totalement pour les journées Fouque !

Et pas plus que tu étais allée en colo avec ces petits... Comme quoi le monde est petit ! ;)  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 17 mars 2011 à 08:43:19
celui de Saint Tronc en fait, il est quand tu es sur l'ancien chemin de St Tronc à St Loup qui s'appelle Pierre Doize je crois maintenant, tu es en direction de Ste Marguerite et tu as le Lycée Jean Perrin et Castelroc dans le dos.

A ta droite, tu as Bois Fleury, et à ta gauche Joli Village. Au feu, tu tournes à droite en direction de la carrière Perasso et de Vallon de Toulouse.

Tu as à un moment donné sur ta droite, la maison de retraite la Gauloise et c'est un peu plus haut sur la gauche avant le grand virage
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 17 mars 2011 à 11:54:18
Ok !!!  :smt023 J'irai sûrement un jour !!! Je suis en train de me préparer un safari photo sur ces traces-là !

Edité le : 17 Mars 2011 à 11:54:18
Et en attendant, j'ai continué à avancer... 8-[

Alors, maintenant, nous allons évoquer les hommes de foi qui ont profondément influencé le parcours de notre abbé ! C'est important car nous les retrouverons dans l'histoire et l'Histoire !

 :arrow: Jean-Baptiste poursuivra ses études chez le père Timon-David !
Encore une famille qu’on connaît bien sur Marseille ! Pour ceux qui ont suivi, c’est bien quand nous étions sur les traces du puits de Paul qu’on a vu une inscription sur les Timon-David ?
Peuchère !!! J’ai besoin de vos lumières… Je me souviens plus exactement où on a relevé cette étrange inscription ! Sur un sommet lors d’une de nos balades… Du côté de Sainte Croix de Saint Tronc ?
Bref, en attendant, revenons à notre institution qu’il inaugurera le 7 octobre 1864, auprès de ce père célèbre et avec quarante autres élèves, l’Ecole du Sacré-Cœur. Il y restera de 1864 à 1870 !
Le père Timon-David avait fait vœu de servitude envers les pauvres pour la sanctification des ouvriers. C’est lui qui a créé « l’Oeuvre de la Jeunesse ouvrière » en 1845 au n°88 chemin neuf de la Madeleine (bd libération). Il y adjoindra donc l’Ecole du Sacré-Cœur.
La devise du père Timon-David était : « il faut faire quelque chose de sa vie ! »
Mais sa méthode est fort spéciale, en résumé, pour lui, la gaieté n’est pas incompatible avec la foi bien au contraire et selon ses propres mots : « ici, on joue et on prie !!! »
Jean-Baptiste admire ce prêtre et sera profondément marqué toute sa vie durant de son enseignement !
C’est au contact du père Timon-David, semble t-il, que Jean-Baptiste prend l’importante décision qui va engager son avenir : devenir prêtre !
Et c’est en pleine guerre que sa cérémonie de prise de soutane aura lieu, le 20 novembre 1870, sous la présidence de Timon-David, dans la chapelle de l’œuvre qu’il n’a donc pas encore quitté.
Sa prise de soutane faite et devenu donc l’abbé Fouque, il entre au grand séminaire de Montolivet. Mais face à la guerre, en 1871, il décide de s’engager comme infirmier. Il manifeste son désir de partir au front. Mais l’autorité militaire l’affecte en fait à Marseille, tout d’abord au services des ambulances du Pharo, puis des Catalans. Il ne restera que sept semaines dans l’armée au final et il retournera alors au grand séminaire !

 :arrow: C’est au grand séminaire qu’il fera la connaissance de Monseigneur Dazimcourt, nommé supérieur du grand séminaire l’année même ou Jean-Baptiste y fait son entrée. Celui-ci exercera une forte influence et orientera sûrement nombreux de ses choix successifs. Discipline de vie mais aussi esprit évangélique, charité, simplicité et pauvreté seront ses enseignements ! Et surtout, le plus marquant dans toute la vie de JB Fouque : confiance absolue en la Providence !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 17 mars 2011 à 13:32:43
c'est à la sortie de Loulou et c'était tout en haut, quand on luttait contre le vent si mes souvenirs sont bons
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: stokofish le 17 mars 2011 à 13:48:42
oui jsute avant la grande antenne, à l'emplacement des ruines de l'ancienne petite chapelle de ste croix
yavait marqué timon-david puis une date, et ensuite d'autres dates en dessous comme une suite (descendants...?)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 17 mars 2011 à 18:41:50

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: chris3 le 17 mars 2011 à 19:01:29
Bé, il me semble bien que mon grand-père a connu l'abbé Fouque.  Il faut que je me renseigne.

En tout cas, il a bien fréquenté les Saint Anges, à Saint Anne, mais avant ---1920.

Ma famille doit posséder un vieux livre, d'avant guerre, sur la vie de l'abbé, il faudra que je le consulte lorsque je serai en Provence.
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 17 mars 2011 à 19:09:47
Super pour la BD !!!  :smt023

Et bravo à Miette et Stoko !!!  =D> Leur indication m'a permis de retrouver la photo ! C'était bien lors de la randonnée de Sainte Croix de Saint Tronc, en 2009, déjà !!!

Ce sera la première image du fil !!!
(http://www.zimagez.com/miniature/l1050157.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/l1050157.php)
La photo n'est pas très bonne, on voit mal les inscriptions, mais c'est juste pour montrer que partout on est sur des traces... Et puis, j'ai tant d'adresses, j'espère que çà ne sera que la première d'une longue série !

Edité le : 17 Mars 2011 à 19:09:47
Chris3 ? Si çà se trouve, le livre dont tu parles, c'est le même que celui que nous a présenté Stoko en première page du fil ? :-k

Et dis-moi, çà serait intéressant pour nous que tu puisses en apprendre plus sur cette rencontre avec ton grand-père et que tu nous fasses part de ton témoignage ?  :smt023  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: chris3 le 17 mars 2011 à 19:15:05
Dans mon souvenir les couvertures sont très différentes, mais il faut que je m'assure qu'il s'agit bien du ---- "bon" abbé !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 17 mars 2011 à 19:16:44
Tu nous tiens au courant ?
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 18 mars 2011 à 08:08:31
Et en attendant vos compléments, je poursuis car à l'issue, je compte bien mémoriser et lister tous les lieux et me faire un petit safari photo !!! O:)

Alors ? Son parcours ?

 :arrow: Le 18 juin 1876, l’abbé Fouque est nommé vicaire à Sainte-Marguerite. Il n’y restera que quinze mois ! Le curé d’alors est l’abbé Arnaud, futur évêque de Fréjus. A son arrivée, la paroisse est en pleine décroissance. En 1866, elle comptait 2130 habitants, en 1876, il n’en reste que 962.
Avec l’arrivée du nouveau vicaire, ce sera une révolution ! Tout entier dédié à sa cause et à son engagement, JB Fouque passera ses journées à visiter les malades de la paroisse d’une part mais aussi et surtout, avec la jeunesse du quartier. S’occuper des enfants, leur enseignant catéchisme et latin mais aussi les jeux, car il va de pair pour Jean-Baptiste qu’il est aussi bien animateur que directeur spirituel ! Il est toujours disponible pour les recevoir, à toute heure, pour un conseil, la confession voire même l’organisation des loisirs. Il organisera la maison des vicaires, là où il réside et située sur la place de l’église, en fonction de cette activité principale et cet édifice ressemblera alors à un véritable hall de gare ! Mais la joie y régnera !
Et ne possédant pas de véritables locaux assez grands pour accueillir ses « jeunes troupes » et prodiguer son enseignement catholique, notre abbé se transformera en moniteur de randonnée, conduisant les enfants en promenade et jeux de plein air dans la campagne et à travers les collines environnantes, qu’ils ne manqueront pas d’apprécier, sans doute plus que l’enseignement du catéchisme strict et la lecture des livres saints, comme vous pouvez vous en douter !
C’est le début de son parcours et de ce qui deviendra sa vocation, son œuvre… L’entraîneur des jeunes et l’apôtre des pauvres !

 :arrow: Comme je vous le disais, l’abbé Fouque ne restera pas longtemps à Sainte-Marguerite.
Il quittera cette paroisse à la fin de 1877 pour rejoindre Auriol où il restera jusqu’en juillet 1885.
On raconte que pendant cette période, il poussa un tel nombre de jeunes filles à entrer au couvent que les jeunes gens d’Auriol, ne trouvant plus de filles à marier, firent un immense feu de joie au moment de son départ… Mais où commence la fable ?
Ce qui est en revanche certain, c’est que c’est lui qui a créé le cercle d’Auriol. En effet, pour tenter de toucher les hommes d’Auriol peu enclins à user les bancs de l’église, il décide de les faire jouer dans la pastorale. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. D’où l’idée de fonder un cercle pour les réunir et les attirer !
Plus tard, il achète même une maison pour y loger le cercle Saint-Pierre, le théâtre et la musique… Il a toujours mêlé foi, rigueur et divertissement !

 :arrow: Il quittera Auriol pour rentrer à Marseille et rejoindre La Major dont il sera vicaire de 1885 à 1888. C’est la cathédrale de la ville, c’est donc un poste important ! Méfie, ce n’est pas Sainte Marie Majeure qu’on connaît nous et qui fut érigée en 1893 ! Non, c’est encore la vieille Major !!! Mais avec ses 23 000 âmes, c’est une belle paroisse pour l’envergure de notre abbé ! De plus, quartier près du port, essentiellement constitué de travailleurs et de pécheurs, c’est loin d’être un quartier riche ! Egal à lui-même, il voue tout son temps à ses paroissiens, visitant pauvres et malades, et toujours formateur de la jeunesse !

 :arrow: Le 15 avril 1888, le vicaire général Payan d’Augery lui annonce sa nomination de vicaire à la paroisse de Sainte Trinité appelée par les marseillais église de la Palud. Il y restera 38 ans !!! Jusqu’à sa mort en fait ! Et toujours en qualité de vicaire et non de curé ! Ce qui lui permit de poursuivre son investissement et ses multiples fondations d’œuvres !
Au fil du temps et de ses actions, fidèle à sa foi et à ses engagements, le couloir de l’église de la Palud en viendra à être surnommé « l’omnibus de la misère » !

A suivre...  :smt039

Edité le : 18 Mars 2011 à 08:08:31
Bon, je suis prise par mon sujet, on dirait !  8-[ J'y travaille d'arrache-coeur !  :mrgreen:

Et le top du top, pour vous montrer qu'on peut suivre des traces même assis à son ordi, je viens de faire un tour sur google maps pour voir !!! Je me suis amusée...  O:)

On revient un instant sur les premières indications données dans le fil ?

Dans mon livre, on nous présente en photo la maison natale de JB Fouque !
(http://www.zimagez.com/miniature/141bdlibrationancien.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/141bdlibrationancien.php)

J'ai regardé ce qu'elle était devenue !
(http://www.zimagez.com/miniature/141bdlibration.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/141bdlibration.php)

Ensuite, dans mon post, je vous disais aussi que juste en face de sa maison natale, il y avait au milieu du 19ème siècle des religieuses qui tenaient un pensionnat de jeunes filles… Jean-Baptiste n’avait qu’à traverser la rue pour se rendre à la chapelle de l’institut dont il devient très tôt un des enfants de cœur. Il semblerait que ce soit cet édifice-là ? A vérifier sur place... Certes !
(http://www.zimagez.com/miniature/110bdlibration.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/110bdlibration.php)

Et enfin, je vous ai aussi parlé du père Timon-David ? Et je vous ai précisé que c’est lui qui a créé « l’Oeuvre de la Jeunesse ouvrière » en 1845 au n°88 chemin neuf de la Madeleine (bd libération). Et bien, son oeuvre a perduré !!!
(http://www.zimagez.com/miniature/88bdlibration.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/88bdlibration.php)

Voilà, cette visite virtuelle n'est qu'un début !!! C'était pour vérifier mes posts et vous montrer mais moi, j'aime bien me rendre sur place pour m'imprégner d'une atmosphère donc on m'y verra quand même un de ces jours trainer le nez en l'air et mon APN à la main !!! O:)   
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 18 mars 2011 à 08:17:51

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/
pardon si j'ai l'air de dénigrer ce que tu viens de dire mais pinaise, quand tu sais que Luc et son équipe ont eu en tout et pour tout 4000 euros l'année dernière pour financer leurs recherches et travaux relatifs à la Grotte Cosquer, tu te poses des questions  ;)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 13:19:41

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/
pardon si j'ai l'air de dénigrer ce que tu viens de dire mais pinaise, quand tu sais que Luc et son équipe ont eu en tout et pour tout 4000 euros l'année dernière pour financer leurs recherches et travaux relatifs à la Grotte Cosquer, tu te poses des questions  ;)

je comprends  :smt045 et en effet, cela pose question. :D
mais il a des subventions qui viennent de qui? c'est ça le problème....on sait à quel point les subventions sont un système horriblement "opaque" et combien peu sont allouées malheureusement à la Culture (enfin la vraie pourrait-on dire....mais de fait cela me parait très faible......est-ce de la Mairie, d'un fonds scientifique mécène, etc...?
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 18 mars 2011 à 13:43:27
Comme nous l'a expliqué Luc, les fonds alloués aux recherches dans la grotte Cosquer le sont par la DRAC donc le ministère de la culture. Et comme on le sait, l'Etat est moins généreux que les collectivités territoriales !!! :smt102

Tiens, pour rebasculer dans mon sujet, l'abbé Fouque, lui aussi avait de gros besoins d'argent pour ses oeuvres et il avait mille et une difficultés à s'en procurer.
Alors, dans le jeu des phrases amusantes ?
Face à toutes ses œuvres entreprises, l’abbé Fouque n’attendait pas d’avoir terminé une tache ou d’avoir payé une dette pour commencer un nouveau chantier.
Il était donc en perpétuelle quête d’argent !
Et on entendait souvent dire dans les salons de Marseille que : "Dieu finissait toujours par payer les dettes contractées par l’abbé Fouque !" O:)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 13:51:40
 :D  :smt023  =D>

Il avait "le don" pour attirer les riches  mécènes. :smt023 l'exemple et la générosité  :D

(oui, Merci pour l'info Drac  ;) )
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: hector le 18 mars 2011 à 15:16:26
hors contexte mais un mot:

"Les cimetières sont éclairés au néant" ;)
comme cela va plaire à Hector  :D si tu me le demandes je te dirai de qui est ce syllogisme  :smt005

Euhh....j'ai pas pris le temps de vérifier  8-) , mais, au risque de dire une grosse bétise  :cache: ça m'a tout l'air d'être de Pierre Dac :smt039
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 16:41:24
 ;) Les Pensées de Frédéric Dard.......

Edité le : 18 Mars 2011 à 16:41:24
...bon pour en revenir au Post..........

Aucun des garçons du Forum n'ait allé à Timon-David  :-k

et Chris as-tu retrouvé le Livre? et as-tu eu des souvenirs des Saints Anges de l'époque de ton Grand-Père, transmission orale........1920, peut-être ton Papa en a-t-il gardé la mémoire..... ça doit être passionnant!
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 18 mars 2011 à 16:47:49
1920 ? Notre abbé n'était pas encore mort !!! Auraient-ils pu se croiser avec le grand père de Chis3 ?  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 18 mars 2011 à 18:07:47
Waouh !!! un témoignage en direct sur notre abbé !!!  \:D/ Cet après-midi, je suis descendue boire le café chez Maman et je lui ai raconté notre aventure sur ces traces qu'elle connait bien ! Et elle m'a raconté une anecdote qu'elle a vécu en direct !!! En fait, Jean-Baptiste Fouque, à sa mort, le 5 décembre 1926, est inhumé dans la chapelle de des Saints-Ange à Sainte Anne ! Ce n'est que le 13 décembre 1996 que ses restes seront transférés à Saint-Joseph, parce que la chapelle n'était plus en état et qu'il fallait faire d'importants travaux. Et elle a assisté à cet événement ! Depuis, la chapelle des Saints-Anges a perdu sa vocation et a été plus ou moins remplacée par un gymnase !
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: hector le 18 mars 2011 à 18:22:58
;) Les Pensées de Frédéric Dard.......

Edité le : 18 Mars 2011 à 16:41:24
bé...j'ai eu la curiosité de vérifier...y'a des sites qui l'attribuent à Frederic Dard...d'autres à Pierre Dac  :-k

http://www.lescitations.net/citations/aboutquote/216293/cd73d373f0.html (http://www.lescitations.net/citations/aboutquote/216293/cd73d373f0.html)

Enfin...sorry pour cet apparté...c'est point là le sujet du fil  =;

aussi, Je me drape dans un voile d'indifférence et m'en vais comme un prince    [-(  :arrow:
 :lol:       


Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 18:37:15

désolée, Hector, mais peut-être Frédéric Dard l'a t-il piqué à Pierre dac......
mais pris sur le bouquin: Frédéric Dard "Les pensées de San-Antonio"
sous mes yeux, là...pendant que je t'écris.....

tout le monde aime tellement San Antonio, et moi pas, mais alors pas du tout  :oops:  que j'ai vraiment cherché à comprendre...et que j'ai acheté des San An.....puis suite à son Portrait, à la tv,  je l'ai tellement trouvé sensible et attachant, Mr Frédéric, que j'ai continué à chercher.......mais pourquoi je l'Aime pas cet écrivain, dans les San An, et je l'Aime tellement en tant que personne........
alors que ma Crino l'adore, Sax aussi, enfin des personnes qui sont des références pour moi en matière de sensibilité et d'Amitié............
pardon Monsieur l'Abbé.....mais je sais que vous ne m'en voudrez pas, vous le plus merveilleux des Hommes......
et Coco par la même occasion, adorable complice ;)  :D

Edité le : 18 Mars 2011 à 18:37:15
Waouh !!! un témoignage en direct sur notre abbé !!!  \:D/ Cet après-midi, je suis descendue boire le café chez Maman et je lui ai raconté notre aventure sur ces traces qu'elle connait bien ! Et elle m'a raconté une anecdote qu'elle a vécu en direct !!! En fait, Jean-Baptiste Fouque, à sa mort, le 5 décembre 1926, est inhumé dans la chapelle de des Saints-Ange à Sainte Anne ! Ce n'est que le 13 décembre 1996 que ses restes seront transférés à Saint-Joseph, parce que la chapelle n'était plus en état et qu'il fallait faire d'importants travaux. Et elle a assisté à cet événement ! Depuis, la chapelle des Saints-Anges a perdu sa vocation et a été plus ou moins remplacée par un gymnase !

Magnifique.......la tradition orale, j'en ai tant appris, et je me permets de te dire, et transmets lui, respect et tendresse pour ta Maman, qui nous fournit là un magnifique témoignage  :smt007
j'ai du mal avec l'Histoire en fait, sur Marseille, car je ne l'Aime vraiment, que quand elle nous vient de "Souvenirs transmis" bizarre, mais c'est comme cela que ça me touche vraiment!
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 18 mars 2011 à 19:01:14
Notre abbé, je sais pas, mais je crois pas, ce dont je suis sure c'est que moi, je ne t'en veux pas, Sourire et pas plus à Hector... Parce que c'est ce qui rend vivants les fils les chemins de traverse, sinon, ce serait un cours magistral et on s'ennuirait vite, je vous invite donc à continuer !!! ;)

Et bien, puisqu'Hector est dans les rectifications, j'en rajoute moi aussi !!! 8-[
Dans mon post précédent, pour le transfert de la dépouille de JB Fouque,  j'ai mis décembre 1996 car c'est ce qu'il y a marqué dans mon livre, mais sur le site de la fondation, ils annoncent avril 1993.
Pecaïre, nous voilà devant un mystère !
Et Maman, elle, sur ce coup, peut pas m'aider, peucherette, elle ne se souvient plus de la date exacte ! :oops: 

Edité le : 18 Mars 2011 à 19:01:14
Cela me pousse à vous dire qu'en fait, sur cette lecture, je me vois obliger de vérifier beaucoup d'affirmations, c'est une quête intéressante mais du boulot quand même et comme je trouve des indications différentes selon mes sources, je ne sais plus qu'elles sont les bonnes... Pfffftttt... #-o  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: chris3 le 18 mars 2011 à 19:11:47
".bon pour en revenir au Post..........

Aucun des garçons du Forum n'ait allé à Timon-David  Think

et Chris as-tu retrouvé le Livre? et as-tu eu des souvenirs des Saints Anges de l'époque de ton Grand-Père, transmission orale........1920, peut-être ton Papa en a-t-il gardé la mémoire..... ça doit être passionnant!"


Réponse à Sourire


Mon arrière-grand père était riche, mais remarié, il ne s'occupait pas trop de ses enfants et c'est comme cela que mon grand-père maternel avait atterri aux Saints Anges.

Il devait en garder un bon souvenir car ma mère m'a dit que le dimanche, avant la guerre de 40, il l'emmenait dés fois rendre visite à des gens qu'il avait connu sur place.

On avait dû lui apprendre à jardiner car il faisait souvent référence à des notions apprises dans cette institution.

Pour Timon David, je n'y suis jamais allé, mais Marc C. devait fréquenter cette organisation et c'est lui (ou  un de ses copains de la rue Borde) qui avait dû me parler d'un  abbé Ferrari.

Cet abbé Ferrari devait être le responsable dans les années 60. J'ai retenu son nom à cause des voitures de la m^me marque !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 21:24:38
".bon pour en revenir au Post..........

Aucun des garçons du Forum n'ait allé à Timon-David  Think

et Chris as-tu retrouvé le Livre? et as-tu eu des souvenirs des Saints Anges de l'époque de ton Grand-Père, transmission orale........1920, peut-être ton Papa en a-t-il gardé la mémoire..... ça doit être passionnant!"


Réponse à Sourire


Mon arrière-grand père était riche, mais remarié, il ne s'occupait pas trop de ses enfants et c'est comme cela que mon grand-père maternel avait atterri aux Saints Anges.

Il devait en garder un bon souvenir car ma mère m'a dit que le dimanche, avant la guerre de 40, il l'emmenait dés fois rendre visite à des gens qu'il avait connu sur place.

On avait dû lui apprendre à jardiner car il faisait souvent référence à des notions apprises dans cette institution.

Pour Timon David, je n'y suis jamais allé, mais Marc devait fréquenter cette organisation et c'est lui (ou  un de ses copains de la rue Borde) qui avait dû me parler d'un  abbé Ferrari.

Cet abbé Ferrari devait être le responsable dans les années 60. J'ai retenu son nom à cause des voitures de la m^me marque !

 ;) Chris  :smt039  oui c'était exactement la question que je me posais, notre Marco de mémoire, l'a fréquenté Timon-David.....
alors pour le prochain déjeuner des "enfants du Rouet"  ;)  on lui pose la question......à notre exilé Corse  :smt005 ponte Bastianais de surcroit. (pinaise le chemin des enfants du Rouet....).tiens malgré ses multiples occupations, comme toi, comme moi, on lui casse les pieds pour qu'il s'inscrive sur le Forum, juste pour les beaux yeux et le sourire inoubliable de Coco  :smt007 et on l'invite ..même si tout le monde n'est pas parfait, comme nous  :ptdr: puisqu'elle n'est pas, à priori, née au Rouet!
je précise c'est de l'Humourrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr et afin de préciser, Marc est un mec phénoménal!!!! pour plein de raisons que Chris et moi ne publieront pas sur un Forum public, (déjà que tu as mis son nom complet Chris...entention, c'est public ici, et tout le monde voit tout....) mais bon, on est "entre amis........
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: emique le 18 mars 2011 à 22:28:40
Eh ben...chapeau bas  :smt023  =D> car c'est du boulot toutes ces recherches !! Et merci de nous "culturationner"  :lol:
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: chris3 le 18 mars 2011 à 23:05:52
Pour Sourire :

C'est vrai, je n'aurai pas dû écrire le nom de Marc C. en entier.

J'ai corrigé.
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 18 mars 2011 à 23:09:46
 ;)  :smt007  :smt039
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 07:24:13
puisqu'elle n'est pas, à priori, née au Rouet!

 :smt005 Ben, non, je suis née bien loin du Rouet, à Montpellier !!! :smt039 Mais vu comme tu nous décris Marco, j'ai grande hâte qu'il s'inscrive chez nous ! \:D/  
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: hector le 19 mars 2011 à 07:35:29
Pour Sourire :

C'est vrai, je n'aurai pas dû écrire le nom de Marc C. en entier.

J'ai corrigé.

Mais...trop tard, Chris3.......Sourire t'avais déjà "cité"  :smt102
T'inquiètes, spâ grave, on  :-#

Edité le : 19 Mars 2011 à 07:35:29
Eh ben...chapeau bas  :smt023  =D> car c'est du boulot toutes ces recherches !! Et merci de nous "culturationner"  :lol:

+1  :smt045
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 08:56:32
Eh ben...chapeau bas  :smt023  =D> car c'est du boulot toutes ces recherches !! Et merci de nous "culturationner"  :lol:

+1  :smt045

Mais j'attends votre participation à tous, photos, commentaires, corrections, tout est bienvenu par ici, car comme déjà dit, c'est ce qui rend le fil vivant nos petites anecdotes et même nos interrogations et nos doutes, sinon c'est insipide et autant lire le livre directement, je peux vous le prêter !!! :smt005  

Edité le : 19 Mars 2011 à 08:56:32
Et justement, entre les réponses aux divers questionnements, les compléments à faire et les photos à prendre, le travail pour vous ne manque pas, vous allez voir, on croise les familles marseillaises dont on a parlé dans un autre fil et on visite de nombreux immeubles !!! O:)

Vous me suivez ?  8-[ Votre APN à la main ?  ;) Je poursuis donc ? :smt039
 
Si on parlait de ses œuvres ?

Bon, on connait les plus célèbres comme les Saints-Anges à Sainte-Anne ou encore l’hôpital Saint-Joseph !
Mais comment notre bon abbé en est arrivé là ?
Quels sont les débuts de l’histoire ?
Quel a été le (long) chemin ?
Je m’en vais vous lister un peu tout cela !
Et on commence par le début ?

1) Première tentative pour un accueil de la misère : 1885
La toute première de toutes ses œuvres sera lorsque notre abbé était vicaire à la Major.
Il fait alors la connaissance de François Massabo.
C’est là que mon livre pèche et qu’il me faut compléter par d’autres sources.
Qui était François Massabo ?
C’était donc un négociant qui avait un magasin de tissu au n°33 de la rue du Tapis Vert ! (tiens, faudra voir si on a la photo de cette façade !) C’est aussi le créateur de l’hospitalité de nuit pour les hommes, au départ au n°1 de la rue Marengo (tiens, faudra voir si on peut faire aussi la photo de celle-là de façade !) pour finir à la rue de Forbin et dont les Frères de Saint-Jean-de-Dieu, ou Frères hospitaliers reprendront la gestion en 1897.
Bref, revenons à notre abbé. Il se laisse convaincre par François Massabo d’ouvrir un établissement charitable équivalent pour les femmes.
Mais il faut trouver un local. La municipalité cède un local à François Massabo, le 17 août 1885, rue des Carmelins, qui sera agrandi par le don d’une cave à charbon à l’abbé Fouque. L’asile reçoit en principe toutes les femmes sans logement qui se présentent et l’on abrite dans un local à part les filles mères. Mais très vite la place manque. Et comme la Providence est déjà à ses côtés, il obtient le secours d’un grand mécène marseillais. C’est le négociant Etienne Zafiropoulo qui fait construire en 1889 l’asile de nuit situé près de la gare Saint-Charles, au n°15, rue Honorat.
On va voir par la suite que ce n’est que le début de la grande œuvre de toute une vie !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 10:21:19
C'était un bon début ? Et bien, l'histoire ne faisait pourtant que commencer...

2) La Sainte Famille : 1888
C’est le début de son œuvre d’assistance.
La Sainte Famille ouvre ses portes, le 6 avril 1888 dans un entresol de la rue de la République.
Il accueille à l’ouverture huit jeunes filles.
De dimension trop modeste, il faut changer de lieu.
L’abbé Fouque loue alors le quatrième étage d’une maison située rue du Vieux-Chemin de Rome.
Une nouvelle bienfaitrice, Mademoiselle Lallement prend par la suite la direction de la Sainte Famille et installe l’institution provisoirement dans un local plus grand rue des Cyprès avant d’accueillir en 1892 les jeunes filles dont elle s’occupe dans une maison qui lui appartient au n° 23 de la rue Barbaroux. Elle y accueillera jusqu’à 148 jeunes filles.
L’état de santé de Mademoiselle Lallement ne lui permettant plus d’assurer la direction de la maison, en 1896, ce sont les religieuses de la Présentation de Tours qui prendront le relais.
L’établissement connaît alors une renommée telle qu’il faudra l’agrandir. Le 6 mars 1900, il est donc transféré au n° 35 de la rue Marengo, dans les locaux de l’ancienne école Salvien.
Le but de « La Sainte Famille » est d’accueillir des jeunes femmes issues du monde du travail (ouvrières, institutrices et employées de tout ordre), livrées à elle-mêmes et obligées de subvenir seules à leur existence, moyennant une faible contribution en échange de l’hospitalité et d’un logement salubre afin de les préserver des dangers provoqués par l’isolement et l’éloignement du foyer domestique.
Age d’admission ? De 16 à 30 ans.
Le 15 octobre 1928, le registre mentionne la 2 057ème inscription.

Là, je suis allée sur place prendre des photos, c’est maintenant une résidence étudiante dénommée la « Résidence Marengo » mais on voit toujours la chapelle dans la rue derrière !
(http://www.zimagez.com/miniature/0435ruemarengo.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/0435ruemarengo.php)
et
(http://www.zimagez.com/miniature/1135ruemarengo.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/1135ruemarengo.php)

Edité le : 19 Mars 2011 à 10:19:29
C'est déjà long ?  8-[ Et c'est pas fini !  :smt102

3) 1891 : Comment va naître l’œuvre de l’Enfance délaissée ?
C’est la veille de Noël de l’année 1891 qui sera déterminante pour les œuvres de notre abbé en faveur de l’enfance délaissée.
Et çà commence par un hasard curieux, voire un destin ? Je vous laisse libre choix de trancher. Cela dit, c’est bien en cette période propice à l’enfance qu’une mère sans doute en grande détresse abandonne son fils de 7 ans à l’abbé Eyssotier. Ne sachant que faire, il fait appel à l’abbé Fouque qui s’exclame alors : « Je le prends et je commence… »
Y voit-il en effet un signe de la Providence ?
Celui de s’occuper des enfants abandonnés ? Comme une nouvelle mission ?
Toujours est-il que de décembre 1891 à octobre 1892, son petit groupe d’enfants augmente, il a sur les bras cinq enfants de 6 à 10 ans auxquels il faut donner gîte et couvert.
Dans un premier temps, il les héberge dans les locaux de la rue des Carmelins où il avait commencé, comme on l’a vu, avec F. Massabo un accueil de femmes. Mais ces locaux ne peuvent convenir sur la durée. La situation s’améliorera grâce à la générosité de Madame de Greling, qui met à sa disposition en octobre 1892 une maison dont elle est propriétaire au n° 81 de la rue Villa-Paradis, sur les contreforts de la colline de Notre Dame de la Garde. Les cinq enfants recueillis y aménagent ! C’est alors que notre abbé infatigable prend une décision cruciale : aller à la recherche de tous les enfants perdus.
Or, le personnel est très restreint dans sa nouvelle œuvre. Il s’appuie essentiellement sur Madame Robolly, veuve d’un consul d’Espagne et un vieux marin.
L’anecdote ? Vous imaginez ? Des enfants avec pour gardienne une personne nommée Madame Robolly ? Tout de suite, ils l’appellent Madame « Ravioli » et on peut imaginer que ce sont de grands éclats de rire, sans doute les premiers depuis fort longtemps pour ces petits délaissés !
Les moyens sont très limités pour l’abbé dans les balbutiements de cette nouvelle entreprise. Mais très vite, les dons affluent ! De la même manière, les enfants aussi. De cinq, ils passent à trente en deux mois, puis à soixante. Notre abbé ne peut plus les faire dormir tous dans la maison de la rue Villa-Paradis. Tous les soirs, 25 d’entre eux doivent se rendre à la rue Fongate où leur a été aménagé un étage et où il vient lui-même passer la nuit pour les garder.
Il semblerait que c’est à partir de ce moment que l’abbé se lance dans la prédication afin de recueillir quelques fonds pour ses orphelins !
Tout investi dans cette immense tâche qui lui tient tant à cœur, il trouve enfin le courage qu’il lui a toujours manqué pour prendre la parole en public !
Pendant ce temps, les demandes d’admission ne cessent d’affluer et les locaux sont insuffisants. Il faut chercher ailleurs. Notre abbé désespère… La tâche est immense et ses moyens sont dérisoires… Mais une fois encore, la Providence y pourvoira ! La famille Dromel (et oui, des chocolats !) offrent pour ceux qu’on appelle déjà à Marseille « les petits Fouque » à Mazargues, au fond de la traverse des Malheureux (curieusement bien nommée cette traverse tout de même, non ?) une propriété connue sous le nom de Zizinia ! Ce nom, curieux en soi, est celui des frères Zizinia, membres de la colonie grecque de Marseille. La propriété change alors de nom. Le domaine devient les Saints-Anges-Gardiens.
(http://www.zimagez.com/miniature/lessaints-angesentre.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/lessaints-angesentre.php)
C’est en juillet 1894 que s’effectue le déménagement.
Plus tard, la traverse recevra le nom de « traverse des mameluks ».
Toutefois, l’abbé Fouque rencontre des difficultés pour subvenir aux besoins des enfants dont le nombre ne cesse de grandir. Il a également du mal à trouver du personnel capable devant une tâche difficile qui est d’éduquer des petits.
Or, étrange période que ces temps révolus pour nous les victimes de la mondialisation… A l’époque, il n’y a pas les aides publiques… En revanche, la solidarité existe encore… Et les dons affluent. Sous forme d’anecdote ? Qui donne un cochon, qui donne du foin, chacun à sa manière offre du temps ou de l’argent. Les sociétés ou organismes ne sont pas en reste puisque les messageries maritimes offrent des couvertures et l’armée un arbre de noël !
Et notre abbé bénéficie encore des appuis et aides des familles marseillaises…
De Lucien Estrine, président de la chambre de commerce, qui sera le premier président de l’association créée pour donner à l’Enfance délaissée une existence légale, à l’avocat Louis Borelli, vice président pendant trente ans et qui assure l’œuvre de son secours et de ses conseils juridiques.
Bref, le nombre d’enfants augmentant, on ajoute des pavillons qui portent bien sûr le nom de saints… Saint-Gabriel, puis Saint Raphaël et aussi Saint-Michel !
Il faut dire que l’orphelinat a sa raison d’être : depuis sa fondation, l’œuvre a déjà accueilli 140 enfants et pour l’année 1897, elle en héberge 75 !
Notre abbé réussit alors à acquérir la propriété voisine appelée la campagne Séjourné, et agrandit la propriété.
La Société anonyme d’Education et d’Aménagement est fondée. Et une demande de reconnaissance d’Utilité publique est instruite afin de recueillir les aides publiques.
Devant les difficultés à trouver du personnel pour « ses » enfants, en 1898, l’abbé Fouque entre en contact avec la mère supérieure de la congrégation religieuse des Filles de la Charité. Mais il n’obtiendra l’aide des religieuses qu’une année plus tard. L’arrivée des Filles de la Charité entraîne une grande amélioration du personnel et de multiples avantages tant matériels que moraux. Sept classes sont parfaitement organisées, pourvues de livres et du matériel nécessaire à l’enseignement. La conséquence de l’arrivée des sœurs est l’augmentation du nombre des enfants : 70 en 1899, 120 en 1902 et 230 en 1925 !
Durant la guerre de 1914, un dispensaire est ouvert aux Saints-Anges pour recueillir et soigner les soldats blessés et pendant toute la durée des hostilités, une cinquantaine de lits reçut les blessés et les religieuses soignèrent les retours du front ! Puis en 1918, c’est le dispensaire Reggio du nom de la famille bienfaitrice qui ouvre ses portes ! Il accueille les nourrissons.
Mais rapidement, notre abbé s’aperçoit qu’il est difficile d’élever des enfants d’origine diverse dans un même lieu. Aux Saint-Anges, il réunit des jeunes aux histoires et aux destins les plus divers. Une nouvelle idée germe. Ce sera l’œuvre de Saint-Tronc ! Nous la verrons plus loin… Car entre temps… :-''  

Edité le : 19 Mars 2011 à 10:21:19
4) La Protection de la jeune Fille : 1901
C’est une œuvre de protection tout aussi bien morale que matérielle, mais destinée avant tout aux jeunes filles pauvres cette fois et de condition très modeste (servantes et domestiques).
Ouverte en 1901 et établie au n° 10 de la rue Augustin Fabre, l’établissement connaît un vif succès, à tel point que même la location de l’immeuble voisin au n°12 n’y suffira pas.
Or en 1903, les sœurs trinitaires sont expulsées de leur maison établie au n° 26 rue Estelle. L’abbé Fouque la leur rachète et loue en même temps un vaste local au n° 14 de la rue Fongate, fait communiquer les deux immeubles et y installe la Protection de la jeune Fille.
Aujourd'hui, le 26 rue Estelle a conservé un peu sa vocation puisque c'est un foyer de jeunes filles.
(http://www.zimagez.com/miniature/n26foyerdejeunesfille.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/n26foyerdejeunesfille.php)
Une anecdote ?
Un lieu multifonction si on peut dire !
En 1903, Il installe rue Estelle un restaurant féminin (qui sera transféré en 1929 rue Montgrand) avec le concours de Madame Desbief (encore une grande famille marseillaise) pour les femmes travaillant dans les bureaux, les magasins, et qui n’ont pas le temps (déjà !) de revenir chez elles le midi !
Au même endroit, toujours rue Estelle, il crée une école maternelle.
La même année il rouvre l’ancien Pensionnat des Dames de la Doctrine Chrétienne, rue Dieudée, à l’origine du Cours Saint Thomas d’Aquin.
(http://www.zimagez.com/miniature/n2313.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/n2313.php)
L’institut Dieudé est désormais le Cours Saint Thomas d’Aquin.
Toujours en 1903, les religieuses sacramentines sont expulsées de leur couvent du Prado. Une généreuse donatrice, Madame Jacques, rachète l’immeuble et en fait don à notre abbé. Et c’est ainsi qu’en 1905, l’Oeuvre sera transférée dans l’ancien couvent des sacramentines, au n° 183 avenue du Prado ! Comme les bâtiments sont immenses, il y ouvre un cours ménager et crée un orphelinat qui recueille 30 petites filles et une maison de retraite pour dames âgées.
C’est une mademoiselle Demange qui prend alors la direction du Prado qui poursuit sa mission jusqu’en 1914.
Dès les premiers instants où il dispose de cet imposant édifice, notre abbé songe à y fonder un hôpital catholique, puisque les religieuses sont désormais bannies des hôpitaux publics. Son rêve est bien sûr d’y installer les religieuses de la Présentation de Tours qui l’aident déjà en travaillant aux Saints-Anges, comme on l’a vu au dessus.
Premiers prémices de l’hôpital de Saint Jo ?
Durant la guerre, on installe dans une aile du bâtiment une ambulance pour les soldats blessés et la chapelle de l’ancien couvent va servir pour célébrer les messes demandées par les prêtres au bénéfice des soldats de la caserne du Rouet voisine.
Mais c’est la guerre et la base américaine exige l’immeuble du Prado pour en faire un hôpital militaire.
Les jeunes Filles et les Dames âgées doivent donc déménager. La Protection émigre au n° 26 de la rue Estelle. Les petites orphelines quant à elles sont dirigées sur la propriété des frères de la Calade, tandis que les dames âgées sont contraintes de se rendre dans une propriété voisine de Saint Tronc puis avenue d’Haïti à la Blancarde pour finir dans la propriété Montval au n° 93 du chemin Joseph Aiguier dans le 9ème (encore une adresse à photographier).
Et au fait, vous savez ce que c’est aujourd’hui le n° 183 avenue du Prado ?
(http://www.zimagez.com/miniature/183avenuedupradovue.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/183avenuedupradovue.php)
Les impôts ! :shock:  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 11:27:31
Bon, je continue mais j’essaie surtout de vous livrer des anecdotes et mes propres questionnements car sinon on doit pouvoir trouver tout le reste sur le net et c'est pas amusant ! 8-[

5) L’œuvre de relèvement de l’Enfance coupable de Saint-Tronc : 1912
C’est une loi qui est à l’origine de cette nouvelle vocation.  En effet, le 22 juillet 1912, est voté un texte qui permet de soustraire le mineur délinquant à son environnement sans toutefois l’emprisonner s’il est placé dans un foyer d’accueil. Il n’en faut pas plus à notre abbé pour se lancer dans l’aventure. Il va étendre « l’enfance délaissée » à « l’enfance coupable ».
Les débuts se font aux Saints-Anges, dans des bâtiments séparés. Il faut aussi les confier à un personnel spécialisé, ce sera les religieux de Saint-Pierre-ès-Lien créé par le père Charles Fissiaux (dont je vous ai parlé par ailleurs car ce nom m’intriguait !) Mais les enfants « coupables » demandent une attention différente des enfants « délaissés ».
Et notre abbé qui ne manque pas d’humour, ne cesse de répéter : « pour entrer chez nous, il faut un certificat de mauvaise conduite !!!  O:)
Bref, la conséquence, c'est qu'ils ne peuvent pas rester aux Saints-Anges.
L’abbé Fouque les installe donc le 27 novembre 1913 dans une villa dans la campagne de Saint-Tronc, généreusement laissée par la famille Constant.  :-k
En 1924, les statistiques du 31 décembre indiquent les motifs d’entrée des jeunes dans l’œuvre. Parmi les 386 vols, les 8 recels, et 17 autres abus de confiance, on trouve 188 vagabondages. Et oui, il semble qu’à l’époque, c’était un délit !
Au cours des vingt premières années, plus de 1 500 jeunes passent à Saint-Tronc.

 :!: Alors, figurez-vous que malgré toutes mes recherches, j’arrive pas à trouver l’adresse exacte de ce centre-là pour situer ce qu’il a pu devenir !  :?
Et franchement, mon livre est loin d’être complet sur le coup, il n’y a même pas l’adresse. [-( 
Bref, sur le plan de la ville, je vois bien un orphelinat près du lycée Grande Bastide et même un institut Don Bosco mais franchement, je n’ai à maintenant aucune certitude du lieu et s’ils ont le moindre rapport !!!  #-o
On parle bien aussi sur le net du Val des Pins ou du Centre J.B. Fouque au n° 161 de la  rue François Mauriac, à Saint Tronc, et du Centre Rochefonds au n°21 du Chemin de la Colline Saint Joseph, dans le 9ème, mais où était le centre à l’origine ?  :roll:
Bon, la grande question ? Où habitait la famille Constant avant de donner sa propriété ? :-'' 
Ma foi ! J'en sais fichtre rien !!! :smt102
A vous de m’aider si vous le pouvez ?  :smt100   
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 13:20:35
Bon, en attendant vos lumières sur Saint-Tronc, j'ai poursuivi ma lecture, je finis donc sur les oeuvres de notre bon abbé ! 8-[

6) 1919 : L’Oeuvre en faveur des Enfants du Nord qui deviendra l’hôpital Saint-Joseph.
Comme nous l’avons vu, dès le déménagement de la « Protection de la jeune fille » dans l’ancien couvent des Sacramentines au Prado, l’idée a germé dans la tête de notre bon abbé. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres… Tout d’abord, la guerre et puis les américains qui s’éternisent sur les lieux. Et après, l’opposition de l’évèque de l’époque qui veut lui-même créer son propre hôpital et reste donc réticent à l’idée de Jean-Baptiste Fouque. Et enfin, le climat politique du moment qui reste hostile à la situation des communautés religieuses.
Toutefois, encore la Providence ?
Un évènement inattendu et apparemment contraire à la création de l’hôpital va survenir… Et aider l’abbé dans son entreprise.
Le Prado va accueillir des enfants du nord de la France, patronnés par le comité de la Provence pour le Nord. C’est l’arrivée de 200 enfants, malades ou blessés pour la plupart.
Aussitôt, interviennent de généreux donateurs comme entre autres Monsieur Desbief, directeur des raffineries de sucre, et toujours Monsieur Estrine.
Mais il faut trouver un moyen d’acquérir les lits et accessoires laissés par les militaires américains et appartenant désormais au ministère de la Guerre.
Une fois encore la Providence interviendra au mépris de toutes les règles établies…
Sous forme d’anecdote ?
Les lits auraient dû être vendu aux enchères. L’abbé Fouque et le Général Monroe, commandant du 15ème corps de l’armée, tenteront une lettre au ministre pour passer outre cette procédure à l’issue aléatoire pour l’abbé. Non seulement l’issue sera favorable, l’administration acceptait de passer outre l’adjudication pourtant obligatoire en règle générale, et pour une somme dérisoire en plus, mais le plus étonnant, la réponse s’était faite par retour de courrier !!! Cette diligence d’un ministère a de quoi surprendre ? Mais avec notre abbé, nous sommes désormais habitués aux interventions les plus incroyables !
Bref, revenons à notre hôpital !
Les enfants arrivent donc de Lille. Notre abbé se débrouille pour « enrôler » les médecins marseillais dans son œuvre. Les religieuses de la Présentation sont toujours là, elles aideront bien sûr. Au mois de janvier 1920, le Prado accueille 103 enfants dont 16 filles, et en février, 150…
Quand les enfants partiront au mois de mai, les fondations du futur hôpital sont posées. Il aurait dû être inauguré le 19 mars 1921 pour la fête de Saint Joseph mais cela sera reporté à Pâques car les travaux n’étaient pas terminés et depuis il ne cessera de grandir pour devenir l’établissement qu’on connait tous ! Il est donc inutile que je poursuive sur ce sujet mais je vous livre une dernière anecdote qui montre encore une fois la générosité des familles marseillaises. Madame Charlotte Gaich, veuve d’un pharmacien, fit don du stock de sa pharmacie à l’abbé Fouque alors qu’elle venait de décider de la mettre en vente auprès d’une coopérative de pharmaciens et qu’elle aurait pu en retirer de l’argent. Elle raconte elle-même que l’idée lui est venue dans le tram qu’elle prit pour rentrer chez elle, en sortant de la coopérative.

7) 1925 : l’institution de Montfavet
Et voilà, pour terminer !!! Bien que çà ne soit pas à Marseille, je vous en parle quand même car c’est la fin de l’histoire et l’aboutissement de toute une vie consacrée à l’enfance malheureuse.
En 1921, il ouvre le Château Saint-Ange à Montfavet (à côté d’Avignon dans le Vaucluse) pour L’Enfance anormale.
Cela fait longtemps en fait qu’il y a aux Saints-Anges de Sainte-Anne un pavillon appelé Saint-Vincent et qui abrite des enfants anormaux ou retardés.
Notre abbé sait les soins particuliers qu’exigent ces enfants. Son rêve ? Après l’enfance « délaissée », puis l’enfance « coupable », pourquoi ne pas consacrer un lieu à part entière à l’enfance « différente » ?
Voyons, reprenons le début de l’histoire !
En 1869, l’abbé Grimaud installe à Montfavet une école de sourds et muets. Mais à sa mort en 1911, l’école périclite jusqu’à ce que soit prononcée sa liquidation en 1921 et la vente du domaine. Cette vente attire l’attention de notre abbé ! Dans un premier temps, il ne songe qu’à acquérir le matériel pour ses petits des Saints-Anges. Mais l’idée de créer une telle maison sur Marseille lui tenait à cœur. Finalement il saisira l’opportunité de poursuivre l’œuvre de Montfavet sur les lieux mêmes, déléguant la gestion à Madame Prat qui demeurera sur les lieux jusqu’à sa mort en 1929 ! Toutefois, la gestion d’un tel établissement est difficile et une fois encore, l’abbé Fouque fera appel en 1925 aux religieuses de la Présentation de Tours pour l’aider dans la tâche entreprise.

Et puis ? Et bien… Sans doute épuisé par une vie tout entière donnée aux plus pauvres, mais comblé d’avoir accompli tant d’actions qui lui tenait à cœur, le « téméraire de la charité » meurt le 5 décembre 1926, salué par le peuple comme le « Saint Vincent de Paul marseillais ».


Edité le : 19 Mars 2011 à 13:20:35
Voilà !!!  O:) Avec çà, je crois qu'on ne manque pas d'adresses pour un safari photo !!!  :mrgreen:  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 19 mars 2011 à 14:06:05
pour St Tronc, désolée je n'ai rien.

Il a fait acheter toujours par ses amis bienfaiteurs, au moment  de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat qui a entrainé l'expulsion des Congrégations, deux couvents: Les Trinitraires rue Estelle, et Les Sacramentines sur le Prado, qui deviendra le fameux Hôpital St Joseph, j'ai bien lu, et je me demande si cela ne rajoute pas une petite info......
pour les dames âgées peu fortunées, elles étaient accueillies, en un temps, à la Salette-Montval au Cabot.

J'adore les photos que tu as faites, cela permet de suivre son chemin de bonté sur Marseille  :smt023

(nb: on continue l'Oeuvre au 183 Avenue du Prado  :smt005 )



















Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 19 mars 2011 à 14:33:57
 :smt005 En quelque sorte pour le Prado !!!

Bon, pour Saint-Tronc, je suis sure qu'on finira par trouver, la quête ne fait que commencer !!!  O:)

D'autant plus que quelles que soient les adresses, l'urbanisation d'aujourd'hui ne nous permet guère de nous faire une idée des édifices de l'époque, çà a beaucoup bâti, détruit, reconstruit... Dur d'y voir clair maintenant !  #-o

En revanche, pour les images, c'est un début, mais on peut mieux faire et c'est là que je compte sur nos forumeurs !!!  ;)  En effet, soit j'ai récupéré des vieilles photos que j'avais faites sans savoir ce qu'elles signifiaient, notamment pour Estelle et Dieudé, soit j'ai fait des captures écrans de google et là, c'est pas top !!! Donc, maintenant que je nous ai mis sur la voie, le parcours est ouvert à tous les chasseurs d'images !!! :smt039

Rien que Emique par exemple, elle peut peut-être nous montrer une belle collection des Saints-Anges ?  \:D/  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: emique le 19 mars 2011 à 15:13:07
Oui mais je me demandais justement...on ne doit pas pouvoir y rentrer comme dans un moulin...faut que je vois...là je vais récupérer car j'ai passé ma matinée au Frioul et ce vent à décorner les boeufs m'a littéralement lessivée ! Bientôt de belles photos (enfin j'espère que la stab' de mon appareil a bien fonctionné ! J'ai cru que j'allais m'envoler !! )
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: emique le 23 mars 2011 à 17:55:33
J'y suis allée aujourd'hui ! Mais je suis restée à l'extérieur...Je suis rentrée mais juste dans l'entrée...j'ai pas osé aller trop loin...

(http://nsm05.casimages.com/img/2011/03/23//mini_1103230550561292487869505.jpg) (http://www.casimages.com/img.php?i=1103230550561292487869505.jpg)

 :smt039
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 23 mars 2011 à 17:58:53

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/
pardon si j'ai l'air de dénigrer ce que tu viens de dire mais pinaise, [...] tu te poses des questions  ;)
Dommage que ce soit le seul aspect qui retienne l'attention.  :-(
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 23 mars 2011 à 18:06:47
Waouh !!! Emique, mais c'est déjà pas mal, tu t'es bien approchée tout de même, belle photo d'ensemble !  :smt023 Je peux la copier ?  8-[ Franchement, on voit bien sur ta photo que c'était un beau bâtiment tout de même !!!

Et pour répondre à Nordiste, pour un premier post, c'est bien concis ? Tu sais, ici, on ne compte pas les mots, tu peux nous faire un discours, surtout si tu as des choses à me dire sur l'abbé Fouque, c'est le titre du fil ! O:)  

Edité le : 23 Mars 2011 à 18:06:47
Et au fait ? Vu que maintenant on a vu l’enfance de Jean-Baptiste, et toutes les œuvres qu’il a créé par la suite, revenons un instant sur deux hommes dont je vous ai déjà parlé dans le fil de discussion et qui ont marqué les études de notre abbé : le père Timon-David et Monseigneur Dazincourt.

Le jour où notre bon abbé aura enfin édifié sa magnifique maison des Saint-Anges, il placera dans le vestibule de l’établissement le buste de M. Timon-David et celui de M. Dazincourt, honorant ainsi à égalité les deux hommes auxquels il disait devoir tout ce qu’il pouvait y avoir de bon en lui.

J'aimerais bien savoir si les bustes y sont encore !

Je me renseignerai à l'occasion pour savoir s'il y a des journées portes ouvertes, ce serait l'occasion d'entrer en toute légalité !  O:)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: emique le 23 mars 2011 à 18:10:51
Oui bien sûr tu peux la copier ! Moi j'ai rien vu dans l'entrée du bâtiment...mais bon j'étais pas très à l'aise on n'est pas au zoo quoi  :oops: J'ai vite fait demi tour...en fait je voulais accéder à l'église mais je sais pas comment on fait...
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 23 mars 2011 à 18:12:48
Je crois bien que l'église en tant qu'église n'est plus, ils l'ont transformé par manque de place mais l'édifice en tant que tel existe bien sûr !
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 23 mars 2011 à 21:33:41
Et pour répondre à Nordiste, pour un premier post, c'est bien concis ? Tu sais, ici, on ne compte pas les mots, tu peux nous faire un discours, surtout si tu as des choses à me dire sur l'abbé Fouque, c'est le titre du fil ! O:)
C'est plutôt sur la BD que j'aurais eu des choses à dire ou que j'aurais souhaité lire des choses.
J'ai aussi quelques photos de certains lieux liés au personnage. Mais je ne sais pas comment les poster sur ce forum.
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 24 mars 2011 à 06:30:05
Si ce sont tes propres photos et qu'il n'y a pas de copyrignt, tu peux nous les proposer bien sûr !

Et si tu peux nous raconter l'histoire de la BD, vas-y, çà sera chouette d'en savoir plus !  :smt039  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Flamby le 24 mars 2011 à 08:34:30
Merci pour ce fil Coco, je ne connaissais pas du tout ce personnage et je suis émerveillée de voir que tant de foi à pu soulever des montagnes...  :smt007 

La photo d'Emique est magnifique, à quoi sert le bâtiment de nos jours ? Toujours dévolu à la protection de l'enfance ?  :-k 
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 24 mars 2011 à 08:40:36
Oui, ce sont mes propres photos et en voici une de Saint-Tronc qui existe toujours au 161 de la rue François Mauriac sous le nom de "Centre J. B. Fouque".


[Fichier joint supprimé par l'administrateur]
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 24 mars 2011 à 08:56:32
Mais ?  :shock: Nordiste ? Tu n'as pas dû lire tout le sujet et je t'en excuse d'ailleurs car je reconnais que c'est fort long mais tu viens sans le savoir de répondre à une des mes grandes interrogations ! En effet, j'arrivais pas à situer le domaine de Saint-Tronc, et là, non seulement tu me confirmes l'adresse mais en plus, tu nous mets la photo ? Mais c'est extra !!!  :smt023 Tu peux poursuivre ?  ;)

@ Flamby ! Oui, les Saints-Anges, c'est toujours un orphelinat d'un côté et un institut pour les enfants qui ont des problèmes sociaux de l'autre, deux facettes qui restent dans la lignée de notre bon abbé. Seules les "soeurs" ont disparu et ont été remplacées par des "civils" employés...
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 24 mars 2011 à 11:38:26
Je reconnais n'avoir pas lu tout le sujet, mais j'avais lu le passage sur Saint-Tronc.
Voici d'autres photos.


Edité le : 24 Mars 2011 à 11:38:26
Et une dernière de Saint-Tronc + le confessionnal de l'abbé Fouque à l'église de La Palud.

[Fichier joint supprimé par l'administrateur]
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 24 mars 2011 à 12:43:03
Merci en tout cas pour toutes ces photos !!! Elles illustrent bien ce que j'ai tenté de recenser dans ce fil et illustrent d'une lumière nouvelle ces traces !!!  :smt023

Mais au fait,  tu peux me dire ce que c'est maintenant que l'édifice de Saint-Tronc ? C'est resté une maison pour les enfants ?  :?:

Et à y être dans les questions, si je peux abuser et que c'est pas trop indiscret, tu peux me dire pourquoi tu t'intéresses, toi aussi, à notre bon abbé et en quoi t'es tu senti concerné par la BD ?  8-[  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 24 mars 2011 à 15:26:04

+1

mêmes interrogations, mêmes remerciements   :D
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 24 mars 2011 à 15:36:10
On peut trouver des explications sur le Centre J.B. Fouque (Saint-Tronc) à l'adresse suivante :
http://profil.action-sociale.org/?p=centre-j--b--fouque-130784374&details=caracteristiques (http://"http://profil.action-sociale.org/?p=centre-j--b--fouque-130784374&details=caracteristiques")
Je n'ai pas plus de renseignements sur le fonctionnement actuel de l'institution.
Pour ce qui est de l'époque de l'abbé Fouque, les informations ne sont pas non plus très abondantes.  En fait, les trois biographies (celles du Père Ardura et de Marius Ganay, déjà mentionnées, ainsi que celle d'Henri Bordeaux) ont été écrites dans la perspective de démontrer la sainteté de l'abbé Fouque.  Elles ne retiennent donc que les aspects positifs et édifiants des oeuvres de l'abbé Fouque et s'abstiennent de formuler la moindre réserve sur les points qui pourraient poser question, comme, par exemple, la présence importante à Saint-Tronc d'enfants enfermés pour cause de vagabondage, ainsi que cela a été souligné dans un message précédent (le délit de vagabondage n'a disparu de la législation française qu'en 1992).

PS : Sans la BD, je n'aurais jamais entendu parler de l'abbé Fouque. :smt039
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 24 mars 2011 à 16:09:40

Merci pour la réponse Nordiste. :D

Coco et Enique: non, d'une part les bustes de Mr Timon-David et Azincourt, ne sont plus aux Saints-Anges...
peut-être à l'Hôpital St Joseph, où se trouve le siège de L'Union des Oeuvres de l'Abbé Fouque" Association crée pour faire vivre et connaître son Oeuvre, et qui regroupe des membres sympathisants ou dirigeants de ces Oeuvres. (les deux plus vivantes.semblent être les Sts Anges et la Maison de Retraite) mais à confirmer.....

La Bd, "Le Téméraire de la Charité"  a été édité par les Editions du Triomphe, et elle est toujours en vente.
De fait, je me suis apercue, "les hommes restant des hommes" #-o qu'il y avait une forme de polémique, entre la parution de cette BD et l'envie portée par le Maire de Marseille, Mr Gaudin, de porter à la Béatification notre bon abbé.....mais nous de la polémique......on s'en moque.....et la BD a atteint son but, puisque comme le dit Nordiste, c'est par la BD, qu'il en est venu à s'intéresser à L'Abbé et à son oeuvre.

bof.....hein, enfin je mêts le lien:
http://www.bdhistoire.net/fouque.htm

d'autre-part, hé bien non malheureusement, il n'est pas possible de pénétrer à l'intérieur des Sts Anges, c'est une propriété privée, même si sur le terrain de sport, etc, sont organisés beaucoup d'échanges avec les enfants des écoles du quartier.
Il est à noter, que rien à l'intérieur de l'édifice, ne porte les traces je dirai style un petit musée ou autre, du passage de son fondateur, donc pas de regret  ;)

Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 24 mars 2011 à 18:17:35
Je ne comprends pas très bien où il y aurait une polémique.
Il me semble au contraire que la tentative d'élargir le public de la BD en évitant de lui donner une orientation exclusivement chrétienne rend mieux justice à l'universalité du personnage qu'un procès en canonisation où les miracles post mortem occupent parfois une place plus importante que les actions terrestres du candidat à la canonisation.
Quant à l'affirmation de Mr Gaudin, selon laquelle "la vie de l'abbé Fouque s'égrène comme un exceptionnel roman d'aventures", qui parmi les lecteurs du livre du père Ardura ou les participants à cette conversation sur ce forum a eu vraiment le sentiment que c'était d'un roman d'aventures dont on parlait ?
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 24 mars 2011 à 18:41:16
Je pense qu'on peut s'intéresser aux oeuvres et à la vie de l'abbé Fouque sans même être croyant, j'en suis la preuve par l'exemple !  ;)  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 25 mars 2011 à 15:45:07
d'accord avec vous, moi non plus je n'ai pas saisi, et de toutes les façons c'est l'Oeuvre de l'Abbé qui nous intéresse, (dommage qu'en tapant sur Google pour la BD on tombe sur le commentaire du scénariste, bof...)
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 26 mars 2011 à 08:33:56
dommage qu'en tapant sur Google pour la BD on tombe sur le commentaire du scénariste, bof...
En quoi est-ce dommage ? :?:

Voici une photo du couloir de l'église de La Palud où les "pauvres" attendaient l'abbé Fouque.

[Fichier joint supprimé par l'administrateur]
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 31 mars 2011 à 00:23:18

3 000 Euros de subvention viennent d'être votés et approuvés par la Mairie du 1 et 7, comme aide financière pour la BD sur l'abbé Fouque, à destination des enfants \:D/
pardon si j'ai l'air de dénigrer ce que tu viens de dire mais pinaise, [...] tu te poses des questions  ;)
Dommage que ce soit le seul aspect qui retienne l'attention.  :-(
Non ce n'est pas le seul aspect, sinon je n'en aurai pas parlé. Pour autant je maintiens que je trouve fort dommage ce manque de discernement dans les priorités. Cela n'enlève en rien l'intérêt de cette BD. :D

Bon je m'étais arrêtée entre midi et deux car je passais devant l'Abbé Fouque (enfin nous on l'appelait comme ça quand j'étais minotte) et j'avais pris des photos mais je vois que le Nordiste les a déjà mises  :D
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: sourire le 31 mars 2011 à 00:45:40
 :smt023  :D
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 31 mars 2011 à 06:05:41
Miette ? chaque photographe a son style donc tu peux mettre tes photos pour agrandir notre collection ?  8-[  
Titre: Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 31 mars 2011 à 08:41:34
Miette ? chaque photographe a son style donc tu peux mettre tes photos pour agrandir notre collection ?  8-[  
sincèrement, elles sont sans grand intérêt...photos "volées" en deux, deux, je suis même entrée  :mrgreen: rapidos par un petit portillon mais je n'ai pas eu une photo mémorable
Titre: Re : Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Nordiste le 31 mars 2011 à 09:31:13
Pour autant je maintiens que je trouve fort dommage ce manque de discernement dans les priorités. 
Est-ce le meilleur exemple de ce manque de discernement ? L'octroi d'une subvention annuelle de plus d'un million d'euros à l'OM n'est-il pas davantage symptomatique de ce que sont les priorités des autorités politiques ?

Voici encore deux photos (pas nécessairement mémorables) d'autres lieux liés à l'abbé Fouque.  Il s'agit d'une photo du bâtiment de la Protection de la jeune fille, rue Estelle (devenu aujourd'hui, les "amies du foyer") et d'une photo du cours Saint-Thomas d'Aquin.


[Fichier joint supprimé par l'administrateur]
Titre: Re : Re : Re : Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 31 mars 2011 à 09:36:33
Pour autant je maintiens que je trouve fort dommage ce manque de discernement dans les priorités. 
Est-ce le meilleur exemple de ce manque de discernement ? L'octroi d'une subvention annuelle de plus d'un million d'euros à l'OM n'est-il pas davantage symptomatique de ce que sont les priorités des autorités politiques ?

Voici encore deux photos (pas nécessairement mémorables) d'autres lieux liés à l'abbé Fouque.  Il s'agit d'une photo du bâtiment de la Protection de la jeune fille, rue Estelle (devenu aujourd'hui, les "amies du foyer") et d'une photo du cours Saint-Thomas d'Aquin.

Bon le Nordiste, ce post n'est pas créé pour faire polémique alors restons en là sur le "qui a raison qui a tort", merci.
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 31 mars 2011 à 19:07:10
En tout cas, merci pour les photos, Nordiste, çà illustre bien le récit que je vous ai fait !  :smt023  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 06 avril 2011 à 21:10:14
Zou ! On continue ? Au hasard de nos quêtes...

Bon, on est au n°72 du Prado (soit le 1er des trois Prado) et vous le reconnaitrez peut-être, que dis-je sans aucun doute, puisque vous avez bien suivi que je viens de poster dans le fil de la statuaire le diable en détail au dessus de sa porte !!!  :mrgreen:

Mais là, je vous soumets tout l'immeuble, regardez bien encore un autre détail !!!
(http://www.zimagez.com/miniature/n72avprado01.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/n72avprado01.php)

Et oui, bien vu, c'est la plaque de marbre à côté des fenêtres sur la droite !!! Vè, je vous fais le zoom...
(http://www.zimagez.com/miniature/n72avprado06.jpg) (http://www.zimagez.com/zimage/n72avprado06.php)

Et comme on peut très bien le lire, cet immeuble appartenait à un monsieur généreux qui en fit don à la fondation de l'abbé Fouque !
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Miette le 06 avril 2011 à 23:16:06
Finalement on se dit que ça a souvent reposé sur un homme, son charisme, son sens du "commerce" en sachant "vendre" son projet....et ces hommes, tels des Abbé PIERRE, arrivaient à toucher le coeur des plus fortunés à moins que ce soit dans l'esprit de s'acheter des indulgences  :-k
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 07 avril 2011 à 05:54:58
Fallait qu'il est sacrément à se faire pardonner pour donner un immeuble !!!  :-k Je plaisante mais en fait, je crois que tu as trouvé le mot juste : charisme ! :smt039  
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: peterpan le 09 avril 2011 à 08:59:50
Cette BD étonnante de qualité a obtenu en janvier le prix Gabriel 2011 de la BD attribué par le CRIABD (Centre d'analyse de la BD fondé en 1985 en Belgique). Elle nous met réellement sur les traces de cet abbé inimaginable à travers des paysages qui nous sont familiers.  :-)
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: francois13010 le 06 octobre 2011 à 23:18:10
Création d'une page Facebook
http://www.facebook.com/pages/Jean-Baptiste-FOUQUE/230058193716963
Titre: Re : Sur les traces de l’abbé Fouque cette fois ?
Posté par: Coco le 07 octobre 2011 à 13:36:19
 :smt023